Bling - blog de linguistique illustré Site

« Mange toujours ! »

  Une famille arrêtée sur une aire d’autoroute pour pique-niquer. – « Mange toujours ! » dit le grand-père à sa petite-fille qui selon lui parle trop, et ne ne mange pas assez vite. – « Pourquoi toujours ? » demande la petite fille.  

« Y a jamais personne sur les rochers »

« Y a jamais personne sur les rochers » dit une petite fille en observant les gens qui se promènent (ou pêchent, méditent…) sur l’avancée de rochers  prolongeant la plage. Bizarrement, l’observation inverse – des rochers vides de toute présence humaine – aurait pu donner lieu à la même formulation.          

Migrants et réfugiés

Depuis quelques jours, les médias s’emparent de la question du choix des termes – migrant ou réfugié – pour en souligner l’importance pratique et symbolique. Ainsi ce matin (8 septembre 2015), dans sa Revue de Presse, Nicolas Martin commente comme suit l’annonce, par le président de la République, de l’accueil de 24000 réfugiés sur 2 ans en France :

« On l’a pas encore fait »

  Contexte : le roman Haute Fidélité de l’auteur anglais Nick Hornby. Le narrateur (Rob) vient d’être quitté par sa petite amie (Laura) ; il ne cesse de se (et la) tourmenter à propos de la relation qu’elle entretient avec leur ancien voisin (Ian).  

« Anglais ? » – « Au contraire »

 Au journaliste français qui lui demandait : – « Alors, Monsieur Beckett, vous êtes anglais ? » l’écrivain irlandais – et francophone – Samuel Beckett fit la réponse suivante, devenue célèbre : – « Au contraire ».

« iléoulelila ?! »

    Contexte : Dans le jardin, des adultes s’extasient sur un beau lilas en fleurs : – « Qu’il est beau le lilas ! » Parmi eux, un petit garçon de 4 ans s’énerve. Il ne voit rien, lui : – « Il est où le lit là ?! »        

« Mademoiselle se meurt, mademoiselle est morte »

(entendu sur France Inter le 9 mars 2012, dans la chronique matinale de François Morel)     « Parce que Mademoiselle c’est la gaîté, c’est la jeunesse, c’est l’insouciance, crinoline et balançoire, promesses et roses du printemps, robes fleuries et airs du faubourg, serments d’amour, joues roses et regards intimidés. »