Manière d’inexcusable

Paysage de brouillard


Le 16 octobre, le président Emmanuel Macron participe à une cérémonie d’hommage aux victimes algériennes de la répression, soixante ans plus tôt, d’une manifestation à l’appel du FLN. Il dépose une gerbe puis observe une minute de silence, mais ne prononce pas de discours.

La parole présidentielle arrive un peu plus tard sous la forme d’un communiqué de presse, disponible sur le site de l’Elysée. Parole indirecte, en troisième personne, dont on retiendra en particulier :

Aujourd’hui, soixante ans après, le Président de la République s’est rendu au pont de Bezons, près de Nanterre d’où sont partis ce jour-là de nombreux manifestants, et où des corps ont été repéchés dans la Seine. En présence de familles frappées par cette tragédie, de celles et ceux qui se sont battus pour la reconnaissance de la vérité, de représentants et descendants de toutes les parties prenantes, il a observé une minute de silence en mémoire des victimes de la répression sanglante du 17 octobre 1961.

Il a reconnu les faits : les crimes commis cette nuit-là sous l’autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République.

Comme le souligne très justement un article du Monde, cette parole présidentielle ne peut être qu’extrêmement préméditée :

Ce samedi 16 octobre, soixante ans après les faits, le chef de l’Etat sait que le moindre de ses gestes sur ce théâtre d’une des grandes tragédies de la période de la guerre d’Algérie est épié, scruté. Et que le moindre de ses mots portera, y compris au-delà de la Méditerranée.

De fait, les mots du président (ou du moins spontanément attribués au président : “Macron dénonce des crimes inexcusables”, titrent les journaux) ont été à la fois très largement commentés, et très diversement appréciés. De tout cela, nous ne dirons rien. Juste, nous dirons une petite difficulté de compréhension (comme un grain de sable, ou un brouillard qui ne se dissiperait pas). Juste, une question qui résiste : que signifie “inexcusables pour la République” ?

Petit pas de côté : comment interprèterait-on Ce crime est inexcusable pour moi / pour toi / pour elle / pour lui ? S’agit-il de dire que moi, toi, elle ou lui ne pouvons en être excusés, ou bien ne pouvons l’excuser ?

“Inexcusables pour la République” nous fait penser à l’ingénieux “Je vous demande excuse” du narrateur de Vipère au poing  :

Folcoche, ulcérée, ne me quittait plus d’une semelle. Voulais-je franchir une porte ? Elle accourait, se jetait devant moi, criait :
— Alors, tu ne veux pas laisser le pas à ta mère ?
Et même, s’arrangeant pour se précipiter sur mon coude :
— Sale petite brute ! Tu l’as fait exprès. Veux-tu me demander pardon immédiatement !
Je m’exécutais avec le sourire :
— Je vous demande excuse, ma mère.
La tournure est impropre, vous le savez comme moi, mais voilà bien le degré de finesse où s’aiguisait notre haine. Cette phrase signifiait exactement le contraire de ce qui m’était réclamé, mais, comme tout le monde l’emploie couramment sans se rendre compte de son absurdité, Folcoche, d’ailleurs assez peu éclairée sur les subtilités de la langue française, n’y entendait pas malice. (Vipère au poing, Hervé Bazin)

Quant à la tournure choisie par le président, elle a été relayée dans les médias, tantôt comme “crimes inexcusables pour la République”, tantôt (moins souvent) comme “crimes inexcusables de la République”. Mais le président a dit (ou plutôt fait ou laissé écrire) pour – et chacun est libre de l’entendre comme il  voudra…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Michelle Lecolle dit :

    Bonjour
    En écho à ce très bon billet, je signale l’entretien du Média avec Laurence de Cock, historienne, et en particulier sur l’interprétation de la parole présidentielle lors de la commémoration du 17 octobre 1961, le caractère “tortillé et alambiqué” de cette déclaration.
    C’est ici : https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/presidentielle-les-gilets-jaunes-vont-ils-faire-perdre-macron-1m2JJjAbRhe9pKYX7zKBWQ
    et c’est à partir de 1h02 à peu près

Répondre à Michelle Lecolle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search