Migrants et réfugiés

migrant-réfugié2Depuis quelques jours, les médias s’emparent de la question du choix des termes – migrant ou réfugié – pour en souligner l’importance pratique et symbolique. Ainsi ce matin (8 septembre 2015), dans sa Revue de Presse, Nicolas Martin commente comme suit l’annonce, par le président de la République, de l’accueil de 24000 réfugiés sur 2 ans en France :

 

Il est d’ailleurs intéressant de noter que par rapport à la semaine dernière, le terme de réfugié s’est peu à peu substitué au terme générique de migrant, ce qui dit quelque chose à mon sens du glissement paradigmatique1 auquel on assiste depuis ces derniers jours. (« Glissement paradigmatique, vous êtes sur France Culture ! » souligne plaisamment l’animateur de la matinale).

À l’origine de ce glissement paradigmatique, un appel lancé par le journaliste en ligne Barry Malone, sur son blog de la chaîne Al Jazeera English : Why Al Jazeera will not say Mediterranean ‘migrants’ (Pourquoi Al Jazeera ne dira plus « migrants » de la Méditerranée). Cet appel a suscité dans les médias une prise de conscience – ou une réaffirmation – de l’importance du choix des mots :

Les mots sont importants. Particulièrement dans les périodes de crise et de doute.

écrit ainsi Sylvia Zappi dans le Monde du 26 août 2015 (Le « migrant », nouveau visage de l’imaginaire français).

La veille, dans la rubrique Les Décodeurs du même journal Le Monde, un article d’Alexandre Pouchard explicitait déjà la question du choix entre les termes migrant ou réfugié : « Migrant » ou « réfugié » : quelles différences ?

Mentionnons encore, quelques jours plus tard (le 28 août), un article du Guardian par David Marsh : We deride them as ‘migrants’. Why not call them people? (On les dénigre comme « migrants ». Pourquoi ne pas les appeler des gens ?) ; et un autre de Libération par Laure Andrillon : Migrants et réfugiés : des mots aux frontières bien définies.

À ces articles, les linguistes que nous sommes n’ont pas grand-chose à ajouter – sinon à souligner que les débats sémantiques2 ne sont pas coupés des réalités sociales et politiques. Les mots pèsent lourd, lorsqu’il s’agit de « qualifier les milliers de personnes qui arrivent quotidiennement sur les côtes méditerranéennes » :

Migrants ou réfugiés ? Le débat sémantique s’installe en Europe pour savoir comment qualifier les milliers de personnes qui arrivent quotidiennement sur les côtes méditerranéennes. Le premier terme est fustigé pour ne pas refléter la détresse de ceux qui, le plus souvent, fuient un conflit. (Le Monde, 25 août)

Dans ce débat, de nombreuses questions sont soulevées. Pour en donner une idée,  nous continuons de renvoyer ci-dessous, de façon plus ou moins ordonnée, aux articles de journaux mentionnés plus haut. En premier lieu, ainsi qu’en témoigne l’extrait suivant, une distinction d’ordre juridique est en jeu :

Tout réfugié est un migrant…

En droit international, le « réfugié » est le statut officiel d’une personne qui a obtenu l’asile d’un Etat tiers. Il est défini par une des conventions de Genève (« relative au statut des réfugiés » ), signée en 1951 et ratifiée par 145 Etats membres des Nations unies :

« Le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant d’être persécutée du fait de sa race [son origine], de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. »

[…]

… mais tous les migrants ne sont pas des réfugiés

Le dictionnaire Larousse définit un « migrant » comme toute personne qui effectue une migration, c’est-à-dire qui se déplace volontairement dans un autre pays ou une autre région « pour des raisons économiques, politiques ou culturelles ». Le Petit Robert restreint la raison de ces déplacements au fait de « s’établir ».

Dans les faits, les milliers de personnes ayant traversé la mer Méditerranée sont bien des migrants, car ils se sont déplacés d’un pays à un autre, même d’un continent à un autre. Parmi eux se trouvaient des personnes considérées comme réfugiés par le HCR (comme les Syriens). Les autres, de nationalités diverses, quittant un pays en développement pour chercher une vie meilleure en Europe, sont dits « migrants économiques » car « ils font le choix du déplacement pour de meilleures perspectives pour eux et pour leurs familles », explique le HCR. Les réfugiés, quant à eux, sont « dans l’obligation de se déplacer s’ils veulent sauver leur vie ou préserver leur liberté ». (Le Monde, 25 août 2015)

Ces questions juridiques ont par ailleurs un impact politique :

La distinction juridique a pourtant des conséquences très concrètes : du fait de la convention de Genève, le réfugié ne peut être renvoyé dans son pays d’origine, à l’inverse du migrant sans papiers. Dans un article du New York Times, la journaliste Somini Sengupta dit n’être pas surprise par le fait que « beaucoup d’hommes politiques en Europe préfèrent qualifier toute personne qui arrive sur le continent de migrant ». D’ailleurs, le Premier ministre britannique, David Cameron, a été beaucoup critiqué en juillet pour avoir évoqué une « nuée de migrants traversant la Méditerranée à la recherche d’une vie meilleure », alors que l’ONU affirme que la grande majorité des arrivées sur les côtes européennes concerne des réfugiés et non des migrants. Pour Eric Fassin, contacté par Libération, la confusion lexicale est « révélatrice d’un recul idéologique des droits humains. A Calais ou à la Chapelle, on traite comme des délinquants des gens qui fuient la guerre en Syrie et ailleurs ». (Libération, 28 août)

Impact politique, donc, et ramifications idéologiques. Avec des connotations péjoratives qui, au fil du temps, se sont attachées au mot migrant :

Le 20 août, Barry Malone a annoncé au nom du journal qatari Al-Jezira qu’il ne parlerait plus de «migrants méditerranéens», pour marquer son refus de « donner du poids à ceux qui ne veulent y voir que des migrants économiques ». L’enjeu n’est pas seulement juridique ou politique, il est aussi affectif. « Le terme générique “migrant” ne suffit plus pour décrire l’horreur qui se déroule en Méditerranée. Il a évolué de ses définitions dans le dictionnaire pour devenir un outil qui déshumanise et distancie, un euphémisme péjoratif », écrit Barry Malone. Il ne s’agit pas seulement d’adopter un lexique précis, mais de trouver un mot qui soit à la hauteur du drame qui se déroule aux portes de l’Europe. Le journaliste met en cause la connotation qui est venue teinter le mot migrant de peur, de xénophobie et de « racisme voilé ». (Libération, 28 août)

 

L’occurrence du mot « migrant » a […] explosé depuis un an, tant dans les discours politiques que dans les médias, mais il est souvent accolé aux adjectifs « illégal » et « clandestin », ce qui lui donne une valeur péjorative qu’il n’a pas à l’origine. Pour la chercheuse Hélène Thiollet, une « symbiose » fâcheuse s’est opérée : « On a eu une agglomération progressive d’un champ sémantique qui devient négatif et menaçant », explique la politiste du Centre de recherches internationales de Sciences Po. François Gemenne, chercheur en sciences politiques à l’université de Liège, appelle à la vigilance : « Les termes utilisés – immigré, réfugié, clandestin – sont interchangeables comme si c’était la même chose. Or, les mots façonnent le regard du public », rappelle-t-il. Avant d’ajouter : « Le débat a au moins un atout : faire réfléchir les médias sur les termes qu’ils utilisent. » (Le Monde, 26 août)

Le débat, cependant, n’a pas de solution simple ni définitive. Car à clarifier la distinction entre migrant et réfugié, on court le risque d’abandonner le mot migrant à ses connotations péjoratives. Nous citons là encore Eric Fassin :

« S’il est important de rétablir la distinction entre migrants et réfugiés, il ne faudrait pas pour autant qu’elle serve à opposer les bons réfugiés aux mauvais migrants, comme si chercher du travail pour échapper à la misère ailleurs que dans son pays était en train de devenir un délit », explique Eric Fassin à Libération. (Libération, 28 août)

 

 

 

 

 

 

  1. Référence à la notion de paradigm shift proposée par Thomas Kuhn dans son essai La structure des révolutions scientifiques (1962) pour évoquer un déplacement des bases même d’un système de croyance []
  2. Débats si souvent décriés, cf. notre billet du 17 avril 2015. []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Anne et Marie-Paule dit :

    Commentaire des auteurs :
    Au moment où le terme « réfugié » commence à s’imposer dans la presse, à la radio, dans les journaux télévisés, un malaise s’installe. Devant les images de bateaux remplis de « réfugiés », de clôtures de barbelés qu’essaient de franchir les « réfugiés », on se demande dans quelle mesure ce terme ne deviendrait pas l’instrument du politiquement correct. Car pour tous ces gens le refuge est loin, et loin d’être assuré…
    On note par ailleurs une chronique d’Olivier Adam dans Libération du 18 septembre. Une chronique au titre évocateur – « Le tri sélectif des migrants » – et qui fait écho aux propos que nous citions d’Eric Fassin. Nous en reprenons le premier paragraphe :
    « Ça finit par ressembler à ce vieux sketch des Inconnus, sur les chasseurs. Parce que bon, tu vois, il y a le bon migrant et le mauvais migrant. Le bon migrant (appelons le désormais «réfugié»), il laisse tout derrière lui, il n’a pas le choix, il fuit la guerre, gagne l’Europe au mépris de tous les dangers, paie parfois de sa vie ce périple inimaginable, alors que le mauvais migrant, ben il laisse tout derrière lui, il n’a pas le choix, il fuit la misère, l’exploitation, les catastrophes climatiques, un régime liberticide, au mépris de tous les dangers, au prix de sa vie parfois, mais c’est pas pareil. » (http://www.liberation.fr/debats/2015/09/18/le-tri-selectif-des-migrants_1385515)

  2. Anne et Marie-Paule dit :

    Commentaire des auteurs (2) :
    Lire encore dans Libération du 25 septembre la belle chronique de Camille Laurens. Avec une analyse inspirée, et éloquente, du participe présent sous-jacent à « migrants » :
    « Le participe présent les installe dans une errance éternelle, comme s’ils ne devaient jamais être arrivés. » (http://www.liberation.fr/chroniques/2015/09/25/sous-les-mots-il-y-a-des-gens_1390824)

  3. Anne et Marie-Paule dit :

    Et aujourd’hui encore, dans Libération, sous la plume de Cédric Mathiot (rubrique en ligne « Désintox »), une exploration salutaire des enjeux politiques liés à l’usage (ou au « mésusage ») des mots : « En confondant réfugié et clandestin, le FN porte l’intox au sommet » (http://www.liberation.fr/desintox/2015/09/30/en-confondant-refugie-et-clandestin-le-fn-porte-l-intox-au-sommet_1390458)

  4. Aurélie dit :

    A noter l’étude de la coordination sans-papier des Paris : Qui dit quoi ? s’agissant des migrants, réfugiés, demandeurs d’asile et autres exilés
    https://csp75.wordpress.com/qui-dit-quoi/#en-chiffres

    Je cherche à vous joindre en privé (ne trouve pas) pour une éventuelle utilisation de l’illustration de cet article pour un intranet privé associatif (article sur les termes utilisés).

  5. Marina Yaguello dit :

    Je suis issue de l’émigration russe post révolution. Bizarrement les Russes ont toujours été appelés « émigrés » et jamais « immigrés », comme si leur provenance restait plus importante que leur point de chute, pourtant sans retour dans l’écrasante majorité des cas. Il me semble que les « politiques » ont tendance à être des « émigrés » tandis que les « économiques » sont des migrants, aspirant à devenir « immigrés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *