Petit point sur la virgule

Couverture de DVD du film de Billy Wilder sur le site amazon.fr

 

 

 

“Sortez des traités, stupides !”

enjoint Jean-Luc Mélenchon en titre de sa tribune  parue dans Libération le 10 mars dernier.

 

 

 

 

 

Mais… qui est stupide ?!

Sont-ce les Européens ? Ou bien leurs dirigeants ? Ou bien juste Emmanuel Macron et Angela Merkel ? Ou encore… les lecteurs de la tribune ?

 

Apparemment… personne !

Personne en effet, à notre grand étonnement, n’a semble-t-il réagi à l’insulte (certes légère, mais quand même… Le stupides de Mélenchon se prête à une interprétation moins tendre que le stupid du film de Billy Wilder. !). Personne ne s’est senti visé, ou n’a senti que qui que ce soit serait visé. Plus précisément, personne n’a pensé qu’il y avait là matière à se sentir insulté – du moins, si on en croit les réactions à la tribune recueillies dans les principaux médias accessibles sur internet.

Cette tendance générale est parfaitement représentée par les extraits suivants du Paris-Match du 11 mars :

La porte-parole LREM Aurore Bergé a déploré lundi “une escalade verbale” et Brune Poirson un “délire” de Jean-Luc Mélenchon après la publication d’une tribune dans plusieurs journaux européens, intitulée “Sortez des traités, stupides”. “On a une escalade verbale qui va jusqu’à attaquer les traités européens”, a critiqué Aurore Bergé sur Cnews, tout en notant que M. Mélenchon n’a pas précisé lesdits traités. “Le projet européen de Mélenchon m’échappe de plus en plus” et “je ne veux pas laisser le projet européen à des populistes d’extrême gauche ou d’extrême droite”, a-t-elle assuré.

 

Dimanche soir, le chef de file de LFI a signé une tribune sur le site de Libération et lundi dans plusieurs journaux européens dans laquelle il intime aux Européens de “sortir des traités” qui ont “figé toutes les politiques économiques dans le dogme absurde de l’ordo-libéralisme”.

Dans les propos rapportés d’Aurore Bergé, l’attaque n’est pas comprise comme visant des personnes, mais les traités européens. Et dans la façon qu’a l’auteur de l’article de restituer les propos de Mélenchon en combinant deux extraits de la tribune, ce sont là encore les traités qui sont mis en cause, par une mise en relation directe (via la subordonnée relative qui ont…) avec dogme absurde. Ainsi, ce qui est sous-entendu à chaque fois (même si ce n’est pas dit explicitement), c’est que ce sont les traités qui sont stupides.

Une seule exception à cette belle indifférence au caractère potentiellement explosif du stupides : sur le site de Radio Classique, à la rubrique La Revue de Presse du jour, on a trouvé écho à nos propres questionnements. Questionnements dont le moteur – il est temps de le dire – tient dans la présence problématique de la virgule :

La virgule  en effet, en séparant stupides des traités, interdirait d’interpréter le premier comme associé au second – et ce même si, d’après l’auteur de la la revue de presse, “l’idée est de dénoncer les traités “stupides” selon [Mélenchon]”.

On précisera que, telle qu’elle est comprise par l’auteur de la revue de presse, la virgule isole stupides comme un vocatif – au sens de “Mot, construction exclamative servant à appeler, à interpeller directement quelqu’un ou quelque chose” suivant le TLF. Et en effet on retrouve, chez ce même auteur, l’interrogation qu’on mettait en scène plus haut : à qui s’adresse cette interpellation ?

Chacun ses références, pour nous le film “Kiss me, stupid”, pour le journaliste de Radio Classique, Clinton et son “It’s the economy, stupid” – l’homme politique s’adressant en ce cas à lui-même1.

Là où nous divergeons cependant avec le journaliste, c’est que nous pensons que cette interprétation de stupides comme un vocatif n’est pas non plus la seule possible. Reste selon nous attachée à l’usage de la virgule une piquante ambiguïté, dont on a du mal à envisager qu’elle ne soit pas parfaitement maîtrisée par cet habile rhétoricien qu’est Jean-Luc Mélenchon.

Petit point donc, sur le rôle de la virgule,

Rôle qu’on mesurera d’autant mieux qu’on commencera par regarder ce qui se passe  si on la supprime – ce que fait sans vergogne le quotidien belge Le Soir, pensant sans doute corriger un Mélenchon distrait (après une “primeur” au quotidien français Libération, la tribune a en effet été publiée dans plusieurs journaux européens, dont Le Soir) :

En l’absence de virgule, il n’y a plus aucun problème, ce sont bien les traités qui sont qualifiés de stupides (par l’adjectif qualificatif stupides).

Sans faire le tour de tous les journaux européens, on notera que c’est dans cette même interprétation que s’engouffre  le quotidien britannique The Guardian, par une traduction qui correspond à une version française sans virgule (les traités stupides devenant des foolish treaties) :

Revenons maintenant à la version avec virgule.

Avec une virgule, la tendance est plutôt à interpréter, comme on l’a vu, stupides comme un vocatif. Stupides, en ce cas, est employé comme un nom, pour désigner les personnes ainsi interpellées.

Il est possible cependant qu’avec cette même virgule, stupides soit encore associé à traités, et toujours en tant qu’adjectif. L’adjectif, cependant, n’a pas la même fonction selon qu’il est ou non précédé d’une virgule : fonction d’épithète en l’absence de virgule, fonction d’apposition en présence de la virgule.

On se contentera, pour les besoins du présent billet, de raviver quelques sommaires souvenirs de grammaire, en nous appuyant sur la Grammaire Larousse du français contemporain, selon laquelle :

  • Un adjectif épithète

“est placé à proximité immédiate du substantif sur lequel porte son sens, sans pause vocale importante. Le rapport de sens qui l’unit à ce substantif est établi en dehors du temps marqué par le verbe de la phrase; dans : Cet élève paresseux a été renvoyé du lycée, la qualité de paresseux est attachée à l’élève de façon constante, alors que le temps du verbe indique pour l’action un moment précis du passé.” (p. 202)

  • Un adjectif apposé

“est séparé par une pause importante (marquée par une virgule ou un tiret) à la fois du substantif (ou du pronom) sur lequel porte son sens, et du reste de la phrase. La qualification, bien qu’établie sans l’intermédiaire d’un verbe, n’est acquise que pour les besoins momentanés de la phrase. Aussi prend-elle souvent une nuance circonstancielle, naturellement fort variable suivant le contexte; une phrase telle que : Cet élève paresseux a été renvoyé du lycée, est couramment interprétée par : Cet élève, parce qu’il était paresseux…” (p. 203)

Pour illustrer l’emploi de stupides comme adjectif épithète ou apposé, on pourra encore proposer les exemples suivants :

(a) Les publicités stupides m’exaspèrent (épithète)

(b) Les publicités, stupides, m’exaspèrent (apposé)

Avec là en plus une différence qui touche à l’extension de la référence : soit (a) seules les publicités stupides, parmi l’ensemble des publicités, m’exaspèrent ; soit (b) toutes les publicités sont stupides et m’exaspèrent2.

On précisera que la différence entre adjectifs épithètes et apposés (ou appositifs) se retrouve, pour les subordonnées relatives, entre subordonnées dites déterminatives ou restrictives versus explicatives ou appositives. On pourra ainsi comparer de la même façon les exemples (a’) et (b’) suivants :

(a’) Les publicités qui sont stupides m’exaspèrent (déterminative / restrictive)

(b’) Les publicités, qui sont stupides, m’exaspèrent (explicative / appositive)

lesquels font écho aux exemples d’Alsaciens buveurs de bière bien connus des linguistes :

(a”) Les Alsaciens qui boivent de la bière sont obèses

(b”) Les Alsaciens, qui boivent de la bière, sont obèses.

(C’est à partir de ces exemples que Georges Kleiber a proposé, au fil de divers articles, des analyses fines en même temps qu’un réexamen critique de l’opposition entre relatives restrictives et appositives.).

Mais quittons les Alsaciens obèses pour revenir à nos traités stupides…  Dans “Sortez des traités, stupides !”, qu’est-ce qui fait pencher la balance de l’interprétation dans un sens (stupides comme vocatif), ou dans l’autre (stupides comme adjectif apposé) ?

Vocatif

Un élément fait pencher très fort dans le sens du vocatif : l’emploi de l’impératif qui, associé à un point d’exclamation, convoque un schéma d’interpellation très reconnaissable ( qu’on retrouve aussi bien dans “Secourez-moi, mon DIeu ! ” que dans “Va-t’en, Satan !”). Par ailleurs – argumentation par la négative – un autre élément oeuvre en défaveur de l’interprétation où stupides serait un adjectif apposé : on constate en effet qu’un adjectif apposé apparaît difficilement comme dernier élément d’une phrase, sauf s’il fait partie d’une série. Il nous semble ainsi que

Je déteste ces livres, stupides.

est plus difficilement lisible que

Je déteste ces livres, stupides, mal écrits et déprimants.

De la même façon,

Sortez des traités, stupides !

autorise plus difficilement une interprétation adjectivale de stupides que

Sortez des traités, stupides et inutiles !

On précisera que cette difficulté d’une apposition finale isolée est propre à l’adjectif : avec une subordonnée relative, on n’aurait en effet aucun problème (cf. Je déteste ces livres, qui sont stupides / Sortez des traités, qui sont stupides !).

Adjectif apposé

Ce qui en revanche fait pencher pour l’interprétation où stupides serait un adjectif apposé, c’est la difficulté à apostropher quelqu’un comme “stupide”. Certes, stupide est susceptible de faire l’objet d’un emploi nominal, comme en atteste le TLF :

Empl. subst. Sans doute, jadis, les stupides abondaient-ils, mais avec plus de discrétion (ARNOUX, Paris, 1939, p. 72).

Cependant, on imagine assez difficilement cet emploi nominal dans une interpellation (du genre Allez-vous en, stupides ! ou encore Dégage, espèce de stupide !). On remarquera d’ailleurs que la traduction du titre du film de Billly Wilder, Kiss me, stupid!, n’est pas Embrasse-moi, stupide ! mais Embrasse-moi, idiot ! Autre argument : aucune mention n’est faite, dans le texte de la tribune, de ceux à qui elle s’adresse3. Resterait donc la question : qui est stupide ?! Une incertitude assortie d’un caractère vexatoire : on comprendra (ou au contraire on s’étonnera !) que l’interprétation vocative ait été la plupart du temps ignorée – et que l’interprétation de stupides associé à traités, plus policée, plus “normale”, ait été (inconsciemment ?) privilégiée.

 

Quoi qu’il en soit, nous parierions que le choix de la virgule a été mûrement réfléchi, témoignant d’une grande habileté du tribun dans sa tribune (ou encore : comment insulter les gens sans qu’ils s’en rendent compte ?).

Dernière remarque, pour ceux de nos lecteurs qui auraient l’impression que c’est là beaucoup pinailler sur des virgules : sachez qu’elles peuvent prendre, par l’intervention du juridique, une valeur sonnante et trébuchante. Une virgule en plus ou en moins peut ainsi coûter – ou rapporter – des millions de dollars, à l’issue de procès tout à fait sérieux. On se rapportera, pour s’en convaincre4 à un article du 18 mars 2017 du magazine en ligne Slate, ou au billet À une virgule près du blog Le droit sous tous ses angles. Faire de la linguistique ce peut être, en quelque sorte, le commencement de la fortune…

 

 

Sur la distinction (plus problématique que ce qu’on en a vu ici) entre relatives restrictves et appositives, nous renvoyons à :

Kleiber, G. (1980), “Où en est-on de l’opposition relative restrictive / relative appositive ?”, L’information grammaticale : 12-17. [article]

Kleiber, G. (1987),”Relatives restrictives/relatives appositives : dépassement(s) autorisé(s)”, Langages 88 : 41-63 [article]

Nous signalons par ailleurs un best-seller (!) consacré à la ponctuation, dont le titre fait la part belle au rôle de la virgule5 :

en.wikipedia.org

 

Truss, L. (2003), Eats, Shoots & Leaves, Profile Books

 

 

  1. Nous doutons en revanche que l’homme politique Mélenchon s’adresse – entre autres – à lui-même, comme l’envisage le journaliste, du fait de l’impératif sortez plutôt que d’un sortons englobant. []
  2. Cette question d’extension explique que le journaliste du Soir, en s’appuyant sur les exemples Les députés incompétents ne furent pas réélus et Les députés, incompétents, ne furent pas réélus, puisse affirmer qu’une virgule “peut bouleverser la politique”. []
  3. Même si Le Figaro du 10 mars, reproduisant la tribune de Mélenchon parue sur le site de Libération, décide de l’identité du destinataire en titrant : Mélenchon aux Européens : “Sortez des traités, stupides !” []
  4. À propos d’un usage particulier de la virgule en langue anglaise, l’ “Oxford comma”, ou “virgule en série”. []
  5. Il est question d’un panda qui soit mange, tire au pistolet et s’en va, soit mange de jeunes pousses et des feuilles, selon qu’il y a ou non une virgule après le verbe eats. Pour une version plus complète de l’histoire, nous vous invitons à aller consulter le site en.wikipedia.org. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sophie Rosset dit :

    Merci pour ce billet très intéressant. Il me rappelle une controverse, ancienne, à propos d’un titre des Rolling Stones “Paint It Black” vs “Paint It, Black” … voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Paint_It,_Black

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.