« C’est très désagréable pour les autres »

(Affiché dans des toilettes de l’Université Paris 3)

photo

logo1bonC’est désagréable pour les autres qu’on tire la chasse d’eau ?! Et c’est ça dont on nous remercie : de faire ce qui est désagréable pour les autres ?!

logo2bonLe C’ dans C’est très désagréable ne renvoie pas à tirer la chasse d’eau mais à son contraire (ne pas tirer la chasse d’eau), qui – et c’est ce qui est étrange – n’est pas explicité. L’interprétation paradoxale de l’injonction est ici due à un problème d’anaphore.

     Quelques mots sur le fonctionnement de l’anaphore grammaticale :

Lorsqu’on souhaite parler à nouveau de quelque chose qu’on a déjà introduit, on évite généralement de répéter l’expression initiale et on la remplace par un pronom. Au lieu de :

Le chat a soif. Le chat miaule.

on dira plus volontiers :

Le chat a soif. Il miaule.

De même, à :

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Battre le fer tant qu’il est chaud est plus efficace.

le sens de l’économie fera communément préférer :

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. C’est plus efficace.

En termes linguistiques, on dira que le pronom anaphorique (Il, C’) renvoie directement au référent désigné par l’expression initiale. Ainsi, dans Le chat a soif. Il miaule, le pronom il s’interprète grâce à la présence dans la phrase précédente de l’expression nominale le chat. Dans Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. C’est plus efficace, le pronom c’ s’interprète en s’appuyant sur battre le fer tant qu’il est chaud.

Pour dire les choses autrement, le pronom anaphorique n’a pas de référence propre, et oblige donc le lecteur à se mettre en quête d’un référent dans le contexte antérieur.  Dans les cas les plus simples, comme ceux qu’on vient de voir,  ce référent est directement donné. Mais dans de nombreux cas, le renvoi anaphorique est moins évident : le référent doit être reconstruit. C’est le cas par exemple dans les anaphores dites « évolutives », où la reconstruction du référent nécessite une certaine souplesse intellectuelle. Un exemple classique en est fourni par G. Brown et G. Yule (1983, p.202), qui s’amusent à inventer la pseudo-recette suivante (nous traduisons de l’anglais) :

Tuez un poulet vif et bien gras. Préparez-le pour la cuisson, coupez-le en quatre morceaux et faites-le rôtir avec du thym pendant une heure. 

Commentaire des auteurs :

un lecteur qui se contenterait de remonter dans la chaîne [anaphorique] pour substituer l’expression un poulet vif et bien gras au le dans la dernière phrase passerait complètement à côté du sens du texte.

Au fur et à mesure de la progression du texte, il faut être capable, pour comprendre le pronom anaphorique le, de reconstruire un poulet dépourvu d’une bonne part de ses propriétés initiales (le poulet rôti n’est plus le poulet vif et bien gras du début !).

Cette souplesse légitimement requise pour l’interprétation de l’anaphore ne peut pas cependant être poussée trop loin, pour des raisons de contraintes syntaxiques qui ont été abondamment étudiées. Dans le cas qui nous intéresse, on comprend bien – mais après coup – que le pronom C’ doit s’interpréter à partir d’un implicite : si on remercie de tirer la chasse d’eau, c’est que certains ne le font pas ; et c’est cette situation dans laquelle la chasse d’eau n’a pas été tirée (plutôt que la situation explicitement dénotée par tirer la chasse d’eau) qu’il faut substituer au C’. Ce sont des raisons pragmatiques, de connaissance du monde, qui poussent à cette interprétation. Mais le tiraillement avec les lois de la syntaxe (qui imposent une interprétation contraire) demeure – d’où l’effet comique. La pragmatique a ses raisons, que la syntaxe ne connaît pas…

logo3bCommençons par souligner qu’il faut distinguer l’ anaphore grammaticale (dont il s’agit ici) de l’anaphore rhétorique, remise au goût du jour par François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, lors d’un débat télévisé qui l’opposait à Nicolas Sarkozy (le fameux « Moi président de la République… » repris quinze fois).

Pour un aperçu général de l’anaphore grammaticale :

Brown, G. & Yule, G. (1983). Discourse Analysis. Cambridge University Press.

Kleiber, G. (1994). Anaphores et pronoms. Duculot.

Cornish, F. (2006). Discourse anaphora.  In K. Brown (éd.) Encyclopedia of Language and Linguistics (2nde édition). Elsevier : 631-638. hal-00963663

Le cas particulier de l’anaphore évolutive (cf. l’exemple du « poulet ») est développé dans :

Charolles, M., & Schnedecker, C. (1993). Coréférence et identité. Le problème des référents évolutifs. Langages  112 : 106-126. hal-00808799

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *