Ergotages

poupette

 

 

En ces temps finissants de « primaire ouverte de la droite et du centre », nous aimerions « ergoter » sur l’une des règles présentées sur le site dédié, selon laquelle il suffit pour pouvoir voter, en plus d’être inscrit sur les listes électorales et de verser 2€ de frais de participation, de :

 

 

s’engager sur l’honneur en signant la phrase suivante : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France. »

Cette envie d’ergoter nous a été en particulier inspirée par une tribune intitulée Primaire à droite : je suis de gauche et je n’irai pas y voter. Tribune de Thomas Guénolé (politologue et essayiste) publiée dans Libération du 20 octobre dernier, et dont nous citons intégralement ci-dessous les deux premiers paragraphes1 :

C’est d’abord une question d’honneur. Lorsque l’on se présente pour voter, l’on doit signer une déclaration sur l’honneur où est écrit ceci : «Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France.»

Des ergoteurs pourraient prétendre qu’on peut partager des valeurs républicaines de la droite et du centre sans être pour autant de ces familles politiques : néanmoins ce sont bien «les valeurs», c’est-à-dire toutes les valeurs de la droite et du centre – qui sont par ailleurs républicaines. De même, des ergoteurs pourraient prétendre que la phrase «je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France», faute de précision, peut s’appliquer à une envie d’alternance au profit du FN, de l’aile gauche du PS ou du mouvement «la France insoumise» [de Jean-Luc Mélenchon, ndlr]. Néanmoins le mot «et» lie bien cette portion de phrase à un contexte : partager toutes les valeurs de la droite et du centre qui sont par ailleurs compatibles avec la République. Donc, aucun doute n’est possible : signer cette phrase, c’est affirmer qu’on est de droite ou du centre. Or, les mots ont un sens : signer mensongèrement une déclaration sur l’honneur, c’est se déshonorer.

Ergoter, selon le Trésor de la Langue Française Informatisé, est un verbe péjoratif signifiant :

Contredire quelqu’un avec une obstination lassante sur des minuties en lui opposant des arguments excessivement subtils et captieux.

Le Dictionnaire historique de la langue française Le Robert nous en précise l’étymologie : ergoter vient du latin ergo,

particule invariable signifiant « donc, en conséquence ». Ergo, en français, a été répandu par la scolastique et les discussions dialectiques.

En parlant d’ergoteurs, donc, l’auteur de la tribune disqualifie d’emblée tous ceux qui seraient tentés, pour participer au vote, d’interpréter dans le sens qui leur convient la phrase à laquelle ils doivent donner leur adhésion par une signature. Notre objectif ici n’est pas de dire s’il est bien, ou mal, pour quelqu’un « de gauche », de s’immiscer dans une primaire où normalement il n’a pas sa place ; il est d’aller contre cette disqualification immédiate et sans appel, en montrant que l’interprétation donnée comme évidente (« aucun doute n’est possible ») est fondée sur une analyse linguistiquement erronée. Notre contribution se revendique comme celle d’ « ergoteuses professionnelles » (!), dont le métier consiste précisément à démonter les plus infimes mécanismes participant à l’élaboration du sens.

Ce qui nous paraît remarquable dans la phrase à laquelle il est demandé d’apposer sa signature, c’est que, pour une déclaration officielle que vont signer des millions de gens, elle laisse place à une interprétation aussi ouverte que la primaire elle-même. Il est pour le moins étonnant de demander à signer « sur l’honneur » un texte aussi ambigu, quand les textes de loi sont normalement rédigés de manière à éviter toute ambiguïté – d’où l’impression souvent de « jargon », d’une langue fermée, au caractère pesant et rébarbatif2.

Dans la phrase de la primaire, donc, pas de jargon. Mais au prix d’une ambiguïté dans laquelle il est possible de s’engouffrer, en toute mauvaise foi, certes, mais en toute légitimité linguistique.

Ergotage n°1

Commençons par le premier bout de la phrase :

Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre

et l’interprétation qui pourrait en être donnée, qu’écarte Thomas Guénolé :

« Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre sans être pour autant de ces familles politiques ».

en argumentant

que

néanmoins ce sont bien «les valeurs», c’est-à-dire toutes les valeurs de la droite et du centre – qui sont par ailleurs républicaines.

En premier lieu, dire que « les = toutes les », c’est aller un peu vite en besogne. Je peux dire, de façon générale, « J’aime les animaux », tout en ayant une profonde aversion pour les requins et les araignées. Mais passons. Le plus manifestement erroné, d’un point de vue linguistique, c’est de donner une reformulation reléguant l’adjectif républicaines dans une incise, où il apparaît comme secondaire (« – qui sont par ailleurs républicaines »3 ).

Dans les valeurs républicaines de la droite et du centre, l’adjectif républicaines est un adjectif qualificatif à fonction d’épithète, et non pas d’apposition. Cette distinction scolaire qui n’intéresse (à peu près) personne a des conséquences qui dépassent largement l’horizon des manuels de grammaire. Dans les cours de linguistique, on a coutume de l’illustrer à travers la paire d’exemples classique (quoique fort peu politiquement correcte) :

(1) Les Alsaciens qui boivent de la bière sont obèses

versus

(2) Les Alsaciens, qui boivent de la bière, sont obèses

Dans ces exemples, il ne s’agit pas d’adjectifs mais de subordonnées relatives (qui boivent de la bière), lesquelles remplissent de la même façon que des adjectifs les fonctions d’épithète ou d’apposition4.

Dans l’exemple (1), la relative épithète est essentielle à la compréhension de la phrase, elle ne peut être supprimée sans une modification majeure du sens. (1) donne à comprendre que « parmi les Alsaciens, seuls ceux qui boivent de la bière sont obèses ».

Dans l’exemple (2), la relative appositive ajoute un élément d’information facultatif, qui peut être supprimé sans modification majeure du sens. (2) donne à comprendre que « les Alsaciens quels qu’ils soient sont obèses », à quoi s’ajoute qu’ « ils boivent de la bière » (ce qui est, sans doute, l’une des raisons de leur obésité). À l’écrit, le détachement de la relative appositive est marqué par des virgules, qui jouent un rôle de mise entre parenthèses ; à l’oral, c’est l’intonation qui signale le détachement.

Quittons les Alsaciens pour revenir à la République. La phrase de la primaire serait différente si on y introduisait des virgules :

« Je partage les valeurs, républicaines, de la droite et du centre ».

Dans ce cas en effet, républicaines aurait un rôle secondaire, et pourrait légitiment être mis en incise, comme dans la paraphrase de Thomas Guénolé. Mais en l’absence de virgule5, le nom valeurs et l’adjectif républicaines sont liés de façon indissociable : les valeurs républicaines de la droite et du centre, ce n’est absolument pas les valeurs de la droite et du centre, par ailleurs républicaines. On peut parfaitement dire, sans tordre aucunement la langue, « Comme homme / femme de gauche, je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre »6.

Précisons encore que les valeurs républicaines de la droite, ce n’est pas les valeurs républicaines de droite. En effet, de droite, dans valeurs de droite, prend une valeur adjectivale, qualifiante – comme l’adjectif centristes dans valeurs centristes7.  Le complément de la droite ne joue pas, en revanche, un rôle aussi clairement qualifiant : les valeurs républicaines de la droite pourrait être ainsi remplacé, dans un contexte où il s’agit de la droite, par ses valeurs républicaines (avec, donc, un possessif). D’où la possibilité de dire :

« Je ne partage rien avec la droite, sinon ses valeurs républicaines ».

De la même façon qu’on pourrait dire :

« Je ne partage rien avec la droite ni avec le centre, sinon leurs valeurs républicaines ».

Avec ce nouvel éclairage, reconsidérons une dernière fois la formulation retenue dans la phrase de la primaire :

« Je partage les valeurs républicaine de la droite et du centre ».

Dans la qualification du nom valeurs, l’adjectif républicaines joue un rôle de premier plan, tandis que le complément de la droite et du centre peut rester au second plan8. Une brèche est ainsi ouverte…

 

Ergotage n°2

On en arrive au second bout de la phrase :

… et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France.

et au rôle joué par le et selon l’auteur de la tribune :

le mot «et» lie bien cette portion de phrase à un contexte : partager toutes les valeurs de la droite et du centre qui sont par ailleurs compatibles avec la République. Donc, aucun doute n’est possible : signer cette phrase, c’est affirmer qu’on est de droite ou du centre.

La conjonction et, de fait, a bien pour fonction d’indiquer qu’il y a un lien entre les deux parties de la phrase. Mais contrairement à ce qu’en dit l’auteur, ce lien est loin d’être spécifié en un sens univoque.

Si on adopte l’interprétation alternative qu’on vient de voir pour la première partie de la phrase (qui donne un rôle de second plan à de la droite et du centre), l’implication tirée par l’auteur (« signer cette phrase, c’est affirmer qu’on est de droite ou du centre ») ne tient plus. Mais ce sur quoi nous aimerions plus particulièrement attirer l’attention, c’est que le mot et n’a pas cette valeur univoque d’implication que l’auteur lui donne. Ce petit mot, qui a fait couler beaucoup d’encre en linguistique, autorise toute une gamme de liaisons possibles, allant de l’implication :

– Papa et maman ils font pas la sieste, ils font l’amour, a dit Loraine à Mietta en suçant une pastille à la menthe fondante, ils se couchent l’un sur l’autre, ils se disent je t’aime et ça fait des enfants. (Richard Morgiève, Un petit homme de dos, 1988)

à l’opposition :

Thérèse… Ô Thérèse… Triste fleur bleue séchée sur pied… Comme je t’aime et comme je me retiens de t’étrangler… (Daniel Pennac, Monsieur Malaussène, 1995)

Pardonne-moi. J’en ai besoin. Et pourtant je t’aime. Je t’aime et je ne sais pas te le dire, je ne sais pas chanter. (Jean Genet, Le Balcon, 1962)

en passant par des chemins moins balisés :

Ce journal était sur la table, et je vis qu’il était ouvert ; je m’ en approchai et m’ agenouillai ; sur la page ouverte étaient ces deux seuls mots : « adieu, mon fils ; je t’ aime et je meurs. » Je ne versai pas une larme, pas un sanglot ne sortit de mes lèvres ; ma gorge se serra, et ma bouche était comme scellée ; (Alfred de Musset, Confessions d’un enfant du siècle, 1836)

Comme mot de liaison, et est très neutre, incolore. Il se colore en contexte, comme le voit bien l’auteur de la tribune. Ainsi, dans nos trois premiers exemples ci-dessus, c’est sur la base du contexte que nous interprétons comme implicatif le premier et, comme oppositifs les deux suivants (qu’on pourrait remplacer par mais). On notera que dans cette interprétation oppositive, l’opposition paraît d’autant plus forte qu’elle n’est pas explicitée par un mais, mais qu’elle est le résultat d’un travail interprétatif. Ce travail interprétatif, pour le dernier exemple, est plus complexe encore, dans la mesure où il n’y a pas de lien évident entre je t’aime et je meurs (le contexte rend bien clair ici qu’il ne s’agit pas de mourir d’amour). Le lecteur, sous l’instruction du etje t’aime et je meurs –, est amené à construire une représentation qui lui permette d’établir un lien : un lien qui cependant reste flou, un lien dont le sens ne s’épuiserait dans aucune reformulation – et c’est ce qui en fait la beauté, la singularité.

Mais revenons à la phrase de la primaire :

« Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France. »

Sans avoir de prétention poétique, cette phrase exige pourtant, de la part du lecteur, une participation à l’interprétation du et. Or comme nous le disions plus haut, un texte à signer sur l’honneur devrait être, comme un texte de loi, rédigé de manière à limiter au maximum la participation du lecteur à la construction du sens. Focalisé sur l’intention évidente des rédacteurs, l’auteur de la tribune reconnaît dans leur emploi du et le lien d’implication qu’ils ont assurément souhaité y mettre – et s’avère ainsi un lecteur parfaitement coopératif. Dans la continuité de ce lien d’implication, il exclut de compléter, comme l’ont fait certains mauvais esprits, l’incomplet l’alternance par l’alternance au profit du FN, de l’aile gauche du PS ou du mouvement «la France insoumise».

L’interprétation qu’il donne (selon laquelle il s’agit de s’engager pour l’alternance au profit de la droite ou du centre) est évidemment l’interprétation à privilégier en contexte, qui plus est en situation de primaire… de la droite et du centre. Ce faisant, pourtant, l’auteur ignore qu’il y a du jeu dans le texte, et qu’il peut être de bonne guerre d’exploiter ce jeu. Qu’il y faille de la mauvaise foi, c’est certain ; qu’il y ait là un « déshonneur » (un « parjure », ont dit d’autres), c’est moins sûr.

On finira sur cette idée de « (bonne) guerre », tout en s’éloignant de la primaire, avec un extrait de Vipère au poing. Dans cet extrait, le narrateur présente l’un des moyens qu’il avait trouvés de combattre sa mère, Folcoche :

Folcoche, ulcérée, ne me quittait plus d’ une semelle. Voulais-je franchir une porte ? Elle accourait, se jetait devant moi, criait :
– Alors, tu ne veux pas laisser le pas à ta mère ?
Et même, s’ arrangeant pour se précipiter sur mon coude :
– Sale petite brute ! Tu l’ as fait exprès. Veux-tu me demander pardon immédiatement !
Je m’ exécutais avec le sourire :
– Je vous demande excuse, ma mère.
La tournure est impropre, vous le savez comme moi, mais voilà bien le degré de finesse où s’ aiguisait notre haine. Cette phrase signifiait exactement le contraire de ce qui m’ était réclamé, mais, comme tout le monde l’ emploie couramment sans se rendre compte de son absurdité, Folcoche, d’ ailleurs assez peu éclairée sur les subtilités de la langue française, n’ y entendait pas malice. (Hervé Bazin, Vipère au poing, 1948)

Hervé Bazin, Vipère au poing : magnifique exemple de résilience par la langue…

 

 

  1. le gras est de notre fait. []
  2. Alors que la langue usuelle est, elle, fondamentalement porteuse d’ambiguïté, ainsi qu’on le souligne dans l’À propos de notre blog []
  3. La façon dont l’auteur se sert, dans sa paraphrase, de l’adverbe par ailleurs – également repris un peu plus loin dans le texte –, va bien dans le sens du caractère secondaire conféré à républicaines. []
  4. On parle également, pour les subordonnées relatives, de subordonnées « restrictives » versus « appositives », ou « déterminatives » versus « explicatives ». []
  5. Les virgules, comme le nez de Cléopâtre, peuvent changer beaucoup de choses… []
  6. Les valeurs républicaines échappent au clivage gauche / droite, quelle que soit la main-mise du parti LR sur le terme républicain (sur ce « hold-up sémantique », cf. notre billet du 17 avril 2015).  []
  7. Pour le centre, centristes est la seule possibilité, puisque valeurs de centre n’existe pas. Pour la droite, valeurs droitières serait également possible, mais avec un sens encore sensiblement différent – on n’approfondira pas. []
  8. Remarquons qu’en l’absence de l’adjectif républicaines, le rôle de préciser le nom valeurs serait reporté sur le seul complément de la droite et du centre, lequel reprendrait une valeur qualifiante. Cela n’aurait en effet pas grand sens de dire : « Je ne partage rien avec la droite ni avec le centre, sinon leurs valeurs». Et donc, avec le simple « Je partage les valeurs de la droite et du centre », difficile de dire qu’on n’est pas de droite ou du centre. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jérôme Lang dit :

    Quant à moi, je partage les convictions végétariennes d’Adolf Hitler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *