Rencontre avec mon ex

 

Affiche du film « Back to the Future » (sur en.wikipedia.org)

 

 

 

Écoutant à la radio une ancienne émission des Pieds sur terre (émission du 13 septembre 2016) on est frappées par le tout début du récit de Solène, qui commence ainsi :

« Alors j’ai rencontré mon ex sur AdopteUnMec… »

 

 

 

 

Pendant un dixième de seconde, un doute nous prend1 : quel est l’intérêt de ce site de rencontres qui permet à Solène de rencontrer… son ex ?

 

 

En fait, on comprend vite : celui que Solène a rencontré, c’est l’homme qui allait devenir par la suite son petit ami (ou « son mec »), lequel allait, ultérieurement encore, devenir son ex2. Succession de devenir valant pour un raccourci temporel assez saisissant – et d’autant plus saisissant qu’il combine des perspectives temporelles passée (regard rétrospectif sur la rencontre) et future (regard prospectif sur ce qui, au moment de la rencontre, était encore à venir). On est certes habitué au raccourci (simple) qui ferait dire

J’ai rencontré mon petit ami / mon mari / le père de mes enfants sur AdopteUnMec

pour quelque chose qu’on pourrait gloser par

J’ai rencontré celui qui allait devenir mon petit  ami / mon mari / le père de mes enfants sur AdopteUnMec .

Est en revanche moins commun le fait de passer directement à l’étape suivante, celle de la séparation, comme le fait Solène en disant « J’ai rencontré mon ex sur AdopteUnMec« Un tel raccourci temporel (raccourci « double ») donne un peu le vertige : non seulement on ajoute une étape, mais l’étape centrale – celle de la relation amoureuse – est « zappée »3. Par ailleurs, comme on le mentionnait déjà plus haut, regards prospectif et rétrospectif se mêlent, ce qui ajoute au trouble : alors que la rencontre appartient au passé de l’énonciation, la désignation par l’expression référentielle mon ex correspond à l’évolution de la relation qui appartient, elle, au futur de la rencontre (dit autrement, l’ex de Solène n’était pas (encore) son ex au moment de la rencontre.)

En opposant ainsi « passé » et « futur », on force un peu le trait. Il ne s’agit pas ici en effet d’un véritable futur (avec toute l’incertitude inhérente à la visée prospective) puisqu’il est clair, au moment de l’énonciation, que ce qui était à venir est effectivement advenu. En ce sens, on pourrait plutôt considérer qu’il s’agit d’un regard rétrospectif à plusieurs niveaux, sur des événements passés plus ou moins lointains. Les deux derniers cependant, par « anticipation rétrospective », se retrouvent d’une certaine façon dans le futur du premier (la rencontre)4.

Au-delà du vertige temporel qu’il suscite, le télescopage5 entre passé et futur, entre l’évocation de la rencontre et son devenir, donne l’impression que tout était déjà écrit d’avance. Comme si, au moment même de la rencontre, celle-ci portait déjà le germe de la séparation (en ce sens, le site de rencontres pourrait bien être rebaptisé AdopteUnEx !). Cette idée que tout est joué d’avance serait peut-être plus flagrante encore si on explicitait la perspective future à l’intérieur même de l’expression référentielle, en accolant à ex l’adjectif futur (avec un effet comique de collision fréquemment exploité) :

J’ai rencontré mon futur ex sur AdopteUnMec

Titre de téléfilm (sur programme-tv.net)

Nom d’un groupe de rock (sur rockmadeinfrance.com)

Titre de livre (sur bayard-editions.com)

Et puisque tout est toujours encore un peu plus compliqué – ou plus simple… Une autre possibilité s’ouvre encore. On pourrait en effet être tenté d’adopter, sinon un mec (!), du moins une interprétation linguistiquement plus simple, quoique pragmatiquement moins pertinente. Dans cette interprétation, Solène évoquerait une rencontre qu’elle a faite, en surfant sur AdopteUnMec, avec celui qui était déjà, au moment de la rencontre, son ex. La perspective serait en ce cas homogène, le regard étant entièrement tourné vers le passé (et sans besoin de reconstituer l’étape antérieure de la relation). Une telle interprétation ne peut cependant s’envisager qu’à condition de ré-interpréter rencontrer au sens de croiser / revoir – ce qui est quand même un peu bizarre sur un site de rencontres…

Hors site de rencontres, l’interprétation regagne davantage de liberté. On peut le vérifier en remplaçant « sur AdopteUnMec » par un lieu plus « neutre ». Ainsi, pour un énoncé comme :

J’ai rencontré mon ex à Dunkerque 

on peut aussi bien comprendre que « j’ai rencontré pour la première fois à Dunkerque celui qui allait devenir mon ex » ou que « j’ai croisé / revu mon ex à Dunkerque ». En général cependant, le contexte se charge de guider l’interprétation dans un sens ou dans l’autre. Laissons-là l’ex sur AdopteUnMec, ou l’ex à Dunkerque, et prenons maintenant l’ex par hasard (qui fleurit sur les forums en ligne). Cet ex par hasard, on le trouve ou on le retrouve au gré de scénarios différents – un pour chacun des deux extraits de récits suivants, sur lesquels on quittera définitivement nos ex :

Bonjour,
j’ai rencontré mon ex par hasard l’autre soir, je ne l’avais pas vu depuis deux ans et demi. (aufeminin.com)

 

Alors voilà, tout a commencé il y a environ 1 an et demi. J’ai rencontré mon ex par hasard et ça a cliqué, dans un centre d’achats plus précisément. Il m’a ensuite ajoutée sur facebook et nous avons fini par nous rencontrer, puis nous fréquenter. (forum.jerecuperemonex.com)

 

  1. Décidément, le doute – ou plus justement le questionnement fugace, le « truc qui coince » dans la fluidité du discours – est un moteur récurrent dans  la genèse de nos billets… []
  2. Le préfixe ex peut précéder beaucoup de noms, mais employé seul – comme nom – il ne peut désigner (au masculin) qu’un ex-petit ami, ou copain, conjoint, mari (mec, quoi !). []
  3. À peine le temps d’aimer qu’il est déjà l’heure de se séparer – on pense à Aragon, « Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard »… []
  4. De ce mélange de passé et de futur anticipé on a rendu compte dans nos diverses paraphrases (pour le raccourci simple aussi bien que complexe) par l’usage de la forme verbale allait devenir. On aurait également pu utiliser le conditionnel simple deviendrait. L’une ou l’autre forme peuvent être utilisées avec une valeur objective, factuelle (pour des événements dont on sait qu’il se sont effectivement réalisés). On notera cependant qu’elles peuvent aussi bien être utilisées avec une valeur subjective, exprimant un futur « vu du passé » (et dénotant ainsi des événements uniquement projetés, dont la réalisation reste incertaine). Pour illustrer cette seconde possibilité, on ne peut imaginer mieux que le « Vous n’alliez jamais vieillir » du court extrait suivant, répété à deux reprises avant d’être sèchement confronté à sa contradiction :

    Et il semblait qu’à le suivre vous étiez purifié, plongé au feu, comme lui-même le fut, enfant, par sa mère. Vous n’alliez jamais vieillir.

    Vous n’alliez jamais vieillir. Vous vieillissez. » (Tombeau d’Achille, Vincent Delecroix)  []

  5. Nous empruntons librement cette notion de « télescopage » (qui nous plaît beaucoup !) à Marcel Vuillaume (cf. Heureusement qu’il est pas tombé malade demain !). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne et Marie-Paule dit :

    Trouvé au hasard du web, en titre d’un article de Femme Actuelle :
    « Patrick Bruel : cette demande surréaliste qu’il a faite à son ex-femme juste après leur rencontre » (femmeactuelle.fr, 2 novembre 2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search