« Mademoiselle se meurt, mademoiselle est morte »

(entendu sur France Inter le 9 mars 2012, dans la chronique matinale de François Morel)

EPSON scanner image

 

 

« Parce que Mademoiselle c’est la gaîté, c’est la jeunesse, c’est l’insouciance, crinoline et balançoire, promesses et roses du printemps, robes fleuries et airs du faubourg, serments d’amour, joues roses et regards intimidés. »

 

 

 

 

 

 

Le 21 février 2012, une circulaire ministérielle invite les administrations à faire disparaître de leurs formulaires les termes  « mademoiselle, nom de jeune fille, nom patronymique, nom d’épouse et nom d’époux ». Pour mademoiselle,  le terme disparaît au profit de madame, « pris comme l’équivalent de monsieur pour les hommes, qui ne préjuge pas du statut marital de ces derniers ».

La disparition (la « mort ») de mademoiselle fait l’objet d’une chronique assassine (c’est le cas de le dire !)  de François Morel le 9 mars 2012 sur France Inter :

 

affiche mme mlle def

Affiche de la campagne « Mademoiselle, la case en trop » sur le site de Osez le féminisme ! (http://www.osezlefeminisme.fr)

Déjà en octobre de l’année précédente, Alix Girod de L’Ain s’était émue des menaces pesant sur Mademoiselle (Éditorial de Elle mis en ligne le 19 octobre 2011), lorsqu’un collectif d’associations féministes, dont Osez le féminisme ! et Les Chiennes de garde, avait lancé sa campagne « Mademoiselle, la case en trop ». Cette campagne visait à dénoncer une discrimination à l’encontre des femmes, ainsi contraintes de faire état de leur situation matrimoniale.

 

L’éditorial aussi bien que la chronique nous ont fait vivement réagir, aussi bien dans notre fibre féministe que linguistique. On est restées stupéfaites qu’un chroniqueur aussi sensible à la langue que François Morel puisse à ce point s’aveugler dans son argumentation. En même temps on sait bien – et les réactions à la chronique comme à l’éditorial le confirment – qu’il y a là un sillon bien tracé qu’empruntent de nombreux esprits bien intentionnés : n’y a-t-il rien de plus urgent, de plus important à faire que de s’en prendre à un pauvre mot ? François Morel a suffisamment de talent pour mettre rieurs et « gens de bon sens » de son côté, pendant que de l’autre côté se dresse la figure peu amène – et dont il est de bon ton de se démarquer – des « chiennes de garde ».

Le « bon sens », pourtant, ne résiste pas toujours à l’analyse. Nous nous permettons ci-dessus de nous incruster, pour mieux lui répondre, dans le texte de la chronique de François Morel, tout en créant un dialogue avec l’éditorial d’Alix Girod de L’Ain.

 Mademoiselle se meurt, mademoiselle est morte. On ne la reverra plus, les féministes l’ont tuée. Petit à petit elle va disparaître à tout jamais des documents administratifs, quand seront épuisés les formulaires et ceux qui les remplissent.

La mort du mot mademoiselle ? Il y a malentendu… Comme le dit François Morel lui-même, le mot ne disparaît que dans les formulaires administratifs. La législation ne prétend en rien le supprimer de l’usage courant, ni du dictionnaire.

 Féministes, vous avez gagné la partie – pas celle de l’égalité des salaires entre femmes et hommes, non, plus compliquée à conquérir sans doute, mais autrement plus passionnante – mais celle de la discrimination supposée qui consiste à préciser qu’une femme est mariée ou non, qu’elle est pour l’administration madame ou mademoiselle.

Discrimination supposée ? Vraiment ? La distinction entre madame et mademoiselle est la survivance d’une époque où la femme était mineure à vie (code Napoléon, 1804) : mademoiselle dépendait de son père, madame de son mari – et il était crucial, administrativement parlant, de le savoir1. En ironisant sur la trivialité d’un combat sur les mots, le chroniqueur ignore (ou prétend ignorer) que les mots représentent et perpétuent un ordre social. En mettant en concurrence les deux types de combats – combat pour l’abrogation de la case mademoiselle, combat pour l’égalité des salaires –  il nie au premier sa légitimité. Or, comme le dit si bien Marie Donzel (contributrice à L’Express, et « chèfe d’entreprise à Quimperlé »), un combat n’en exclut pas un autre :

« Mais le reproche le plus malhonnête qu’on fasse aux féministes est celui qui réduit leurs revendications à des luttes dérisoires : ‘Vous vous scandalisez des pubs machistes et vous voulez féminiser les noms de métier, mais pendant ce temps, vous ne vous fatiguez pas à obtenir l’égalité salariale ! Et puis qui s’occupe de l’excision, du viol, des foetus chromosomés XX dont on avorte dans des pays à l’ordre social impunément phallocrate ?’. Comme si une féministe, forcément dotée d’un cœur et d’un cerveau étriqués, n’était pas capable de prendre fait et cause pour différents problèmes à la fois. Comme si une féministe n’était pas capable de hiérarchiser les enjeux et d’articuler tous ses combats dans un seul : celui de l’égalité hommes/femmes, partout et sur tous les plans à la fois. »
(Marie Donzel : « Madame » répond à François Morel, publié sur le site de L’Express le 12 mars 2012)

 Les hommes ne sont jamais appelés des damoiseaux. L’usage n’a pas voulu garder pour les hommes un mot qui aurait spécifié qu’ils sont mariés ou pas.

« L’usage n’a pas voulu » : François Morel donne l’impression  que l’usage linguistique a eu dans ce cas sa volonté (ou ses caprices) propre(s), alors que l’abandon de damoiseau mis en regard du maintien de demoiselle reflète un contexte institutionnel discriminant (ainsi qu’exposé plus haut).

Monsieur, marié ou célibataire, reste monsieur, au moins sur les papiers officiels. Dans la vie, on vous salue d’un « Bonjour jeune homme » chez la boulangère, le buraliste ou la marchande de fleurs. Un jour il n’y a plus que la boulangère, myope, ou complaisante, qui continue malgré l’évidence et les ravages du temps de vous appeler jeune homme. Un jour, la boulangère native de la région de Biarritz s’installe sur la côte atlantique avec son mari, et pour tout le monde vous êtes définitivement devenu monsieur.

Attention le glissement commence ! Le chroniqueur glisse imperceptiblement de l’administration au commerce du coin ; de la distinction entre  marié et célibataire, à celle entre jeune et pas jeune. Et puis, chez la boulangère, le buraliste ou la marchande de fleurs, non seulement on a le droit de continuer d’appeler mademoiselle « mademoiselle »… mais on peut aussi l’appeler « jeune fille » !

Damoiseau était une nuance du Français qui depuis longtemps a disparu. Demoiselle est une nuance du français qui un jour prochain disparaîtra. Vous n’aimez pas les nuances ?

Selon François Morel, les nuances du français devraient donc être préservées par les formulaires administratifs ?! Et la nuance qu’il conviendrait de préserver, ce serait cette « nuance » du statut marital de la femme ? On voit déjà poindre d’autres considérations, qui n’ont pas grand-chose à faire avec l’administration…

S’il avait fallu à tout prix supprimer un mot, il aurait mieux valu effacer madame. En gardant madame vous sous-entendez que la normalité c’est la femme établie, installée, mariée.

C’est là qu’est le contresens fondamental : madame selon François Morel signifierait « mariée », alors que l’adoption du terme unique vise justement l’indifférenciation. En linguistique, on dirait : le sens n’est pas de façon absolue inhérent au mot, il est également dépendant du contexte situationnel (cf. le formulaire administratif ou la boulangerie), ainsi que du système dans lequel il s’intègre : dans le système du langage administratif, madame ne dit pas la même chose selon qu’il se trouve ou non en concurrence avec mademoiselle. La case unique madame indique juste le sexe féminin.

Le contresens est aussi gros que largement partagé. Alix Girod de L’Ain dit, avec d’autres mots, la même chose :

« Sexiste, condescendant, insultant même, le terme ‘mademoiselle’ ? Moins bien que ‘madame’, quoi qu’il en soit ? Ça signifierait que, pour ces féministes-là, c’est mieux d’être officiellement casée, plus respectable ? »

 Ne voyez-vous pas le ridicule qui consiste à désigner « Madame » Jennifer Migeot qui, à 14 ans, vient faire la demande de son premier passeport pour partir à New-York avec ses cousins ? Ne voyez-vous pas la bêtise qui permet au secrétaire de mairie d’appeler « Madame » la jeune Adèle Noblet qui, à 13 ans et demi, vient chercher une carte lui permettant d’obtenir des réductions pour la bibliothèque et la piscine ?

S’il s’agissait vraiment de ridicule et de bêtise, n’y en aurait-il pas tout autant à désigner comme « Monsieur » Adrien Noblet, le jeune frère d’Adèle qui, à 12 ans, vient chercher la même carte de réduction que sa sœur ? (De toute façon, si le secrétaire de mairie trouve ça tellement ridicule, rien ne l’empêche d’appeler Adèle « jeune fille », tout comme il peut appeler Adrien « jeune homme »…)

Jetons à nouveau un œil du côté d’Alix Girod de L’Ain :

« Il faut défendre mademoiselle parce que ma fille de 18 ans, avec ses boucles blondes et ses joues roses, n’a pas du tout, du tout, une tête de madame. »

Les femmes devraient s’accommoder, donc, tout au long de leur vie, d’être scrutées pour qu’ « on » décide si elles ont une tête de madame ou de mademoiselle. Et gare à elles si, un jour, elles n’ont plus la tête qui convient (cf. le très élégant Gérard du cinéma créé en 2008, prix intitulé « Gérard de l’actrice que les journalistes s’obstinent à appeler mademoiselle alors qu’elle a plutôt une tête à ce qu’on l’appelle mémé« ).

 Que les femmes, toute la vie, restent des demoiselles. Que jamais elles ne deviennent des madames. Mademoiselle Micheline Presle, Mademoiselle Jeanne Moreau, Mademoiselle Danielle Darrieux, Mademoiselle Juliette Greco, dites-moi que j’ai raison.

Là encore, Alix Girod de L’Ain, François Morel, même combat :

« Il faut défendre mademoiselle parce que Mademoiselle Jeanne Moreau, Mademoiselle Catherine Deneuve et Mademoiselle Isabelle Adjani. »

 Parce que mademoiselle c’est la gaîté, c’est la jeunesse, c’est l’insouciance, crinoline et balançoire, promesses et roses du printemps, robes fleuries et airs du faubourg, serments d’amour, joues roses et regards intimidés. Mademoiselle c’est l’audace et la fragilité, c’est le courage et la vertu, la transparence et les secrets du cœur.

Est-ce à cela, selon François Morel, que les femmes doivent correspondre pour cocher légitimement mademoiselle  dans les formulaires administratifs ?! Avoir des crinolines sous leurs robes fleuries ? Des joues roses et des secrets du cœur ?

On va là un cran plus loin que l’amalgame entre statut marital et jeunesse : nous voilà de plain-pied dans les fantasmes de Monsieur Morel…

Autres fantasmes, chez Alix Girod de L’Ain :

« Il faut défendre mademoiselle parce que quand le marchand de primeurs de la rue Cadet m’appelle comme ça, je ne suis pas dupe, mais je sens que je vais avoir droit à mon basilic gratuit. Il faut défendre « mad-moi-zell’ » parce qu’elle est « chaarmante », la supprimer serait porter un coup fatal aux loulous qui nous interpellent sur les trottoirs : comment on va faire, si ça devient illégal de se faire draguer dans la rue ? »

Toujours le même malentendu. Que ce soit le basilic gratuit ou la drague dans la rue, rassurez-vous, Madame/Mademoiselle Girod de L’Ain : ils ne tombent pas sous la coupe de la circulaire ministérielle que vous redoutez tant.

Madame, c’est l’appartement, la maison de campagne, les manteaux, les bijoux, les traites, les amants, madame c’est l’ennui, c’est le renoncement. Franchement, vous voudriez refaire votre vie avec Mam’zelle Clio ou avec Madame Figaro ?

Qu’en pense Madame Morel ?

Que les femmes jamais ne deviennent des madames. Que les mademoiselles continuent d’éclairer nos jours, d’illuminer nos nuits. Mademoiselle s’il vous plait, n’écoutez-pas les sirènes de la triste normativité, du conformisme austère, restez légère, imprévisible et désinvolte, ne mourez pas.

Au-delà de la confusion entre usage administratif et usage courant, entre référence à la jeunesse et au statut marital, on aurait envie de demander au chroniqueur : pourquoi tant de clichés ? Est-il impossible pour les femmes d’échapper à la triste normativité des miroirs qu’on leur tend, entre mademoiselle (insouciance et transparence) ou madame (ennui et renoncement)2 ?

Ce qu’on aimerait souligner en conclusion de cette modeste analyse de texte, c’est que les combats sur les mots ne sont pas des combats dérisoires. Il y a eu le combat pour la suppression de la case mademoiselle dans les formulaires administratifs ; il y a eu le combat, virulemment gaussé (en particulier par l’extrême-droite),  pour la suppression du mot race de la législation française ; et il y en aura d’autres, et qui en vaudront bien d’autres…

Par ailleurs, quel que soit le mot en cause, il ne s’agit jamais de le supprimer – de le « tuer ». Peut-être qu’un jour, mademoiselle partagera le sort de mon damoiseau, et tombera dans l’oubli. Mais ça sera par une évolution de la société, pas par décret. Dans leur usage courant, les mots ne disparaissent pas par décret.

 

Au détour de nos pérégrinations à travers mademoiselle, nous avons rencontré deux ouvrages qui pourraient vous intéresser :

g-mmemlle3D

Laurence Waki, Madame ou mademoiselle ? Éditions Max Milo (2006)

 

he_melle

 

Yatuu, Hé ! Mademoiselle ! Delcourt (2014)

 

 

 

  1. L’indépendance administrative des femmes ne s’acquiert que très graduellement : rappelons que ce n’est que depuis 1965 que les femmes peuvent gérer leurs biens propres (ouvrir un compte bancaire) et exercer une activité professionnelle sans le consentement de leur mari. []
  2. Sans parler de l’ineffable reflet « princesse » suivant les vœux d’Alix Girod de L’Ain : « À la limite, si on doit changer quelque chose sur les formulaires administratifs, il faudrait rajouter une case : « Pcsse ». Mariées ou pas, jeunes ou vieilles, ce qu’il faut revendiquer, c’est notre droit inaliénable à être des princesses. » []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Caroline Dumazet dit :

    Un grand merci pour cet article ! La linguistique offre un point de vue rafraîchissant sur le débat féministe (et sait bien, elle, qu’un mot peut être un combat…). Votre analyse du discours de François Morel, et de tant d’autres à travers lui, est tout autant brillante qu’accessible, et m’a donné à lire tout haut ce que je pensais tout bas… et pour quoi les mots me manquaient.

  2. Anne et Marie-Paule dit :

    Merci à vous ! Nous sommes très sensibles à votre remarque sur le pouvoir « rafraîchissant » de la linguistique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *