Au front

« Madame la mort », Paul Gauguin, 1891 (Wikimedia Commons)

 

Dans l’actualité récente, une dépêche de l’AFP reprise par de nombreux médias portait en titre :

 

« Tchad : le président Idriss Déby est mort de blessures reçues au front » (France 24, 20 avril 2021)

 

 

Ces « blessures reçues au front » interrogent…

 

 

Une interrogation qui d’ailleurs transparaît – tout en étant immédiatement balayée – dans l’échange suivant entre journalistes, dans l’émission Un jour dans le monde, sur France Inter le soir même :

– Il est mort au combat… Qu’est-ce qu’on en sait ? Est-ce qu’il combattait vraiment ? […] Est-ce qu’il y a un doute sur les circonstances de sa mort ou pas du tout ?

– Sous bénéfice d’inventaire, il est blessé au front – je parle du front militaire bien entendu – ce week-end et il succombe à ses blessures ce mardi matin à N’Djaména.

« Bien entendu », dit le journaliste confronté, au moment même où il reprend les termes (légèrement modifiés) de la dépêche AFP, à l’ambiguïté qu’ils recèlent. Mais quand même pas si « entendu » puisqu’il éprouve le besoin d’expliciter : « je parle du front militaire » permet d’écarter l’autre interprétation qui vient de faire irruption, celle qui inopportunément convoque l’image concrète du front comme partie du corps.

Deux types de localisation sont ainsi en jeu, se télescopant de façon presque improbable grâce à la polysémie du nom front :

– Une localisation intrinsèque, référant à une partie de l’anatomie de la personne concernée, et étroitement liée à la structure sémantique de blessure ou blessé (on est blessé, on reçoit une blessure à un endroit du corps) ;

– Une localisation extrinsèque, référant au lieu où l’événement s’est déroulé1.

Ces deux types de localisation se réalisent à travers la même construction –  un syntagme prépositionnel de type à + article défini + nom. Et ce qui est remarquable, c’est que le nom front s’insère parfaitement dans cette construction tout en ouvrant, du fait de sa polysémie, les deux possibilités d’interprétation. Ce ne serait évidemment le cas pour aucun autre nom de partie du corps : pas de localisation extrinsèque possible avec à la tête, au menton, à la poitrine ou au genou

Dans le cas de blessures au front, la localisation intrinsèque vient peut-être plus immédiatement à l’esprit dans la mesure où elle apparaît comme plus essentielle du point de vue sémantique2.

On précisera que ce caractère sémantiquement essentiel de la localisation intrinsèque vaut, de façon plus générale, dès qu’il y a atteinte corporelle, et donc indépendamment de la présence de prédicats tels que être blessé / recevoir une blessure :  il suffit que la blessure soit indirectement évoquée à travers la façon dont elle a été causée (par balles, à coups de couteau). Des prédicats tels que être atteint / frappé / abattu / tué de x balles / coups de couteau induisent ainsi la même attente d’un complément de type anatomique. Ce qui expliquerait le petit moment de flottement, lié à cette attente non remplie, que peuvent susciter des titres de faits divers tels que :

Perpignan : Un homme atteint de trois balles en pleine rue (L’Indépendant, 16 juillet 2020)

22 janv. 2020 — Chartres : un jeune de 16 ans tué à coups de couteau en plein centre-ville (France 3 Régions)

La présence de en plein(e), compatible avec une localisation intrinsèque aussi bien qu’extrinsèque, amène l’esprit à prendre les devants et à compléter par poitrine ou cœur là où on a en fait rue ou centre-ville3.

Et avec en plein coeur… l’esprit risque d’être plus troublé encore quand il s’agit du coeur… d’une ville4 :

Corse : Un homme tué par balles en plein cœur de Sartène (20 minutes, 15 janvier 2019)

 

Michel Aurnague, M. (2012), « Quand la routine s’installe: remarques sur les emplois de à de type ‘routine sociale’ « , Revue Romane 47 (2), pp.189-218.

Borillo, A. (1988), « Le lexique de l’espace : les noms et les adjectifs de localisation interne », Cahiers de Grammaire 13, pp. 1-22.

 

  1. Ce lieu, défini par le TLF à la rubrique « technique militaire » comme « théâtre des opérations », a évidemment à voir avec le caractère « avancé » du front anatomique. On notera par ailleurs que, plus précisément que de localisation spatiale, il s’agit ici de ce qui est désigné en linguistique comme « routine sociale » (voir par exemple Aurnague (2012) : on combat (ou on est blessé) au front comme on est soigné à l’hôpital, ou comme on étudie à l’école. []
  2. Le lien sémantique privilégié entre le prédicat (être blessé, recevoir une blessure) et le complément de type anatomique correspond d’ailleurs, sur le plan syntaxique, à une moindre mobilité de ce dernier : là où un complément de localisation extrinsèque peut être antéposé (il a été soigné à l’hôpital / à l’hôpital, il a été soigné), c’est beaucoup plus difficile pour un complément de localisation intrinsèque (il a été blessé à la tête / ?à la tête, il a été blessé) ; de la même façon, on notera qu’il aurait été plus difficile d’interpréter au front, il a été blessé en termes de localisation intrinsèque (et dans ce cas, c’est donc plutôt l’interprétation en termes de localisation extrinsèque qui aurait prévalu.) []
  3. D’autant que ces titres ont des pendants presque exacts :

    23 avr. 2021 — Montpellier : un homme d’une vingtaine d’années victime d’un coup de couteau en pleine poitrine. (Midi Libre)

    9 juil. 2013 — FAITS DIVERS Restaurateur abattu de deux balles en plein cœur (Le Républicain Lorrain)

    Les exemples sont – hélas – légion ; on s’abstiendra d’en produire d’autres, gênées que nous sommes, et de plus en plus, de cette position de linguistes examinant depuis leur fauteuil des faits divers tragiques au seul filtre des constructions qui s’y trouvent. []

  4. Au lieu de renvoyer à l’organe, le nom cœur dans ce cas fonctionne comme un « nom de localisation interne » (cf. Borillo 1988), permettant de préciser la référence du lieu dont il s’agit (lieu désigné par le complément). []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lecolle Michelle dit :

    voir aussi le presque zeugme (Boby Lapointe) :
    Il a du bobo Léon (…)
    On l’a mené à l’hôpital.
    Pour le soigner où il avait mal
    Il s’était fait mal dans la rue
    Mais on l’a soigné autre part
    Et il est mort !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search