Langue de béton et langue de bois

Brise-lames en bois (à droite) ou en béton (à gauche) (photo-montage sur le site saint-malo-info.fr)

 

Dans l’actualité récente, un imbroglio dans l’adressage de courriels confidentiels entre membres du ministère  de l’agriculture a conduit à la large diffusion d’une requête formulée comme suit :

« Il nous faut des EDL [éléments de langage] béton pour ce soir. Et côté Saj [service des affaires juridiques] également. Merci ! »

(Contexte : il s’agissait d’élaborer une contre-offensive à une vidéo de l’association L214 mettant en cause un abattoir en Dordogne – cf. Le Monde du 25 février 2020)

 

Les « EDL » ou « éléments de langage » sont immédiatement associés à une défiance linguistique dont on a déjà vu d’autres déclinaisons, qu’il s’agisse des soupçons d’escroquerie charriés par le mot sémantique (« Les Républicains », un hold up sémantique, Arguties sémantiques et écrans de fumée) ou de la multiplication tous azimuts des références à Orwell et à la novlangue (Le point Orwell). Quant aux « EDL béton », sont-ils faits encore d’un autre bois ?

 

Nous ne sommes pas, loin de là, des spécialistes des éléments de langage. Mais c’est l’occasion, pour nous, de nous référer aux travaux de nos collègues : en particulier, dans une perspective d’analyse du discours, à la notice Éléments de langage rédigée par Alice Krieg-Planque et Claire Oger dans le dictionnaire interdisciplinaire Publictionnaire ; ou dans une perspective lexicologique, à l’article À propos des éléments de langage d’Alain Polguère.

Dans la notice (qui s’appuie sur des travaux antérieurs), l’expression éléments de langage est caractérisée comme

renvo[yant] à une vision stratégique de la communication, dans laquelle on s’efforce de contrôler, par leur préconstruction, la « bonne » réception des discours par les publics visés.

Plus précisément, les éléments de langage

désignent des formulations plus ou moins élaborées, préparées en vue de leur réemploi, et mises à la disposition d’acteurs sociaux appelés à s’exprimer dans l’espace public et singulièrement auprès des médias (interviews, conférences de presse, émissions de plateau…).

Cependant, si la visée est celle d’une consommation publique, la recette ne doit pas sortir de l’arrière-cuisine :

Dans tous les cas, les « éléments de langage », en tant que document, ne sont en général pas destinés à être diffusés auprès du public. C’est pourquoi il est relativement peu aisé d’accéder à des exemples d’« éléments de langage », lesquels peuvent prendre la forme d’un email à usage interne indiquant des arguments à faire valoir, ou d’un powerpoint listant les expressions à utiliser.

On retrouve ici l’ « email à usage interne » qui, ne l’étant pas resté dans l’épisode qui nous occupe, a mis à mal la stratégie de communication du ministère de l’agriculture…

Est également pointée dans la notice la dimension de malhonnêteté couramment associés aux éléments de langage :

Enfin, par l’ironie ou par la disqualification dont ils sont l’objet, les « éléments de langage » amènent à réfléchir sur les attentes supposées des auditoires et des publics : le caractère peu avouable de la dimension préfabriquée des discours indique, en creux, ce qu’est supposé être un « bon discours » sur la scène publique. À travers l’effacement de cette préparation et de cette orchestration par les professionnels se joue, implicitement, la fiction d’une forme de « vérité », d’« authenticité » ou d’« honnêteté» des discours.

Cette « fiction d’honnêteté » repose sur le fait que l’élément de langage, dans les mots d’Alain Polguère, « avance masqué » :

L’élément de langage, tourné spécifiquement vers la communication « externe », avance masqué et dissimule son producteur véritable, nécessairement distinct du Locuteur. Les énoncés de type éléments de langage sont faits pour être communiqués, mais doivent être travestis en improvisations ou paroles qui prétendent être improvisées.

Dans la perspective lexicologique qui est plus proprement celle d’Alain Polguère, cette idée de préfabrication – dissimulée – par un tiers ne concerne que les acceptions 2a et 2b des trois acceptions qu’il distingue pour la locution élément(s) de langage :

• ÉLÉMENT DE LANGAGE 1 ‘signe d’un système sémiotique…’ ;
• ÉLÉMENT DE LANGAGE 2a ‘formule linguistique…’ ;
• ÉLÉMENTS DE LANGAGE 2b ‘texte…’ – il s’agit d’une lexie qui ne s’emploie qu’au pluriel, d’où sa forme de nommage distincte de celle des deux précédentes acceptions.

Ces deux dernières acceptions se distinguent essentiellement en ce que l’une – 2b, glosée comme « discours », « argumentaire » – est une extension de l’autre – 2a, glosée comme « formule toute faite », « petite phrase ». Mais elles se distinguent également quant à la réception qui en est faite :

Sur le plan de la perception par le public, les éléments de langage 2a sont plus remarquables et plus remarqués que les éléments de langage 2b parce que, si l’on est habitué au fait que les politiciens font écrire leurs discours, on n’a pas encore assimilé le fait que des éléments apparaissant ponctuellement dans leur parole sont préfabriqués. D’une certaine façon, les éléments de langage 2a choquent beaucoup plus parce qu’ils se cachent dans une parole apparemment libre, alors que les discours s’inscrivent clairement dans un contexte formel et quasi rituel.

Revenons aux « EDL béton » dont requête était faite dans le courriel du ministère de l’agriculture. On peut penser qu’il s’agissait plutôt de petites phrases, si on en juge par les « éléments de réponse » cités dans l’article du Monde :

Des éléments de réponse sont ensuite listés : l’abattoir fait l’objet de contrôles réguliers, le respect des règles sanitaires et de protection animale y est « satisfaisant » ; « la seule non-conformité identifiée [en décembre] (…) a été corrigée depuis » ; « la vidéo ne peut être datée » ; « un abattoir reste un lieu de mise à mort des animaux ou il et [sic] très facile de faire des photos-chocs ».

Ces éléments sont-ils « béton » ? Du béton ils essaient en tout cas d’avoir la résistance et la solidité, en s’arc-boutant mot à mot contre le contenu d’un autre courriel interne (également censé rester confidentiel) où est évoquée une « liste de NC [non-conformités] indéniables, voire majeures ».
De là à parler de langue de bois, il n’y a qu’un pas – qu’il est d’autant plus tentant de franchir qu’on a du mal à résister à l’association bois-béton. Certes, personne au ministère de l’agriculture ne demande ouvertement de langue de bois (cela ne se fait pas1 ). Mais bois, béton… on peut penser que quand il s’agit de contenir les vagues de la contestation, tout matériau est bon à prendre. Même si également sensible aux fuites…2

 

 

Polguère, Alain (2016), « À propos des éléments de langage », The Languages of Politics / La politique et ses langages – Volume 2, Cambridge Scholars Publishing, pp.47-65. hal-01391848

Krieg-Planque, Alice et Oger, Claire, « Eléments de langage », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 20 septembre 2015. Dernière modification le 19 décembre 2019. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/elements-de-langage.

Krieg-Planque Alice, « Langue de bois », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 12 septembre 2018. Dernière modification le 19 septembre 2019. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/langue-de-bois.

 

  1. Alors que l’usage d’éléments de langage (même s’ils ne sont pas censés être divulgués) est généralement assumé par les politiques, il n’en va pas de même pour la langue de bois. La langue de bois, c’est comme l’enfer, c’est les autres… Ou comme l’écrit avec davantage de nuance Alice Krieg-Planque dans une autre notice du Publictionnaire, Langue de bois, « On ne revendique […] généralement pas le fait d’avoir soi-même recours à la « langue de bois », sauf à s’en excuser et justifier (« alors là je vais devoir faire un peu de langue de bois »). []
  2. À propos : l’article du site d’information de Saint-Malo où nous sommes allées chercher notre illustration, annonçant le remplacement prochain des anciens brise-lames en bois par de nouveaux brise-lames en béton « super résistants », a été publié le 1 avril 2018. Et c’est un poisson d’avril. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne et Marie-Paule dit :

    Dans Libération du 18 mars 2020 (après un entretien donné au Monde par l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn) :

    L’incendie médiatique menaçant, en milieu d’après-midi, un responsable de la macronie parisienne a demandé de l’aide sur une boucle Telegram de La République en marche : «Peut-on avoir d’urgence des éléments de langage sur cet article ? Vu la violence des réactions sur nos boucles et les [réseaux sociaux], c’est une bombe si on n’arrête pas ça tout de suite.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search