Erreurs minuscules, suite

 

Image sur le site de la Mairie de Pouilly (Moselle)

Dans le discours prononcé le 24 novembre dernier devant une France (re)confinée, le président Emmanuel Macron évoquait les contraintes de ce qui n’apparaissait pas exactement comme un prochain déconfinement :

Des contraintes fortes demeureront toutefois durant cette période : les grands rassemblements seront interdits ainsi que tous les événements festifs dans les salles allouées.

« …les salles allouées » c’est du moins ainsi que nous l’avons « entendu ». Entendu (ou plutôt compris) mais non pas lu, puisque la transcription écrite simultanée du discours à l’écran de télévision indiquait pour sa part « les salles à louer ». Ce à louer discordant a fait naître en nous des interrogations dont l’absurdité donnait un tour presque comique aux interdictions présidentielles :

 

Dans les salles à vendre, les salles prêtées, les salles gracieusement mises à disposition…, les événements festifs seront autorisés ?

 

Et là, nos lecteurs fidèles se diront que nous plagions éhontément, mutatis mutandis, notre billet du 29 avril dernier (De la liberté…) à propos du discours présidentiel tenu une quinzaine de jours auparavant, et de l’erreur de transcription faisant d’un singulier – quelque liberté – un inquiétant pluriel – quelques libertés.

L’erreur, cette fois encore, se confirme sur les mêmes sites officiels – le site de l’Élysée (avec le même avertissement que « SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI ») ou le site gouvernemental Vie publique – qui rendent disponible le verbatim du discours . Mais elle consiste cette fois, non pas en l’utilisation malencontreuse d’un pluriel, mais en une mauvaise (du moins, nous semble-t-il) transcription grammaticale et orthographique de la séquence phonétique [alwe] – transcrite comme à louer (préposition + infinitif) plutôt que allouées (participe passé).

On se retrouve ainsi dans un cas similaire à celui qu’on avait rencontré dans notre billet « iléoulelila ?! », où la séquence phonétique [lila] avait été interprétée comme « lit là » plutôt que « lilas ». Comme on l’avait dit alors, le phénomène en jeu est un phénomène d’homophonie (une même forme orale pour des sens différents), se jouant entre un mot (allouées / lilas), et un groupe de mots (à louer / lit là). Une telle homophonie (qui n’est pas réservé aux enfants…) est rendue possible par le fait qu’en français, les frontières de mots ne sont pas oralement marquées – et c’est là toute la limite du « prononcé qui fait foi »…

Dans la mesure où la séquence phonétique [alwe] autorise deux interprétations, liées à deux transcriptions différentes, il y a lieu de s’interroger sur ce qui motive le choix interprétatif de l’interlocuteur – ici le valeureux vélotypiste obligé d’opter, le plus vélocement possible, pour l’une des deux graphies1.

Une raison qui vient tout de suite à l’esprit, c’est le caractère relativement inattendu de l’association des mots salle et allouée : on est beaucoup moins habitué à salle allouée qu’à salle à louer ((Où l’association privilégiée entre salle et louer constitue ce qui était désigné dans le billet Le projet de rupture qui occasionne la victoire comme une « collocation ».)) ). Certes, salles allouées colle bien avec le ton plutôt technocratique de cette adresse de novembre, en contraste avec le quelque liberté d’avril dernier, dont la tonalité classique, voire un peu précieuse, aurait contribué – si les s parasites ne s’en étaient mêlés – à la solennité du moment. Il n’est au demeurant pas très compréhensible : salles allouées – c’est-à-dire attribuées, accordées – par qui ? à quel titre ?

Questionnements minuscules, sans doute. En avril dernier, déjà, nous éprouvions quelque difficulté (!) à assumer notre billet, étant donné le contexte et ce que nous reconnaissions alors comme notre « totale inutilité d’un point de vue de santé publique ». Nous avions toutefois, à propos du pluriel de quelques libertés, pointé du doigt « combien cette minuscule erreur, si elle était prise au pied de la lettre, donnerait lieu à une interprétation éloignée de l’interprétation (que nous persévér[i]ons à voir comme) souhaitée ».

Certes, avec salles allouées / salles à louer, l’impact sur l’interprétation n’est pas du même ordre. Pas de risque ici que la transcription n’autorise une interprétation attentatoire aux libertés. Au contraire, peut-être : si les grands rassemblements festifs ne sont interdits que dans les « salles à louer », peut-on en déduire que c’est la liberté totale – open bar, quoi – pour les heureux propriétaires de vastes salles privées ?

Wikimedia.org : Mansion-of-Baron-Stieglitz-The-Ballroom.big.jpg

 

  1. Nous avions découvert ce qu’était la vélotypie dans un billet de blog du Monde cité en note de De la liberté…. Quant au lien entre le texte produit par vélotypie et le verbatim officiel, il nous reste obscur. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search