“Dépenser moins pour se sentir bien”

 

 

Sur la devanture d’une parapharmacie d’enseigne bien connue, on peut lire :

“Dépenser moins pour se sentir bien”

 

 

Ça veut dire quoi exactement ? Que plus tu dépenses moins, et plus tu te sens bien ?

Ce serait certes la première interprétation, hors contexte. Mais sur la devanture d’une parapharmacie, laquelle propose – à profusion – des produits de santé et bien-être… peut-on croire à un tel appel (sur le mode “décroissance”) à la modération ?

 

Il y a une seconde interprétation, plus plausible en contexte : l’interprétation selon laquelle il est possible de se sentir bien tout en dépensant moins. La différence entre les deux interprétations est à la fois conséquente (lourde de sens), et subtile dans la mesure où elle est difficile à mettre en évidence : lisez et relisez “dépenser moins pour se sentir bien”, vous sentirez se brouiller la distinction entre les deux possibilités d’interprétation. Pour sortir du brouillard, les paraphrases s’imposent.

On vous propose, pour la première interprétation :

Il est nécessaire de dépenser moins pour se sentir bien

On doit dépenser moins de manière à se sentir bien

Dépensez moins, et vous vous sentirez bien !

Si on veut se sentir bien, on doit dépenser moins

Et pour la seconde interprétation (plus difficile à saisir,  bien que plus plausible)  :

Il est possible de dépenser moins pour se sentir bien

On peut dépenser moins pour se sentir bien

On peut dépenser moins même si on veut se sentir bien

On peut dépenser moins et pourtant se sentir bien

Dépensez moins, et malgré cela vous pourrez quand même vous sentir bien !

On peut se sentir bien tout en dépensant moins 1

On peut se sentir bien alors qu’on dépense moins

Dans la première interprétation, on a une relation de moyen à but : dépenser moins est un moyen pour se sentir bien (moyen qu’on a réinterprété, dans nos paraphrases, en termes de condition nécessaire2 ). Dans la seconde interprétation, une idée de concession est à l’oeuvre : le but est toujours de se sentir bien, mais au lieu d’être rendu possible par le fait de dépenser moins, il est simplement compatible avec cette idée de moindre dépense (avec laquelle il pourrait pourtant être perçu comme contradictoire).

Dans ces deux interprétations, le schéma de pensée convoqué est complètement différent :

– dans le premier cas, il s’agit d’un schéma de pensée où  le simple fait de dépenser moins permet de se sentir bien (et les bienfaits des produits achetés dans la parapharmacie restent tout à fait secondaires) ;

– dans le second cas, le fait de se sentir bien renvoie implicitement aux bienfaits des produits parapharmaceutiques achetés. Et ce qui est dit, c’est que ces produits peuvent être acquis en dépensant moins.

En termes d’argumentation, le second schéma est plus complexe que le premier. Dans le premier en effet, dépenser moins et se sentir bien vont dans le même sens – ils sont argumentativement co-orientés. Dans le second, dépenser moins et se sentir bien sont conçus comme allant a priori dans des sens contraires. Ils sont donc cette fois argumentativement anti-orientés3 – la contradiction des orientations reposant sur un principe général (topos) du genre “plus on est riche, mieux on se porte”. C’est uniquement dans le contexte d’une parapharmacie à bas prix (où on dépense moins qu’ailleurs) que le topos général est renversé, et que se sentir bien et dépenser moins deviennent conciliables.

On remarquera – sans développer davantage – que pour cette interprétation concessive, la présence de l’adverbe comparatif de quantité moins est obligatoire (avec dépenser pour se sentir bien, seule l’interprétation de moyen à but serait possible). Par ailleurs, l’écho rimé entre les adverbes moins dans le premier segment et bien dans le second, chacun associé à un infinitif, fait naître un autre écho : difficile de ne pas être aiguillé sur la voie du fameux travailler plus pour gagner plus sarkozyste4 – ou plutôt, de l’un ou l’autre de ses nombreux avatars.

Dans le slogan de campagne de Sarkozy, l’écho se joue très simplement entre plus et plus. Dans les variantes du slogan, c’est un peu plus diversifié (même s’il s’agit toujours de comparatifs) : de moins à plus, de moins à mieux, de plus à moins, de plus à plus, de moins à moins

On mentionnera ainsi, glanés sur le web, pêle-mêle (et donnant un peu le tournis) :

Posséder moins pour vivre mieux / Dépenser moins pour travailler moins / Travailler moins pour gagner moins /Manger moins pour vivre plus / Travailler moins pour vivre plus / Travailler moins pour travailler mieux / Travailler moins pour réussir mieux / Acheter moins pour vivre mieux / Travailler moins pour cuisiner mieux / Avoir moins pour devenir plus / prier moins pour travailler plus…

Très souvent, le nouveau slogan est fabriqué – comme l’original – à l’aide d’infinitifs. Mais l’impératif a aussi ses adeptes :

travaillez plus pour gagner plus / travaillons moins pour vivre plus / travaillez moins pour surfer plus / dépensez moins pour jouer plus / dépensez plus pour gagner plus

On trouve, par ailleurs, des variations de variations

  • plus sophistiquées :

Manger moins pour vivre plus… longtemps,

  • plus pointues :

Travaillez moins pour regarder plus Teaser VF,

  • plus complexes :

Frugalisme : Travailler moins pour vivre mieux, en gagnant moins.

Le schéma s’avère ainsi très productif5,  à la fois très reconnaissable (par son schéma syntaxique), et très adaptable (on peut lui faire dire un peu n’importe quoi, même s’il semble le plus souvent tourner autour des mêmes thématiques : travailler, dépenser, consommer, vivre.). Cette grande productivité est attestée par la multitude de titres de livres exploitant le modèle (lequel s’y prête bien, par ailleurs, du fait de son caractère de slogan). On a là encore glané (avec donc cette contrainte supplémentaire d’apparaître en titre de livre) :

babelio.com

bedetheque.com

lecavalierbleu.com

quebec.attac.org

edtions-croquant.org

juliekinoko.fr

edtions-croquant.org

editions-eyrolles.com

diateino.com

dunod.com

CreateSpace Independent Publishing Platform (amazon.fr)

buchetchastel.fr

 

L’exploitation du schéma sarkozyste pour des objectifs divers et variés est déjà, en soi, ironique. Elle est plus ironique encore quand il s’agit de prendre clairement le contrepied du modèle idéologique lié au slogan. C’était le cas par exemple pour le dernier titre d’ouvrage ci-dessus – Travailler plus pour gagner moins – qui en heurtant la logique, vise à dénoncer les scandaleux dessous de l’histoire (de la même façon, quoiqu’en plus soft, on trouve : Travailler plus pour gagner pas beaucoup plus).

Le slogan suivant de la CGT constitue une autre forme d’exploitation ironique :

cgt.csd86.over-blog.com

 

Évidemment, les caricaturistes s’en donnent également à coeur joie :

www.sinemensuel.com

blogs.mediapart.fr/paul-baringou

 

Et les artistes ne sont pas non plus en reste :

Installation de l’artiste chinoise Ko Siu Lan sur la façade de l’école des Beaux-Arts à Paris en 2010 (image france24.com)

 

On finira par une exploitation qui, jouant du graphisme, flirte avec l’absurde en enclenchant une récursivité infernale :

toptshirt.fr

 

Ce long cheminement à travers les multiples avatars de travailler plus pour gagner plus pourrait ressembler à un détour un peu gratuit – et c’est vrai qu’on s’est laissé fasciner par un foisonnement qui dépassait nos attentes ! Et pourtant… ce foisonnement d’avatars dit quelque chose du premier mouvement qui nous avait amenées à en voir un de plus dans notre exemple de départ, dépenser moins pour se sentir bien (avec donc l’interprétation pourtant peu plausible de moyen à but). Certes, notre exemple n’est pas tout à fait conforme au schéma, dans la mesure où le bien du second segment n’est pas, comme le moins du premier, un comparatif. Le bien rime cependant tellement bien, comme on l’a vu, avec le moins 6, que cette petite faille dans le parallélisme passe inaperçue.

Encore une fois, il s’agit ici d’une expression à double face, comme on les affectionne tout particulièrement dans Bling… Le premier billet consacré à un cas du genre c’était, rappelez-vous, “Y a jamais personne sur les rochers”, associé à deux interprétations non seulement différentes, mais opposées (donc exclusives l’une de l’autre). Ici en revanche, il nous semble que les deux interprétations coexistent et s’enrichissent mutuellement : même si c’est l’interprétation concessive qui, “raisonnablement”, l’emporte, l’autre (la “sarkozyste” !) reste présente en filigrane, en surimpression. Le jeu, certainement, est volontaire7. Peut-être même les communicants de chez L. ont-ils passé des heures à y réfléchir – mais il ne faut pas croire, les linguistes sont prêts, pour l’honneur et la gloire, à faire de même !

 

Peeters, Bert (2010), « Un X peut en cacher un autre » : étude ethnosyntaxique. In Neveu F., Muni Toke V., Durand J., Klingler T., Mondada L., Prévost S. (éds.), Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2010. PDF

Jakobson, Roman (1960), « Closing statements : Linguistics and Poetics », Style in langage, T.A. Sebeok, New-York (traduction de Nicolas Ruwet : « Linguistique et poétique », Essais de linguistique générale, Éditions de Minuit, Paris, 1963). Version originale disponible en ligne

  1. On remarquera que sans le tout, la paraphrase resterait ambiguë. []
  2. On pourrait également proposer une réinterprétation en termes de condition suffisante : Il suffit de dépenser moins pour se sentir bien. []
  3. Le prototype même du connecteur anti-orienté, c’est mais. On remarquera d’ailleurs que si on voulait garder la forme infinitive de l’énoncé initial tout en levant l’ambiguïté, il suffirait d’ajouter un mais : Dépenser (mais moins) pour se sentir bien. []
  4. Qui a même droit à son propre article Wikipédia : Travailler plus pour gagner plus. []
  5. On mentionnera, à propos de schéma productif, l’étude de Bert Peeters sur le succès de la formule Un train peut en cacher un autre, également mise à toutes les sauces  (cf. entre autres : une image peut en cacher une autre / un loup peut en cacher un autre / un herpès peut en cacher un autre / cette réforme peut en cacher une autre…). []
  6. Cf. la “fonction poétique du langage” selon Jakobson. []
  7. Cf. le titre de Libération “Blablacar, un malaise passager ?” qu’on avait cité en fin du billet Malaise voyageur. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16 septembre 2019

    […] l’appareil-photo, et dont nous avions mentionné le travail dans un précédent billet (“Dépenser moins pour se sentir bien”). Bert Peeters, professeur de linguistique en Australie et en Belgique, a accepté notre invitation […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.