Comprends-toi toi-même

Mosaïque du 1er siècle en illustration de l’article “Gnothi seauton” dans Wikipédia

 

Lors d’une visite dans un refuge de la SPA en Haute-Saône, le président Emmanuel  Macron cherche à se poser en défenseur à la fois de la cause animale et des chasseurs. Ses propos, tels que rapportés par un article du Monde (Emmanuel  Macron tente de trouver une ligne de crête entre le bien-être animal et les chasseurs), sont les suivants :

Il faut que chacun se comprenne. […] On a trop tendance à opposer les mondes dans notre pays. Les chasseurs, ce sont des acteurs de la ruralité. Un chasseur, il aime son chien, il aime les animaux, il aime la nature, sinon il ne ferait pas de chasse.

 

« Il faut que chacun se comprenne »… Serait-ce là un appel général à l’introspection ? Un genre de “Comprends-toi toi-même”, sur le modèle du “Connais-toi toi-même” ?

 

Sans doute pas…

Ce que le président a voulu dire, et que tout le monde comprend bien (sauf les linguistes pointilleux, ou mal intentionnés), c’est ce qu’on pourrait reformuler des différentes façons suivantes :

  • Il faut que chacun comprenne l’autre / les autres
  • Il faut que les uns et les autres se comprennent
  • Il faut que tout le monde se comprenne

L’énoncé présidentiel en revanche, “Il faut que chacun se comprenne”, avec la construction pronominale réfléchie se comprendre associée au pronom indéfini chacun, ne peut en principe être interprété de la sorte. Reportons-nous à la définition donnée par la Grammaire méthodique du français de Riegel, Pellat et Rioul :

Syntaxiquement et sémantiquement, la construction réfléchie d’un verbe se distingue de sa construction non réfléchie par le fait que le pronom complément y est coréférentiel au sujet. Dans Paul s’admire, le sujet Paul est à la fois la source et le but du procès admirer, contrairement à Paul l’admire où admirateur et admiré sont deux personnes distinctes. (p. 256)

Cette construction réfléchie donne lieu à deux interprétations possibles, réflexive (le verbe relie le sujet à lui-même) ou réciproque (le verbe établit des relations croisées entre les éléments d’un ensemble). La seconde interprétation exige un sujet sémantiquement pluriel (sous la forme d’un pluriel ou d’un singulier collectif), alors que la première admet aussi bien le singulier que le pluriel.

Or le pronom indéfini chacun, tout en suggérant un collectif, ne l’envisage que sous l’angle du singulier (voir la définition du Trésor de la langue française qui donne chacun comme “pronom exprimant la totalité d’une manière distributive, les éléments qui constituent cette totalité étant envisagés sous l’angle du singulier”). Avec chacun se comprend, l’interprétation réflexive est donc – en principe – la seule possible1. Pour ouvrir la possibilité d’une interprétation réflexive, il faudrait que chacun soit remplacé par un singulier collectif tel que tout le monde : tout le monde se comprend autoriserait à la fois une interprétation réflexive (chacun des individus constituant tout le monde se comprend soi-même) ou une interprétation réciproque (la compréhension s’établit entre les différents individus du collectif).

Et pourtant… Comme on l’a dit plus haut, la formulation présidentielle n’a l’air d’avoir posé problème à personne (ou à pas grand monde !), du moins sur la forme. De fait, la compréhension d’un énoncé ne repose pas, loin de loin, sur des éléments strictement langagiers. Dans un contexte où il est question de conciliation entre deux groupes opposés, les interlocuteurs auront vite fait d’ajuster l’interprétation de telle sorte qu’y soit rétablie l’idée attendue de réciprocité, indispensable pour faire sens.

On remarquera par ailleurs que cette interprétation n’est pas tout à fait hors de portée de chacun : avec chacun en effet, comme on l’a vu dans la définition du TLF, la notion de totalité est toujours là (même si c’est de “manière distributive”). Ce qui autorise une forme de labilité entre singulier non collectif et collectif, facilitant ainsi l’accès à l’interprétation réciproque souhaitée.

On est de surcroît habitué à voir cohabiter le pronom chacun avec le pluriel, dans des configurations où il n’est pas le sujet :  si Chacun mange sa galette ne peut pas être remplacé par Chacun mange leur galette, on peut tout aussi bien dire Ils mangent chacun leur galette ou Ils mangent chacun sa galette.

Plus fort encore : tout un chacun (!) est capable d’interpréter entre chaque personne dans les affichettes, maintenant familières, du type de2 :

On pensait cet usage “fautif”, dans la mesure où l’emploi de la préposition entre suppose l’existence d’au moins deux éléments-bornes (exigence que ne remplit pas normalement chaque personne, pas plus que chacun). Or on se rend compte qu’un tel usage, fondé sur une sur une opération cognitive de restauration d’un implicite, est bien établi – et même depuis longtemps, ainsi que le montre l’extrait suivant de l’entrée chaque du TLF3 :

Cette souplesse cognitive qui permet de comprendre entre chaque personne, c’est également celle qui aide à interpréter Il faut que chacun se comprenne.

Et donc, en conclusion, notre président dit le contraire de ce qu’il veut dire, mais en même temps, il dit ce qu’il veut dire. Un peu compliqué, mais on se comprend…

 

Riegel, M., Pellat, J.-C., Rioul, R. (1994). Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

  1. L’interprétation réflexive s’imposerait davantage encore si le pronom réfléchi se doublait de la forme renforcée soi-même : chacun se comprend soi-même. []
  2. Merci Marcel de nous avoir signalé cet usage, et ce dès mars 2020 ! []
  3. On découvre un peu loin, dans le même article du TLF, que la question de l’acceptabilité de la construction, non évoquée pour cette configuration où il s’agit d’intervalles qu’on peut qualifier de spatiaux, l’est en revanche pour une configuration très proche, où il s’agit cette fois d’intervalles temporels – configuration qui pourtant nous semble plus naturelle :

    4. Entre chaque + subst. Dans l’intervalle qui sépare les éléments d’une série répétitive; c’est la notion de totalité posée par chaque qui rend possible la constr., souvent condamnée, mais réellement vivante. Entre chaque décharge, il y avait un silence effrayant (ZOLA, Madeleine Férat, 1868, p. 17). Et, entre chaque pirouette, il se remettait à chanter (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Le Vagabond, 1887, p. 677). Le premier cinéma : un hangar, des bancs, entre chaque bobine, ça s’arrête (QUENEAU, Loin de Rueil, 1944, p. 230).

    []


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne et Marie-Paule (14 octobre 2021). Comprends-toi toi-même. Bling. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m26s


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search