« Mort de rire »

706369-dessin-pour-charlie

 

 

Virginie Broquet dans Libération

705587-charlie-hebdo Stéphane Blanquet dans Libération

 Dessins d’hommage aux journalistes et dessinateurs assassinés de Charlie Hebdo

 

Mort de rire. Pas besoin, ni envie, d’analyse linguistique. Simplement souligner la collision, ici brutale, entre le sens figuré d’une expression figée appréhendée dans sa globalité (MdR = « hilare au plus haut degré ») et le sens qu’on compose en défigeant l’expression, dont les mots se révèlent alors dans leur pleine littéralité (« mort assassiné pour avoir ri et fait rire »). Souligner également que cette collision est un puissant et inépuisable générateur d’humour :

 

images(Une de Charlie Hebdo du 5 septembre 2012, meltybuzz)

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. août 15, 2015

    […] linguistiques appliqués à des faits langagiers du quotidien », consacre le 14 janvier un bref billet à l’expression mort de rire, en reproduisant deux dessins de presse qui utilsent l’expression […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *