Heureusement qu’il est pas tombé malade demain !

 

Sur une page du forum aufeminin, on peut lire :

Mon mari à été gravement malade le 30 décembre, […] comme je n’ai pas de voiture, j’ai tel au SAMU, SOS Medecins et 3 medecins généralistes dans notre ville : personne n’a voulu se déplacer! On m’a engueulé parce-que je n’ai pas encore le permis et on m’a retorqué : “heureusement qu’il est pas tombé malade demain (le 31 decembre) on ferme tous nos cabinets !”

[Nous sommes très heureuses de publier ici le billet de notre collègue Marcel Vuillaume, professeur émérite à l’Université Nice Sophia Antipolis, et spécialiste de l’expression du temps dans la langue. L’acuité de son regard sur des formes aussi bien quotidiennes que littéraires de paradoxes temporels nous séduit depuis longtemps : nous le remercions infiniment d’avoir accepté notre invitation à jouer le jeu de bling…]

 

Ce passé composé combiné avec demain a de quoi surprendre. Certes, quelques grammaires signalent la possibilité d’employer cette forme verbale avec la valeur d’un futur antérieur et de l’associer avec une expression adverbiale qui réfère elle-même à un moment futur (Dans cinq minutes, j’ai terminé et je te rejoins – Si demain la fièvre n’a pas baissé, faites venir un médecin) ; mais, dans notre exemple, le passé composé n’équivaut pas à un futur antérieur, il a bel et bien sa valeur ordinaire de passé, ce qui ne l’empêche pas de cohabiter avec demain.

 

Pour essayer d’y voir un peu plus clair, le mieux est de commencer par préciser ce que signifie la phrase « Heureusement qu’il est pas tombé malade demain. » Or, elle veut dire au moins trois choses :

a) que le mari de la dame qui a écrit ce texte est tombé malade – information connue aussi bien de cette dame que des personnes qui s’adressent à elle,

b) qu’il ne tombera pas à nouveau malade le lendemain (puisqu’il l’est déjà),

c) et que c’est heureux, vu que le lendemain il n’y aurait eu personne pour le prendre en charge.

Ce qui est crucial, c’est le lien entre a) et b). Plus précisément, ce qui rend cette phrase acceptable, c’est que, compte tenu de ce qui s’est produit dans le passé (la survenue de la maladie), on peut faire une prévision certaine concernant l’avenir. Inversement, après une averse violente par exemple, on ne pourra pas dire « Heureusement qu’il n’a pas plu demain ! » C’est que, en vertu de notre expérience, nous savons fort bien que, s’il a plu au jour j, il peut fort bien pleuvoir à nouveau au jour j+1, pour la simple raison que le ciel ne se vide pas comme un simple baquet. Le type de combinaison illustré par notre exemple ne peut donc se réaliser que si est survenu un événement qui, au cours d’un laps de temps qui s’évalue en fonction de la situation, ne peut se produire qu’une fois.

Voici quelques exemples qui remplissent cette condition. Si un de vos amis a coutume de vous rendre visite de temps à autre, toujours à l’improviste, vous pourrez l’accueillir un jour en lui disant : « Heureusement que tu n’es pas venu demain, tu ne m’aurais pas trouvé ». Pareillement, si la batterie de votre voiture rend le dernier soupir la veille de votre départ en vacances, vous la ferez changer illico en disant : « Heureusement qu’elle n’a pas lâché demain ! Tomber en panne avec les enfants, c’était la cata ». Mais, si vous éternuez la veille du mariage de votre sœur, vous ne pourrez pas dire : « Heureusement que je n’ai pas éternué demain au mariage de ma sœur », sauf si vous êtes ainsi fait que vous ne pouvez pas éternuer plus d’une fois toutes les quarante-huit heures.

Notre analyse suppose que toutes ces phrases expriment deux propositions, alors que nous n’en voyons qu’une. Regardons donc de plus près notre premier exemple : (Heureusement qu’) il est pas tombé malade demain ! On peut y distinguer a) le sujet il, b) le verbe tomber malade au passé composé, c) la négation pas, d) l’adverbe demain. Indubitablement, la forme de passé composé exprime bien ce que son nom indique : associée au sujet il, elle forme une proposition – il est tombé malade – qui dénote un événement passé. Et maintenant, pour fabriquer une seconde proposition, il suffit de réutiliser le même sujet, le même verbe et de les combiner avec la négation et l’adverbe de temps, ce qui donne : il (ne) tombera pas malade demain. Certes, on a ajouté une marque de futur (tomb-era malade) qui est absente de l’énoncé original, mais ce n’est pas un tour de passe-passe. En effet, on ne l’a pas choisie, étant donné qu’en français le verbe d’une proposition porte obligatoirement une marque de temps et que celle de futur véhicule une information déjà donnée par demain. Conclusion : la séquence il n’est pas tombé malade demain, qui a toutes les apparences d’une proposition grammaticale simple, exprime en réalité, sous une forme condensée, deux propositions et contient de fait tous les ingrédients requis pour les formuler.

Reste à expliquer pourquoi cette séquence ne peut pas s’employer seule et ne peut apparaître qu’enchâssée sous Heureusement que, C’est une chance que, etc. La raison en est simple : dans tous nos exemples, l’information donnée par la première proposition (il est tombé malade, la batterie a lâché, etc.) est connue du destinataire, et, comme celui-ci est tout à fait capable d’en tirer seul la conclusion, lui dire il n’est pas tombé malade demain, la batterie n’a pas lâché demain, etc. ne lui apprendrait rien. En revanche, il n’est pas du tout superflu de lui faire savoir que la conséquence de l’événement qui s’est produit est un motif de se réjouir. Naturellement, on pourrait tout aussi bien avoir des raisons de trouver cette conséquence regrettable, mais alors, c’est une forme de subjonctif qu’on emploierait (Dommage que tu ne sois pas venu demain !), et ce serait une autre histoire.

Pour aller plus loin

L’analyse proposée ci-dessus présente l’avantage de montrer qu’il n’y a pas, dans la phrase Heureusement qu’il est pas tombé malade demain, de combinaison verbo-adverbiale scandaleuse, puisque le passé composé n’y est pas associé à demain. Mais, à première vue, elle présente aussi un grave inconvénient : elle semble en effet taillée sur mesure pour un certain type de phrase et n’être au fond qu’une explication ad hoc. Pour réfuter cette possible objection, nous devons montrer qu’il existe d’autres phénomènes de condensation analogues. C’est ce que nous allons essayer de faire en restant dans le domaine temporel, mais en prenant des exemples littéraires qui n’auraient pas leur place dans la communication orale.

Lisons le fragment de texte suivant :

Donc prenons la rampe et montons. Ouf ! Cent vingt-cinq marches. Nous voici arrivés. Un pas de plus nous sommes dans la chambre, un autre nous n’y serions plus, c’est petit, mais c’est haut […]

Au moment où nous entrons, l’hôte du lieu, jeune homme habillé en turc d’opéra-comique, achève un repas dans lequel il viole effrontément la loi du prophète, ainsi que l’indique la présence d’un ex-jambonneau et d’une bouteille ci-devant pleine de vin. (Murger, Henri, Scènes de la vie de bohème, 61-62)

Ceux qui sont familiers des romans du XIXe siècle, et plus particulièrement des romans dits populaires de cette époque, ne seront pas surpris. Il est tout à fait habituel dans ces textes que le narrateur greffe sur l’histoire proprement dite une fiction secondaire dans laquelle il se présente comme guidant le lecteur dans l’univers de la fiction principale pour faire de lui le témoin direct des événements qui s’y déroulent. L’axe temporel de cette fiction secondaire étant constitué par le processus de lecture, il est naturel que son temps fondamental soit le présent, et puisque, en vertu de la convention tacite sur laquelle elle repose, le lecteur assiste aux événements du récit au fur et à mesure qu’ils se produisent, il est tout aussi naturel que ceux-ci soient relatés au présent. D’où l’emploi de ce temps aussi bien dans la subordonnée Au moment où nous entrons que dans la principale l’hôte du lieu […] viole effrontément la loi du prophète. Remarquons aussi que la subordonnée Au moment où nous… est inapte à définir le site temporel du procès exprimé par la principale (c’est le contexte amont qui contient cette information) et que son rôle est de nous convoquer comme témoins oculaires de la scène décrite.

Cependant, dans les phrases qui combinent une subordonnée temporelle relevant de la fiction secondaire et une principale décrivant un événement la fiction principale, cette dernière est plus fréquemment au passé :

Depuis longtemps, il ne nous a pas été donné de voir M. Lecoq face à face. […]

M. Lecoq n’avait certes pas pris ces manières de l’Ancien Régime […]. L’effronterie était, chez lui, devenue aplomb, la brutalité rondeur, la fanfaronnade autorité […].

Il était là, dans ses appartements privés, en conférence intime, non point avec le premier venu, mais bien avec le marquis de Gaillardbois. […]

Au moment où nous entrons dans le sanctuaire, ces messieurs traversaient un de ces repos qui ponctuent les conversations graves, où chacun a besoin de réfléchir. (Féval, Paul, Les Habits Noirs, t.1 : Les Habits Noirs, 280-281)

On a affaire ici à une incompatibilité tout à fait semblable à celle du passé composé et de demain dans notre exemple de départ. En effet, la subordonnée est au présent – ce qui est logique, puisque c’est le fait même de lire la proposition au moment où nous entrons dans le sanctuaire qui provoque l’événement qu’elle décrit –, alors que la principale est au passé et nous fait appréhender l’événement visé comme antérieur au moment où nous en lisons la relation, et cependant la conjonction complexe au moment où présente les deux procès comme simultanés. Mais la contradiction disparaît, si l’on admet que cette phrase résulte de la condensation de celles représentées par (a) et (b) dans le tableau ci-dessous :

(a) Au moment où nous entrons dans le sanctuaire, ces messieurs traversent un de ces repos…
(b) Ø ces messieurs traversaient un de ces repos…
(c) Au moment où nous entrons dans le sanctuaire, ces messieurs traversaient un de ces repos…

Dans la phrase (a), il n’y a aucun conflit entre le temps de la subordonnée et celui de la principale. La phrase (b) s’en distingue par l’absence de complément de temps (ce qui exclut toute possibilité de conflit) et par sa forme verbale (l’imparfait au lieu du présent). Et cependant, (a) et (b) ont la même référence temporelle (définie par le contexte) et décrivent le même événement. La seule différence qui les oppose concerne la perspective choisie : dans la phrase (a), l’événement est appréhendé au moment même où il se déroule, alors que dans la phrase (b) il est saisi rétrospectivement. La phrase (c), qui résulte du télescopage de (a) et de (b) (cf. Vuillaume 1990 : 71-78), permet d’exprimer ces deux perspectives en un seul énoncé : la subordonnée introduit la saisie simultanée et la marque d’imparfait la saisie rétrospective.

Nous laisserons au lecteur le soin transposer cette analyse aux exemples ci-dessous :

A l’angle de la rue se dressait une grande brasserie où l’on vivait bien et où l’on mangeait mal, tandis que s’ouvrait en face un petit café où l’on vivait mal et où l’on mangeait bien. Ce choix d’existence assez crucial s’imposait presque quotidiennement aux membres de la Brigade […] Aujourd’hui, la question du chauffage l’emporta sur toute autre considération et une vingtaine d’agents conflua vers le restaurant. (Vargas, Fred, Sous les vents de Neptune)

 

C’était dimanche, sur cette large fraction froide et grise du boulevard de Ménilmontant, aux contre-allées plantées d’arbres nus et noirs sous lesquels s’empoussièrent des véhicules volés puis abandonnés là, reflétés par les vitrines des marbriers et des fleuristes devant l’entrée du Père-Lachaise. Entrons […] Il est treize heures vingt, il fait plutôt froid, il n’y a rien d’autre à voir ; sortons. Depuis le portail, au loin, on aperçoit Benedetti qui avançait lentement. Il avait déjà passé la matinée au cimetière pour l’enterrement de sa femme […] (Echenoz, Jean, Cherokee)

 

Le soir même du jour où Chicot partait pour la Navarre, nous retrouverons dans la grande chambre de l’hôtel de Guise, où nous avons déjà, dans nos précédents récits, conduit plus d’une fois nos lecteurs, nous retrouverons, disons-nous, dans la grande chambre de l’hôtel de Guise, ce petit jeune homme à l’œil vif que nous avons vu entrer dans Paris en croupe sur le cheval de Carmainges, et qui n’était autre, nous le savons déjà, que la belle pénitente de dom Gorenflot.  (Dumas, Alexandre, Les Quarante-Cinq)

Tout ça pour dire que la phrase Heureusement qu’il est pas tombé malade demain est loin d’être un cas isolé.

 

 

RIEGEL, Martin et alii (2001), Grammaire méthodique du français, Paris : puf (Quadrige).

VUILLAUME, Marcel (1990), Grammaire temporelle des récits, Paris : Éditions de Minuit.

VUILLAUME, Marcel (2000), « ‘Heureusement que Pierre n’est pas venu demain !’ », in Carlier, Anne et alii (éds), Passé et parfait, Amsterdam, Atlanta : Rodopi (= Cahiers Chronos 6), 107-116.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *