Après les hommes en cuir : les propriétaires indélicats

 

 

 

Suite à notre billet Hommes en cuirs, un ami nous envoie cette photo d’une affichette placardée dans l’ascenseur de son immeuble. Cette affichette invitant les fumeurs à ne pas jeter leurs mégots dans les parties communes (pollution, risque d’incendie, augmentation des charges…) avait subi,  griffonnés au stylo, des ajouts qui vont bien nous intéresser…

 

 

 

 

Ces ajouts ont une histoire, qui montre que dans la « vraie vie », les « vrais gens » (et pas seulement les linguistes !) réagissent au type d’ambiguïté que nous avions soulevé dans Hommes en cuir et saucissons élevés en plein air. L’histoire en question se déroule en 3 temps1 :

  • 1er temps

Quelqu’un (un fumeur, peut-être ?) ajoute au stylo :

« + Des propriétaires de chiens qui pissent dans l’ascenceur »

(à interpréter sans doute comme : « il n’y a pas que le problème des mégots, il y a aussi celui des  propriétaires de chiens qui pissent dans l’ascenseur »).

  • 2ème temps

Quelqu’un d’autre (armé cette fois d’un stylo rouge) entoure une partie des mots – tel un professeur soulignant une maladresse sur une copie d’élève.

  • 3ème temps

Le premier quelqu’un (même écriture !) repère la maladresse en question, et propose une version « plus claire » :

en plus clair, les chiens qui pissent dans l’ascenceur, coutent plus cher en entretien  Merci.

On n’épiloguera pas : on retrouve la même ambiguïté qu’avec accessoires pour hommes en cuir ou accessoires pour hommes élégants, à ceci près que dans ce nouvel exemple, le qualifiant dont le rattachement pose problème est une subordonnée relative (qui pissent dans l’ascenseur) plutôt  qu’un syntagme prépositionnel (en cuir) ou un adjectif (élégants).

Autrement dit : sont-ce les chiens qui pissent dans l’ascenseur (schéma du dessus), ou leurs propriétaires (schéma du dessous) ?

L’auteur, au final, a tranché : ce sont les chiens !

Une dernière question en suspens, pour la route :

sont-ce les chiens eux-mêmes qui « coûtent plus cher en entretien » (des chiens sans doute à la vessie fragile !), ou bien s’agit-il des coûts d’entretien de l’ascenseur ?

(En conclusion, qu’il est donc difficile d’écrire dans les ascenseurs !)

 

  1. Un grand merci à Jean-Antoine, et pour le déroulé de l’histoire, et pour la photo ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *