Un pour tous


La rentrée scolaire n’est pas si loin, et les petits tracas de sa préparation non plus. Déjà, rien qu’au moment de l’achat des fournitures, dès le deuxième item de la liste fournie par le collège, le parent d’élève est plongé dans le doute :

– une chemise cartonnée à rabats 21/29,7 à élastiques pour toutes les matières et pour les documents administratifs


Avec ça, combien de chemises cartonnées faut-il acheter ?!

Sachant que l’élève a 10 matières, va-t-on opter (du plus au moins économique) pour 1 chemise ? 2 chemises ? 11 chemises ?

  • [choix a] 1 chemise (1 pour l’ensemble des matière et les documents administratifs) ;
  • [choix b] 1 + 1 = 2 chemises (1 pour l’ensemble des matières + 1 pour les documents administratifs) ;
  • [choix c] 10 + 1 = 11 chemises (1 par matière + 1 pour les documents administratifs).

Joli petit problème, finalement, pour aborder la rentrée…


Et par ailleurs instance d’un vaste problème – celui de la quantification – qui intéresse les sémanticiens depuis longtemps.

Pour une rentrée blinguesque en douceur, on ne va pas chercher à présenter, même sommairement, les aspects formels de ce domaine hautement complexe (nos lecteurs intéressés par la question pourront aller consulter l’article « Quantification » du dictionnaire de sémantique en ligne Sémanticlopédie).

Nous allons nous contenter de « déplier » et expliquer de façon non formelle les différentes interprétations possibles de notre phrase-problème. On procédera pour ce faire en deux étapes :

Étape 1

L’ambiguïté que supposent ces différentes interprétations trouve d’abord son origine dans la relation entre les quantifieurs un (cf. une chemise cartonnée) et tout (cf. toutes les matières).

On peut ainsi simplifier le problème de départ en le réduisant à l’examen du segment :

une chemise pour toutes les matières

dont l’interprétation est soit distributive, soit collective.

  • Interprétation distributive : on l’a déjà paraphrasée par « une chemise par matière », on pourrait également le faire par « une chemise pour chaque matière » (où l’usage du quantifieur chaque au lieu de tout suffit à la désambiguïsation).
  • Interprétation collective : on l’a déjà également paraphrasée par « une (seule) chemise pour l’ensemble des matières ».

Ce type d’ambiguïté est très commun, mais passe le plus souvent inaperçu dans la mesure où il est immédiatement levé en contexte.

Ainsi, l’interprétation distributive serait immédiate pour des revendications (ou propositions) telles que :

– Un logement décent pour tous !

– Un verre de lait pour tous les écoliers

(A priori, on ne réclame/propose pas un seul logement pour tous les gens qui n’en ont pas, et pas davantage un seul verre de lait à se partager entre tous les écoliers1.)

En revanche, c’est l’interprétation collective qui s’impose pour le un pour tous de l’expression « un pour tous, tous pour un », ou encore pour :

– Une République pour tous les citoyens

– Un règlement pour tous

(De façon évidente, on insiste ici sur le collectif : ce n’est pas chacun la sienne, ni chacun le sien – c’est au contraire la même République, le même règlement, pour tous.)

Petite subtilité, en passant : la recherche d’exemples attestés nous a fait tomber sur

– « Une république pour tous et pour chacun ! » (présentation d’une « rencontre nationale des élus progressistes »)

– « Un règlement pour tous, pour garantir le plaisir de chacun » (règlement intérieur d’un espace collectif)

Comment, dans ces exemples, le chacun (qui nous a servi plus haut à paraphraser l’interprétation distributive) peut-il coexister avec un tous pourtant visiblement collectif ? Ce qui est à l’œuvre ici, c’est précisément un jeu sur le collectif et le distributif, à travers la mise en relation (légèrement paradoxale) entre tous et chacun.  Dans ce jeu, le chacun vient redonner (redistribuer) une individualité aux différents membres qui composent le collectif. Mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit toujours d’une seule et même République, d’un seul et même règlement.

Revenons à l’interprétation de notre une chemise pour toutes les matières, et tâchons de voir ce qui, pour cet exemple (et dans le contexte, rappelons-le, d’une liste de fournitures scolaires – dont la première page est reproduite ci-dessous dans son intégralité) milite en faveur d’une interprétation distributive, ou collective.

  • Un élément milite en faveur de l’interprétation collective : dans le document, la consigne apparaît dans un « chapeau » surplombant l’énumération des différentes matières avec, pour chacune, la liste des fournitures requises. Pourquoi mettre cette consigne en chapeau, quand les autres consignes sont listées par matière, si ce n’est pour ici rassembler, désigner en même temps, « toutes les matières » ?
  • Deux éléments militent en faveur de l’interprétation distributive :
    • Cette même position surplombante peut au contraire encourager une factorisation, la consigne visant alors à s’appliquer à chacune des matières listées en dessous.
    • D’un point de vue pratique, comment imaginer que l’élève utiliserait indifféremment une même chemise pour des matières que tout le reste du document amène à différencier ?

On remarquera que le dernier argument relève d’une connaissance du monde très générale, alors que les deux précédents (basés sur le même élément de position en chapeau !) font appel à des connaissances en termes d’organisation textuelle.

Étape 2

La suite de la phrase, introduite par le coordonnant et :

une chemise pour toutes les matières et pour les documents administratifs 

vient à la fois complexifier le problème et fournir un nouvel élément pour sa résolution.

Le syntagme prépositionnel pour les documents administratifs  s’interprète préférentiellement de manière collective (i.e. une chemise pour l’ensemble de documents), du fait, d’une part, de l’absence de quantifieur, et d’autre part, de la connaissance du monde (on ne peut en effet pas attendre des parents qu’ils connaissent le nombre de documents administratifs que recevra leur enfant) ; on conçoit par ailleurs très bien de mettre tous ces documents ensemble, contrairement à ceux qui relèvent de matières bien séparées. On considérera que l’interprétation distributive  – qui ne peut être tout à fait exclue sur le plan logique, malgré l’absence de quantifieur – est trop peu disponible pour qu’on s’attarde à la prendre en considération.

Une telle préférence pour l’interprétation collective du second membre de la coordination influe en retour sur l’interprétation du premier2 – auquel on a envie de donner parallèlement la même interprétation collective (i.e. une chemise pour l’ensemble des matières).

  • Dans le cas où on adopte cette interprétation, une nouvelle question se pose : est-ce que la chemise pour l’ensemble des documents administratifs sera la même que pour l’ensemble des matières (auquel cas documents administratifs et documents scolaires seraient mélangés) ? Ou bien est-ce qu’on rajoute, à la première chemise pour les différentes matières, une seconde chemise pour les documents administratifs ?

– Dans le premier sous-cas [choix a], l’interprétation correspond à une analyse linguistique où les deux syntagmes prépositionnels coordonnés (pour toutes les matières et pour les documents administratifs) se rattachent au syntagme nominal initial une chemise – ce qu’on représentera par le schéma suivant :

– Dans le second sous-cas [choix b], l’analyse linguistique suppose la présence implicite d’un second syntagme une chemise (qui fait l’objet d’une ellipse : une chemise pour toutes les matières et [une chemise] pour les documents administratifs). C’est à ce une chemise en ellipse qu’est rattaché le syntagme prépositionnel pour les documents administratifs – ce que figure cette fois le schéma alternatif suivant :

  • Dans le cas où on aurait adopté, malgré l’interprétation collective du second membre de la phrase, une interprétation distributive du premier (i.e. l’interprétation à 10 chemises  – 1 par matière), il n’y a en revanche pas de dilemme supplémentaire : on considérera qu’il faut une autre chemise séparée pour les documents administratifs (qu’on ne saurait, sinon, à quelle matière en particulier associer) [choix c].

Un vrai casse-tête, on en conviendra… Il ne s’agit pas là cependant d’un seul jeu de l’esprit, puisqu’une décision s’impose, avec à la clé une action concrète.

Au rayon papeterie, notre propre choix nous amena, entre lésinerie et dépense inconsidérée, à prendre raisonnablement 2 chemises cartonnées [choix b].

Le choix d’interprétation à 1 chemise où seraient mélangés tous les documents, proprement scolaires ou administratifs [choix a], considéré comme peu probable (pour des raisons purement pratiques !), fut rapidement éliminé.

Le choix d’interprétation à 11 chemises [choix c] restait cependant très présent, du fait du poids accordé à l’indépendance des matières.

Solution dans la « vraie vie » (une fois la rentrée faite) : nous avions la bonne, il fallait en effet 2 chemises !  ((Comme quoi les linguistes, malgré leur tendance à compliquer les choses, ne manquent pas forcément de tout bon sens pratique…))

Explication donnée par le professeur principal : au cas où l’élève un jour oublierait ses affaires dans une matière, il pourrait mettre, dans la chemise valant pour toutes les matières, les éventuels documents  distribués ce jour-là pour la matière en question. Pour éviter qu’ils soient pendant la journée froissés, en vrac, dans le cartable. Et avant bien sûr de les coller, le soir, dans le cahier adapté.

Au collège, il faut penser à tout…

  1. Ou alors, peu de chance d’avoir les écoliers grands et forts que promet l’industrie laitière ! []
  2. Du fait que les deux membres de la coordination sont construits – hors la présence / absence du quantifieur  tout – sur le même modèle. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.