Le projet de rupture qui occasionne la victoire


« je pense que toute candidature improvisée aujourd’hui à cinquante jours de l’élection présidentielle avec un projet qui ne serait pas un projet de rupture qui ne serait pas un projet au fond radical comme celui que j’ai proposé et qui a occasionné ma victoire à la primaire je pense que toutes ces candidatures conduiront à un échec » (François Fillon, Journal de 20h, France 2, 05/03/2017)

 

[Journée portes ouvertes chez Bling… Nous sommes heureuses de publier ici le billet que nous propose Christophe Benzitoun, collègue de l’Université de Lorraine et du laboratoire ATILF. Nous lui laissons entièrement la main.]

Ainsi s’est exprimé François Fillon, candidat à l’élection présidentielle française pour l’année 2017. Mais derrière l’affirmation du caractère incontournable de sa candidature, que l’on comprend bien à la lecture de ce passage, n’y a-t-il pas une expression qui sonne étrangement à vos oreilles ? Relisez le passage. Vous ne voyez pas ? Il s’agit du « projet qui a occasionné ma victoire » et plus particulièrement du télescopage entre les termes « occasionner » et « victoire ».

Dans les langues, il existe des associations privilégiées de mots que l’on appelle des collocations. Il en va ainsi par exemple de l’association entre grièvement et blessé. En français, on dit que l’on est grièvement blessé mais plus difficilement que l’on est grièvement malade. Il y a donc une relation particulière entre ces deux mots. Cette relation peut être neutre ou bien avoir une valeur particulière. Ainsi, certaines associations vont avoir une valeur plutôt positive et d’autres une valeur plutôt négative. L’adjectif grand, par exemple, va avoir tendance à donner au mot auquel il est combiné une valeur positive (un grand homme, un grand projet, grand Paris…) alors que l’adjectif gros va donner une polarité négative (un gros problème, de grosses difficultés, une grosse tuile…). Et cela est encore plus frappant dans des exemples comme inoculer un vaccin qui va avoir tendance à effrayer alors que administrer un vaccin sera relativement neutre. Ce phénomène d’association de mots donnant lieu à une polarité négative ou positive se nomme prosodie sémantique. On doit cette notion au linguiste Bill Louw. Et c’est justement ce même phénomène qui est en jeu dans l’extrait de l’intervention de François Fillon car il enfreint la polarité négative induite par le verbe occasionner.

En effet, le verbe occasionner s’emploie plutôt quand on évoque les résultats d’une catastrophe ou d’un problème. Quand on cherche dans un corpus, on va trouver des exemples comme :

  • la grêle occasionne chaque année des dégâts
  • le but est d’occasionner le plus de dégâts possible
  • les travaux occasionnent pas mal de désagréments/de gênes
  • occasionner des dépenses supplémentaires considérables
    etc.

Et dans le Trésor Informatisé de la langue française, on trouve la liste suivante :

Occasionner un accident, du chagrin, des déboires, un déficit, des dépenses, des désagréments, des désastres, des désordres, des difficultés, des dommages, des ennuis, une insomnie, un incendie, des lésions, une maladie, des malfaçons, des malheurs, des mécomptes, de lourdes pertes, un/du retard, un/du scandale, des souffrances, un traumatisme, des troubles.

D’où l’étrangeté de l’expression utilisée par François Fillon, qui donne l’impression que son projet radical a occasionné un dégât collatéral à savoir sa victoire à la primaire de la droite et du centre. Mais peut-être est-ce là son inconscient qui parle étant donné la situation actuelle dans laquelle il se trouve.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sophie Bailly dit :

    Bravo ! Hahaha ! Très jolie explication et illustration des notions de collocation et de prosodie sémantique (je découvre cette dernière avec ce billet).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *