« Auteure », « écrivaine », suite…

FLorence_07

 

Ah moi je trouve que j’ai baissé terriblement dans mon estime en devenant une auteure. Tout mon espoir de lycéenne, au lycée Jean de la Fontaine, c’était de devenir un écrivain, pas une écrivaine. Non. C’était de devenir un auteur dramatique, pas une auteure. Non. (Florence Delay, de l’Académie française, dans l’émission Les Têtes chercheuses du 30 août 2015 sur France Culture)

 

Lycéenne d’accord, mais auteure… écrivaine… non !

Ce n’est pas qu’on veuille tellement insister (après La femme de l’écrivain), mais les résistances sur les mots auteure et écrivaine sont emblématiques de l’hostilité souvent suscitée par la féminisation des noms de métiers et fonctions. Féminisation, d’ailleurs, n’est pas le terme exact, dans la mesure où nombre des formes féminines honnies ont existé, avant d’être combattues, effacées, puis oubliées1. Quoi qu’il en soit, les formes féminines des noms de métiers et fonctions sont loin d’être toutes traitées à la même enseigne. Autant écrivaine, professeure, chercheuse, chirurgienne, pompière, menuisière… posent problème, autant coiffeuse, comédienne, caissière, couturière, actrice, factrice passent comme une lettre à la poste. Florence Delay, qui proclame son aversion pour auteure et écrivaine, emploie tout naturellement le féminin lycéenne sans s’interroger sur la hiérarchisation implicite des formes. Or comme le dit si bien Marina Yaguello, « c’est la dissymétrie en elle-même qui est contestable » :

Pourquoi serait-il naturel pour une femme de dire « Je suis romancière », « Je suis historienne », ou encore « Je suis institutrice », « Je suis directrice d’école », et pourquoi devrait-elle dire « Je suis écrivain », « Je suis directeur de cabinet », « Je suis conseiller municipal », « Je suis chercheur » ? (Yaguello, 2014 : 75-76.)

De façon générale, la forme féminine passe d’autant mieux qu’elle correspond à des stéréotypes féminins, et pose d’autant plus problème que le métier concerné est plus prestigieux ou plus « viril ». Ce n’est pas systématique : historienne ou aviatrice ne correspondent pas, de façon évidente, à des standards de féminité. Mais la tendance est lourde, et la dévalorisation, le dénigrement liés au féminin prégnants. C’est d’ailleurs ce qu’exprime de façon très éloquente la suite de la discussion entre Florence Delay et le journaliste qui l’interroge  :

– Oui mais pourtant si je vous dis poétesse, vous allez trouver ça normal, poétesse, ça passe.

– Non. Ben écoutez, je m’excuse, mais si je pense à des grands poètes, comme Emily Dickinson, je ne la traiterai jamais de poétesse. C’est un grand poète.

Traiter de poétesse, comme on traite de minable, de pauvre type, de pauvre fille – avec traiter, on en arrive carrément dans le registre de l’insulte2

Ici apparaît le versant émotif des constructions plus « scientifiques » du discours officiel de l’Académie française tel qu’il est affiché sur son site (et tel que nous le reprenons dans La femme de l’écrivain).  Cette émotion, ceci dit, transparaissait déjà dans ce discours officiel – ainsi la secrétaire perpétuelle (le secrétaire perpétuel), Hélène Carrère d’Encausse, qui s’indigne du martyre de la langue :

On a justifié cette déformation délibérée des mots par la volonté de faire du vocabulaire ainsi martyrisé l’instrument du changement des mentalités. (Séance publique annuelle du 5 décembre 2012, éloquemment intitulée « Au secours du français »)

Cette émotion, par ailleurs, caractérise la façon dont « on » parle souvent de la féminisation des noms de métiers.  Dans la presse, à la radio, et plus encore sur les forums internet se déploie ce qui est désigné par les linguistes comme linguistique « profane » ou « populaire »3, et qui correspond à l’activité métalinguistique d’ « amateurs » qui, sans être linguistes, font part de leur sentiment sur la langue et les pratiques discursives4.

Après le discours officiel de l’Académie, ce sont les diverses manifestations de ce sentiment linguistique tout-venant que nous aimerions maintenant explorer.

Non aux ayatollahs du féminisme !

Un des grands arguments des opposants à la féminisation, c’est celui de la défense de la liberté, de la résistance à l’oppression, à l’extrémisme des gauchistes et des féministes. Cette thématique est extrêmement vivante dans les forums. En guise d’illustration, voici deux réactions d’internautes à la sanction infligée au député qui, malgré plusieurs rappels à l’ordre, avait persisté à appeler la présidente de séance « Madame le président » plutôt que « Madame la présidente » :

A quand le jour où les ayatollah du féminisme sanctionneront un député pour avoir dit « le soleil », alors que tout le monde sait que c’est « la soleil » qui nous prodigue sa chaleur et ses bienfaits ?5

Envisagée sous l’angle de la liberté d’expression, la sanction infligée par Sandrine Mazetier à Julien Aubert dépasse largement le cadre anecdotique de l’évènement qui l’a provoquée. Elle témoigne d’une évolution récente marquée par un passage du féminisme normatif au féminisme coercitif. On a vu se développer une « novlangue », dans le sens où l’entendait George Orwell, langue appauvrie qui refuse la distinction entre la fonction et celui ou celle qui l’exerce, langue que l’on doit utiliser pour être considéré comme féministe. Bref, la langue féministe est, avant tout, une langue de bois, la langue du pouvoir, utilisée de force alors que la tradition française est celle du bon usage, défini de façon sociétale. Avec cette novlangue, on voit aujourd’hui apparaître les sanctions visant ceux et celles qui s’écartent du chemin ainsi tracé et commettent, en quelque sorte, des écarts de langage.6

Dans cette résistance à l’oppression féminisante, la « novlangue » de George Orwell est souvent invoquée. Sous certaines plumes, même, les rigueurs du régime dictatorial conçu par Orwell apparaissent presque bénignes comparé à ce qui s’est joué à l’Assemblée :

Ainsi l’idéologie féministe, parfois en mal de repères, sanctionne financièrement tout mauvais usage de la langue! Pauvre Orwell! (…) En sanctionnant par une amende financière la mauvaise utilisation du «le» ou du «la» dans la langue française, Orwell spécialiste des régimes dictatoriaux n’en imaginait pas tant.7

Dieu, que c’est laid !

Un autre grand argument est l’argument esthétique. Sous cet argument on retrouve, implicitement, le fameux « esprit » ou « génie » de la langue de l’Académie française (voir là encore La femme de l’écrivain) : si on ne respecte pas ce génie de la langue, on nuit à la beauté naturelle de la langue – on obtient des formes laides, voire hideuses, ridicules, qui font grincer des dents, font mal aux oreilles, sonnent mal…

Pour illustrer cet argument, nous reprenons ci-dessous quelques extraits d’un forum dédié à la sculpture, où il est question de savoir s’il faut dire « sculpteur » ou « sculptrice »8.

KiliL’internaute Kili interroge ses consœurs :

Mesdames, vous définissez-vous comme sculpteur ou sculptrice ? On m’a même estampillée sculpteuse (aie !), autant dire que ce n’est pas clair pour tout le monde.

À cette question, il y a une avalanche de réponses, dont beaucoup se font en termes de laideur, de goût :

Tit'Anne– Tit’Anne :

Ercé, je crois (malheureusement) que mairesse est aussi utilisé pour désigner la femme excerçant les fonctions de maire, même si, comme sculptrice, l’emploi est rare. Faut dire, c’est pas beau non plus. Et moi pour parler des femmes je préfère un beau mot masculin qu’un affreux mot féminisé

GG– GG :

Je dirais bien que je m’en fiche, mais finalement, je n’aime pas sculptrice, tous les mots qu’on féminise, ne me paraissent pas naturel, on sent le truc revendiqué de force…

On remarque qu’ici, le critère esthétique est directement associé aux pressions idéologiques exercées sur la langue : c’est pas beau parce que c’est forcé, que c’est pas naturel.

Et pire que tout, et qu’on retrouve tout le temps, l’idée de ridicule :

– Tit’Anne :

J’irais même plus loin en disant que chercher à tout prix à féminiser les mots frise le ridicule. Et j’ai plutôt envie de rire quand j’entends « la mairesse, l’écrivaine » ou autre.

Là-dessus, Tit’Anne est proche de l’Académicienne Florence Delay (dans l’émission déjà citée Les Têtes chercheuses) :

Je ne suis pas les amies féministes là-dessus, je trouve que ce ‘e’ quelles accrochent à tout est absolument ridicule

Ces arguments en termes de « pas beau », de « ridicule » ne sont pas des arguments rationnels, il est donc assez difficile d’y répondre – sinon dire que quand on ne connaît pas, on n’aime pas. Ou mieux encore, dire, comme le fait si bien le linguiste Bernard Cerquiglini :

Ce qui se joue en premier lieu, c’est la hantise de la nouveauté. En matière linguistique, le conservatisme est une attitude assez généralisée. Même parmi les personnes les plus libérales sur d’autres questions sociales, vous trouverez une majorité de défenseurs d’une langue conservatrice. Il y a quelque chose d’inadmissible, pour les Français, dans l’évolution de la langue. Et ce qu’on n’admet pas, sans pouvoir forcément argumenter au fond des choses, sans savoir soi- même pourquoi on entre en résistance, on le disqualifie du point de vue esthétique. “C’est laid”, c’est sans appel…9

On notera encore que les deux aspects de la lutte anti-féminisation qu’on vient de voir – refus des pressions extérieures, respect de la beauté naturelle – sont souvent entremêlés, comme ici chez Catherine Millet :

Écrivaine non. Alors c’est très curieux, parce qu’en fait, alors, y a deux choses, d’abord, dans écrivain, on n’entend pas le mot vain, mais comme écrivaine, c’est un peu nouveau pour notre oreille, on entend le mot vaine, et ça ça me dérange un petit peu. Et puis j’aime pas trop, voyez, les choses qu’on impose à la langue, je trouve que la langue c’est, c’est l’usage, au bout d’un temps très très long, très très long, très très long, et là ce mot d’écrivaine, il nous a été imposé par, quoi, par certaines féministes quoi et ça, moi je veux pas qu’on m’impose un vocabulaire comme ça autoritairement, c’est un peu, un petit peu facho sur les bords quoi.10

En évoquant le fait que dans écrivaine, « on entend le mot vaine », Catherine Millet reprend un vieil argument déjà relevé par Marina Yaguello en 1989, puis encore par Michelle Lenoble-Pinson en 2006 : « La forme écrivaine est laide parce que l’on entend vaine. » Certain(e)s malgré tout, comme Catherine Millet, se rendent compte que dans écrivain aussi, il y a vain. D’autres ne le voient pas, ou ne veulent pas le voir, comme Caroline Lamarche parlant de son approche personnelle de la littérature dans le récit collectif Roman-Récit :

Sur ce chemin d’écriture, on rencontre de bons et de mauvais génies. La vie est ainsi faite. Mais avant d’en parler, je vais régler leur compte à ceux et celles, surtout, qui m’imposent le terme d’ « écrivaine » en vertu de je ne sais quelle évolution à propos de laquelle, ici en Belgique, seules les universitaires et les politiques, au féminin et au féministe (si je puis dire), sont consultées, non les femmes qui font profession d’écrire. Ecrivaine, pour commencer, est un mot presque obscène par défaut de musicalité. Si encore on disait « écrivenn », à la celtique, ou « écrivenne », comme garenne, les lapins, marennes, les huîtres, ou Vennes, un quartier de Liège, ma ville natale, qui m’est cher, bref sans cette affreuse syllabe traînante, « vaine » : écrivaine, comme une chose vaine, une femme vaine, qui écrit avec vanité. Etant moi-même assez vaniteuse, je préfère être écrivain, c’est à la fois plus discret et plus net. Surtout, je me sens héritière des George Sand, Virginia Woolf, Karen Blixen, Flannery O’Connor, et j’en passe, qui ont conquis, dans un monde dominé par les hommes, le droit d’être « écrivains ».

féminins017On n’insistera pas sur l’étrangeté, pour nous, de l’opposition entre écrivaine, « presque obscène par défaut de musicalité », et écrivain, « plus discret et plus net » (c’est fou, quand même, ce que peut faire un « e »…) ; on n’insistera pas non plus sur notre étonnement devant la différence de musicalité ressentie entre les trois graphies écrivaine, écrivenn ou écrivenne (ça se prononce vraiment différemment en Belgique ?).  Mais on profitera de cette citation pour introduire notre dernier point : l’étrange retournement de situation que constitue pour nous la promotion de l’égalité hommes-femmes par la revendication de formes masculines.

Noblesse oblige

C’est une évidence : à l’origine de la dépréciation des formes féminisées, il y a la dévalorisation attachée tout simplement au féminin. En 1697, Claude Favre de Vaugelas, grammairien et académicien, l’exprimait avec finesse :

 La forme masculine a prépondérance sur le féminin parce que plus noble.

Cette prépondérance du masculin, qui continue d’être enseignée dans les écoles, n’est pas juste une question de règle arbitraire : c’était, à l’origine, quelque chose de clairement idéologique, et revendiqué comme tel. C’est dit plus précisément encore, plus complètement, par Nicolas Beauzée, grammairien et futur académicien, en 1767 :

Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle.

Mais les temps ont changé : le plus souvent aujourd’hui, cette dévalorisation du féminin n’apparaît plus comme telle, et en devient beaucoup plus insaisissable. D’une part, elle se camoufle sous la contrainte esthétique : si écrivaine est si laid selon  Catherine Millet ou Caroline Lamarche, si elles y entendent si fort vaine, n’est-ce pas d’abord parce que vaine paraît là presque exprès comme écho aux pires stéréotypes féminins ?

D’autre part, par cet étrange retournement de situation que nous évoquions plus haut, revendiquer le choix de formes masculines peut également revenir à revendiquer l’égalité hommes-femmes. Cette idée est très bien représentée dans le forum Sculpture déjà cité. Retrouvons Tit’Anne :

Tit'AnneQuant à l’emploi du mot sculpteur pour une femme, il ne me choque pas bien au contraire ! Ce n’est pas le genre du nom qui fait le talent et pour moi, je trouve plutôt positif de mettre sur le même plan linguistique l’artiste qu’il soit homme ou femme, ils sont ainsi sur un pied d’égalité.

Ce à quoi Madame Dutour ajoute :

MmeDutourAlors si l’art n’a pas de sexe, il est à mon avis inutile de vouloir pointer d’entrée que nous sommes des filles vu que nous revendiquons aussi (et ça me semble plus fondamental) de ne pas faire un art estampillé féminin.

Cet argument de l’égalité soulève toujours la même interrogation : pourquoi est-ce toujours dans certains types d’activités que la distinction homme-femme devrait être suspendue ? Et que dans ces activités-là mettre au féminin signifierait « estampiller féminin » – signifierait qu’une femme, en tant que femme, exerce différemment son métier, son art ?

Dans un domaine plus intellectuel cette fois qu’artistique, Jacqueline de Romilly explicite très clairement les raisons de son opposition à l’extension générale de la féminisation. Dans un entretien avec l’archéologue Christiane Desroches Noblecourt, elle dit qu’elle a été « atteinte au cœur » le jour où elle a découvert qu’elle était une « professeure ». Et elle l’explique de la façon suivante :

[…] dans ma génération, nous avions, nous les femmes, été fières de réussir à nous présenter aux mêmes concours que les hommes et dans les mêmes conditions. Il était donc déroutant de voir aujourd’hui les distinctions se rétablir, fût-ce avec les meilleures intentions de la terre, sous la forme de débats sur la parité ou les quotas.11

Cette idée de la non-distinction en faveur de l’égalité entre les les hommes et les femmes montre bien qu’on ne peut pas réduire le combat contre la féminisation des mots à un combat anti-féministe12

Le combat féministe a pu de fait, historiquement, se marquer par la revendication d’une forme d’universalité à travers l’emploi du masculin. Une nouvelle étape est maintenant en cours, où le féminin n’enferme plus dans un particularisme étroit. Citons ces mots de conclusion de Bernard Cerquiglini et Marie-Jo Mathieu dans un débat publié par la revue Travail, genre et sociétés (2000)  :

La requête des femmes à être nommées par des termes rendant compte de leur sexe et de leur rôle dans la société n’est rien d’autre qu’une volonté d’être reconnues dans leur globalité, sans avoir à se masquer derrière un genre qui n’est pas le leur.13

Ines_4

 

Et puis pour faire changer les choses, on peut compter sur les enfants. Les enfants, spontanément, féminisent. La lycéenne Florence Delay rêvait, dans les années 50, d’être « écrivain » ; on connaît une collégienne d’aujourd’hui qui, sans hésitation, rêve d’être « chirurgienne »…

 

 

logo3b

 

Autour du livre de Anne-Marie Houdebine. La féminisation des noms de métiers (2000/1). Travail, genre et sociétés 3 : 169-189. DOI : 10.3917/tgs.003.0169

Yaguello, M. (2014). Les mots ont un sexe. Paris : Points.

  1. L’écrivain Éric Chevillard, dont nous avions vu qu’il ironisait sur le mot auteure – création récente bien établie Outre-Atlantique  semble considérer avec plus d’indulgence la forme historique autrice ; c’est du moins l’impression que nous donne le billet elliptique, voire énigmatique, qu’il publie sur son blog deux mois exactement après celui que nous avions relevé : « AUTRICE s.f. Ancien féminin, aujourd’hui inusité, du mot auteur. » (Grand dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle, 1866-1879)(Éric Chevillard, Autofictif, 15 mars 2016) []
  2. « – Ça s’fait pas monsieur d’nous traiter. – On dit pas traiter, on dit insulter. – C’est pas la peine de nous insulter de pétasses. – On dit insulter tout court, ou traiter de. » (Dialogue entre le professeur de français et ses élèves, dans Entre les murs de François Begaudeau []
  3. Cf. le numéro 6.1 de la revue Le discours et la langue (2014) – Métalangage et expression du sentiment linguistique profane – coordonné par Michelle Lecolle). []
  4. Ces amateurs peuvent être  par ailleurs « savants » : en termes de linguistique profane, les Académiciens – les Éternels – rejoignent le « grand public ». []
  5. Commentaire sur le site du Figaro du 8/10/2014, à la suite d’un article intitulé «Mme le président» : Julien Aubert s’estime victime d’une novlangue «idéologisée» []
  6. Billet du 14/10/2014, sur le blog Libertés, libertés chéries – Veille juridique sur les droits de l’homme et les libertés publiques. []
  7. Tribune de Jean-Marie Cotteret, professeur Emérite à la Sorbonne, sur le site du Figaro du 14/10/2014. []
  8. Forum Sculpture (sujet : « sculpteur ou sculptrice ? ») []
  9. Blog Programme EVE, interview de Bernard Cerquiglini par Marie Donzel, le 27/08/2012 []
  10. Catherine Millet : l’enfance d’une femme, Les Matins de France Culture, 6/06/2014. []
  11. Jacqueline de Romilly dont les propos sont repris sur le blog Grains de sel. []
  12. Ce qu’exprime Jacqueline de Romilly, avec pondération et sincérité, de son parcours personnel d’helléniste, on le retrouve exprimé beaucoup plus brutalement, et avec cette fois une misogynie patente, sous la plume de l’Académicien  Maurice Druon dans sa lettre-pamphlet adressée à « Madame le ministre, Monsieur la souris » : « Elles sont étranges, ces dames ! Elles gémissent ou glapissent, à longueur de législature, qu’elles sont insuffisamment représentées dans la vie publique, qu’on ne leur attribue pas assez de sièges au Parlement, qu’elles sont victimes d’un injuste discrédit politique; elles dénoncent le statut discriminatoire dans lequel on les tiendrait ; en un mot comme en cent, elles se plaignent de n’être pas traitées à l’égal des hommes. Or, dès qu’elles le sont, les voilà qui exigent de de se faire reconnaître une différence. Qui donc a dit qu’elles n’étaient pas les mieux douées pour la logique ? » (article du Figaro, 15 juillet 1997). []
  13. Bernard Cerquiglini et Marie-Jo Mathieu, Autour du livre de Anne-Marie Houdebine, 2000 : 180 []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. P. FIX dit :

    Le passage sur la « poétesse » illustre selon moi un autre critère du rejet de tel ou tel forme féminine de nom de métier : l’orgueil. (puisque « poétesse » serait presque une insulte, seul « poète » serait signe de grandeur créatrice). Je vois pareillement de l’orgueil dans la volonté d’imposer le mot « auteure », qui, avec un e muet, se prononce donc comme… le masculin. Je me dis que les illustratrices n’ont pas ce problème d’orgueil : elles ne se sentent pas moins reconnues parce qu’elles sont « illustratrices » et pas « illustrateures ». Et je trouve même étonnant que les femmes qui se battent pour imposer « auteure » préfèrent un féminin qui sonne exactement comme un masculin plutôt qu’un féminin résolument « sonnant et trébuchant » ! J’ai lu sur un forum du Monde (quelqu’un en saurait-il plus ?) qu’au début du XXè siècle, des femmes de lettres (waouh, comme je m’en sors !…) avaient voulu imposer le mot « auteuse », mais que leurs consoeurs déjà reconnues sur la place littéraire (Colette ?…) avaient refusé ce féminin : auteur était plus noble.
    C’est pourquoi c’est la notion d’orgueil qui me vient à l’esprit quand je pense à cet « auteure »
    quand j’étais enfant, on allait chez la doctoresse Machin, qui était exactement un médecin, avec les mêmes diplômes, mais femme. Le terme ferait à présent hurler les étudiantes je pense, et il y a donc des chances pour que tôt ou tard on voie apparaître le féminin « docteure » (en médecine ou autre).
    En fait tout est lié : l’époque et donc la langue qui va avec, c’est-à-dire l’esthétique qu’on lui trouve, et ce que cette langue, telle qu’elle est en 2016, peut véhiculer comme sous-entendus valorisants ou dévalorisants (et il faudrait encore ajouter à cela une notion de « niveau de langue » , voire de niveau affectif, puisque selon votre culture personnelle et votre vécu affectif, vous ne donnez pas aux mots la même valeur que d’autres personnes leur donneront : on en revient à « poétesse », qui peut sembler ultra digne à certains, mais semble ultra dévalorisant à la personne citée dans votre article)
    Tout de même, je n’arrive pas à comprendre cet « auteure » qui sonne si résolument… masculin !
    Chères consoeurs illustratrices, prions pour que l’orgueil ne nous fasse jamais, dans les albums que nous illustrons, mettre « illustrateure : Sophie Machin »

  2. Dans Relire – Enquête sur une passion littéraire (Flammarion 2015 Paris), Laure Murat utilise écrivain/écrivaine, éditeur/éditrice, professeur/professeure. C’est bien commode pour connaître le genre des personnes dont les pronoms sont ambidextres (Stéphane Audeguy, Dominique Noguez, en l’occurrence).

  3. Il y aurait « vaine » dans « écrivaine ». Et pas « vain » dans « écrivain » ? Dans Relire – Enquête sur une passion littéraire (Flammarion 2015 Paris), Philippe Sollers, étiqueté « écrivain », répond ainsi à l’enquête de quatre pages de Laure Murat :
    Chère Laure Murat,
    Merci de votre proposition, mais que pourrais-je ajouter à tout ce que j’ai dit dans La guerre du goût, Eloge de l’infini, Discours parfaits, Fugues ?
    Franchement, je ne vois pas.
    Avec mes meilleurs amitiés,
    Philippe Sollers
    Effectivement, on ne voit pas. Mais on entend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *