Un chien peut en cacher un autre

 

En se promenant dans la campagne de la Barousse, les aboiements de deux chiens, un gros et un petit, ne nous ont pas empêchée de sortir l’appareil-photo (les deux chiens sont là, mais hors-champ, en-dessous du panneau).

 

 

Pour une fois que le chien du panneau n’est pas dit “méchant” ! Mais pourquoi ça fait tilt, ce chien qui peut en cacher un autre ? Et qu’est-ce que ça nous rappelle ?

 

La réponse, nous n’allons pas la construire nous-mêmes. Nous passons ici la main au spécialiste de la question, celui grâce à qui, justement, nous avons senti l’intérêt de sortir l’appareil-photo, et dont nous avions mentionné le travail dans un précédent billet (“Dépenser moins pour se sentir bien”). Bert Peeters, professeur de linguistique en Australie et en Belgique, a accepté notre invitation à produire pour Bling une version à la fois allégée et mise à jour de son article de 2010, « Un X peut en cacher un autre » : étude ethnosyntaxique. Nous l’en remercions vivement, et sommes heureuses de vous donner à partager son regard de linguiste et ethno-linguiste, à la fois européen et australien, et qui plus est parfaitement francophone, sur l’étrange succès d’une formule bien française.


UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE…

Bert Peeters

Australian National University / Universiteit Antwerpen

Autrefois, dans presque toutes les gares de France, on pouvait sans autorisation préalable passer d’un quai à l’autre en empruntant des passages balisés, situés à même le sol. Des panneaux étaient installés là où la traversée était permise ; ils affichaient un message disant « Un train peut en cacher un autre ». Il s’agissait bien entendu de trains en mouvement, non pas de trains immobilisés. L’inoubliable Coluche jouait sur la possible ambigüité dans un sketch datant de 1982, dans lequel il se justifiait de son arrivée tardive en invoquant le fait qu’il avait raté son train. Il ne l’avait pas vu, puisqu’un autre le cachait (!).

Avec la construction de voies de circulation plus sécurisées (couloirs souterrains ou passerelles), les panneaux de la SNCF ont pour la plupart disparu des gares ; cependant, tous ceux qui ont visité la France savent qu’à ce jour on continue à les voir assez souvent (quoique moins souvent qu’autrefois) au bord de la route, près des passages à niveau. Les plus anciens d’entre eux sont aujourd’hui assez rares pour être devenus des objets prisés. Lors d’une visite au célèbre marché aux puces de Saint-Ouen (Paris), près de la Porte de Clignancourt, il y a une dizaine d’années, l’auteur de ces lignes s’en est vu offrir un qu’il a failli acheter, ne fût-ce que le prix (€ 95) lui paraissait un peu excessif. Il aurait voulu emporter avec lui en Australie, pour le montrer à ses étudiants, ce panneau que, sauf erreur, on ne trouve nulle part ailleurs. Quelle meilleure façon, en effet, de se lancer dans l’exploration des structures du type « Un X peut en cacher un autre » ?

Deux développements susceptibles d’être expliqués par l’âge et la résonance familière du message de la SNCF seront abordés dans ce billet. D’une part, on trouve depuis pas mal de temps, formées sur le modèle du « train qui peut en cacher un autre », toutes sortes d’énoncés où un nom différent se substitue au nom train. Le propre de ces énoncés est qu’ils continuent à évoquer, d’une façon immédiate et incontestable, le texte originel. Autrement dit, il s’est développé une structure syntaxique productive. Parallèlement, un nouveau sens, proverbial celui-là, est venu s’ajouter à celui du message originel. À l’heure actuelle, les deux sens coexistent. On peut entretenir l’hypothèse que tout cela est symptomatique d’une valeur culturelle sous-jacente (la méfiance) enracinée dans la langue-culture française.

Avant de devenir un proverbe, ou du moins un énoncé paraproverbial, Un train peut en cacher un autre était un slogan, c’est-à-dire un énoncé non anonyme dont, certes, l’auteur individuel n’est pas connu, mais qui n’en émane pas moins d’un groupe précis qui s’en sert à des fins publicitaires ou didactiques. Le but du slogan était de rappeler aux usagers de la route (toutes catégories confondues) que, lorsqu’un train vient de passer et qu’ils se préparent à traverser la voie ferrée, mieux vaut vérifier si, entretemps, un autre train n’arrive pas de la même direction ou de la direction opposée. La raison d’être du message est d’inciter à la prudence : « Ne traversez pas sans vous assurer que la voie est libre… ».

Le message global véhiculé par le slogan injonctif de la SNCF ne pose pas de problèmes. Les choses se compliquent quand on passe du message à ses éléments constitutifs. Certes, nous savons tous, pour l’avoir appris, ce qu’est un train – et nous savons tous ce que veut dire qu’une chose en cache une autre. Mais quel est au juste le sens du verbe pouvoir, non pas en général mais dans le contexte d’un train qui peut en cacher un autre ? Il y a des lectures qui doivent être aussitôt exclues, notamment celles qui relèvent de la modalité illocutoire (les intentions du locuteur). On peut les illustrer à l’aide des exemples suivants tirés de la littérature savante sur le sujet :

Elle peut pleurer, je n’irai pas la voir.       (concession)

Ça peut être bon à ce prix-là… (légitimation)

Il est clair que le slogan injonctif Un train peut en cacher un autre n’implique aucune concession de la part du locuteur (à la façon de Elle peut pleurer, qui dans ce contexte veut dire soit ‘Même si elle pleure’, soit ‘Bien qu’elle pleure’), et qu’on ne cherche pas non plus à légitimer la relation prédicative entre le sujet un train et le prédicat en cacher un autre (comme on légitime, en invoquant le prix, la relation entre le sujet vin et le prédicat être bon). Peuvent également être exclues les lectures « permission » et « circonstances favorables » (clarté du ciel, météo). Quatre autres lectures demeurent a priori envisageables. Trois d’entre elles expriment une prise en charge incomplète de l’énoncé par le locuteur et relèvent de la modalité épistémique, qui se laisse paraphraser à l’aide de la formule « il est possible que X Y » : ce sont l’ « éventualité » (un train en cache peut-être un autre) et la « sporadicité » (un train en cache parfois un autre), elle-même référentielle (certains trains en cachent un autre) ou temporelle (un train en cache un autre à certains moments). La quatrième est la lecture « capacité » (les dimensions du train) ; avec les lectures « permission » et « circonstances favorables », elle relève de la modalité radicale (renvoi ni aux intentions du locuteur, ni à sa prise en charge incomplète de l’énoncé) et se laisse paraphraser à l’aide de la formule « il est possible à X de Y » (il est possible à un train d’en cacher un autre).

Comment se décider ? La question parait légitime. Il y en a toutefois une autre, plus fondamentale, à savoir : faut-il se décider ? Qu’importe la lecture, pourvu que le message passe (il est vrai qu’il ne passe pas toujours…). Il n’est pas nécessaire de se perdre dans toutes les fines distinctions faites par des générations de linguistes, d’autant plus que ces distinctions reposent sur une terminologie sémantiquement plus complexe que le verbe pouvoir lui-même. Celui-ci ne se laisse pas définir de façon plus simple : il est vague plutôt que polysémique. Les distinctions qu’on a coutume d’effectuer en son sein peuvent – ou plutôt doivent – être définies… en termes du verbe pouvoir lui-même. À cela s’ajoute qu’au moment de créer le slogan injonctif Un train peut en cacher un autre les responsables de la SNCF ne se sont surement pas posé la question de savoir s’ils cherchaient à mettre le public en garde contre les dimensions du train, ou contre la présence éventuelle ou sporadique d’un autre train. Ils ont tout simplement… voulu mettre le public en garde. Pour ce faire, ils se sont servis d’un verbe qui se prêtait à toutes ces lectures (et à d’autres).

Comment expliquer qu’un texte figurant sur des panneaux de signalisation ait pu donner lieu à une structure syntaxique productive, que l’on rencontre à tout bout de champ, dans la presse, à la télévision, dans les titres de librairie, sur des affiches et des tracts, etc. ? Ce n’est pas une simple question de fréquence du slogan d’origine. La présence, jusque dans un passé relativement récent, des panneaux de la SNCF dans toutes les gares et près de tous les passages à niveau a certainement contribué à ce développement, mais ne peut pas, à elle seule, en être tenue responsable. Il y a d’innombrables autres textes figurant sur d’innombrables autres panneaux (ou ailleurs) qui n’ont pas connu le même sort. La différence entre ceux-ci et celui-là réside dans l’impact qu’ont eu les panneaux de la SNCF. On a beaucoup parlé de trains qui peuvent en cacher d’autres. L’avertissement n’est pas resté lettre morte. Il surgit régulièrement dans la presse écrite, notamment quand, malgré tout, un train a fini par happer et tuer des victimes innocentes. Autrement dit, il est devenu célèbre. Le panneau de la SNCF a parlé à l’imagination des Français. Le texte qui y figure occupe une place de premier plan dans la psyché française. Il s’agit de toute évidence d’un texte bien connu et instantanément reconnu.

La productivité de la structure « Un X peut en cacher un autre » ne s’arrête pas à la possibilité d’avoir, en position sujet, un nom plutôt qu’un autre. Elle se mesure non seulement au niveau du sujet, mais aussi à celui du complément d’objet direct, voire à celui du temps verbal.

Dans la grande majorité des cas, l’élément qui occupe la place du X est un simple nom. Il n’y a presque jamais d’adjectif épithète ; il n’y en a pas non plus dans le slogan de la SNCF. En théorie, la présence d’un adjectif permettrait de s’éloigner davantage de la version originale : plutôt que de dire Une bonne nouvelle peut en cacher une autre, on pourrait avoir Une bonne nouvelle peut en cacher une mauvaise ou bien Une bonne nouvelle peut en cacher une moins bonne, etc. Mais cela n’arrive pratiquement jamais : le texte des slogans de la SNCF maintient pour ainsi dire son emprise. Il suffit pour s’en convaincre de faire un petit test autour de soi. Glissez dans vos conversations une occurrence de la structure « Un X peut en cacher un autre », avec n’importe quel nom à la place du X, et arrêtez-vous après l’infinitif : votre interlocuteur suppléera quasi immanquablement les mots un autre ou une autre, selon le cas.

Aucun des exemples qui suit n’est inventé ; tous ont été repérés dans la presse quotidienne. Le nom simple qui prend la place du X peut continuer à évoquer la SNCF, ou bien le panneau ou le texte eux-mêmes, et ce de diverses façons. C’est ainsi qu’un cheminot peut en cacher un autre, mais aussi un conducteur (de voiture), un panneau de signalisation, un train de réformes, un chien (mot qui rime avec train). Il est fréquent aussi que le nom en question désigne un autre moyen de transport (un taxi, un avion) ou bien quelque chose qui, tel un train, se fait remarquer à cause de ses dimensions physiques (un bâtiment). En revanche, dans la plupart des cas, il n’y a aucun rapport. Le nom sujet peut être celui d’un objet quelconque, d’un endroit (noms communs aussi bien que noms propres), d’une activité humaine, d’un développement inquiétant, d’un animal, d’un être humain identifié sur la base de son sexe, de son âge, de son rôle dans la société, d’une distinction, ou bien à l’aide d’un nom propre (prénom et/ou nom de famille), etc. À peine Emmanuel Macron fut-il élu président de la République qu’un internaute, le 16 mai 2017, réagit à un article publié en ligne sur lepoint.fr en déclarant « qu’un Macron peut en cacher un autre ». Depuis lors, la même formule, car c’en est une, tant elle est fréquente, a sans doute refait surface des dizaines de fois.

Dans certains cas, l’écart formel par rapport au slogan de la SNCF est plus considérable. Le sujet et l’objet peuvent tous deux se mettre au pluriel (des travaux peuvent en cacher d’autres), ou bien l’un d’eux se met au pluriel alors que l’autre reste au singulier (un règlement peut en cacher d’autres). En général, on ne touche pas à l’article, sauf pour le mettre au féminin ou au pluriel ; il arrive cependant qu’un article défini, un adjectif démonstratif, voire un quantifieur, soient utilisés au lieu d’un article indéfini (cette réforme peut en cacher bien d’autres).

Le verbe pouvoir peut se mettre à d’autres temps, dont le conditionnel, le futur simple et l’imparfait (un projet pourrait en cacher un autre, un Crillon pourra en cacher un autre, une bonne nouvelle pouvait en cacher une autre). L’avertissement de la SNCF ne se prête pas à cette relative souplesse : seul l’indicatif présent y est attesté. La structure existe-t-elle à d’autres temps, non envisagés ici ? Si c’est le cas, nous n’en avons pas repéré d’exemples. Quoi qu’il en soit, la thèse de la productivité ne s’en trouverait que renforcée.

Le plus souvent, quand le slogan Un train peut en cacher un autre est adapté aux besoins de celui qui s’en sert, ce sont deux entités indépendantes qui sont en cause, sans aucun rapport entre elles (tout comme, aux passages à niveau, il est question de deux trains entièrement distincts). Il n’en va pas toujours ainsi. La productivité de la structure syntaxique à l’étude a eu plusieurs conséquences. Énumérons-en quelques-unes.

Le maintien des articles indéfinis dans la quasi-totalité des occurrences de la structure « Un X peut en cacher un autre » tend à masquer un important glissement sémantique que les occurrences où interviennent d’autres déterminants, ou bien des noms propres, permettent de mieux apprécier. Quand on se trouve devant un passage à niveau, et qu’on lit sur un panneau qu’un train peut en cacher un autre, il est clair que la lecture qui s’impose est de nature générique. Le sujet un train fait allusion à l’ensemble des trains qui, à un moment ou un autre, pourront passer à l’endroit où le panneau est affiché ; l’objet direct un autre évoque l’ensemble des autres trains qui, immédiatement après, pourront passer au même endroit. Cette lecture générique n’est pas maintenue s’il est question non pas d’une réforme, mais de cette réforme. Elle n’est pas maintenue non plus s’il est question d’un Macron, par exemple, etc. En fait, elle n’est même pas maintenue si au mot train, utilisé dans le slogan de la SNCF, se substitue un autre nom commun, utilisé avec l’article indéfini : quand on lit dans la presse qu’ « une catastrophe peut en cacher une autre », on ne parle pas de catastrophes en général, mais d’une catastrophe particulière qui, s’imposant à l’attention de tous, risque de détourner l’attention d’un évènement similaire.

Le train qui, aux passages à niveau, peut en cacher un autre, très souvent, ne fait rien de la sorte. Sur ce point aussi, le cas des emplois dérivés du type « Un X peut en cacher un autre » est différent. En règle générale, on n’utilise la structure syntaxique productive que s’il y a effectivement un deuxième X. Ceux qui prennent garde ne se feront pas leurrer ; par contre, ceux qui sont moins attentifs risquent de ne se douter de rien et de se laisser surprendre. La même chose s’observe quand le verbe pouvoir se met au futur : dire qu’un Crillon pourra en cacher un autre, c’est dire qu’il y aura effectivement, à un moment donné, plus d’un Crillon. Le futur simple ne fait que remettre à plus tard l’existence effective du deuxième X. C’est pareil à l’imparfait : quand on dit qu’une bonne nouvelle pouvait en cacher une autre, il y en avait au moins deux. En revanche, l’existence de deux X n’est pas établie si le verbe se met au conditionnel. S’exprimer à ce temps-là revient le plus souvent à dire qu’on ne sait pas (ou qu’on ne sait pas encore) s’il y aura un deuxième X ou non.

Il se peut que le deuxième X, plutôt que d’exister indéniablement, n’ait pas d’autonomie référentielle et se confonde physiquement avec le premier. Ce type de confusion ontologique est bien entendu inimaginable dans le cas du slogan de la SNCF, qui renvoie par définition à deux trains différents. Il en va tout autrement quand on dit, par exemple, qu’un Macron peut en cacher un autre. Hors contexte, il n’est pas clair s’il s’agit de deux Macron différents, de deux facettes différentes du même Macron, de deux moments distincts dans la carrière de Macron, etc. Aucune de ces possibilités n’est à exclure. Autre exemple : quand on s’occupe de traçabilité alimentaire et que l’on proclame « qu’une viande peut en cacher une autre », il n’est question que d’un seul plat qui, à titre d’hypothèse, a l’air de foie gras pur, alors qu’il contient des éléments de poulet.

Il se peut encore que les deux X soient dans un rapport de dépendance ontologique. Dans « Un problème peut en cacher un autre », texte de Pierre Bourdieu rédigé en novembre 1989, mais resté inédit jusqu’en 2002, un lien est établi entre un incident isolé, l’exclusion de leur collège de trois jeunes filles musulmanes qui insistaient à porter le voile islamique, et une problématique bien plus vaste et bien plus insidieuse, celle du port du voile en général.

Enfin, on imagine mal que l’on puisse dire, en secouant la tête devant tant de naïveté : ??Comme si un train pouvait en cacher un autre… S’exprimer ainsi revient en effet à dire qu’un train ne saurait en cacher un autre, alors que tout le monde sait que c’est le contraire qui est vrai. Par contre, on peut très bien utiliser cette structure quand il est question de deux guerres (Comme si une guerre pouvait en cacher une autre !).

L’usage le plus hardi que nous ayons rencontré est celui-ci du « bon mot [qui] pouvait en cacher… de moins plaisants ». En mettant des points de suspension après le verbe cacher,  l’auteur de ce passage exploite un savoir général. Il sait que son lecteur s’attend à l’objet direct un autre, éventuellement mis au pluriel (d’autres). Telle est l’emprise du slogan de la SNCF que le lecteur se laissera inconsciemment influencer par le texte sur les panneaux près des voies ferrées, en dépit du fait qu’il n’a pas été question de trains, qu’un article défini a été utilisé plutôt qu’un article indéfini (le bon mot), et que le verbe pouvait est à l’imparfait. Les mots en cacher ont tout simplement servi de déclencheur, et ce qui suit devrait être très prédictible. Mais l’objet direct auquel tout le monde pense ne convient pas dans ce contexte, et c’est la raison pour laquelle le journaliste s’interrompt et recourt à des points de suspension.

Reste à signaler qu’au cours des années, un second sens est venu s’ajouter au sens du slogan injonctif de la SNCF lui-même. Celui-ci a été déployé dans de nouveaux contextes ; son support formel n’est donc plus nécessairement celui des panneaux érigés près des passages à niveau. Un train peut en cacher un autre est désormais aussi une expression figée, dont par ailleurs le statut précis (proverbe, énoncé paraproverbial…) reste controversé. Ce qui parait plus facile à établir, par contre, c’est que le nouveau figement a certaines propriétés qui le rapprochent et d’autres qui le distinguent de la structure syntaxique productive correspondante. Il semble impossible de faire correspondre au sujet et à l’objet direct deux entités indissolublement liées ou bien ontologiquement confondues (sans doute à cause du lien étroit qui subsiste avec le slogan injonctif de la SNCF, où il est toujours – et inévitablement – question de deux trains distincts). Par contre, il parait intuitivement possible (même si les exemples authentiques sont difficiles à repérer) de mettre le proverbe au conditionnel, au futur ou à l’imparfait, manipulation à laquelle les proverbes plus anciens se prêtent bien moins (Un train pourrait, pourra, pouvait en cacher un autre).1  Les écarts formels (p.ex. Certains trains peuvent en cacher d’autres, Un train peut en cacher plusieurs autres) ne semblent pas non plus poser de problèmes.

Comme quoi un homme averti en vaut deux : un train peut en cacher un autre !!! – et l’expression « Un X peut en cacher un autre » a de beaux jours devant elle. Qu’on se le tienne pour dit ! Il n’y a rien comme un beau petit proverbe, une belle structure syntaxique productive, devenue proverbe ou énoncé paraproverbial, qui nous causera à tous quelques bons petits moments d’effervescence parémiologique ; c’est de l’ethnosyntaxe pure et dure, qu’un exposé ethnoaxiologique basé sur la valeur culturelle hypothétique de la méfiance permettra de fixer dans la psyché française.

Bibliographie

Peeters, Bert. 2010. « Un X peut en cacher un autre » : étude ethnosyntaxique. In Franck Neveu, Valelia Muni Toke, Thomas Klingler, Jacques Durand, Lorenza Mondada & Sophie Prévost (dir.), CMLF 2010 – 2ème Congrès mondial de linguistique française [en ligne]. Paris : EDP Sciences. 1753-1775. https://doi.org/10.1051/cmlf/2010056.

Peeters, Bert. 2013. (2013). Ah méfiance, quand tu tiens la France… Cahiers de praxématique 60. http://praxematique.revues.org/3872. https://doi.org/10.4000/praxematique.3872.

Schapira, Charlotte. 2018. Les énoncés paraproverbiaux. In Inès Sfar & Pierre-André Buvet (dir.), La phraséologie entre fixité et congruence: hommage à Salah Mejri. Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan. 297-313.

Zrigue, Anissa. 2018. De l’ancien au nouveau proverbe. Estudos linguísticos e literários 60. 216-228.

 

  1. Cf. *Qui ne dirait mot, consentirait ; *Qui ne dira mot consentira ; *Qui ne disait mot consentait. Au discours indirect, on imagine facilement : J’ai toujours su qu’un train pouvait en cacher un autre, mais non ? J’ai toujours su que qui ne disait mot consentait (on garderait plutôt le présent). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. L. dit :

    J’ai déjà remarqué que cette structure syntaxique était encore utilisée aux alentours des passages de tramway. Ainsi, on peut lire un petit panneau adressé aux automobilistes avec marqué “Un tramway peut en cacher un autre” pour inciter les personnes au volant à bien respecter le feu rouge, même si un tram est déjà bien passé, car un deuxième pourrait arriver dans l’autre sens. Des gares jusqu’aux passages de trams en ville… qui sait ? peut-être lirons-nous un jour “Une soucoupe volante peut en cacher une autre” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.