« Y a jamais personne sur les rochers »

rochers001lightrochers002cropped« Y a jamais personne sur les rochers » dit une petite fille en observant les gens qui se promènent (ou pêchent, méditent…) sur l’avancée de rochers  prolongeant la plage. Bizarrement, l’observation inverse – des rochers vides de toute présence humaine – aurait pu donner lieu à la même formulation.

 

 

 

 

 

logo1bon

 

Comment se fait-il que ce que dit la petite fille puisse avoir deux interprétations parfaitement opposées ? Deux interprétations correspondant respectivement à deux situations bien distinctes :

(1) l’une où : ce n’est jamais le cas qu’il n’y ait personne sur les rochers (ou encore : c’est toujours le cas qu’il y a quelqu’un sur les rochers)

(2) l’autre où : c’est toujours le cas qu’il n’y a personne sur les rochers.

logo2bon

 

Admettons tout d’abord que la distinction entre les deux interprétations n’est pas complètement évidente.

rochers003La première interprétation, celle qui correspond à ce que voulait dire la petite fille, est aussi celle qui est la moins facile à comprendre. Pour la mettre en lumière, on peut imaginer un contexte qui la favoriserait : un contexte, par exemple, où la petite fille attendrait qu’il n’y ait plus personne sur les rochers pour aller y jouer – et donc, se désespérerait du fait que « Y a jamais personne sur les rochers ».

La seconde interprétation est a priori plus immédiate, il n’y a pas besoin de contexte particulier pour y accéder.

A l’oral, la prosodie (et en particulier le découpage en groupes de mots) peut aider à différencier les deux interprétations. Ce que voulait dire la petite fille, on peut le redire en faisant une pause après jamais :

Y a jamais  ||  personne sur les rochers

On favorise au contraire la seconde interprétation en regroupant jamais personne :

Y a  ||  jamais personne ||  sur les rochers

Ce qui est troublant, c’est qu’une fois arrivé à une interprétation, quelle qu’elle soit, l’esprit a tendance à s’y accrocher, et ne parvient qu’avec effort à « basculer » vers l’autre.

gestalt1

https://jeffvisualart.wordpress.com/2014/08/22/gestalt-art/

canard-lapin1

https://fr.wikipedia.org/wiki/Canard-lapin

Le phénomène évoque l’effet recherché par ces images bien connues de la théorie de la « Gestalt », où la perception oscille entre deux formes qui n’ont rien à voir et qui sont pourtant contenues dans le même dessin. Qui a vu la vieille au menton en galoche dans l’image de gauche a du mal à passer à la jeune élégante au chapeau, et inversement. Même difficulté, dans l’image de droite, pour s’arracher au lapin et voir le canard (et, là encore, inversement).

 

Revenons à notre « Y a jamais personne sur les rochers » : dans cet énoncé, c’est clairement la négation qui est à l’origine de l’instabilité du sens. La question est complexe, et renvoie à la distinction que l’on fait en linguistique entre concordance négative d’une part, et  double négation de l’autre.

Voyons d’abord la première : la concordance négative, ainsi que l’écrit C. Muller (2010, p. 73),

nomme une propriété particulière des mots négatifs présente dans de nombreuses langues. Ces mots négatifs peuvent être cumulés dans une seule proposition avec l’interprétation d’une seule négation sémantique.

C. Muller s’appuie sur l’exemple classique Personne n’a rien dit à personne, glosé comme « Il n’est pas vrai que quelqu’un ait dit quelque chose à quelqu’un ». De la même façon, pour notre exemple, la glose correspondant à la concordance négative (« C’est toujours le cas qu’il n‘y a personne sur les rochers«  ) ne comporte plus qu’une seule négation sémantique (exprimée par ne…personne)1.

La « double négation » correspond à une vision plus « logiciste », où deux négations sémantiques s’annulent : c’est le bien connu -(-P) = P. L’exemple de C. Muller – Personne n’a rien dit à personne – admet également une interprétation avec deux négations : négations qui s’annulent, comme le montre la glose proposée en ce cas par l’auteur – « Tout le monde a dit quelque chose à quelqu’un ». Pour notre exemple, on a donné déjà la glose positive correspondant à la lecture de double négation, où les deux négations sémantiques s’annulent : « C’est toujours le cas qu’il y a quelqu’un sur les rochers« .  2

La double (voire triple, quadruple…) négation a un côté casse-tête :

-(-P) = P ; -(- (-P)) = – P  ; -(-(-(- P))) = P, etc.

Elle est à l’origine de bourdes involontaires, avec une négation superflue ou manquante qui amène à dire le contraire de ce qu’on veut dire (« Arrête ! J(e n)’ai jamais dit que t(u n)’étais pas un idiot ! »). Elle permet de subtiles formulations indirectes, comme dans le célèbre euphémisme racinien « Va, je ne te hais point »3. Elle peut être aussi exploitée pour des effets comiques : c’est le fameux “I cannot say that I do not disagree with you” de Groucho Marx4 (et là, on vous laisse faire le calcul du sens…).

Remarquons juste, pour finir, que les langues ont des ressources différentes pour construire la négation, et que donc les questions de concordance négative et double négation pourront se poser différemment. Si l’anglais fonctionne comme le français dans la phrase de Groucho Marx, ce n’est pas le cas pour notre exemple, qui dans sa traduction anglaise sera immédiatement désambiguïsé. En anglais, « Y a jamais personne sur les rochers » sera traduit soit par :

There’s never nobody on the rocks  (double négation)

soit par :

There’s never anybody on the rocks (concordance négative).

– et donc le problème qu’on se posait, de deux interprétations contradictoires pour une même forme, ne se pose plus5.

logo3b

 

 

Claude Muller (2010). La concordance négative revisitée. In P. Blumenthal & S. Mejri. Les configurations du sens, Franz Steiner Verlag (Stuttgart), pp.73-88, 2010, Beiheft 37 de: Zeitschrift fur franzosische Sprache und Literatur. <halshs-00989438>

  1. Une autre glose possible serait « Il n‘est pas vrai qu’il y ait toujours quelqu’un sur les rochers », où l’unique négation sémantique serait exprimée par ne…pas. []
  2. On comprend intuitivement que la distinction entre concordance négative et double négation puisse être mise en œuvre prosodiquement par le découpage en groupes de mots (cf. plus haut) : dans le cas de la concordance négative, il y a un seul groupe négatif – Y a  ||  jamais personne ||  sur les rochers ; dans le cas de la double négation, il y en a deux – Y a jamais  ||  personne sur les rochers. []
  3. Dans cet exemple, la seconde négation est lexicale : haïr comme façon de dire « ne pas aimer ». On pourrait également avoir, certes moins élégamment : « Va, il n’est point vrai que je ne t’aime point ». []
  4. « Je ne peux pas dire que je ne suis pas en désaccord avec vous ». []
  5. N’en inférons pas pour autant que l’anglais serait moins ambigu que le français. « Nothing is better than a day in the country » admet deux lectures contradictoires – saurez-vous en trouver les traductions possibles en français ? []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *