« Mange toujours ! »

toujoursV8

 

Une famille arrêtée sur une aire d’autoroute pour pique-niquer.

– « Mange toujours ! » dit le grand-père à sa petite-fille qui selon lui parle trop, et ne ne mange pas assez vite.

– « Pourquoi toujours ? » demande la petite fille.

 

logo1bon

 

C’est vrai, ça : elle ne va pas manger toujours – tout le temps, en permanence, à jamais… Elle a autre chose à faire dans la vie ! Le grand-père, d’ailleurs, est bien embêté pour lui répondre. Et il veut bien l’admettre : pourquoi toujours ?

logo2bon

 

Le problème soulevé par la petite fille, qui laisse le grand-père perplexe, est lié à la fluctuation du sens de toujours : son sens temporel – celui auquel on pense spontanément quand on considère le mot de façon isolée – est ici exclu. D’où l’étonnement de l’adulte devant son propre langage, et son impuissance à expliquer à l’enfant ce qu’il a voulu dire. Les autres sens en effet ne sont pas immédiatement accessibles à l’intuition, et donc beaucoup plus difficiles à expliciter.

L’emploi de toujours, dans notre exemple, est un emploi pragmatique, au sens où il est à comprendre en lien avec la situation d’interaction, et plus particulièrement ici avec la visée argumentative du grand-père : ce qui importe pour lui, dans la situation présente, c’est que sa petite-fille finisse de manger pour qu’ils puissent reprendre la route. Après, qu’importe, elle pourra parler tant qu’elle voudra. Plutôt qu’un abus d’autorité, une opposition frontale (« Tais-toi et mange ! »), le grand-père opte pour une méthode douce. D’une certaine façon, il cède ou concède – il fait des concessions : « Ce n’est pas que je ne veux pas que tu parles (ce n’est pas que ce que tu dis ne m’intéresse pas), mais on verra ça plus tard ».

Le lien entre sens temporel (de persistance, de permanence) et emploi pragmatique de toujours existe, même s’il n’est pas forcément évident à retrouver et formuler. Pour cet exemple, on pourrait essayer de le gloser de la façon suivante : « Ce qui est toujours vrai, dans la situation où nous sommes maintenant, c’est que tu dois manger » (l’emploi pragmatique restreignant ici la validité temporelle du toujours au temps présent de l’énonciation). Ce basculement du sens est décrit par Robert Martin (1987) comme un « passage de l’axe de re à l’axe de dicto » (l’axe de re correspondant à l’axe des faits, alors que l’axe de dicto correspond à la prise en charge, dans l’énonciation, de ces mêmes faits).

L’emploi pragmatique, ou de dicto, est lui-même divisible en plusieurs sous-emplois, qui ont été abondamment décrits par les linguistes. Voyons quelques exemples de ces autres emplois, qu’on se contentera ici de distinguer par leurs diverses gloses :

– On y sera toujours au chaud. (Dans un contexte comme : « Allons au bistrot ! », « Qu’est-ce que tu penses du bistrot ? ») (A. Cadiot et al. 1985)

(où toujours pourrait être glosé par au moins : « Au moins, on y sera au chaud »)

 

Je ne sais absolument pas où il peut être… Pas ici, toujours. (M.-B. M. Hansen 2004)

(où toujours pourrait être glosé par en tout cas)

 

– Il y en a tout de même pas mal ? demande Robert.

– Ça fait pas une fortune, mais c’est toujours ça. (E. Buchi 2007)

(où toujours pourrait être glosé par déjà)

 

Toujours est loin d’être une exception. De nombreuses expressions se prêtent à un tel passage du temporel au pragmatique. Ce passage a une dimension historique, au sens où il correspond à une évolution de la langue au fil des siècles.

3460543_6_b35e_extrait-du-dernier-album-asterix-chez-les_65980f9435fe2452a40203d4807f8725

Extrait de « Astérix chez les Pictes » de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri (disponible sur https://lc.cx/4UA5)

Dans certains cas (or, cependant), le passage est achevé (ou presque), et le sens temporel (plus ou moins) inaccessible. Ainsi on ne perçoit plus, dans notre or moderne le sens de « maintenant » qu’il avait au Moyen-Âge. Quant à cependant, il ne garde sa signification originelle de « pendant ce temps » que dans quelques rares usages littéraires (où les albums d’Astérix se trouvent en bonne place1).

Dans d’autres cas, plus nombreux (dont notre toujours), l’emploi pragmatique s’est développé à partir du sens temporel sans pour autant l’occulter. L’interprétation peut alors osciller entre sens temporel et sens pragmatique. A côté de toujours, on mentionnera, avec un fonctionnement comparable, maintenant, après, en même temps, en attendant (dont on donne ci-dessous quelques exemples d’interprétation pragmatique) :

maintenant :

c’est sur que c’est une question de caractère [souffrir ou rigoler]. Maintenant, c’est pas toi qui avais un prénom de chien [Minnie] mais le chien qui avait un prénom de fille…. c’est un peu différent. (Réponse d’une internaute, sur le forum aufeminin.com)

– après :

Ce sont des sujets importants, tout de même, non ? Après, je n’y pense pas toute la journée. Au fond, je m’en fous même un petit peu. (Interview du dessinateur Willem, dans Libération du 8 janvier 2015)

en même temps :

Dans ce tome, Sal est un peu plus présente (en même temps, c’est pas difficile de faire mieux que dans les autres tomes vu que dans l’un d’eux elle disparait purement et simplement !) (Commentaire de Time Riders, tome 4, sur le site littéraire babelio.com)

en attendant :

On dit que l’homme est l’animal le plus évolué mais en attendant j’ai jamais vu une poule faire la queue 2h au Burger King pour un burger. (Commentaire d’un internaute, sur le site d’informations 20minutes.fr)

On notera pour finir que dans certains contextes, l’interprétation reste indéterminée, au sens où elle peut être à la fois temporelle et pragmatique :

Nicolas Sarkozy rêve de prendre sa revanche sur François Hollande en 2017. Mais en attendant, il est incapable de prononcer son nom. (Article du 27 mai 2015 sur le site europe1.fr)

 

(Pas toujours facile de mettre en évidence les fluctuations de l’interprétation… mais on aura toujours essayé…)

 

logo3b

 

Cadiot, A., Ducrot, O., Nguyen, T-B., Vicher, A. (1985). Sous un mot, une controverse : les emplois pragmatiques de « toujours ». Modèles linguistiques 7 : 105-124.

Hansen, M.B. M. (2004). La polysémie de l’adverbe toujours. Travaux de linguistique 49 : 39-55. DOI : 10.3917/tl.049.0039.

Buchi, E. (2007). Sur la trace de la pragmaticalisation de l’adverbe toujours ( « Voyons toujours l’apport de la linguistique historique »). Langue française 154 : 110-125. <halshs-00148877

 

 

  1. On remarquera que dans l’extrait ci-dessus d’Astérix chez les Pictes, les auteurs Didier Conrad et Jean-Yves Ferri reprennent à leurs illustres prédécesseurs un usage temporel – bien marqué visuellement – de cependant (un cependant qui alterne régulièrement dans les albums avec pendant ce temps). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *