pas de porte à vendre

mercerieMP3

 

En passant devant la vitrine d’une ancienne mercerie, portant l’inscription « PAS DE PORTE A VENDRE » sur un papier scotché, MP s’étonne :  « Ben, ils ont jamais vendu de portes, ici, de toute façon ?! »

 

 

 

logo1bon

 

A priori, s’il est précisé qu’il n’y a pas de porte, c’est qu’on pourrait s’attendre à ce qu’il y en ait… Or pour une (ancienne) mercerie, on n’a pas cette attente. Mais ici, n’est-ce pas, ce n’est pas de cela qu’il s’agit – de portes qui seraient à vendre, ou pas ?

logo2bon

 

MP, sur le dessin, est partie sur un mauvais chemin interprétatif (c’est ce que nous appelons une « erreur d’aiguillage »). MP bien sûr, après quelques secondes d’hésitation, s’est ressaisie : ce n’est pas qu’il n’y ait pas de porte à vendre, c’est qu’il y a un pas de porte à vendre…

Une porte, tout le monde sait ce que c’est. Un pas de porte, un peu moins : c’est, selon Le Petit Robert (1996), la

somme payée au bailleur ou au détenteur d’un bail pour avoir accès à un fond de commerce ou à la location d’un appartement.1

La confusion se joue sur l’homonymie entre des pas  qui n’ont pas grand chose à voir : pas adverbe de négation, et pas nom commun entrant dans le nom composé pas de porte (d’ailleurs parfois orthographié pas-de-porte, avec des tirets qui rendent plus visible la composition lexicale).

Dans le cas où pas est un adverbe de négation, son association avec porte ne relève pas d’une composition lexicale figée, mais d’un assemblage syntaxique ouvert. Dans le cas où il y a figement, ce figement n’empêche pas la productivité : d’autres compositions lexicales sont possibles avec le nom commun pas, lui-même porteur, dans ces compositions, de sens différents  (pas de porte, mais aussi pas de vis, pas de Calais, pas de deux, pas de loup, pas de clerc..). Ces compositions cependant rpas-de-x2estent en nombre limité, alors que les possibilités d’association avec l’adverbe de négation sont infinies (pas : de porte, de pain, de chance, de cours, de bus, de temps, de répit, de bras, de chocolat…, de tout ce qu’on veut – ou pas !). La fréquence du schéma syntaxique pas de, comparée à la pas-de-x1rareté du pas de porte, explique que l’interprétation s’oriente immédiatement dans le sens de la négation.

boulangerieSmallPar ailleurs, la forme courte (« pas de x »), plutôt qu’une forme développée qui lèverait l’ambiguïté (« il n’y a pas de x », « nous n’avons pas de x »), correspond parfaitement à ce qu’on peut trouver placardé sur la devanture d’un magasin, pour signaler l’absence d’un article ou d’un type d’article : « pas de pain aujourd’hui » sur la vitrine d’une boulangerie, « pas de littérature jeunesse » sur la vitrine d’une librairie, etc. etc.

Avouons-le : tout cela est une façon un peu longue de démonter un ressort comique bien connu. Coluche, dans son sketch Le Belge, en joue avec bonheur :

 

Pour finir, une remarque encore, à propos de l’homonymie entre le pas de la négation et le pas nom commun, lui-même doté de plusieurs sens2. Nous avons dit ci-dessus qu’ils n’ont pas grand chose à voir l’un avec l’autre. Historiquement, cependant, le premier a pour origine le nom pas au sens de « pas qu’on fait en marchant » :

PAS part. de négation (1080) est le substantif pas* employé comme auxiliaire de négation, d’abord avec des verbes de mouvement, dans des phrases comme il n’avance pas (« même pas d’un pas ») d’où « il n’avance aucunement ». (Dictionnaire historique de la langue française Le Robert 2012).

Quant à notre pas de porte, il vient, lui aussi, de ce même « pas qu’on fait en marchant », mais par un chemin un peu différent (du pas qu’on fait au passage, puis au seuil). Un chemin où il côtoie justement le Pas (comme détroit) de Calais :

D’autres emplois du mot [pas] réalisent la valeur de « passage » […]. Le mot désigne spécialement le passage qu’un guerrier s’engage à défendre (1250) d’où la locution pas d’armes (1330) ; il est synonyme de seuil (1330) dans le syntagme le pas de la porte (d’où pas de porte) et, au XVIe s., s’étend pour désigner un détroit (1530), un défilé (1559), valeurs vieillies sauf en toponymie. (Ibid.)

Finalement : pas de porte, pas de Calais, même combat !

  1. Notons que dans le « Pas de porte à vendre » qu’on voit sur les vitrines des commerces, le pas de porte correspond au droit d’entrée qu’achète la « somme payée au bailleur », plutôt qu’à la somme elle-même. []
  2. Des sens proches, ce qui fait qu’il s’agit dans ce cas de polysémie plutôt que d’homonymie (cf. bibliographie du billet « iléoulelila ?! »). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *