C’est qui le plus grand écrivain ?

 

Dans l’émission Signes des temps de Marc Weitzmann récemment consacrée à l’écriture inclusive (“L’écriture inclusive, pourquoi ?“, France Culture, 16 juin),  on a entendu (autour de la 40ème minute) le dialogue suivant entre Danièle Manesse et Éliane Viennot, qui ont toutes deux publié récemment des ouvrages divergents sur ce thème (cf. les références en fin de billet) :

DM : Je vous dis par exemple, “Madame Sand est le plus grand écrivain de sa génération”, est-ce que c’est pas plus élogieux que de dire “Madame George Sand est la plus grande écrivaine de sa génération” ?

EV : Je trouve pas ça plus élogieux.

DM : Eh ben moi si, parce que “écrivain” couvre les hommes et les femmes.

EV : Voilà, parce que pour vous le masculin l’emporte sur le féminin.

DM  : Alors nous ne parlons pas la même langue.

 

La question n’est plus ici de décider si George Sand est un écrivain ou une écrivaine (cf. notre billet La femme de l’écrivain), mais si c’est plus élogieux pour elle d’être le plus grand écrivain ou la plus grande écrivaine de sa génération.

 

À cette dernière question, deux solutions opposées (oui / non) sont proposées par les deux invitées.  Une troisième solution est également proposée par Éliane Viennot dans la suite de l’échange :

On peut tourner la phrase autrement, on peut dire ‘dans sa génération, elle est vraiment la meilleure, voilà, et tout le monde comprend’.

La troisième solution permet-elle vraiment de contourner le problème ? Pas si sûr. Et puis, têtues comme nous sommes, nous préférerions de toute façon ne pas le contourner. Surtout qu’il est intéressant – un vrai petit casse-tête logique ! Sachant que les deux invitées s’accordent par ailleurs sur la légitimité du terme écrivaine, pourquoi ce cas particulier suscite-t-il leur désaccord  ?

À la base du raisonnement logique, il y a le principe selon lequel un superlatif (le plus / la plus) convoque nécessairement un collectif, une population de référence par rapport à laquelle il opère : plus cette population est large (comprenant dans le cas présent à la fois les hommes et les femmes, les écrivains et les écrivaines), plus l’éloge est fort. Ni l’une ni l’autre des deux invitées n’ignore ce point, et pourtant, leurs façons de le traiter révèlent des priorités différentes.

Dans la perspective de Danièle Manesse, la seule façon d’inclure hommes et femmes dans la population de référence, c’est d’utiliser le terme masculin (écrivain), qui dans un collectif (caché par le singulier du superlatif), vaut à la fois pour les hommes et les femmes (cf. “écrivain couvre les hommes et les femmes”). Du point de vue logique, le raisonnement est imparable. Seulement, il en découle un hiatus de genre entre le sujet féminin (George Sand) et l’attribut (avec la forme masculine écrivain). Ce hiatus est lié à ce que le sujet désigne une personne singulière, alors que l’attribut convoque comme on l’a vu, par le biais du superlatif (le plus grand écrivain), l’existence d’un collectif.  Le fait que ce hiatus est lié au superlatif peut être mis en évidence par le développement suivant :

George Sand est une grande écrivaine, c’est même le plus grand écrivain de sa génération. 

De son côté, Éliane Viennot ne reconnaît pas la règle suivant laquelle, dans un collectif, écrivain vaudrait à la fois pour les écrivains et les écrivaines (règle qu’elle reformule sous la forme très contestée “le masculin l’emporte sur le féminin”). La priorité pour elle, quelle que soit la configuration syntaxique, c’est que George Sand soit désignée comme écrivaine – qu’elle soit une grande écrivaine ou la plus grande écrivaine. Quant à la population de référence convoquée, dans le cas du superlatif, il va sans doute de soi pour Eliane Viennot qu’elle recouvre les femmes et les hommes.

Il n’y a peut-être pas de solution idéale. Dans le premier cas, comme on l’a dit, il y a hiatus de genre. Dans le second cas, il y a quand même un problème potentiel sur la population de référence : on pourrait comprendre que George Sand est la plus grande parmi les écrivaines de sa génération (mais peut-être loin derrière les plus grands écrivains). Cette dernière difficulté aurait eu tendance à nous faire préférer la première solution. En menant cependant autour de nous une enquête d’envergure (sur un échantillon représentatif de  2 (!) de la jeune et moins jeune génération), la difficulté qui nous arrête est considérée comme secondaire, et c’est la seconde solution qui est préférée.

Pour aller encore un peu plus loin dans le casse-tête, reprenons le problème sous l’angle cette fois de la question, avec la forme interrogative “Qui est le plus grand écrivain ?”. Cette question peut-elle recouvrir à la fois hommes et femmes, écrivains et écrivaines ?

Pour Danièle Manesse, la réponse serait oui, sans problème. Dans la perspective d’Éliane Viennot en revanche, il n’y aurait sans doute pas d’autre solution que de poser la question sous une forme plus complexe (“Qui est le plus grand écrivain ou la plus grande écrivaine ?”). En ce sens, la “solution Manesse” pourrait sembler préférable en termes de potentiel de généralité. Sauf que… Si la question “Qui est le plus grand écrivain ?” peut aussi facilement recouvrir à la fois écrivains et écrivaines, n’est-ce pas justement parce qu’on a eu l’habitude, jusqu’à très récemment (et encore aujourd’hui) de désigner les écrivaines par le terme masculin ? Pour le vérifier, posons maintenant la question “Qui est le plus grand acteur ?” (plus commune sous sa variante “C’est qui ton acteur préféré ?”) : dans ce cas, pour la plupart des locuteurs nous semble-t-il, il sera difficile de répondre en donnant le nom d’une actrice (le doublet acteur / actrice étant très bien et anciennement ancré).

Montage à partir de Wikimedia Commons

Bien sûr, le cas particulier du superlatif serait à mettre en lien avec tous les cas où il s’agit de parler d’une population d’êtres humains qui peut être, ou ne pas être, mixte1. Dans tous les cas, écriture inclusive ou pas, il y a matière à imaginer de nouveaux casse-tête – on vous laisse profiter de la pause estivale pour ce faire…

 

Viennot, E. (2018), Le langage inclusif : Pourquoi, Comment, Ixe.

Manesse, D. et Siouffi, G. dir. (2019), Le féminin et le masculin dans la langue. L’écriture inclusive en questions,  ESF.

 

 

  1. On avait déjà évoqué, dans le billet Le corbeau et la corbelle, le problème du masculin générique, singulier ou pluriel, qui peut “désigner aussi bien une population mixte qu’une population uniquement masculine”. Ce problème ressurgit d’ailleurs dans la suite du dialogue entre Danièle Manesse et Éliane Viennot, au sujet de la phrase “la Convention française [au moment de la Révolution] a accordé la citoyenneté aux noirs” – Éliane Viennot soulignant que seuls les hommes noirs, en l’occurrence, étaient concernés. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jérôme Lang dit :

    C’est vrai que ce n’est pas simple. J’écris souvent des lettres de recommandation, dans lesquelles on me demande de situer une candidate (disons, par exemple, une doctorante) au sein de sa génération. “Mme X est l’une des meilleures doctorantes de sa génération?” Non, parce que cela pourrait suggérer que le référentiel est celui des doctorantes (et, dans mon domaine, seulement 20 à 25% des doctorant.e.s sont des femmes, donc c’est une différence de taille), et dans une lettre de recommandation, il faut être le plus explicite possible avec ce qui est positif. Il m’a donc fallu plusieurs fois écrire des phrases comme “Mme X est l’un des meilleurs doctorants de sa génération” : peu élégant, certes, mais sans ambiguïté.

  1. 9 juillet 2019

    […] des femmes dans l’histoire, pas à la langue. » Danièle Manesse. L'écriture inclusive, pourquoi ? Dans l’émission Signes des temps de Marc Weitzmann récemment consacrée à l’écriture […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.