Avis de beau temps

Appel à manifester sur le site L’Anticapitaliste

9 mai 2021, journée de mobilisation pour le climat. Pendant que les manifestants manifestent, le président Macron, en déplacement à Strasbourg, prononce un discours sur l’avenir de la construction européenne (disponible sur le site Vie publique) qui se clôt de la façon suivante :

Un poète français qui a été un peu oublié ces dernières années, Patrice de la Tour du Pin avait cette phrase : “Tous les pays qui n’ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid.” Il en est de même pour notre Europe. Si nous n’avons plus de légendes, nous mourrons de froid. Nous avons une légende. Nous venons de la parcourir rapidement. Il nous faut en écrire de nouvelles. C’est à nous, c’est à vous de le faire, alors merci et je compte sur vous.

Poète oublié, citation finement choisie… Mais en même temps… “mourir de froid”, est-ce vraiment là ce qui nous menace, quand les températures sont sur une trajectoire d’augmentation de 3 à 4 degrés d’ici la fin du siècle si nos modes de vie ne changent pas, avec les conséquences catastrophiques que l’on sait ?

 

Ce n’est sans doute même pas une provocation… Quoi qu’il en soit, intentionnel ou pas, le choix du froid comme image de ce qui risquerait de nous détruire nous paraît révélateur d’un tropisme largement partagé lorsqu’il s’agit du temps (qu’il fait) : chaud c’est bien, froid c’est mal. On touche là, en fait, à une problématique qui nous tracasse depuis longtemps : la façon dont un prêt-à-parler (du temps) favorise un prêt-à-penser, lequel n’aide pas à prendre conscience des enjeux du dérèglement climatique.

Ce prêt-à-parler consiste en une polarisation des éléments lexicaux utilisés pour parler, en gros (et au-delà du chaud et du froid), du beau temps et du mauvais temps1.

Songeons à un proverbe comme “Après la pluie le beau temps”. Au-delà de son sens littéral proprement météorologique, cet énoncé sentencieux admet une interprétation figurée ou métaphorique – et acquiert par là même le fonctionnement d’un “proverbe métaphorique” au sens de Georges Kleiber (2017, 2019)2. C’est cette interprétation métaphorique qu’essaient d’expliciter les multiples paraphrases suivantes :

  • Une épreuve difficile ne se prolonge pas sans fin. Au malheur succède une paix relative, voire un véritable bonheur (linternaute.fr)
  • Aux évènements tristes succèdent généralement des évènements joyeux. (Wiktionnaire)
  • Les circonstances défavorables ou mauvaises peuvent changer rapidement. (Expressions Françaises)
  • on finit toujours par voir le bout du tunnel ; après l’effort le réconfort ; les choses finissent toujours par s’arranger (expressio.fr)
  • Une épreuve difficile ne se prolonge pas sans fin. Aux évènements tristes succèdent généralement des évènements joyeux. Il faut considérer les évènements du bon côté et ne pas désespérer. Il y a une fin à toute situation difficile ou négative. Les circonstances défavorables ou mauvaises peuvent changer rapidement. Au malheur succède une paix relative, voire un véritable bonheur. Les instants moroses, ternes, sont nécessairement suivis de jours meilleurs. Après toute situation difficile, il y a une situation plus facile et plus heureuse (Dicocitations)

Et si on n’était pas encore tout à fait sûr de ce que figurent la pluie et le beau temps, c’est expliqué dans les quelques lignes ci-dessous :

Véritable métaphore météorologique, « Après la pluie, le beau temps », souligne l’éphémérité des instants moroses, ternes, nécessairement suivis de jours meilleurs. Ainsi, les journées se suivent et ne se ressemblent guère. Tandis que la « pluie » symbolise la torpeur, la léthargie, la peine, les difficultés, le « beau temps » rime avec plaisir, joies, bonheur. (Edilivre)

On notera cependant que l’opposition dont joue le proverbe entre pluie et beau temps introduit une légère déviance par rapport à l’opposition qui s’établirait plus naturellement, d’un point de vue linguistique, entre des termes de même niveau lexical : entre pluie et (de façon prototypique) soleil (termes concrets) d’une part, beau temps et mauvais temps (expressions à la fois généralisantes et évaluatives3) d’autre part. Il apparaît ainsi que ce proverbe (comme c’est souvent le cas) est elliptique, dans la mesure où il met en relation quatre termes en n’en mentionnant que deux – les termes manquants de l’équation, mauvais temps et soleil, n’apparaissent qu’en filigrane. La double opposition qui se construit ainsi produit à son tour une équivalence entre pluie et mauvais temps d’une part, soleil et beau temps d’autre part : équivalence déjà là, bien qu’impensée, et dont la prégnance voire le caractère d’évidence4 permet de résoudre instantanément l’ellipse – sans même s’apercevoir qu’ellipse il y a.

On tient là une petite (toute petite) “matrice à proverbes” dont on se rend compte que “Après la pluie le beau temps” n’est que l’une des réalisations possibles. Cette matrice pourrait tout aussi bien produire “Après le mauvais temps, le soleil”, ou, plus plats, “Après la pluie, le soleil”, “Après le mauvais temps, le beau temps” – plus plats dans la mesure où il n’y a pas d’ellipse, pas de croisement des familles lexicales, pas de mixte entre concret et évaluatif5.

La préférence pour le “beau temps” – préférence presque tautologique dans la mesure où elle s’inscrit dans la langue même6 – remonte loin dans le temps (qui passe) ; mais les temps changent… Ce qui fait qu’on peut être gêné aujourd’hui de la perpétuation de cette polarisation, dont on a l’impression qu’elle reste hermétique aux avertissements de plus en plus pressants concernant l’urgence climatique. Cette gêne, nous la ressentons en particulier à l’écoute des bulletins météorologiques, à la radio ou à la télévision. Bulletins qui, quelle que soit la saison, et sauf au plein d’une canicule, donnent une vision presque invariablement positive (voire enthousiaste, exaltée) d’un ciel bleu sans nuages avec des températures nettement au-dessus des normales saisonnières (forcément, puisque c’est du “beau” temps), et toujours une vision négative du froid et de la pluie (forcément, puisque c’est du “mauvais temps”). Il peut même arriver qu’un de ces bulletins suive immédiatement une émission consacrée aux dangers du réchauffement climatique. On se trouve ainsi dans une forme de dissonance cognitive, pris entre deux discours parallèles qui s’ignorent, comme si temps et climat n’avaient rien à voir l’un avec l’autre.

(Manifestation contre le changement climatique, à Paris, le 13 octobre 2018.  Le Monde / AFP – FRANCOIS GUILLOT)

C’est cette même dissonance cognitive qu’on a éprouvée un jour d’octobre 2018 où il faisait anormalement chaud : ce jour-là, France Info  diffusait un bulletin météo entièrement positif (températures très agréables, très douces voire estivales, annoncées avec un grand sourire dans la voix7 ; ce jour-là également, des manifestants manifestaient (déjà) pour le climat – et soulignaient à leur façon la dissonance.

Certes, la météo d’un jour ne fait pas le réchauffement climatique. Mais quand la répétition inédite d’épisodes trop chauds commence à faire système, il devient inévitable de faire le lien entre temps et climat8.

Certes, chacun est libre bien sûr d’exprimer la joie que lui donnent un ciel tout bleu, un soleil d’avril ardent, la chaleur tropicale d’une nuit bretonne. De même que chacun est libre, à la suite des poètes romantiques ou de Brassens, d’avoir une inclination plutôt pour le froid, le vent, les nuages, la pluie, la tempête, l’orage… Autant de préférences individuelles infiniment subtiles, mouvantes, insaisissables – car comme le dit très bien l’ethnologue Martin de La Soudière, “les ressentis individuels face à la météo ne se laissent pas aisément « décortiquer » ni expliquer”9. Mais il s’agit donc là de ressentis individuels, et ce n’est pas à cela que nous nous intéressons ici. Ce qui motive notre billet, c’est la façon dont le discours “officiel”, celui de la météo, tend à (laisser s’)imposer les règles d’un ressenti supposément commun.

On se dit d’ailleurs qu’un chantier linguistique serait à ouvrir sur le discours des bulletins météo à la radio et à la télévision. Un chantier qui supposerait de construire un corpus diversifié en fonction des chaînes, des présentateurs et présentatrices (chacun et chacune son style), des degrés de spécialisation et technicité de l’information10. En fonction en effet de ces divers paramètres, on a affaire à des discours potentiellement très différents : le bulletin météo, qui se trouve à l’interface entre discours scientifique et “discours spectacle”, peut se caractériser par un investissement affectif et évaluatif plus ou moins marqué selon que le curseur est plutôt d’un côté où de l’autre.

Sans ouvrir ce chantier, on souhaiterait simplement partager quelques premières observations notées au fil du temps (celui qui passe), et qui permettent d’aller un tout petit plus loin dans l’exploration des motifs qui se dessinent autour des deux pôles du beau et du mauvais temps. Au-delà de cette opposition à gros traits entre ce qui est beau et ce qui est mauvais, le vocabulaire du discours météo ordinaire est en effet imprégné d’éléments évaluatifs, subjectifs, se réalisant aussi bien à travers

  • des noms : à une dégradation succédera une amélioration porteuse d’optimisme, malgré d’éventuels bémols
  • des adjectifs : le temps est tantôt triste ou maussade, tantôt radieux11 ; le soleil est tantôt généreux ou vaillant 12, tantôt timide ; et si le ciel se voile légèrement,  ce n’est parfois rien de bien méchant
  • des verbes : classiquement, le temps se dégrade, se gâte, s’améliore… Avec un peu plus de raffinement, le 13 octobre 2018, Agate météo faisait état d’un “bel anticyclone qui va nous protéger des perturbations” ; le 4 juin 2021, France Info annonçait pour le lendemain que “seule la pointe bretonne sera contrariée par des nuages”

L’évaluatif, on le voit, est très souvent coloré de psychologie, dans un entremêlement du temps et des affects auquel une longue tradition, aussi bien littéraire que populaire, nous a habitués13.

Et il n’y a pas que le lexique… La façon dont l’argumentation s’organise trahit tout aussi bien la préférence sous-jacente pour le “beau temps”. On le voit en particulier dans l’utilisation des divers marqueurs et connecteurs discursifs : mais 14 entraînera ainsi dans le sens d’une conclusion négative (Belle journée sur l’ensemble du territoire mais quelques pluies vont venir en fin d’après-midi) ou positive (Le vent sera sensible mais le soleil sera vaillant) ; même si ou quand même permettront d’ajouter un bémol à une bonne nouvelle préalable, ou inversement (Le soleil sera bien au rendez-vous cette semaine même si quelques pluies vont s’égréner ici et là dans les jours à venir ; c’est quand même l’accalmie qui va se mettre en place, quand même une couverture nuageuse sur la Bretagne). On mentionnera encore ce enfin cri du coeur dans le bulletin météo d’aujourd’hui, 2 juillet 2021, dans les infos de 13h sur France Inter (au moment où on met la touche finale à ce billet) : les températures elles sont estivales, enfin.

Et puis bien sûr, on l’a déjà évoqué, il y a tout ce qui passe par l’intonation, l’expression du visage (à la télévision) : sourire radieux pour un soleil de même, inflexions soulagée sur le enfin, ou désolées pour annoncer que “ça va se dégrader”.

Dans la transcription écrite, sur le site de France 3 Régions, d’un bulletin météo récent (celui du 10 juin 2021), témoin ordinaire d’un discours météo ordinaire, on retrouve un peu tous ces éléments, et même une trace de l’intonation, (pauvrement) traduite par les deux occurrences d’un point d’exclamation :

On laisse le chantier météo pour plus tard… En attendant, en commençant d’interroger ces usages langagiers, il s’agissait pour nous de faire prendre conscience de la source d’inertie qu’ils peuvent constituer, en ces temps d’urgence climatique. Bien sûr, on ne change pas la société en changeant la langue. C’est là d’ailleurs un leitmotiv, qui revient à chaque fois que reviennent les questions d’intervention sur la langue (ou plutôt ses usages)15. A chaque fois pourtant, on aurait envie de défendre l’idée que parler autrement pourrait aussi aller avec penser et faire autrement16.

En conclusion, on ne saurait donc assez souligner le rôle essentiel des linguistes dans la lutte contre le réchauffement climatique…

 

 

Kleiber, G. (2017), “La figure d’un proverbe n’est pas toujours celle d’une métaphore”, Scolia 31, p. 39-77.

Kleiber, G. (2019), “Une métaphore suit-elle toujours le même chemin ? Analyse des expressions idiomatiques et des proverbes métaphoriques”, Langue française 204, pp. 87-100.

  1. Cette polarisation a, de façon évidente, un ancrage anthropologique. Nous découvrons d’ailleurs, en rédigeant ce billet, que l’anthropologie du temps qu’il fait a donné lieu à de nombreux travaux de recherche, parmi lesquels nous mentionnerons en particulier ceux de l’ethnologue Martin de La Soudière, avec des titres évocateurs comme  La météo. Pour une anthropologie du temps qu’il fait (1990), Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météo (1999), Quartiers d’hiver. Ethnologie d’une saison (2016), La météo : question d’ambiance (2019). []
  2. Le premier article a pour objet d’explorer si la métaphore est un trait définitoire, ou non, des proverbes. Dans le second, l’auteur caractérise joliment l’analogie fondant la métaphore d’ “Après la pluie le beau temps” comme analogie entre une situation météorologique et “la ‘météo’ des affects”. []
  3. On notera que beau et mauvais sont les contraires (ou “antonymes”) les plus communs pour le temps, quand pour un plat, ce serait bon et mauvais, ou pour un paysage, beau et laid (et quoiqu’on puisse également parler de vilain temps ou de temps affreux…). []
  4. Qu’on retrouve d’ailleurs dans l’expression parler de la pluie et du beau temps. []
  5. En s’en tenant à un registre explicitement évaluatif, le tout dernier apparaît plus terne encore. []
  6. À moins bien sûr d’avoir, ce qui n’a rien d’illégitime, Le goût du moche ! []
  7. Le bulletin de France Info n’est plus disponible, mais on en a retrouvé sur France 3 et sur Agate météo qui donnent une idée du ton réjoui (sur Agate météo, l’idée même de “battre des records” paraît presque une bonne nouvelle : il faut en “profiter puisque ça ne va pas durer”). []
  8. Temps vs. climat – le linguiste Michael Halliday fait appel à cette distinction pour expliquer la relation entre instances (actualisations) et système en linguistique. De même que les observations quotidiennes du temps qu’il fait permettent de construire une image du climat d’un lieu donné, les observables langagiers sont selon lui des instances d’un système sous-jacent, vu comme le potentiel total de la langue. Il ne s’agit pas de phénomènes distincts mais de points de vue différents sur un même phénomène. Plutôt que d’une dichotomie (langue vs. parole pour Ferdinand de Saussure, performance vs. compétence pour Noam Chomsky), il s’agit des deux pôles de ce que Halliday appelle un “axe d’instantiation”. []
  9. Voir son article de 2019 déjà mentionné dans une note ci-dessus. Toujours sur le même thème – et dans la même section intitulée “Ethnographier ce que nous fait le temps qu’il fait”, on a plaisir à citer ces quelques lignes encore :

    Une ambiance météo, c’est la conjonction entre un individu, un moment, son activité de l’instant, un lieu, le « grain » de l’air, le ciel, la luminosité, l’ensoleillement ou au contraire l’obscurité (on l’oublie parfois au profit de la seule température, la lumière est déterminante dans la manière dont nous recevons le temps qu’il fait). C’est une alchimie. Elle est d’autant plus difficile à analyser que nous ne sommes pas égaux devant les types de temps, ayant chacun nos préférences, nos attirances, ou notre rejet, voire nos allergies à tel ou tel type de temps. Et puis ces préférences ont aussi une histoire […]. On sait, par exemple, que jusqu’au XVIIe siècle, c’est le printemps et non pas l’été qui était plébiscité. Une sociologie également car nous sommes influencés de modèles de perception portés par la littérature et la peinture. De façon provocatrice, Oscar Wilde écrivait : « Avant Turner, il n’y avait pas de brouillard à Londres, non parce qu’il n’y en avait pas, mais parce qu’il n’y avait pas encore de peintres et de poètes qui avaient appris aux habitants le charme mystérieux de tels effets » (WILDE Oscar, 1986. Le déclin du mensonge. Paris, Éditions Complexe, p.67).

    []

  10. Et encore, on ne pense là qu’à la France métropolitaine, mais il serait intéressant bien sûr de comparer les discours météo qui nous sont familiers à ceux qui valent sous d’autres cieux : on imagine bien qu’un plein soleil n’est pas salué de la même façon à Quimperlé ou à Alice Springs… []
  11. Ou estivalestival fonctionnant alors indirectement comme un évaluatif. []
  12. Générosité et vaillance beaucoup plus rarement – voire jamais pour la vaillance – attribuées à la pluie. []
  13. Dans les Correspondances romantiques, temps et variations de l’âme humaine se font un écho mutuel ; dans le cas plus prosaïque du bulletin météo, c’est à sens unique : le vocabulaire des affects est convoqué pour parler du temps (le bulletin météo, en ce sens, constitue une forme de pathetic fallacy). []
  14. Sur le rôle d’orientation argumentative de mais, voir notre billet Il plie mais ne rompt pas. []
  15. Qu’on pense aux oppositions qu’ont suscitées la suppression de mademoiselle des formulaires administratifs, ou de race de la Constitution ; les débats autour de la féminisation des noms de métiers (débats aujourd’hui apaisés, avec même adoubement – tardif – de l’Académie française) ou de l’écriture inclusive. []
  16. On rejoint presque exactement ce que disait Hervé Gardette à propos des animaux qui pâtissent d’être des bêtes :

    Une autre source d’inertie est à chercher dans un autre édifice, peut-être encore plus difficile à combattre : le langage que nous utilisons pour parler des bêtes. Une ‘’bête’’ justement : utiliser ce terme, n’est-ce pas assigner l’objet qu’il désigne à un statut d’infériorité ? Il suffit pour s’en convaincre de voir à quels synonymes il est associé : stupide, sot, idiot, nigaud, imbécile, crétin… (La Transition d’Hervé Gardette sur France culture, le 30 septembre 2020) []


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne et Marie-Paule dit :

    Dans un article d’Arrêt sur Images du 11 août dernier portant sur la légèreté avec laquelle les deux premières chaînes d’information en continu, BFMTV et CNEWS, ont évoqué (ou omis d’évoquer) les prévisions alarmantes du sixième rapport du GIEC (CLIMAT : BFMTV ET CNEWS REGARDENT AILLEURS), le journaliste partage notre désarroi devant l’absolue disjonction entre météo et climat – et souligne comme nous l’usage d’un enfin désarmant (et bien mis en valeur dans la capture d’écran qui illustre l’article) :

    CNews trouve le temps de faire intervenir sa journaliste météo pour nous parler de la vague de chaleur des prochains jours… mais pas question de la contextualiser par le dérèglement climatique ou le rapport du Giec : “Enfin l’été ?”, se demande plutôt la chaîne.

Répondre à Anne et Marie-Paule Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search