Mots interdits

cigm_c4w8aa-9_1-jpg-large

CNN International (@cnni) | Twitter

Quelques jours après qu’une fusillade a eu lieu  dans une église méthodiste noire de Charleston en Caroline du Sud, le président américain Barack Obama accorde  à une radio de Los Angeles (WTF) une interview diffusée le 22 juin 2015 et dans laquelle, dénonçant la persistance du racisme au États-Unis, il utilise le mot nigger :

We are not cured of [racism], clearly. And it’s not just a matter of it not being polite to say « nigger » in public. That’s not the measure of whether racism still exists or not.

Nous n’en sommes pas guéris [du racisme], c’est évident. Et la question n’est pas juste que ce ne soit pas poli de dire « nègre » en public, ce n’est pas à cela que l’on mesure si le racisme existe toujours ou pas.1

Cet emploi du mot nigger – dont nègre, en français, ne traduit pas toute la violence – a suscité une vive polémique dans les médias américains. Le tabou associé à nigger aux États-Unis se reflète dans l’impossibilité même de le dire ou l’écrire : dans les multiples rediffusions scandalisées des propos d’Obama, nigger a été bipé à l’oral, tronqué à l’écrit pour ne laisser apparaître que le n initial, suivi de 5 tirets (n—–) ou astérisques (n*****), ou encore remplacé par la forme n-word (sur le modèle bien connu du f-word, pour fuck)2.

On ne détaillera pas ici les éléments de cette polémique, qui s’est propagée et déchaînée sur les réseaux sociaux, mais dont l’étrangeté, surtout, a été pointée de ce côté de l’Atlantique. Étrangeté d’autant plus grande que l’indignation dépassait les clivages politiques classiques : dans la dénonciation de l’emploi par Obama du mot nigger se mêlait en effet toute une gamme d’acteurs, allant des ultra-conservateurs (dont la chaîne Fox News)  aux défenseurs de la cause noire (dont la NAACP, National Association for the Advancement of Colored People ). Pour se faire une idée du tabou que représente le mot nigger aux États-Unis – en lien, évidemment, avec l’histoire de l’esclavage –, nous renvoyons nos lecteurs à un article du journaliste Pascal Riché  dans L’Obs : Nigger » : pourquoi le « N word » rend fou aux Etats-Unis. Est mentionné dans cet article l’ouvrage d’un professeur de la faculté de droit de Harvard, Randall Kennedy, paru en 2002 : « Nigger: The Strange Career of a Troublesome Word » (« Nigger : le parcours étrange d’un mot causeur de troubles ») ; sont également évoqués les graves ennuis que ce titre a valu a son auteur, celui-ci ayant été « pris à partie par certains de ses collègues ».

Au-delà, ou en-deçà, de ces analyses historiques, sociologiques, politiques, un petit truc tout bête serait à préciser, que nous n’avons lu ni entendu nulle part : il s’agit d’une distinction essentielle en linguistique entre « usage » et « mention ». Un mot est dit « en usage » lorsqu’il est utilisé, de façon transparente, pour renvoyer à un objet extérieur à lui-même.  En revanche, un mot est dit « en mention » lorsqu’il est utilisé pour ne renvoyer qu’à lui-même (il s’agit alors d’un emploi métalinguistique). Dans un cas on parle du monde, dans l’autre on parle des mots. Dit encore autrement : les mots en usage sont les mots avec lesquels on parle, alors que les mots en mention sont les mots dont on parle.

De façon générale, un mot en mention s’intègre différemment dans la chaîne syntaxique (plus particulièrement en ce qu’il n’est pas précédé d’un déterminant3 ). À l’oral, cela s’accompagne souvent d’un contraste prosodique. À l’écrit, le contraste est généralement mis en œuvre à l’aide d’italiques (comme nous l’avons fait jusqu’ici) ou de guillemets4 :

En mention : Le mot chien (ou « chien ») ne mord pas ; Dos (ou « Dos ») a trois lettres ; Moi je préfère dire patate (ou « patate »).

9780375713712

https://www.penguin.co.uk

versus

En usage : Le chien l’a mordu ; J’ai mal au dos ; Moi je préfère les patates.

D’autres moyens, cependant, sont disponibles pour produire une mise en forme distinctive. C’est le cas, par exemple, sur la couverture (ci-contre) de l’ouvrage que nous citions plus haut, où l’effet de mention est induit par l’utilisation d’une police différente par la taille et le type et l’absence de majuscule.

Revenons aux propos d’Obama : nigger y est clairement utilisé en mention, pas besoin d’écouter la façon dont il le dit pour s’en assurer, la syntaxe suffit (dans la mesure où le mot est introduit juste après le verbe dire, sans déterminant). Dans une transcription écrite, donc, de ces propos, les italiques ou guillemets devraient s’imposer dans l’écriture de nigger. Or, il est frappant que, dans les réactions indignées à chaud comme dans les analyses qui ont suivi, la reprise des paroles d’Obama ne marque pas du tout systématiquement cette distinction. Ainsi, dans la capture d’écran qui illustre notre billet, le terme est certes tronqué mais n’est pas autrement distingué de son contexte. On retrouve cette même absence de distinction dans une dépêche du 22 juin 2015 sur le site de la chaîne conservatrice Fox News (rubrique Opinion). L’auteur de cette dépêche, animateur occasionnel de Fox News, montre par ailleurs dans tout son discours qu’il ne voit pas – ou ne veut pas voir – que l’usage de nigger par Obama n’est pas un usage ordinaire ; ou, pour reprendre ce que nous disions plus haut, qu’Obama ne parle pas avec le mot nigger mais du mot nigger :

If he talks like that in public — I can only imagine what he says in private. It does not appear that the president’s remarks were off-the-cuff. Based on my interpretation of the podcast, he was cool, calm and measured in his use of the n-word. It was disappointing to say the least to hear such a vulgarity come out of the mouth of the leader of the free world. […] What President Obama said is indefensible. It soils the dignity of the Oval Office.

S’il parle comme ça en public – j’ose à peine imaginer ce qu’il dit en privé. Il ne semble pas que les remarques du président lui aient échappé. Si j’en crois mon interprétation de l’émission, il était décontracté, calme et mesuré dans son usage du mot en n. C’était décevant, c’est le moins qu’on puisse dire, d’entendre une telle grossièreté sortant de la bouche du leader du monde libre. […] Ce qu’a dit le Président Obama est indéfendable. Ça salit la dignité du Bureau Ovale.

Bien sûr qu’Obama reste « cool, calm and measured » puisqu’il ne profère pas une insulte, mais se contente de mentionner un mot – pour dire que le problème du racisme ne se limite pas au fait d’employer ou pas ce mot. Ce problème du racisme, à aucun moment, dans son article, le journaliste ne s’y intéresse ; seul un mot le révulse.

Le cas du New York Times mérite également qu’on s’y arrête dans la mesure où il associe, dans un même article (New York Times du 22 juin 2015), des mises en forme différentes : deux fois dans l’article, le journaliste utilise nigger en mention, avec des guillemets autour du mot, à chaque fois dans la séquence the word « nigger » ; en revanche les guillemets disparaissent dans l’extrait cité du discours d’Obama5.

Mais il ne s’agit pas que d’une petite histoire de bonne utilisation des guillemets, ou italiques. Certains articles, d’ailleurs, comme celui du Washington Post, les utilisent bien. Ce qui nous frappe, c’est qu’à aucun moment, dans les articles d’analyse, la particularité de l’emploi que fait Obama du mot nigger (emploi en mention) n’est expliquée, explicitée pour les lecteurs ; qu’à aucun moment elle n’est utilisée comme un point crucial de l’argumentation.

Une fois qu’on a dit tout ça : on a conscience que la distinction raisonnée que nous faisons entre « mot en mention » versus « mot en usage » laisse dans l’ombre tout un pan des aspects émotifs, affectifs de cette affaire. Même en mention, et avec conscience de cette mention, un mot peut rester difficile à prononcer ou entendre, à écrire ou lire. Dans son essai intitulé Carl Van Vechten and the Harlem Renaissance: A Portrait in Black and White, l’universitaire américaine Emily Bernard décrit le désarroi de ses étudiants lors d’un cours consacré au livre Nigger Heaven de Van Vechten. Elle raconte comment, au lieu du « débat vigoureux » qu’elle attendait, il n’y eut qu’un « silence impénétrable et douloureux ». Elle poursuit :

After class, I returned to my office and waited for e-mails from my students, but there was only one, from a black student who described how his internal alarms went off every time anyone (including me) used the word « nigger », even if only to pronounce the title of the book, and particularly when it came out of the mouths of white students. He said it was instinct, his heart and not his head.

Après le cours, je suis retournée à mon bureau et j’ai attendu les e-mails de mes étudiants, mais il n’y en a eu qu’un, d’un étudiant noir qui décrivait comment ses alarmes internes s’étaient déclenchées à chaque fois que quelqu’un (même moi) utilisait le mot « nigger », même si ce n’était que pour prononcer le titre du livre, et particulièrement quand il sortait de la bouche d’étudiants blancs. Il disait que c’était une question d’instinct, son cœur et pas sa tête.

 Le cœur et pas la tête : c’est peut-être la limite où l’analyse linguistique s’arrête…

logo3b

 

Authier-Revuz, J. (1984). Hétérogénéité(s) énonciative(s). Langages 73 : 98-111. En ligne sur Persée

Authier-Revuz, J. (1995). Ces mots qui ne vont pas de soi : boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.

  1. Transcription exacte des propos d’Obama, et traduction par nos soins. []
  2. Couvrez ce mot que je ne saurais voir ! On blâme un président qui, pour lutter contre la discrimination raciale, ose prononcer le mot nigger ; on en élit dans la foulée un autre qui n’hésite pas à traiter les immigrants clandestins mexicains de rapists (« violeurs »), légitimant ainsi sa volonté de faire construire un mur entre les États-Unis et le Mexique. []
  3. Le/la/les, un/une/des, etc. []
  4. Notons qu’italiques et guillemets ont d’autres fonctions, comme celles d’insister sur, ou citer, ou traduire dans une autre langue, un mot ou une séquence de mots – ce qui peut créer parfois des difficultés d’enchâssement, et des ambiguïtés (ainsi, dans notre note 2, alors que les italiques sur le mot nigger signalent un emploi en mention, celles sur  rapists signalent une citation – dans laquelle le mot est en usage –, tandis que les guillemets autour de « violeurs » signalent une citation. Le résultat, nous en avons conscience, n’est guère lisible, mais avec des outils aussi polyvalents, nous n’avons pas réussi à faire mieux !) []
  5. Le fait que l’ensemble de la citation soit entre guillemets participe sans doute à expliquer leur absence autour de nigger à l’intérieur de la  citation. Il y a pourtant des moyens de pallier la difficulté de l’enchâssement, soit en utilisant d’autres types de guillemets, soit en mettant des italiques. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. décembre 10, 2016

    […] Quelques jours après qu’une fusillade a eu lieu  dans une église méthodiste noire de Charleston en Caroline du Sud, le président américain Barack Obama accorde  à une radio de Los Angeles (WTF).  Une interview diffusée le 22 juin 2015 et dans laquelle, dénonçant la persistance du racisme au États-Unis, il utilise le mot nigger… lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *