La femme de l’écrivain

mariés3

 

« Cela surprendra peut-être, mais j’approuve tout à fait la création récente des termes auteure et écrivaine. Il faut bien pouvoir nommer la femme de l’écrivain. »

(Eric Chevillard, L’Autofictif, 15 janvier 2016)

 

 

Madame l’écrivaine, donc, comme Madame la présidente ? On goûtera la provocation, en se souvenant d’une polémique récente : polémique à propos de la sanction financière appliquée à ce député qui s’obstinait à appeler la présidente de séance Madame le président plutôt que Madame la présidente. Le député en question en appelait – contre le règlement de l’Assemblée nationale – aux règles de l’Académie française, en arguant que la présidente, c’est la femme du président :

[…] « Président » est une fonction, tout comme ministre. Madame la Présidente, c’est en réalité la femme du Président » (billet publié sur le Huffington Post)1.

Mais revenons à l’écrivaine. Cette « création récente » (dont joue Chevillard en feignant de l’associer immédiatement, naïvement, à femme de l’écrivain) relève de ce que l’Académie française désigne comme « féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres ». Sur la question de la féminisation, la vénérable Académie a des idées bien arrêtées, sur lesquelles nous aimerions nous arrêter à notre tour. Elle propose (impose), à la suite de « l’affaire » du député, une « mise au point«   dans laquelle elle commence par afficher sa volonté d’ouverture :

L’Académie française n’entend nullement rompre avec la tradition de féminisation des noms de métiers et fonctions, qui découle de l’usage même : c’est ainsi qu’elle a fait accueil dans la 8e édition de son Dictionnaire (1935) à artisane et à postière, à aviatrice et à pharmacienne, à avocate, bûcheronne, factrice, compositrice, éditrice et exploratrice. Dans la 9e édition, en cours de publication, figurent par dizaines des formes féminines correspondant à des noms de métiers. Ces mots sont entrés naturellement dans l’usage, sans qu’ils aient été prescrits par décret : l’Académie les a enregistrés pourvu qu’ils soient de formation correcte et que leur emploi se soit imposé.

On soulignera, dans ce premier extrait, le simple rôle d’ »enregistrement » (assorti, quand même, d’un filtrage) que se donne l’Académie : enregistrement de mots « entrés naturellement dans l’usage », dont l’emploi « s[’est] imposé » plutôt qu’il n’a été imposé. Or c’est là une conception très lisse de son propre rôle, aussi bien que de l’évolution de la langue.

En premier lieu, cette conception sous-entend que l' »usage » serait consensuel, unanime, qu’il résulterait d’un phénomène naturel, se déployant à l’abri de la société et de ses tiraillements. Or en ce qui concerne la désignation des métiers et fonctions au féminin, l’usage est loin d’être consensuel : en atteste la coexistence (concurrence) fréquente de  plusieurs usages, à l’origine d’une grande zone de flou (cf. auteur / autrice /auteure (voire auteuse) ; chercheur / chercheure / chercheuse ; écrivain / écrivaine).

D’autre part, le filtrage opéré par l’Académie (les mots sont enregistrés « pourvu qu’ils soient de formation correcte ») n’a pas le caractère d’évidence auquel la formulation pourrait laisser croire. La mise au jour, en linguistique (en particulier par les morphologues), des mécanismes qui sous-tendent la formation et la dérivation des mots au fil du temps amène à prendre en compte des processus complexes qui ne se laissent pas décrire en termes de correct versus incorrect. Il y a en outre une forme d’aveuglement à dire qu’on ne valide l’usage d’un mot que si celui-ci est correctement formé : dans l’histoire de la langue en effet, l’usage a régulièrement consacré, et fait entrer dans les dictionnaires, des mots qui se sont construits en violation des modes de formation attendus (i.e. le plus souvent attestés)2.

Comme principe de filtrage, l’Académie invoque, en plus de règles de bonne formation,  la défense de l’ « esprit de la langue », qu’elle oppose à un « esprit de système » :

recteureMais, conformément à sa mission, défendant l’esprit de la langue et les règles qui président à l’enrichissement du vocabulaire, elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes. Le français ne dispose pas d’un suffixe unique permettant de féminiser automatiquement les substantifs.

Or cet « esprit de la langue » (souvent désigné également comme « génie de la langue ») reste pour le moins bien mystérieux… On peut convenir de le ramener, un peu prosaïquement, aux mécanismes de formation du vocabulaire inhérents à la langue – mais on retombe alors dans les difficultés mentionnées plus haut. Et si on veut avancer, la question la plus pertinente devient : comment utiliser au mieux les ressources de la langue pour trouver les meilleurs formes possibles de féminisation ? L’Académie rejette professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, et pire encore, chercheure… mais que propose-t-elle à la place qui serait correctement dérivé, et ne sombrerait pas dans le « barbarisme » ? Voyons comment elle poursuit :

S’agissant des métiers, très peu de noms s’avèrent en réalité, du point de vue morphologique, rebelles à la féminisation quand elle paraît utile. Comme bien d’autres langues, le français peut par ailleurs, quand le sexe de la personne n’est pas plus à prendre en considération que ses autres particularités individuelles, faire appel au masculin à valeur générique, ou « non marquée ».

C’est-à-dire que l’Académie ne propose aucune alternative aux formes qu’elle rejette. Au lieu de cela, elle énonce un principe selon lequel la féminisation se fait d’elle-même et sans difficulté « quand elle paraît utile ». Mais quand donc, selon l’Académie, la féminisation serait-elle utile, et quand ne le serait-elle pas ?

Autre cas de figure, dont il n’est pas clair s’il relève des cas où la féminisation, justement, ne serait pas utile : le cas où « le sexe de la personne n’est pas plus à prendre en considération que ses autres particularités individuelles ». Mais quand donc, selon l’Académie, le sexe de la personne est-il à prendre en considération, et quand ne l’est-il pas ? Pourquoi le sexe de la personne serait-il plus à prendre en considération pour la postière que pour la professeure ? pour l’aviatrice que pour l’ingénieure ? À ces questions qu’on ne peut pas ne pas se poser, l’Académie ne donne aucune réponse. En revanche, elle propose une solution miracle : le recours au « masculin à valeur générique ».

Or d’un point de vue linguistique, la notion de « générique » est ici parfaitement inadéquate. Le générique, en effet, vaut pour des emplois, et non pas pour des mots. Ainsi, acteur(s) est générique dans « La vie d’acteur est souvent enviée » ou « Le Cours Florent forme des acteurs depuis 1967 » (où l’on ne désigne pas une personne particulière), mais pas dans « L’acteur qui joue dans Peau d’Âne est formidable« . Dans ce dernier cas, il ne s’agit plus de masculin générique mais de masculin tout court : l’acteur désigne un homme (Yves Pignot, ou Jean Marais, mais certainement pas Catherine Deneuve !)3. Le marquage de la distinction des sexes, quand il s’agit de désigner des personnes spécifiques, correspond à un tropisme profond et ancien de la langue4. Ce marquage relève de ce qu’on appelle plus généralement le « genre grammatical », lequel détermine l’accord formel au masculin ou au féminin. Mais ce n’est que dans le cas des animés que l’information relative au sexe apparaît. Dans le cas des inanimés, le genre grammatical est  une catégorisation purement arbitraire. Dit autrement, dans un acteur versus une actrice, le genre n’a pas le caractère d’arbitraire qu’il a dans un fauteuil versus une chaiseune table versus un guéridon, la paix versus le ressentiment ou la présidence versus le directorat5.

Sur ces questions du générique et du genre grammatical, une synthèse lumineuse est fournie par l’Institut National de la Langue Française (INaLF), qui en 1999 publie un Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions6. Ce guide, rédigé dans un esprit d’ouverture, et avec un constant souci de précision et d’explication linguistiques, propose d’abord des règles de féminisation, puis toutes les formes féminines issues de ces règles. Mais dans ces propositions, l’Académie ne voit qu’un diktat politique (reflet sans doute de cet « esprit de système » mentionné plus haut) :

« Un catalogue de métiers, titres et fonctions systématiquement et arbitrairement « féminisés » a été publié par la Documentation française, avec une préface du Premier ministre. La presse, la télévision ont suivi avec empressement ce qui pouvait passer pour une directive régalienne et légale » (déclaration adoptée à l’unanimité dans la séance du 25 mars 2002). Or aucun texte ne donne au gouvernement « le pouvoir de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français ». Nul ne peut régenter la langue, ni prescrire des règles qui violeraient la grammaire ou la syntaxe : elle n’est pas en effet un outil qui se modèle au gré des désirs et des projets politiques. Les compétences du pouvoir politique sont limitées par le statut juridique de la langue, expression de la souveraineté nationale et de la liberté individuelle, et par l’autorité de l’usage qui restreint la portée de toute terminologie officielle et obligatoire. Et de l’usage, seule l’Académie française a été instituée « la gardienne ».

L’Académie s’insurge, pourtant ni le gouvernement, ni l’INaLF ne prétendent « modifier de [leur] seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français »7. D’ailleurs, il ne s’agit pas du « français » dans son ensemble, la portée initiale du guide étant plus modestement circonscrite aux textes officiels.

L’Académie se pose en gardienne de l’usage, au service de la langue, donc, plutôt que dans un rôle de pouvoir. Cependant, autant dans son histoire que dans sa pratique actuelle, l’Académie a fonctionné en gardienne du « bon usage », plutôt que de l’usage. C’est-à-dire qu’elle se donne, malgré ses dénégations, un rôle surplombant, qui l’amène en fait à sélectionner, dans la multiplicité des usages, celui qu’elle juge conforme. La différence que nous faisons entre « usage » et « bon usage » est loin d’être anecdotique : le « bon usage » en effet – et la perspective historique est ici particulièrement éclairante – a pu parfois contredire, voire interdire l’usage. Ainsi le féminin autrice, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’est pas une « création récente ». Attesté en moyen français, il était encore vivace dans la seconde moitié du 17ème siècle, quand ont commencé les attaques, en particulier de l’Académie française8. C’est ce que décrit Aurore Évain (2008) dans son étude de l’histoire d’autrice :

Au cours du XVIIe siècle, on assiste en effet à une véritable guerre menée contre autrice. Tandis que son emploi en littérature et dans l’usage courant poursuit son essor, du côté des grammairiens et de certains lettrés l’opposition à ce féminin se durcit.

Malgré cette « guerre », autrice continue d’être utilisé, ainsi qu’en atteste paradoxalement la définition du Dictionnaire de Trévoux en 17529 :

AUTRICE. Substantif féminin. Mot que l’usage n’admet pas, pour signifier celle qui a composé un ouvrage d’esprit. J’avais déjà lu plus d’une fois, Madamoiselle, la lettre sur les bons mots, insérée dans le Mercure du mois d’avril dernier, lorsque Madame la Marquise de la S.** me dit que vous en êtes l’autrice (Mercure, juin 1726). Il fallait dire l’auteur, suivant le bon usage et la décision de l’Académie française.

La définition aussi bien que l’illustration proposée témoignent de l’emploi persistant du terme  – lequel est cependant condamné par les jésuites auteurs du dictionnaire au nom du « bon usage », en référence à l’Académie française.

Pas besoin d’aller chercher bien loin les raisons de cette condamnation : elles sont bien évidemment d’ordre idéologique et non linguistique, ainsi qu’on le trouve merveilleusement exprimé chez Rétif de La Bretonne dans La paysanne pervertie. Sous la plume de Gaudet, dans une lettre à Ursule :

À propos ! qu’est-ce donc que m’a dit Laure ? que vous vouliez écrire. Ah ciel ! une femme autrice ! mais c’est le comble du délire ! Examinons cela ensemble de sang-froid : car à vous parler sincèrement, je n’en ai rien cru ; ainsi, vous êtes désintéressée. Il me semble que si je voyais à la promenade une jolie femme qui me plût infiniment, dont je ne pourrais détourner la vue, il suffirait de me dire Elle est autrice : elle a fait tel et tel ouvrage, pour m’inspirer à son égard un dégoût si complet qu’il irait jusqu’aux nausées. Pourquoi cela ? me direz-vous. Ah ! le voici, ma belle. Une femme autrice sort des bornes de la modestie prescrite à son sexe.10

De la même évidente façon, le « féminin conjugal » a été lié au confinement de la femme à son rôle « d’épouse et de mère », dans le modèle bourgeois de la société du 19ème siècle11.

Au finachercheurel, les perspectives se renversent : lorsque l’Académie prône le respect du génie de la langue, et s’insurge contre les interventions brutales et ignorantes des politiques (sous influence, on comprend, des féministes), elle oublie le rôle qu’elle a elle-même joué dans la « masculinisation » des noms de métiers. Féminiser, c’est souvent pallier des manques causés par des siècles de masculinisation. Heureusement, la langue est pleine de ressources. Existaient au 17ème siècle, en sus des autrices, les écrivaines, philosophesses, capitainesses, médecines, peintresses, etc.12. Faire renaître aujourd’hui autrice ou écrivaine13, créer auteure,  professeure, chercheure… , c’est une façon, non seulement de suivre l’évolution de la société, mais aussi de (ré)enrichir, (re)vivifier la langue – de délier une langue corsetée.

 

logo3b

 

Parmi les nombreuses références sur la question de la féminisation, on mentionnera :

Autour du livre de Anne-Marie Houdebine. La féminisation des noms de métiers (2000/1). Travail, genre et sociétés 3 : 169-189. DOI : 10.3917/tgs.003.0169

Becker, A., Cerquiglini, B., Cholewka, N., Coutier, M., Frécher, J., Mathieu, M-J. (1999). Femme, j’écris ton nom… : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions. Paris : La Documentation Française. PDF

Brick, N. & Wilks, C. (1994). Et Dieu nomma la femme : observations sur la question de la féminisation des noms d’agent et sur les désignations d’Edith Cresson dans la presse. Journal of French Language Studies 4/2 : 235-239.

Évain, A. (2008). Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours. SÊMÉION, Travaux de sémiologie 6, « Femmes et langues ». PDF

Houdebine-Gravaud, A.-M. (éd.) (1998). La féminisation des noms de métiers. En français et dans d’autres langues. Paris : L’Harmattan.

Khaznadar, E. (2015). Le sexisme ordinaire du langage – Qu’est l’Homme en général ? Paris : L’Harmattan. (Voir également le site : Edwige Khaznadar & les avatars du féminin et du masculin).

Larivière, L.-L. (2000). Pourquoi en finir avec la féminisation linguistique, ou à la recherche des mots perdus. Montréal : Boréal.

Lenoble-Pinson, M. (2006). Chercheuse ? chercheur ? chercheure ? Mettre au féminin les noms de métier et les titres de fonction. Revue belge de philologie et d’histoire 84/3 : 637-65.

Valentini, A. (2015). Autrice ou auteure ? L’heure d’-eure. L’OBS : Féministes en tous genres – entretiens et articles de chercheuses sur le genre et les sexualités.

Viennot, É. (2014). Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Donnemarie-Dontilly : Éditions iXe.

Yaguello, M. (1979). Les mots et les femmes. Paris : Payot

Yaguello, M. (1989). Le sexe des mots. Paris : Belfond. (NB. Une nouvelle version augmentée et corrigée de cet ouvrage est parue chez Points en 2014 sous le titre : Les mots ont un sexe)

 

Voir également sur Langue sauce piquante, le blog des correcteurs du Monde :

“autrices? ça se dit, ça?” (13 octobre 2012)

Pas de trêve des confiseuses ! (28 décembre 2013)

« C’est français la “première ministre” ? » (7 mai 2014)

 

  1. Dans ce même billet, le député poursuit : « C’est grâce à sa subtilité que le Français est envié depuis des siècles par tous les pays du monde et qu’elle a longtemps été la langue de la diplomatie. […] Mais madame Mazetier n’aime pas la subtilité : elle aime utiliser le perchoir comme tribune politique pour ses idées, quitte à écraser la grammaire, le statut de l’Académie Française, et ses collègues. » []
  2. Parmi les constructions qui seraient « fautives » aux yeux des tenants de la norme, mentionnons par exemple bougeoir et glissière (-oir sélectionnant en principe des bases verbales et -ier des bases nominales, on devrait dire bougier et glissoire) ; ou encore romantisme, qui ne respecte pas l’intégrité des formants (on devrait dire – et on a dit – romanticisme, comme catholicisme, puisque romantisme est à romantique ce que catholicisme est à catholique). Nous remercions vivement notre collègue morphologue, Michel Roché, pour ces exemples éclairants. []
  3. En parlant d’une femme,  on ne dirait pas davantage « Cet acteur est formidable«  que « Il est formidable ». []
  4. Non remis en cause – on y reviendra – jusqu’au 17ème siècle, ainsi que le souligne l’historienne Éliane Viennot dans son ouvrage de 2014, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! []
  5. Cette distinction semble échapper au député sus-mentionné, si ardent défenseur pourtant (cf. note plus haut) de la « subtilité » du français :  « Lorsqu’un homme est au perchoir et qu’on parle de « la Présidence », il n’est pas plus dénié dans sa nature masculine que « Madame le Président » […]. » []
  6. Ce guide est désormais accessible en ligne à partir du site de l’ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française), où il est présenté de la façon suivante : « Le Guide d’aide à la féminisation a été élaboré et publié à l’initiative de Bernard Cerquiglini, Directeur de l’INaLF. Il répond à l’incitation du Gouvernement à généraliser la parité linguistique dans les textes officiels : circulaire du 11 mars 1986 et circulaire du 6 mars 1998, texte du B.O. de l’Éducation nationale du 9 mars 2000. » []
  7. Dans sa préface, le Premier Ministre Lionel Jospin précise d’ailleurs que « Le rôle du Gouvernement ne peut certes pas être en la matière d’imposer une norme : la liberté d’expression, une des libertés les plus fondamentales dans une démocratie, suppose le droit pour chacun d’utiliser la langue comme il l’entend. Mais le Gouvernement doit montrer l’exemple dans la sphère qui est la sienne, celle des services publics. » []
  8. Et ce, dès la création de celle-ci, en 1634. []
  9. Cité par Éliane Viennot (2014), p. 56. []
  10. C’est grâce à Marina Yaguello, pionnière dans l’exploration des rapports entre « les mots et les femmes »,  que nous avons trouvé la trace de cet extrait de Rétif de La Bretonne (cf. Yaguello 2014, à la rubrique auteur/autrice). []
  11. C’est ce que souligne dans son blog le linguiste Bernard Cerquiglini, qui qualifie ce « féminin conjugal » de « grammaticalement scabreux » : « Le mauvais usage de la langue, c’est celui-là : celui qui consiste à interférer dans le parallélisme des formes masculine et féminine d’un même mot en y introduisant cette dimension conjugale, ce sous-entendu de “femme de…” est un parasitage de la vraie nature de la langue. » []
  12. Cf. là encore Éliane Viennot, pp. 52-53. []
  13. C’est-à-dire retrouver des « mots perdus », cf. Larivière (2000). []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Deux formulations entre chien et loup dans deux dossiers de candidature rédigés par des femmes :
    « … j’ai fini majore de promotion… » ;
    « Doctorat sous la direction du Professeure Adeline Wrona « .

  1. mars 8, 2017

    […] le stylo à la main, ou la phrase s’arrêtant soudainement sur vos lèvres. Comment dit-on « auteur » au féminin? Et docteur? Et dit-on « Madame le ministre » ou « Madame la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *