Éradiquer (rien qu’un petit peu)


canards

En pleine période de grippe aviaire, alors que dans le Sud-Ouest, oies et canards élevés en plein air subissent un abattage massif, un éleveur de l’Isle-Jourdain dit à la radio :

« Je pense que c’était la seule solution qu’il y avait, cet abattage massif, de façon à éradiquer un petit peu le virus et empêcher sa propagation. » (Journal de 12h30, France culture, 5 janvier 2017)

 

logo1bon

 

Éradiquer un petit peu… Qu’est-ce à dire ? Éradiquer, selon le dictionnaire Petit Robert, c’est en langue savante, s’appliquant à une maladie, « Supprimer, extirper complètement par éradication » – l’éradication, donc, est totale par définition. Qu’est-ce qu’on veut dire quand on dit qu’on va faire quelque chose totalement un petit peu ?

logo2bon

 

Ce type d’association contradictoire est en fait très courant à l’oral spontané (ou dans l’écrit oralisant qu’on trouve dans les forums sur internet) , nous en usons tous – ce ne sont pas seulement « les autres » qui le font ! On adore un petit peu, on a un petit peu la haine, on trouve que c’est un petit peu transcendant ou un petit peu génial, on est assez atterré, etc. Une amie1 soulevait pour nous la question, il y a presque exactement deux ans, de la façon suivante :

Un phénomène qui me frappe toujours dans les interviews à la radio, c’est l’alliance d’un déflatif (??? un peu, un tout petit peu) avec un adjectif assez hyperbolique : à l’instant, « c’est un peu terrible » (si ma mémoire est bonne), commentaire d’un type du Paris-Dakar au sujet des nouvelles qu’il vient de découvrir sur le tard. « C’est assez formidable », « c’est un petit peu extraordinaire », comme s’il n’y avait pas d’adjectif plus adapté, plus modéré, ou comme si on voulait montrer qu’on contrôle, qu’on mesure, qu’on ne s’emballe pas comme ça, comme si on devait exercer une contrainte sur l’expression de ses émotions en public.

Et quelques jours plus tard :

Et qu’est-ce que j’entends ce matin à la radio ? « C’est pour ça qu’on va se l’arracher tous un petit peu ». France Info, 10h30, 14/1/2015, interview d’un gendarme au sujet du nouveau numéro de Charlie Hebdo.
Comment peut-on s’arracher quelque chose un petit peu ?
Oxymore de l’intensité ? Alliance improbable d’un intensif et d’un déflatif (faute d’un autre mot) ?
Mais qu’en disent les linguistes ???

L’analyse est très pertinente. Qu’y ajouter ? On peut remplacer déflatif par le terme plus communément utilisé en linguistique atténuatif, pour les adverbes un (petit) peu ou assez – mais cela ne changera pas grand chose à l’affaire. L’enjeu de cette analyse, c’est de mettre l’accent sur la façon dont celui qui parle s’investit personnellement dans ce qu’il dit. Ce qui correspond, en termes linguistiques, à l’inscription du locuteur (celui qui parle) dans son énoncé (ce qu’il dit). Tout un pan de la linguistique s’intéresse aux traces de cette inscription, cherchant à les décrire de manière systématique, dans des études consacrées à l’énonciation (acte de produire un énoncé) et à l’expression de la subjectivité : perspective parfaitement représentée par l’ouvrage de référence de Catherine Kerbrat-Orecchioni, intitulé L’Énonciation – De la subjectivité dans le langage2. Les hypothèses que formule notre amie ont trait, précisément, à l’énonciation, quand elle suggère que le locuteur, tout en utilisant un terme fort (« un adjectif assez hyperbolique »3), voudrait montrer qu’il « contrôle », « mesure », qu’il « ne s’emballe pas comme ça », qu’il « exerce une contrainte sur l’expression de ses émotions en public ». Ce n’est pas tant au niveau informatif de l’énoncé que se joue la contradiction, qu’au niveau de l’énonciation : ça « tiraille », en quelque sorte, entre deux penchants – celui de dire les choses avec force, et celui de modérer, de prendre de la distance avec son propos. Dans les exemples qu’on a vus, le terme fort peut être un adjectif (terrible, formidable, extraordinaire) ou un verbe (s’arracher, éradiquer) ; ce peut être également (comme mentionné plus haut) un adverbe (totalement, carrément) :

Puis je l’ai un petit peu carrément oublié pendant des mois et des mois

Un peu totalement à la bourre ce matin, mais bon, j’y vais quand même de mon petit mot hebdomadaire…

Le terme fort peut être encore un nom pris dans une expression plus ou moins figée (c’est la cata / la totale / le comble), comme l’illustrent les exemples suivants (attestés sur le web) :

 

Lorsque vous marchez [avec des talons] il est important de se tenir bien droite. Si vous avez le dos courbé, c’est un petit peu la cata…

C’est un peu la totale quand même ce morceau : mélodie qui bégaie, paroles incompréhensibles, l’instrumentation…

C’est un peu le comble de se casser une dent sur une île où tu meurs de faim

Certes il y a une forme de contradiction dans ce qui est dit, mais on comprend très bien ce que le locuteur veut dire.

Revenons à éradiquer un petit peu : la contradiction est là peut-être d’autant plus frappante que éradiquer est un terme technique, a priori peu investi de subjectivité (contrairement à formidable par exemple), alors que un petit peu 4 est un atténuatif chargé d’affectivité. Ajoutons pour finir que les un (petit) peu qui fleurissent dans les conversations relèvent souvent du « tic de langage » – ainsi qu’on le voit très bien dans la suite des propos de l’éleveur de France Culture :

Ça [le transport des élevages] fragilise un petit peu cette production,  et c’est un petit peu là qu’arrivent tous les problèmes

Il y aurait encore beaucoup à dire, et sur les tics de langage, et sur les divers procédés d’atténuation dans le discours. Mais ce sera un petit peu tout pour cette fois…

logo3b

 

Kerbrat-Orecchioni, C. (1980). L’énonciation. De la subjectivité dans le langage. Paris : Colin.

 

  1. Françoise Robin, spécialiste et traductrice de littérature tibétaine (et donc attentive aux mots « vus de l’extérieur »), que nous remercions ici. []
  2. Ouvrage qui se place dans la continuité des travaux fondateurs d’Émile Benveniste sur cette notion de subjectivité. []
  3. On notera au passage l’association qui vient à point, ici, entre assez et hyperbolique… []
  4. Plus encore, nous semble-t-il que un peu, à la fois sans doute du fait de la présence de petit (tout ce qui est petit est mignon !) et de la duplication de l’atténuation. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. février 8, 2017

    […] Éradiquer (rien qu’un petit peu) Bling, 31 janvier 2017 > http://bling.hypotheses.org/1912 EHNE.fr : une histoire de l’Europe accessible à tous Vincent Demoor et Damien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *