Toutes ces choses que les Américains font la nuit

(en.wikipedia.org)

 

 

Le 5 octobre 2020 dans la soirée, on entend à la radio (et on retrouve en titre sur le site de BFM) :

“Donald Trump annonce qu’il quittera l’hôpital dans la nuit”

 

 

 

 

Et là on se dit, tiens, c’est étrange de sortir de l’hôpital dans la nuit (chez nous, c’est plutôt en journée).

La veille, le 4 octobre, en chapeau d’article sur le site de LCI on pouvait lire :

Dans la nuit de samedi à dimanche, Donald Trump a assuré qu’il allait beaucoup mieux…

Et le surlendemain, 7 octobre, en chapeau également mais cette fois dans Libération, à propos du débat à venir entre Mike Pence et Kamala Harris :

Un conservateur évangélique du Midwest face à une femme métisse de Californie1 : le duel télévisé des candidats à la vice-présidence met aux prises, la nuit prochaine, deux personnalités aux antipodes.

Ce qui fait, pour les Américains, beaucoup d’activités nocturnes qui habituellement ne le sont pas (nocturnes)…

 

On ne va pas continuer plus longtemps, ni faire mine de ne pas comprendre. En fait, on a compris – mais, comme souvent, c’est le petit, tout petit moment de trouble initial2 qui est à l’origine de notre billet.

L’ “énigme” ici n’est pas bien compliquée : il s’agit juste d’un problème de décalage horaire entre la France et Etats-Unis.  Un décalage horaire qui, dans le cas de la sortie d’hôpital de Trump, est d’ailleurs explicité (en termes d’heure française / heure locale) à la suite du titre sur le site de BFM :

Ce qu’on a simplement envie de souligner, c’est la difficulté qu’il peut y avoir à produire, avec cette histoire de décalage horaire, un titre limpide. C’est un peu difficile à gérer, surtout en tenant compte des contraintes liées aux titres (et aux chapeaux d’articles) : faire court tout en disant l’essentiel3. En l’occurrence, il fait partie de l’information essentielle de localiser dans le temps – au-delà de l’indication future véhiculée par le temps verbal – l’événement dont il est question, de sortie de l’hôpital.

Dans les deux autres exemples cités plus haut, on retrouve le même phénomène d’une information temporelle – dans la nuit de samedi à dimanche pour le premier, la nuit prochaine pour le second – difficile à occulter4. On va cependant se focaliser sur Trump et sa sortie d’hôpital.

Pour localiser un événement qui se passe dans un autre fuseau horaire, le journaliste5 a le choix entre deux possibilités :  utiliser le temps “de chez nous” ou le temps “de là-bas”.  Pour s’adapter à ses lecteurs / auditeurs français, c’est la première option qu’il a choisie – avec le risque collatéral d’une interprétation où le temps de chez nous est pris pour le temps de là-bas (d’où l’image d’un Trump sortant de l’hôpital au coeur de la nuit6 ). La version alternative – “Donald Trump annonce qu’il quittera l’hôpital à 18h30” – ferait courir le risque d’une erreur d’interprétation complémentaire (laquelle prêterait moins cependant à sourire) : on pourrait comprendre que Trump doit sortir de l’hôpital à 18h30 heure française.

Avec l’énoncé “Donald Trump annonce qu’il quittera l’hôpital dans la nuit”, la lecture un peu étrange selon laquelle il serait sorti pendant la nuit est par ailleurs encouragée par le fait que Donald Trump est le sujet du verbe annoncer. Ce verbe, comme tous les verbes de dire, fait en effet partie des contextes reconnus comme favorisant le phénomène d’ “opacité référentielle” – notion qui originellement, en logique, met en jeu un principe de substituabilité d’expressions co-référentielles7, et qui en linguistique fait davantage appel à des questions de prise en charge énonciative8 :

Il ne s’agit pas de savoir si l’on peut remplacer une expression par une autre dans un énoncé, mais plutôt de préciser qui prend en charge une expression donnée dans un énoncé, et en particulier, à qui sont imputables les descriptions employées dans un certain type de contextes. (Article “Opaque, transparent”, dans Sémanticlopédie)

Du fait que la proposition il quittera l’hôpital dans la nuit est enchâssée sous le verbe annoncer, la lecture qui est favorisée est une lecture opaque, i.e. une lecture selon laquelle l’expression dans la nuit est prise en charge, non pas par l’énonciateur principal (l’auteur de l’article) – ce qui correspondrait à une lecture “transparente” – mais par le sujet du verbe annoncer (Donald Trump, donc).  La lecture transparente (celle où dans la nuit est comprise dans une perspective française plutôt qu’américaine) devient ainsi moins accessible, alors qu’elle est évidemment celle qui est visée par l’auteur.

On notera pour finir que l’opacité référentielle est têtue : même dans la version plus développée (voir plus haut) qui suit le titre de BFM, où l’indication temporelle – minuit trente – est précisée comme heure française,

Le président américain a annoncé lundi qu’il allait quitter l’hôpital […] ce mardi à minuit trente, heure française.

le flottement de l’attribution énonciative persiste. On est tenté, cette fois, de se dire : mais pourquoi Trump se soucie-t-il donc de donner son heure de sortie en heure française ?!

Une de Libération du 15/10/20

(Surtout que l’heure, en France, au moment où nous achevons ce billet, n’est plus à sortir la nuit…)

 

 

 

Beyssade, C. Article “Opaque, transparent”, dans le dictionnaire de sémantique Sémanticlopédie.

Le Draoulec, A. (2012). « “Dans la nuit il y a toi. Dans le jour aussi”. Interprétations temporelle et spatio-situationnelle de dans la nuit et dans le jour », Travaux de linguistique 64(1) : 79-109.

 

  1. une femme métisse… On a du mal à ne pas relever, et ne pas vous renvoyer à notre billet précédent, Une femme inconnue.  Femme, et métisse : tout un projet politique face à celui d’un conservateur évangélique“… []
  2. Celui-là que nous avions décrit en note dans Rencontre avec mon ex. []
  3. Contrainte qu’on avait déjà évoquée dans Une femme inconnue. []
  4. Quoique moins “essentielle”, dans la mesure où le constituant temporel, dans ces deux exemples, est thématisé (détaché en position initiale ou en incise), alors qu’il est rhématisé (i.e. il sert, en position finale, à localiser le procès) dans le titre de BFM. Ces distinctions de thématisation liées à la position sont introduites dans le billet Tôt ou tard. []
  5. On dit “le journaliste” pour faire court, mais il s’agit plutôt d’un collectif, l’article étant attribué à CM (pour community manager). []
  6. Avec en sus la tentation de superposer, à l’interprétation purement temporelle de dans la nuit, une interprétation spatio-situationnelle au sens où la nuit est envisagée sous sa forme sensible, presque “matérielle” (cette seconde interprétation, possible pour dans la nuit, serait la seule envisageable pour dans la nuit noire). La double possibilité d’interprétation de dans la nuit (en comparaison avec dans le jour) fait l’objet d’une étude présentée dans Le Draoulec (2012). []
  7. L’appellation d'”opacité référentielle” date de 1960, et est due au philosophe et logicien W.v.O. Quine. []
  8. D’où le lien souvent établi avec la distinction entre lecture de re et de dicto, qu’on avait abordée dans Mange toujours !. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anne et Marie-Paule dit :

    Petit ajout après lecture, dans Libération du 16 octobre, d’une interview de Michaël Foessel, philosophe, spécialiste du temps nocturne, auteur d’un essai intitulé La Nuit. Vivre sans témoin (éditions Autrement). Nous mettons en gras, dans l’extrait cité ci-dessous, le passage où un instant notre lecture est restée suspendue :

    Dans le contexte d’une maladie contagieuse, la présence des corps dans la nuit est présumée dangereuse, donc coupable. La fête n’est pas seule à être interdite, tous les types d’exploration de la nuit deviennent suspects. On dit que l’on «sort dans la nuit», ce qui revient à spatialiser un univers qui a d’abord une dimension temporelle. Car la nuit désigne autant un ensemble d’expériences qu’une période déterminée du temps objectif.

  2. VUILLAUME Marcel dit :

    Décidément, il se passe des choses bien étranges aux États-Unis ! Jugez-en :

    Un jeune provincial fraîchement débarqué à New York tombe amoureux sans le savoir d’une jeune transsexuelle. Ce film joliment réalisé enseigne que, face à la norme dominante, l’épanouissement personnel peut, et doit, faire autorité. (Présentation du film « Port Authority » mentionnée sur le site de Canalplus et attribuée à Télérama)

    À en croire les logiciens, l’expression « une jeune transsexuelle » est transparente, puisqu’elle reflète le point de vue de l’énonciateur. Mais, pour le jeune provincial, la situation est loin de l’être, puisqu’il ignore que la personne dont il est tombé amoureux est une transsexuelle. L’auteur de la présentation nous dit d’ailleurs cela d’une façon tout à fait étrange. À la première lecture, on comprend en effet que le jeune homme tombe amoureux sans s’en rendre compte, ce qui est tout de même assez curieux. Alors, on se dit que l’auteur a voulu en fait signifier que le jeune homme est tombé amoureux d’une personne dont il ignorait qu’elle était transsexuelle. Dans cette hypothèse, le pronom « le » dans « sans le savoir » représenterait la proposition : « [sans savoir que] la jeune personne dont il tombe amoureux est une transsexuelle ». Or, dans cette proposition, il y a des ingrédients puisés dans le co-texte qui précède l’occurrence de « le » et d’autres qui se trouvent dans le co-texte qui la suivent, ce qui nous donne donc un « le » « anaphorico-cataphorique ». Bref, il s’agit tout bonnement d’un monstre !
    Si nous, lecteurs, sommes au bout de nos peines, en revanche, pour l’auteur et surtout pour le jeune homme, le plus dur reste à faire : le premier aura en effet à trouver une autre façon de s’exprimer, et le second devra tirer au clair une situation qui s’annonce assez complexe. Selon toute vraisemblance, la personne dont le jeune provincial est tombé amoureux n’opte pas pour la dissimulation (ce que suggère la formule « un film joliment réalisé ») et se déclare franchement « transsexuelle ». La situation sera-t-elle plus transparente pour autant ? Pas vraiment, parce que l’adjectif « transsexuel » peut s’appliquer à quelqu’un qui, soit a le sentiment d’appartenir au sexe opposé à son sexe biologique, soit a changé de sexe biologique (https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/transsexuel/). Deux cas de figure vraiment très différents, non ?
    Maintenant, si vous êtes concerné(e) par le couvre-feu et qu’à partir de 21h vous vous sentez désœuvré(e), vous pouvez essayer d’imaginer toutes les conséquences de ces deux possibilités (sans perdre de vue la maxime : « l’épanouissement personnel peut, et doit, faire autorité »), puis, histoire d’en avoir le cœur net, regarder le film, à moins que vous ne préfériez « Certains l’aiment chaud ». Bonne soirée !

Répondre à VUILLAUME Marcel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search