Arguties sémantiques et écrans de fumée

ecran-de-fumee

 

Libération du 20 septembre 2016, à la rubrique « Désintox » :

« INTOX. Pour quelle raison Nicolas Sarkozy a-t-il donc été mis en examen en février? On pourrait imaginer que cette question simple trouve une réponse simple. Mais c’est sans compter les arguties sémantiques et écrans de fumée du camp Sarkozy. Le débat a commencé sur France 2 jeudi, où pendant dix minutes, Nicolas Sarkozy s’est écharpé avec ses deux contradicteurs Léa Salamé et David Pujadas sur le motif de sa mise en examen. »1 (Libération.fr, 20/09/2016)

La « sémantique » n’en finit pas de faire des ravages, comme nous le signalions dans notre billet du 17 avril 2015 (« Les Républicains », un hold-up sémantique)… On a depuis glané, de ci, de là, à droite et à gauche, quelques citations du même acabit :

Une énigme enveloppée de mystère, nimbée d’un brouillard sémantique, assaisonnée d’ambiguïté floue. Voilà la position exposée d’un ton coupant par le gouvernement français en matière d’accueil des réfugiés. Inflexible mais ouvert, accommodant mais intraitable, Manuel Valls a récusé l’idée de «quotas» avancée par Bruxelles, mais il a laissé son cabinet diffuser le vocable de «quote-part», ce qui, avouons-le, a le mérite d’éclairer d’un coup la question…

  • Dans une chronique de Daniel Schneiderman intitulée « L’enfant, les casseurs et l’hôpital » (Arrêt sur image du 15 juin 2016 – texte intégral disponible sur Rue89) :

Depuis le temps qu’ils se frôlent, les deux thèmes. Ou plutôt, qu’on les frotte l’un à l’autre comme des silex, qu’on les tricote dans le récit politico-médiatique dominant. Terrorisme et contestation sociale  : depuis le temps que les Giesbert, les Gattaz et les autres essaient de les apparier, de les marier, de faire prendre la mayonnaise. Depuis le temps qu’on exploite les concomitances, qu’on sollicite les rapprochements, qu’on déchaine le matraquage sémantique  : voyous, chantage, violences, barbares, intimidations, preneurs d’otages, terroristes.

Mais pour Patrick Weil, l’expression « Français de souche » est équivalente de celle de Pétain : « la terre, elle ne ment pas » ; et « être assimilés » signifie « être traités similairement d’abord juridiquement en devenant Français, traités semblablement par les autorités publiques, la police, les hôpitaux, les employeurs, l’école ». Patrick Weil est un Arsène Lupin de la sémantique : le devoir d’assimilation n’est plus l’effort des étrangers pour acquérir les codes culturels et historiques de leur nouvelle nation, mais l’injonction faite aux Français et aux institutions de les traiter avec équité.

  • Dans un article intitulé « Cumul des ‘fonctions’: la pirouette sémantique d’Emmanuelle Cosse ne convainc pas » (L’Express du 19 février 2016). Cette « pirouette sémantique » n’est pas reprise dans le texte, mais est déroulée comme suit :

Chez EELV, le cumul des mandats est presque un péché, encadré par ces règles très strictes. Mais le cumul des fonctions, ce ne serait pas du tout la même chose. Emmanuelle Cosse, nouvelle ministre du Logement, peut donc rester conseillère régionale d’Ile-de-France, malgré la grogne qui monte du côté de la droite francilienne.

 

 

  1. Le soulignement, dans les citations, est de nous. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *