« Anglais ? » – « Au contraire »

EPSON scanner image

 Au journaliste français qui lui demandait :

– « Alors, Monsieur Beckett, vous êtes anglais ? »

l’écrivain irlandais – et francophone – Samuel Beckett fit la réponse suivante, devenue célèbre :

– « Au contraire ».

logo1bon

 

Petit, c’est le contraire de grand, chaud de froid, gentil de méchant… Mais comment irlandais peut-il être le contraire d’anglais ?

logo2bon

 

Qu’un mot soit le « contraire » d’un autre, cela renvoie à la notion linguistique d’antonymie. Plus précisément, selon Riegel, Pellat et Rioul (1994), « la relation d’antonymie repose sur l’incompatibilité entre des termes qui appartiennent à une même dimension sémantique ». Trois types d’antonymie sont généralement reconnus :

  • l’antonymie dite « stricte » suppose une possibilité de gradation par rapport à un axe. Dans l’exemple typique de gradation brûlant — chaud — tiède — frais — froid — glacial, l’axe passe entre tiède et frais, lesquels s’opposent comme chaud s’oppose à froid et brûlant à glacial. Le lexique de la gradation n’est pas toujours aussi riche, mais il suffit pour qu’on puisse parler de gradation qu’il y ait un « plus » et un « moins » : on est plus ou moins petit ou plus ou moins grand, plus ou moins gentil ou plus ou moins méchant.
  • pour les antonymes dits « complémentaires », il ne s’agit pas de gradation, mais d’opposition entre deux pôles exclusifs l’un de l’autre : c’est soit l’un, soit l’autre, et il n’y a pas d’intermédiaire. On ne peut pas normalement !  être à la fois vivant et mort, mobile et immobile, marié et célibataire.
  • enfin, les antonymes dits « réciproques » ou « converses » correspondent à des paires telles que père – fils, avant – après, acheter – vendre… Si Pierre est le père de Paul, Paul est le fils de Pierre ; si le fromage vient avant la poire, la poire vient après le fromage ; si Paul achète des poires chez l’épicier, l’épicier vend des poires à Paul… (Une telle relation de réciprocité, cependant, n’est pas unanimement reconnue comme relation d’antonymie.)

Dans le cas de la réponse de Beckett, l’antonymie entre irlandais et anglais relèverait plutôt du type « complémentaire », dans la mesure où l’impression donnée est celle d’une opposition entre deux pôles. Mais ce qui est remarquable ici, et qui crée l’effet de surprise, c’est que l’antonymie n’est pas pré-construite dans le lexique : aucun dictionnaire ne donnera irlandais comme antonyme d’anglais ( les adjectifs de nationalité en principe ne se prêtent pas à ce type de relation). Il s’agit donc d’une antonymie toute personnelle, contextuellement ancrée dans les différences culturelles et dans l’histoire conflictuelle entre l’Irlande et l’Angleterre1.

Même lorsqu’il s’agit d’antonymie comme relation de sens dans le lexique, le rôle du contexte n’est pas négligeable. Ainsi, si noir vient tout de suite à l’esprit comme antonyme de blanc, à table ce sera plutôt rouge. Un adjectif comme frais admet toutes sortes d’antonymes selon qu’il qualifie de l’eau (fraîche vs. tiède), du magret de canard (frais vs. séché), du pain (vs. rassis), du poisson (vs. surgelé —  ou avarié !), le teint (vs. terne, fatigué)… Cette diversité de l’antonymie pour l’adjectif frais est due au fait que celui-ci est fortement polysémique (i.e. qu’il a de nombreux sens) ; les différents antonymes sont prévisibles, ainsi qu’en attestent les dictionnaires et autres ressources lexicales2. Dans le cas qui fait l’objet de ce billet, l’antonymie est d’un autre ordre : elle est entièrement construite dans le discours, en fonction du contexte politico-historique, et donc nettement moins prévisible.

Un dernier exemple pour illustrer la différence de fonctionnement entre l’antonymie classique et une antonymie « construite en contexte » : pour socialiste, le dictionnaire Dicosyn donne l’antonyme capitaliste ; mais ce que le dictionnaire ne prévoit pas, c’est la possibilité d’un dialogue tel que :

EPSON scanner image

 

–    Vous êtes PS ?
–    Au contraire, moi c’est Front de Gauche !

 

 

logo3b

 

Pour une présentation de l’antonymie comme relation de sens dans le lexique, on pourra consulter :

L’article « Antonymie » par P. Amsili dans le Dictionnaire de sémantique  Sémanticlopédie.

Et plus anciennement :

Martin, R. (1976). Inférence, antonymie et paraphrase. Klincksieck.

Riegel, M., Pellat, J-C. & Rioul, R. (1994). Grammaire méthodique du français. PUF. (Chapitre XVIII, section 2).

Picoche, J. (1992). Précis de lexicologie française. L’étude et l’enseignement du vocabulaire. Nathan.

Lehmann, A. & Martin-Berthet, F. (1998). Introduction à la lexicologie. Sémantique et Morphologie. Dunod.

Pour des études linguistiques plus spécifiques, voir :

Kleiber, G. (1976). Adjectifs antonymes : Comparaison implicite et comparaison explicite. Travaux de Linguistique et de Littérature, 14 : 277-326.

Combettes, B. (1984). Quelques problèmes posés par l’étude de l’antonymie. Pratiques, 43 : 30-45.

  1. L’apaisement du conflit anglo-irlandais rend la relation d’opposition peut-être moins immédiatement perceptible pour le lecteur d’aujourd’hui ; mais il lui suffira de transposer cette analyse à des zones de conflit actuel pour ressentir la force du procédé. []
  2. Cf. Dicosyn sur le site du CNRTL : http://www.cnrtl.fr/antonymie/. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Benoit Habert dit :

    On peut se demander si « au contraire » à force de fonctionner dans des environnements à antonymes (« Il n’est pas frais, ce pain. Au contraire, il est rassis » ; « Il n’est pas tendre, ce steak. Au contraire, il est dur »), ne finit pas par constituer une « forme » qui permet de poser en antonyme contextuel ce qui figure à sa droite par rapport à ce qui est placé à sa gauche.

  2. Benoit Habert dit :

    C’est intéressant que dans l’exemple de Beckett, le 2ème terme, à droite d' »au contraire » soit absent et doive être reconstitué en fonction du contexte. Cette absence donne naissance à une certaine indétermination (est-ce forcément « irlandais » qui s’oppose ici à « anglais » ?). Il y a là un fonctionnement proche de la description que donne Rastier de la tautologie (« un Anglais est un Anglais »), où le vide de sens littéral oblige à faire des hypothèses sur les traits de sens associés, dans cette occurrence, au terme tautologisé. Avec également de l’indétermination.

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Oui, tu as tout à fait raison : sachant que Beckett est irlandais, on a directement sauté sur l’explicitation de l’opposition anglais / irlandais. Or comme tu dis, il y a une part d’indétermination dans le « Au contraire » de Beckett, qui reste plus ouvert et suggestif que n’aurait été « Au contraire, je suis irlandais » (sans doute irlandais ne sature-t-il pas tous les contraires possibles de anglais). Ce qui va dans le sens de lectures montrant que Beckett n’était pas particulièrement attaché à l’idée de nationalité en général, et à la revendication de sa nationalité irlandaise en particulier.

  3. Anne et Marie-Paule dit :

    En une du quotidien Libération aujourd’hui (3 mars 2017) : « Macron – Ni de droite, ni de gauche, bien au contraire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *