Qui a le droit…

Panthère des neiges, zoo de Londres 1896 Wikimedia Commons (annoté par nous)

Il y a plus de deux ans, le 17 août 2019, s’ouvrait à Genève la Conférence sur la protection des espèces sauvages menacées d’extinction. Lors d’une séquence d’information consacrée à cet événement, une tournure avait retenu notre attention :

Ces pythons royaux ont le droit d’être exportés par trois pays, Ghana, Bénin, Togo, à condition de respecter des quotas. (France Culture, 17 août 2019)

 

 

Les pythons auraient donc des droits ? Ou tout au moins, dans des pays de l’Ouest africain, celui d’être exportés ?

 

Un droit que, sans doute, ils n’ont pas beaucoup revendiqué… Et que personne ne se targuerait de leur avoir octroyé.

Plus sérieusement, il ne s’agit pas ici de reconnaître un quelconque droit aux pythons : le droit dont il s’agit, c’est plutôt celui accordé aux trois pays africains en question d’exporter des pythons. Et ce qui cause le flottement de l’interprétation, c’est l’interrelation de la locution verbale avoir le droit de avec la voix passive de la proposition infinitive qui suit. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un phénomène isolé, comme en témoignent les exemples suivants, avec des animaux qui, là encore, n’ont certainement pas revendiqué un droit qui leur serait (ou ne leur serait pas) octroyé :

Les blanchons n’ont plus le droit d’être chassés depuis 30 ans. (Reactionism Watch)

Merles et grives ont le droit d’être chassés en Lorraine et pas en Sarre ce qui dérange les milieux écologiques allemands. (Le Républicain Lorrain.)

J’aimerai beaucoup que tu ailles jeter un coup d’oeil sur mon blog & que tu dises ce que t’en pense. les animaux n’ont pas le droit d’être maltraités ! (Skyrock)

 

Et le même phénomène est à l’oeuvre dans les exemples suivants, où il s’agit cette fois d’humains – mais des humains dont on n’imagine pas davantage qu’ils aient pu solliciter quoi que ce soit des traitements qui leur sont infligés :

Les femmes ont longtemps été considérées comme des êtres inférieurs, seulement capables de reproduire, de faire le ménage et d’élever des enfants Pire encore, elles avaient le DROIT d’être BATTUES. Je suis consternée… (Blabla College)

Donc euh les enfants n’ont pas le droit d’être maltraités ni les femmes n’hésitez pas aussi à tester les produits si vous avez pas encore testé, …(Facebook, La thérapie du Make up)

Les bizûths n’ont pas le droit d’être maltraités ! Les khârrés se sont engagés à ne pas nous vouloir de mal. (Forum Prepas)

Les jeunes trans n’ont pas le droit d’être exclus de leur école au seul motif qu’ils sont trans. (Transgender Network Switzerland)

Ces divers exemples soulèvent en fait la question du sujet de avoir le droit : c’est qui qui a, ou qui n’a pas, le droit ? Nos connaissances du monde vont clairement à l’encontre d’une interprétation où le sujet syntaxique de avoir le droit serait son “vrai” sujet (sujet sémantique). Celui qui “pour de vrai” a le droit, c’est un sujet qu’une petite gymnastique linguistique suffit à récupérer : les trois pays africains pour l’exemple des pythons, un “on” qui éventuellement se précise en contexte (les chasseurs, les khârrés…) pour les autres. Autrement dit, la petite gymnastique en question suppose de rétablir une forme active dans la proposition infinitive régie par la locution verbale avoir le droit  : 3 pays ont le droit d’exporter les pythons  / On a le droit de chasser les blanchons, etc.

Reste à expliquer ce qui conduit les locuteurs à écarter cette formulation directe avec une subordonnée infinitive à la voix active, et à opter, plutôt, pour une voix passive problématique. Ce choix ressortit à la question beaucoup plus générale de l’emploi du passif et de l’actif, dont on dira simplement ici qu’elle touche à l’organisation du discours, et tout particulièrement à la gestion des “topiques de discours” (qu’on définira très grossièrement comme “ce dont on parle”). Ainsi dans nos exemples, c’est des pythons ou des blanchons qu’on veut parler, pas de ceux qui les exportent ou les chassent.

Or si, discursivement, l’adoption de la voix passive est tout à fait justifiée, le raboutage de cette forme passive avec la locution avoir le droit s’avère, dans nos exemples, très problématique : mettre la subordonnée infinitive au passif à la suite de avoir le droit, c’est en effet faire partager aux deux prédicats le même sujet. Et la question devient alors : qu’est-ce qui fait que le locuteur se sente autorisé à prendre le sujet de la forme passive comme sujet de avoir le droit – quitte à produire un énoncé bancal ? Nous faisons l’hypothèse qu’il s’agit là d’une forme de mimétisme, de copie de ce qui se passerait avec le verbe modal pouvoir. L’énoncé On a le droit de chasser les blanchons peut être mis en correspondance avec On peut chasser les blanchons – dont la forme passive serait Les blanchons peuvent être chassés. D’où la tentation de regarder Les blanchons ont le droit d’être chassés comme la version passive de On a le droit de chasser les blanchons. Or ce qui marche avec le verbe modal polysémique pouvoir ne marche pas avec la périphrase avoir le droit de (qui explicite pouvoir en sélectionnant son seul sens déontique, i.e. d’autorisation, de permission).

Ça ne marche pas… mais on se débrouille quand même pour comprendre ! Encore une fois, il y a matière à s’émerveiller devant la souplesse cognitive qui permet à l’esprit humain de rétablir un équilibre sur un fondement instable – de construire un sens plausible à partir d’un énoncé dont le caractère bancal n’est même pas nécessairement perçu.

Ceci dit, on peut aussi se débrouiller pour ne pas comprendre. Et c’est là que ça devient drôle, avec un potentiel non-négligeable d’erreurs d’interprétation – ces erreurs d’aiguillage (ou fausses routes) que nous affectionnons tant. C’est d’ailleurs ce qui a motivé notre billet : puisque le sujet syntaxique de avoir le droit réfère à un être animé, ce dernier pourrait être reconnu comme “sujet de droit” (le sujet syntaxique coïncidant alors, de façon tout à fait classique, avec le sujet sémantique).

Ce statut de sujet de droit, il va de soi pour les humains – c’est d’ailleurs ce qui donne tellement envie d’interpréter en ce sens (dans le mauvais sens, donc) notre dernière série d’exemples (avec femmes, enfants, bizuts ou trans)1. Mais les animaux également peuvent se voir accorder des droits. C’est bien ainsi qu’on le lit dans les extraits suivants :

i) Ils [les animaux] ont le droit d’être acceptés et intégrés au sein de la société, aussi bien par d’ autres maîtres que par des personnes qui n’ont pas d’animal. (Affinity Petcare)

Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas accès à l’aide juridictionnelle que les animaux n’ont pas le droit d’être défendus. (La Provence)

LES CHATS NOIRS ONT LE DROIT D’ÊTRE AIMÉS (Mes Opinions)

Là, c’est bien les animaux qui ont (ou n’ont pas) le droit, aussi bien que dans les énoncés suivants, avec cette fois une subordonnée infinitive à la voix active :

on vit dans un drôle de monde…les chats n ont plus le droit de sortir, les coqs plus le droit de chanter, les souris plus le droit de danser… un peu de tolérance pardi! (Droit-finances)

Au Parc des Félins, toutes nos panthères ont le droit de grimper dans les arbres, et il est fréquent d’observer nos panthères noires juchées à près de 20 mètre de haut… (Parcs zoologiques Lumigny)

Dans les cas portant à confusion, avec une subordonnée à la voix passive, le choix de l’interprétation dépend bien évidemment beaucoup du verbe utilisé : s’il s’agit d’être chassé, a priori ce n’est pas un droit ; s’il s’agit d’être défendu ou aimé, a priori c’est un droit2.

 

Nature morte, S. van Hoogstraten, Wikimedia Commons

Nature morte, S. van Hoogstraten, Wikimedia Commons

Reste à regarder ce qui se passe du côté des inanimés, pour lesquels le même problème ne devrait pas se poser puisqu’ils sont censément, pour leur part, dépourvus de droits. Or là encore il peut y avoir flottement, et on sourit en lisant que

Les trottinettes électriques n’ont plus le droit d’être garées sur les trottoirs à Paris. (Le Monde)

De la même façon ici qu’avec les pythons ou les blanchons, et alors même que le sujet syntaxique désigne un inanimé (si l’on peut dire…), on est fugitivement tenté de penser qu’il s’agit du droit des trottinettes – droit désormais rogné d’encombrer les trottoirs à Paris.

Autrement dit, un conflit se joue entre deux interprétations – l’une pragmatiquement plausible associée à une anomalie syntaxique, l’autre plus étrange mais respectant la congruence normale entre sujets syntaxique et sémantique. Et même si la raison nous fait opter pour la plus plausible, on reste sensible à la séduction de la plus étrange.

Et puis bien sûr, ce qui vaut pour les trottinettes vaut également pour toutes sortes d’autres choses :

Plusieurs fromages français comme le camembert, le brie ou le roquefort n’ont plus le droit d’être vendus en Chine depuis quelques jours. (Le journal des enfants)

Jusqu’au 30 avril, tomates et poivrons français n’ont plus le droit d’être vendu en France et à l’étranger. (Mieux vivre – Votre argent)

LE PAIN SUBWAY N’A PLUS LE DROIT D’ÊTRE CONSIDÉRÉ COMME DU PAIN EN IRLANDE (Le sac de chips)

Quand on voit que certaines maisons ont le droit d’être érigées en zones inondables, je me dis que l’oiseau est plus intelligent que de nombreux humains ! (Philo Z’amis)

Attention : les bagages suivants ont le droit d’être exclus du dépôt (SNCB)

Là encore, on sait bien quelle est la bonne interprétation, l’interprétation “raisonnable”. Mais l’interprétation alternative, celle où un inanimé est fait sujet de droit, reste présente en filigrane, sans doute encouragée par un imaginaire baigné de croyances primitives, de poésie (“objets inanimés, avez-vous donc une âme ?”), ou encore de dessins animés à la Walt Disney. Interprétation encouragée, également, par l’existence d’énoncés jouant précisément d’une forme d’humanisation des inanimés – des énoncés tels que les suivants, où un “droit” est plaisamment reconnu à des parties du corps dignes d’être choyées, ou à d’autres objets familiers (lits ou livres) :

8 mai 2014 — Les pieds aussi ont le droit d’être bichonnés ! […] Du coup voici quelques nail-pédicures bien sympa (Skyrock)

Peu importe leur taille ou leur forme, tes cuisses ont le droit d’être regardées, vues et même aimées (Google Books)

Tous les lits ont le droit d´être habillé avec cette housse de couette humoristique, vous ne trouvez pas ? (Outspot)

Article 2 Les livres ont le droit d’être vendus par quelqu’un qui les aime. (Charte des librairies en Rhône-Alpes)

Il serait beaucoup plus difficile en revanche de voir comme possibles sujets de droit (et donc, comme sujets de avoir le droit) des substances sans forme (dont on a plus de mal à se faire une représentation “animée”) ou bien des entités abstraites (sentiments, idées). On n’est alors plus du tout tenté de prendre le sujet syntaxique comme sujet sémantique. C’est le cas dans les exemples suivants, où on bascule tout de suite du côté de l’interprétation avec un “on” sous-jacent :

Il me semble que vous défendez ,à juste titre , la liberté d’expression. Très bien, mais alors toutes les idées ont le droit d’être exprimées même celles auxquelles vous n’adhèrez pas. (La Dépêche, commentaire)

Les tests des voitures autonomes d’Uber n’ont plus le droit d’être menés en Arizona après que l’une d’entre elles a provoqué un accident mortel. (Frandroid, sous-titre)3

Depuis le 1er janvier, les espaces publics n’ ont plus le droit d’être traités avec des produits phytosanitaires. (Ouest France)4

Soulagement, les pesticides interdits en France car trop toxiques n’ont plus le droit d’être exportés. (France Nature Environnement Vaucluse, titre)

Depuis le premier confinement, les boues issues des eaux usées traitées en stations d’épuration ou lagunes n’ont plus le droit d’être épandues sans avoir été au préalable hygiénisées. (Le Journal de Saône-et-Loire, sous-titre)

 

Il apparaît finalement que l’exemple dont on était parti, celui des pythons royaux, est loin d’être un cas isolé. Il y aurait en quelque sorte un “effet python”5, permettant de troquer un sujet pour un autre sans dérangement considérable pour l’interprétation. Un effet lié à ce qui peut être vu comme une primauté du textuel sur le syntaxique (sur la correction syntaxique), et suffisamment courant (du moins dans des situations où l’expression est relativement spontanée – à l’oral ou dans des productions écrites non académiques) pour en devenir presque transparent. Un effet suffisamment installé pour fonctionner avec d’autres expressions encore qu’avoir le droit. Ainsi, dans les (drôles d’) exemples suivants, un troc similaire des sujets se met en place alors que le passif est cette fois associé aux expressions verbales être en capacité de, essayer ou chercher à :

Il y a eu une information sur suspicion de noyade qui pour l’instant n’est pas en capacité d’être validée (France info, 10 janvier 2022)

On verra dans quelle mesure cela permet aussi d’universaliser l’expérience du mal et la manière dont celui-ci peut essayer d’être analysé, peut-être compris. (Les Matins de France Culture, 7 mai 2021)

Quand on arrive en rupture de gel hydroalcoolique, il sera remplacé par de l’eau plutôt que de nous dire : “allez vous laver les mains avec du savon dans vos cabines.” […] Le manque de moyen a cherché à être dissimulé. (France bleu)

Mais quand même… la langue a-t-elle bien le droit d’être ainsi tordue dans tous les sens ?

 

 

  1. C’est particulièrement le cas pour l’exemple des femmes dont il est dit – avec des majuscules – qu’ “elles avaient le DROIT d’être BATTUES”. On notera par ailleurs que cet exemple est le seul de la série à la forme affirmative : forme dont on peut penser, mais ce serait à examiner plus précisément, qu’elle joue en faveur de l’interprétation “sujet de droit”. []
  2. En fait, c’est (encore) plus compliqué que ça. On y reviendra dans un prochain épisode… []
  3. À mettre en regard du titre de l’article, où c’est la contrepartie à la voix active (avec Uber comme sujet) qui est utilisée : “Uber n’a plus le droit de tester ses voitures autonomes après l’accident mortel en Arizona” []
  4. À mettre en regard du sous-titre de l’article, où l’aspect problématique de ne pas avoir le droit est cette fois résolu d’une autre façon, par son équivalence avec être interdit : “Depuis janvier 2017, le traitement phytosanitaire est interdit dans les espaces publics” []
  5. À ne pas confondre avec “l’effet cobra” dont nous venons de découvrir l’existence – nous ne résistons pas au plaisir de partager cette nouvelle connaissance, même si elle n’a rien à voir avec notre sujet ! []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Jean-Paul Meyer dit :

    Bonjour les billettistes!
    …et merci pour cette belle page de linguistique du droit, c’est canon.
    Je vous propose d’ajouter un autre exemple à votre collection, celui de la chanson des “Restos du cœur”:
    Aujourd’hui, on n’a plus le droit
    Ni d’avoir faim ni d’avoir froid
    L’exemple peut à mon avis compléter votre approche déontique de la tournure (et de la bizarrerie qu’elle provoque) par une approche axiologique. La modalité axiologique (“ce qui est louable” vs “ce qui est blâmable”) permet en effet de gloser la tournure en “c’est mal de penser/d’accepter qu’on puisse encore avoir faim/froid”, autrement dit déontique+axiologique (abondance de modalités ne nuit pas!).
    Pour les amateurs·trices, je renvoie à un article de Laurent Gosselin qui décrit parfaitement tout ça: “Les modalités appréciatives et axiologiques. Sémantique des jugements de valeur”, dans les Cahiers de Lexicologie (111, 2017, 97-119).
    Et en souvenir de Coluche: https://www.youtube.com/watch?v=TjE6i8X3Uf8
    Amitiés,
    Jean-Paul

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Merci Jean-Paul !
      Pour tout dire, ces paroles de la chanson des Restos du cœur, on les avait bien en tête, et on avait vraiment envie d’en parler, mais ça faisait trop pour un seul billet, qu’on a choisi de focaliser sur l’interaction de avoir le droit avec le passif – ce qui n’est pas le cas de avoir faim ou avoir froid. Alors tant pis, on va spoiler (ou divulgâcher) : c’est prévu pour un épisode 3 de “Qui a le droit”, après l’épisode 2 annoncé en note dans notre billet, où il sera justement question d’axiologie (merci pour ta référence !).
      Amitiés de nous deux

  2. Del Prete Fabio dit :

    Merci pour ce billet ! Après lecture, ma tête aussi est tordue. Je note une dissymétrie :
    (a) Les pythons ont le droit d’être exportés (par ces trois pays)
    (b) Les pythons ont le droit d’être protégés
    Comme vous le notez, la (a) peut être paraphrasée comme “les pythons peuvent être exportés”, ou aussi “ces trois pays peuvent exporter les pythons”.
    D’autre part, la (b) (dans laquelle les pythons sont le véritable sujet du droit) me semble demander plutôt un “devoir” dans une paraphrase à verbe modal : “les pythons doivent être protégés”, ou aussi “on doit protéger les pythons”.
    A ce problème, s’ajoute la complication que pour certains autres énoncés, tel que (c) ci-bas, les deux modaux “devoir” et “pouvoir” semblent trouver leur place en couple dans une paraphrase à verbes modaux :
    (c) Toutes les idées ont le droit d’être exprimées.
    => “Toutes les idées doivent pouvoir être exprimées / On doit pouvoir exprimer toute idée”

    Bien sûr, tout droit d’un sujet x s’accompagne d’un devoir ou obligation d’un autre sujet y, et la question qui intrigue est de savoir comment se passe le mapping des éléments syntaxiques qui sont visibles dans la phrase vers les rôles sémantiques / conceptuels qui se posent dans l’interprétation (sujet du droit, sujet du devoir).
    Amitiés,
    Fabio

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Merci Fabio pour ce prolongement très bienvenu de la discussion ! (Et on est très heureuses de ne pas être les seules à avoir la tête tordue…)

Répondre à Del Prete Fabio Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search