Lecture interdite

 

 

 

Photographie d’un présentoir de maison de la presse, un mois d’août à Carnac-Plage…

 

 

 

 

 

 

Heu… À quoi bon vendre des journaux si on n’a pas le droit de les lire ?

 

 

L'(éventuel) premier moment d’étonnement passé, la « solution » est vite trouvée. Pas d’ambiguïté ici : il est évident, étant donné le contexte, que « la lecture des journaux est interdite » ne relève pas d’une interprétation générale. Bien sûr qu’il est permis de lire les journaux, et plus précisément ces journaux-là qui sont à vendre, mais à condition de les… acheter !

On pourrait s’arrêter là. On peut aussi tâcher d’aller un tout petit plus loin dans l’analyse linguistique, avec une autre question : pourquoi une interprétation générale de l’énoncé tend-elle insidieusement à se présenter à l’esprit ? Une telle interprétation est encouragée par la présence des articles définis (la lecture / des journaux – des est la contraction de la préposition de et de l’article défini les), le verbe au présent (est) ainsi que l’absence de spécification circonstancielle. L’énoncé prend ainsi la forme de préceptes généraux tels que :

  • La traite des êtres humains est interdite
  • Le harcèlement à l’école est puni par la loi
  • La mise en danger de la vie d’autrui est un délit

Or, loin d’être un précepte général, « la lecture des journaux est interdite » doit être ici interprétée de façon tout à fait située, à l’aune de la situation commerciale d’un magasin de journaux. L’article défini (caché) dans le syntagme prépositionnel des journaux prend ainsi une valeur spécifique – les journaux référant aux journaux, précisément, du magasin1. Par ailleurs, dans ce contexte de situation commerciale, un autre élément de connaissance du monde est à prendre en compte : on sait bien qu’a priori, le vendeur veut vendre ses journaux, que le client a le droit de les lire, mais que s’il veut les lire2, il doit payer.

Il n’y a finalement là rien que de très ordinaire : cela fait partie des compétences langagières de base que de savoir interpréter un énoncé en contexte, afin de construire un sens pertinent. Ce qui sort, malgré tout, un petit peu de l’ordinaire dans notre affichette « La lecture des journaux est interdite », c’est la forme sous laquelle se manifeste l’acte d’interdiction ((Pour une brève allusion à la théorie des actes de langage en linguistique, cf. notre billet J’ai déjà un amoureux ! )). On est habitué à se voir interdire toutes sortes de choses, mais plutôt sous des formes telles que :

 

Interdiction de fumer, de pêcher, de courir, de cracher dans l’eau, de boire de la bière

 

(ActuaLitté (Interdiction de fumer au Salon du Livre de Paris) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons)

 

 

Il est interdit de se laver les pieds dans les lavabos, de nourrir les animaux, les chevaux, les pigeons

(Common Wolf from Montreal, Canada (Foot washing) [CC BY-SA 2.0 ], via Wikimedia Commons)

 

 

 

Baignade interdite, chaussures interdites, shorts de bain interdits

(Stanzilla (Own work) [CC0], via Wikimedia Commons)

 

 

Défense de jouer, de cracher par terre et de parler breton

 

(Jwh at Wikipedia Luxembourg [CC BY-SA 3.0 lu], via Wikimedia Commons)

 

 

Là encore, on comprend qu’il n’est pas interdit (ou défendu) en général de fumer, de nourrir les animaux, de cracher dans l’eau, de jouer, de se baigner… mais de le faire dans ces endroits particuliers (lieu public, parc, rivière, piscine…), que délimitent justement (symboliquement) les panneaux où apparaissent de telles inscriptions3. Le lieu d’application de l’interdiction peut même être éventuellement précisé (cf. « Camping interdit dans le périmètre du parc », « Défendu de se baigner ici »).

(St Helen’s beach : photo Conrad Poirier [Public domain], via Wikimedia Commons)

 

Moralité : baignez-vous, et lisez…

 

  1. Alors que dans la traite des êtres humains, le les caché a une valeur générique : il s’agit des êtres humains en général. []
  2. La lecture, ici, doit s’entendre au sens d’une lecture continue, et non d’un simple feuilletage []
  3. On peut d’ailleurs penser, du fait de ce paradigme, qu’une affichette avec « Interdiction de lire les journaux », sur le présentoir de la même maison de la presse, n’aurait pas exactement suscité le même effet comique. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *