De l’erreur d’aiguillage comme invitation au voyage

 

Insolite.

Une destination imprévue mardi après-midi pour les voyageurs du TGV Lille-Bordeaux. En raison d’une erreur d’aiguillage rarissime, le train est parti vers la Bretagne au lieu de se diriger vers le Sud-Ouest. Le TGV a dû faire demi-tour.

(France Bleu, 26 avril 2017)

 

Les erreurs d’aiguillage, ça nous intéresse. On leur a déjà consacré dix billets (voir la rubrique à ce nom dans le bandeau noir ci-dessus)… et ce, sans un seul train ! De la même façon qu’une erreur d’aiguillage peut amener les passagers d’un train pour le Sud-Ouest à entrevoir un bout de (cette si belle région qu’est) la Bretagne, les erreurs d’aiguillage linguistiques sont pour nous ces moments de flottement où le lecteur (ou l’auditeur), s’engageant sur une voie qui n’était pas convenue, entrevoit fugitivement un sens qui n’était pas prévu.

Parmi nos causes préférées d’erreurs d’aiguillage, il y a les ambiguïtés de rattachement, dont témoignait encore notre dernier billet sur la question, avec sa « crème de marrons avec morceaux du Massif Central » (est-ce que du Massif Central se rattache à morceaux ou bien à crème de marrons ? »).

La photo de la crème de marrons nous venait d’une collègue-lectrice que nous re-remercions ; la photo ci-dessous nous vient d’un collègue-lecteur que nous remercions également (merci Benjamin !).

(Sur l’interphone : SONNETTE de L’ECOLE en FACE)

Dixit Benjamin :

« à chaque fois que j’amène mes enfants à l’école et que je vois cet interphone, je me demande où est cette ‘école en face’, et qui donc a eu l’idée saugrenue de mettre un interphone du mauvais côté de la rue… »

 

 

 

On continue notre florilège, sans photos, avec d’abord cette interrogation formulée à la rubrique Questions – Réponses sur le site de Yahoo! :

A quoi bon prêcher la soumission (islam) à Dieu ?

Interrogation qu’on comparera, linguistiquement parlant s’entend, avec l’affirmation suivante :

Les esclavagistes avaient appris à lire à Turner notamment la bible pour qu’il prêche la soumission aux esclaves Afro – Américains qui travaillent dans les champs de coton. (blog artetcinemas)

À qui prêche-t-on quoi ? Qui se soumet à qui ? Un vertige commence à poindre, qui se confirme dans l’extrait suivant :

Avec beaucoup de courage, Jérémie contredit ces faux espoirs et prêche la soumission à Nabukodonozor. (La Bible des Peuples)

Pour une personne d’une culture biblique (très) moyenne, qui sait juste que Nabukodonozor (ou Nabuchodonosor) est un roi, la question est : s’agit-il de se soumettre au roi ? ou bien s’agit-il pour le roi de se soumettre (à Dieu) ? La restitution du contexte immédiat de l’extrait aidera à répondre (occasion pour la personne d’une culture biblique très moyenne de se rattraper…)  :

Il y avait toujours des gens pour prédire la chute de Nabukodonozor, roi de Babylone, et le retour des exilés. Avec beaucoup de courage, Jérémie contredit ces faux espoirs et prêche la soumission à Nabukodonozor. C’est pourquoi les dirigeants juifs le considèrent comme un ennemi de la nation. Jérémie s’oppose aux faux prophètes. (Ibid.)

L’erreur d’aiguillage donne parfois des éclats burlesques dans des zones très sombres. C’est le cas du titre suivant d’un article de journal :

L’arrêt des soins d’une ado validé par le Conseil d’État contre la famille (Libération, article du 5 janvier 2018)

(Le Conseil d’État contre la famille ferait-il concurrence au Conseil pontifical pour la famille ?)

Dans la même veine noire, et sans besoin de commentaires :

Après avoir présenté le plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme de son gouvernement vendredi matin à Créteil, Manuel Valls vient d’être interrogé sur le meurtre de la petite Chloé par un récidiviste à Calais. (Libération, article du 17 avril 2015)

 

Catastrophe de la German Wings. Mille quatre cents personnes se sont réunies aujourd’hui pour rendre hommage aux victimes du crash aérien dans la cathédrale de Cologne. (France Culture, 17 avril 2015, Journal de 18h)

 

Etats-Unis Californie : treize frères et sœurs découverts séquestrés et affamés par leurs parents (Libération, titre d’article du 6 janvier 2018)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *