Le corbeau et la corbelle


 

« Maître.sse corbe.au.lle sur un arbre perché tenait en son bec un fromage. Maître.sse renard.e par l’odeur alléché.e lui tint à peu près ce langage. »

 

 

Le 27 septembre dernier, dans les soubresauts  tardifs de la rentrée scolaire, et en pleine polémique sur le cas d’un manuel scolaire d’histoire rédigé en « écriture inclusive »1, le Journal télévisé de France 2 propose une séquence visant à éclairer la question. Dans cette séquence, un petit exercice linguistique : « Jouons un peu », annonce la journaliste, « et imaginons maintenant à quoi pourrait ressembler une célèbre fable de La Fontaine si elle était traduite en écriture inclusive ». Et là, une voix égrène les formes masculine et féminine rassemblées par la fameuse « écriture inclusive » : Maître maîtresse Corbeau Corbelle sur un arbre perché2

Capture d’écran du Journal de France 2

 

Le procédé est redoutable : à ce petit jeu, la célèbre réponse du berger à la bergère va-t-elle devenir la réponse du.de la berger.ère à la.au berger.ère ? Va-t-il falloir, avec les Académiciens, lancer un cri d’alarme sur ce « péril mortel » qui menace la langue française ? Crier avec d’aucuns au retour des précieuses ridicules ? En appeler à George Orwell et à la résistance contre cette autre novlangue ?

 

Sauf que… L’écriture dite « inclusive », on peut l’attaquer de mille manières, mais pas de celle-là. On va tâcher d’expliquer pourquoi.

  • Tout d’abord,

l’écriture inclusive ne se réduit pas au « point médian » ou « point milieu » sur lequel se focalise la séquence de France 2… Comme il apparaît dans le Manuel d’écriture inclusive édité chez Mots-Clés3, le point médian4 n’est qu’un des procédés d’une écriture inclusive qui « désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentations des deux sexes ».

Ces procédés sont humoristiquement rangés par ordre de difficulté ou « radicalité » par le Petit guide pratique de l’écriture inclusive de l’association féministe Les Salopettes. On passe du rang « padawan » au rang « maître·sse jedi » en franchissant à chaque fois plusieurs niveaux (lesquels vont de 1 à 7). Le premier niveau est celui de la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions5. Au second niveau, on trouve, entre autres, le remplacement de les étudiants par les étudiantes et les étudiants 6. On remarquera que c’est ce niveau qu’atteignaient déjà le général de Gaulle, avec son fameux « Françaises, Français ! »7, ou Pierre Desproges avec son presque aussi fameux « Belges, Belges »8. Pour en arriver à l’usage du point médian, il faut déjà avoir atteint le troisième niveau (et le rang de chevalier·ère jedi).

  •  Ensuite,

il n’est absolument pas question de ré-écrire les classiques (ni quelque texte que ce soit) de la littérature française. C’est ce que dit très bien Éliane Viennot, appelée précisément à réagir, dans une émission d’Arrêt sur image, à la « traduction » de la fable de La Fontaine par les bons soins de France 2.

  • Enfin, et peut-être surtout,

comme le souligne Éliane Viennot dans la même émission,

La Fontaine parle de Maître Corbeau et de Maître Renard, il ne parle pas de la population des corbeaux ou de la population des renards. Nous, quand nous essayons de faire de l’écriture inclusive, nous voulons le faire quand nous parlons de populations mixtes.

C’est sur ce dernier point qu’on voudrait s’attarder un peu, pour tâcher d’apporter quelques lumières sur une question qui a l’air d’être tout sauf claire pour la journaliste de France 2, et sans doute pour une grande partie du public. Cette question, c’est la question du générique, qui a fait beaucoup cogiter les linguistes9.

On oppose, en linguistique, les emplois générique et spécifique des syntagmes nominaux (SN), en ceci que :

les SN spécifiques réfèrent à une entité particulière (Le chien s’est sauvé). Les SN génériques font allusion soit à une classe (Les chiens sont fidèles) soit à un type (Le chien est l’ami de l’homme). En français, les SN définis (singulier et pluriel) et indéfinis (singulier) peuvent être employés spécifiquement ou génériquement. (Charolles, M., 2002, p. 248).

Il n’y a donc pas, en français, de marque propre au générique. Les SN génériques se reconnaissent par une combinaison du déterminant (le ou la / les / un ou une) et du prédicat, incarné par le verbe et ses éventuels compléments : ainsi, dans les exemples ci-dessus, s’est sauvé va dans le sens d’une interprétation spécifique du SN le chien, alors que est l’ami de l’homme oriente vers une interprétation générique du même SN.

La question du générique apparaissait déjà dans les écrits du célèbre linguiste Noam Chomsky, avec l’exemple Beavers build dams (« Les castors construisent des barrages »)10. Ces animaux industrieux ont continué au fil des années d’alimenter la réflexion des linguistes, et plus particulièrement des sémanticiens, avec des questions ouvrant sur les notions de valeurs de vérité, d’univers de discours, de typicalité, de quantification, etc. En français, la seule question du choix du déterminant, et des différences sémantiques induites par ce choix, a fait l’objet de nombreuses études. On mentionnera en particulier les analyses successives qu’a proposées Georges Kleiber, poussant chaque fois plus loin l’exploration de sa célèbre trilogie :

Les castors construisent des barrages

Le castor construit des barrages

Un castor construit des barrages

Mais laissons là les castors de Chomsky et Kleiber, et revenons aux corbeau et renard de La Fontaine. Les syntagmes nominaux Maître Corbeau ou Maître Renard désignent des individus particuliers. Ce ne sont pas des génériques : ils ne renvoient ni à un type (comme dans Le corbeau appartient à la famille des corvidés), ni à une classe (comme dans Les corbeaux font partie de la famille des corvidés 11). Il serait donc parfaitement absurde de les « traduire » en écriture inclusive – laquelle vise à parler, comme le dit Éliane Viennot, de « populations mixtes », et non à créer des individus hybrides. L’absurdité, certes, a ses charmes. Un charme auquel l’écrivain Éric Chevillard ne résiste pas lorsqu’il compose, déployant une imagination fertile, une créature hybride autrement plus insolite que celle du journal de France 2 :

Ille introduisit ses jambes velues et glabres dans son pantalon et sa jupe puis enfila un marcel et un caraco en chantonnant d’une voix grave de soprane… bon, désolé, mais pour ma part je renonce à l’écriture inclusive. L’Autofictif, 7 novembre 2017

Pour de vrai, et en moins drôle, les énoncés en jeu sont plutôt du type de :

Le directeur de thèse, responsable scientifique du sujet de thèse du doctorant, offrira un soutien au candidat et futur doctorant dans ses démarches tout au long de sa thèse. (Site de l’université d’Aix-Marseille)

dont on pourra cette fois proposer une version en écriture inclusive avec le point médian :

 Le.la directeur·rice de thèse, responsable scientifique du sujet de thèse du·de la doctorant·e, offrira un soutien au·à la candidat·e et futur·e doctorant·e dans ses démarches tout au long de sa thèse.

On peut assurément trouver cela pas très pratique. Pas très facile à enseigner, ni à apprendre. Pas très facile à écrire, ni à lire, en particulier à haute voix12. On peut également trouver que l’autre possibilité d’écriture, avec le déploiement des formes (cf.le directeur ou la directrice de thèse…) engendre des lourdeurs tout aussi coûteuses. On peut pourtant trouver – certains, certaines trouvent de plus en plus, du fait de l’évolution des sensibilités  – que ce n’est pas toujours facile, pour les femmes, de se reconnaître sous le masculin générique. D’autant que celui-ci peut désigner aussi bien une population mixte qu’une population uniquement masculine : ainsi, dans l’énoncé « Les étudiants sont plus/moins performants que les étudiantes », le syntagme nominal les étudiants, tout en restant générique, ne renvoie qu’aux seuls représentants du sexe masculin. De la même façon, dans cet extrait de Souvenirs de la marée basse de Chantal Thomas :

L’écrivain [Paul Morand] s’extasie sur le nageur de crawl, non sur la nageuse. Il faut dire que la nageuse (de n’importe quelle nage) est un phénomène neuf et d’exception […]13

on comprend que le nageur exclut la nageuse…

Sur les nombreuses questions que soulèvent les diverses facettes de l’écriture inclusive, nous ne chercherons pas ici à trancher. Notre seul objectif était d’éclairer, autant que possible, les termes du  débat, et contribuer à chasser les « faits alternatifs » qui sans cesse viennent les brouiller14.

Et pour la route, une histoire de blonde qui n’a pas grand chose à voir, si ce n’est que le ressort en est un point linguistique, sinon identique à celui qui nous occupait, du moins proche – celui de la référence :

Une blonde et une brune lisent un journal.
La brune dit :
– Tu te rends compte qu’à New York une personne se fait renverser toutes les 2 minutes !
La blonde répond :
– Oh ! La pauvre ! (sur le site blablagues)

Là normalement, tout le monde comprend (même si ce n’est pas si facile à expliquer en termes linguistiques précis). Resterait peut-être à inventer, pour commencer d’être audible, une histoire de blond·e qui s’emmêlerait les pédales avec castor·e·s et corbe·aux·elles…

 

Charolles, M. (2002). La référence et les expressions référentielles en français. Ophrys éditions, Paris.

Parmi les nombreux écrits de Georges Kleiber sur la généricité, on mentionnera :

Kleiber, G. & H. Lazzaro (1987). « Qu’est-ce qu’un syntagme nominal générique ? Ou : les carottes qui poussent ici sont plus grosses que les autres », in Kleiber (éd), Rencontre(s) avec la généricité, Recherches Linguistiques XII, pp.73-111.

Kleiber, G. (1990). L’Article LE générique. La généricité sur le mode massif. Langue et Cultures 23, Librairie Droz, Genève.

On citera également, librement accessible en ligne :

Généricité, article de Carmen Dobrovie-Sorin dans le Dictionnaire de sémantique Sémanticlopédie

 

  1. Le manuel de CE2 Questionner le monde publié en mars 2017 chez Hatier. En page de garde, l’éditeur indique avoir voulu suivre les recommandations du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), parues en novembre 2015 dans un Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe. On notera que, dans ce guide, au-delà des questions d’écriture, c’est à la « communication », avec ses divers types de représentation, qu’est appliquée la qualification d’ « inclusive » (au sens où il s’agit d’ « inclure » les femmes aussi bien que les hommes). []
  2. Il faut croire que dans cette « traduction », c’est l’arbre qui est perché ; sinon, telle qu’elle est comprise ici, l’écriture inclusive donnerait plutôt « sur un arbre perché.e ». []
  3. Mots-Clés est une agence de communication fondée par Raphaël Haddad. Le manuel, librement téléchargeable sur son site, est présenté comme « s’appuyant sur de nombreux travaux précédents et en particulier sur ceux du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes » (cf. note 1). []
  4. Un petit « point » sur le point : dans le Guide pratique édité par le HCE, libre choix est laissé entre l’usage d’un simple point (le point final que tout le monde connaît) ou l’usage d’un point dit « médian » ou « d’altérité », situé « à mi-hauteur du lettrage » ; dans le manuel édité par Mots-Clés, seul ce dernier point (qualifié cette fois de « point milieu ») est retenu, en particulier pour éviter une confusion avec les usages déjà bien installés du point final. Dans ce billet – tout à fait arbitrairement ! – nous garderons l’appellation « point médian » du premier (le guide du HCE), mais adopterons le graphisme du second (le manuel de Mots-Clés). []
  5. Dont nous avions parlé dans nos billets La femme de l’écrivain et  « Auteure », « écrivaine », suite…. []
  6. Mentionnés, comme le préconise le manuel, par ordre alphabétique. []
  7. Quoique l’ordre suive, ici, l’ordre de la galanterie plutôt que celui de l’alphabet… []
  8. Où le respect de l’ordre alphabétique est irréfutable. []
  9. Et qu’on avait brièvement évoquée dans notre billet La femme de l’écrivain. []
  10. Voir Questions on Form and Interpretation, 1975. []
  11. Dans ce cas de toute façon, comme dans celui qui précède, il ne serait pas question d’écriture inclusive – les corbeaux, et plus généralement les animaux, n’ayant pas encore lancé une campagne en ce sens ! []
  12. Du fait de la rupture de linéarité, au sens où il faut revenir en arrière pour lire correctement le mot []
  13. Pour le plaisir de la suite : « dans une histoire de l’humanité qui revient pour les femmes à une histoire de leur immobilisation, de leur identification imposée et plus ou moins assumée à des êtres de pudeur et de faiblesse, des créatures maladives qui ne peuvent que demeurer sur le rivage, empaquetées de jupons, de robes et de châles, protégées du vent et du soleil ». Éditions du Seuil, p. 74. []
  14. Et ce, même si on a conscience qu’une fois chassés, il reviennent au galop : toujours un  « On dit bien la table et le fauteuil, et ça ne pose de problème ?! » pour venir contrer toute innovation linguistique liée au genre. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aurélie dit :

    Merci pour cette mise au point linguistique très intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *