Moi, les bonbons, je les préfère à la raison

madeleines

 

 

 

Campagne de publicité de l’automne 2016 pour une marque de madeleines bien connue.

 

 

 

 

 

logo1bon

 

Qu’est-ce que vous préférez, vous – les bonbons à la raison, ou les les madeleines aux œufs de plein air ? (Et puis, les bonbons à la raison, est-ce vraiment bon ?)

logo2bon

 

Avouons-le : personne (pas même nous) n’interprète pour de vrai « Moi, les bonbons, je les préfère à la raison » comme « Moi, les bonbons que je préfère, c’est ceux qui sont à la raison (plutôt que ceux qui sont à la menthe, au citron…) ».

Ce qui (pour de vrai) nous a posé problème, c’est l’interprétation de « Nous, on les préfère aux œufs de plein air ». L’interprétation évidente, c’est : « Nous, les madeleines, on les préfère quand elles sont aux œufs de (poules élevées en) plein air1, plutôt qu’aux œufs de poules élevées en batterie ». Seulement, tout le monde peut se tromper : l’une de nous a cru sincèrement (et pas par perversion de linguiste !) que la publicité voulait dire qu’on préférait les madeleines plutôt que les œufs de plein air 2.

D’ailleurs, sur le site de la même marque bien connue, on trouve l’image suivante :

madeleine(capture d’écran sur le site de la marque)

à laquelle il ne paraîtrait pas aberrant d’accoler le slogan : « Elle, elle les préfère au chocolat »,  à comprendre comme : « Elle, elle préfère les madeleines plutôt que le chocolat ».

st-michel-madeleines-longues-chocolatCertes, le slogan pourrait être encore interprété autrement « Elle, les madeleines, elle les préfère quand elles sont au chocolat (plutôt que nature, au citron, etc.) ». Il existe en effet, dans la même marque (ou pas), des « madeleines au chocolat »3.

Il s’agit là, en fait, d’un problème bien connu en linguistique d’ambiguïté liée à une question de « rattachement syntaxique ». Cette ambiguïté, dans les cours de linguistique, est représentée par des schémas – arbres syntaxiques –, qu’on vous épargne ici. On se contentera de la faire sentir en distinguant de la façon suivante les deux types d’interprétation  :

  • interprétation 1 – type préférer les bonbons plutôt que la raison4 : il s’agit d’une complémentation du verbe (le verbe préférer a deux compléments, l’un direct (les bonbons), l’autre introduit par la préposition à5 (la raison) ;
  • interprétation 2 – type madeleines aux œufs : il s’agit d’une  complémentation du nom (le nom œufs vient qualifier le nom madeleines)6.

Voyons, pour illustrer l’interprétation 1, quelques exemples supplémentaires, pris dans des œuvres littéraires7 :

Le seul fait expérimental qui démontre que la vie est généralement bonne, c’ est que la très grande généralité des hommes la préfère à la mort. (Émile Durkheim, De la division du travail social, 1893)

 

C’ est pourquoi un homme clairvoyant la préfère [l’amitié] à l’ amour. (Jules Renard, Journal : 1887-1910, 1910)

 

Mes camarades de Thônes sont pour la plupart d’origine paysanne et je les préfère aux voyous dorés du Montcel. (Patrick Modiano, Un pedigree, 2005)

 

J’ai chez moi du chocolat de contrebande qui m’attend, et vous m’excuserez si je le préfère à votre café impérial. (Prosper Mérimée, Théâtre de Clara Gazul : Les Espagnols en Danemarck, 1857)

 

«Donnez-lui du lait, dit son père, il le préfère au vin». (Nicolas Rétif de la Bretonne, La Vie de mon père, 1778)

Dans ces exemples, le parallélisme de la construction (des choses comparables sont comparées) amène tout de suite à l’interprétation 1 (« préférer qqch/qqqn plutôt que qqch/qqqn »). Et puis si le lecteur ratait le parallélisme, il aurait bien du mal à adopter l’interprétation concurrente : difficile d’imaginer une « vie à la mort », des « camarades aux voyous », du « chocolat de contrebande à votre café impérial » ou du « lait au vin ». Dans les deux premiers cas, la difficulté est d’ordre plutôt sémantique, liée au sens même des mots mis en relation. Dans le troisième cas, elle est d’ordre syntaxique : chocolat et café sont sémantiquement compatibles (cf.  le « chocolat au café »), mais c’est la présence de votre qui rend la combinaison « chocolat à votre café  » inacceptable. Dans le dernier cas, enfin, la difficulté est d’ordre pragmatique (liée à la connaissance du monde), le lait au vin n’étant pas une boisson tout à fait usuelle…

Pour illustrer l’interprétation 2, la ressource littéraire est moins féconde. Dans toute la base de textes Frantext (cf. note 6), on ne trouve qu’un exemple relevant de cette interprétation. Il s’agit encore d’une histoire d’œuf (!) :

Quand nous rentrons, Louise Declère me le [l’œuf] fait cuire sur son réchaud. On me demande comment je le préfère. Je le préfère à la coque mais sur le plat il prendrait moins d’alcool. (Frédérique Moret, Journal d’une mauvaise Française, 1973)

Qualifier œuf par à la coque, ce n’est pas exactement pareil que qualifier madeleine par aux œufs (il ne s’agit pas ici d’une relation de partie à tout). On ne s’attardera pas cependant sur cette différence, puisqu’il s’agit encore de qualification nominale.

Cette rareté de la construction avec qualification nominale dit sans doute quelque chose de ce que préfère la littérature. La littérature préfère (souvent) comparer la vie à la mort, l’amour à l’amitié… plutôt que les mérites respectifs des œufs à la coque et des œufs au plat, des madeleines aux œufs et des madeleines au beurre8… Avec l’interprétation de qualification nominale, l’aspect concret domine largement – ce dont on se rend bien compte en lançant le même type de requête sur Internet. Le plus souvent, notre moteur de recherche nous amène sur des blogs culinaires :

Dorés et fondant dans la bouche, ils [les financiers] accompagnent à merveille un petit café ou un thé. Certains ajoutent de la poudre de noisette, de la poudre de pistache, des fruits confits, de la confiture…moi je les préfère aux amandes et noisettes, mais natures aux amandes ils sont très bons aussi. (Évasion sucrée, les petites recettes d’Audrey)

 

hummmm j’aime beaucoup ces petits cigares, je les préfère aux amandes, jamais goûté aux cacahuètes, ça doit être bon!! merci pour le partage! (Le pays des gourmandises)

 

il y a plusieurs variantes de ces biscuits, on peux les décorer à son goût et utiliser n’importe quel emporte piéces! généralement on les prépare avec de l’huile, perso je les préfére au beurre! (Les saveurs de Llysa)

 

Les cookies, ces petits gâteaux ronds venus d’Amérique nous régalent à tout moment de la journée. Qu’ils soient aux raisins, aux noix, aux noisettes… on ne résiste pas ! Mais quand on est gourmand, on les préfère au chocolat. (Cuisine actuelle)

Ce qui n’empêche pas que l’interprétation, dans ces mêmes blogs, puisse basculer dans l’autre sens :

les sables pour moi, je les prefere aux gateaux aux amandes, hihihihi (Amour de cuisine)

On pourrait s’y perdre : les petits cigares du Pays des gourmandises sont bien aux amandes, mais les sablés d’Amour de cuisine ne sont pas aux gâteaux aux amandes. En général pourtant, le lecteur, futé comme il est, gourmand ou pas, ne s’y perd pas…

On espère vous avoir donné faim !

  1. Il y a dans « œufs de plein air » une ellipse des poules (raccourci familier à la marque), qui peut faire sourire. Notons cependant que la « poule de plein air », absente du texte, est bien présente sur l’affiche. []
  2. Pas complètement idiote non plus : il était clair pour elle que la pub vantait des madeleines aux œufs de plein air ; simplement, le biais par lequel la pub lui semblait fonctionner, c’était de suggérer qu’il était plus agréable de consommer ces œufs sous forme de madeleines plutôt que nature []
  3. Illustration : à partir d’une capture d’écran sur un site de vente en ligne []
  4. Ou comme le dit la chanson : « les bonbons valent mieux que la raison » []
  5. Qui a dans ce cas a le sens de « plutôt que ». []
  6. Un troisième type d’interprétation serait encore possible s’il s’agissait d’un énoncé sans, plutôt qu’avec, pronominalisation (i.e. « Moi, je préfère les madeleines au oeufs » plutôt que « Moi, les madeleines, je les préfère aux oeufs »). En l’absence de pronominalisation, la distinction entre les interprétations 2 et 3 est subtile, mais peut être mise en évidence par des questions : « Moi, je préfère les madeleines aux oeufs » peut être une réponse, soit à la question « Les madeleines, tu les préfères comment ? » (auquel cas il s’agit de l’interprétation 2), soit à la question « Quels gâteaux tu préfères ? » (interprétation 3). Nous choisissons dans notre billet de ne pas traiter cette question très pointue (qui fait souffrir les étudiants des cours de syntaxe…), en nous limitant à la forme prise par notre publicité, avec pronominalisation. []
  7. Pour obtenir ces exemples, nous nous sommes servies de la base de textes Frantext, essentiellement littéraire,  en faisant une recherche sur la séquence de mots « le préfère à » (et toutes ses variantes « la préfère aux », « les préfère au » etc.). Les résultats de cette recherche sont nombreux, on n’en donne ici qu’une petite sélection. []
  8. Malgré tout l’amour, toute l’attention, on le sait, qu’un Proust porta aux madeleines… []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *