Qui a le droit… (épisode 3)


 

Nouvel épisode de la série “Qui a le droit…”  Pour enfin en arriver à ces paroles de la chanson des Restos du coeur, que nous avions en tête depuis le début (et que des lecteurs attentifs autant qu’attentionnés nous ont signalées) :

Aujourd’hui, on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid

 

 

Nous avons toujours eu, et nous ne sommes sans doute pas les seules, un peu de mal avec cette formulation. Si on osait un mauvais humour noir : comment ça, plus le droit ?! Moi j’ai faim, moi j’ai froid si je veux !!

 

Mais bien sûr – et tout le monde le comprend bien – ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Ce n’est pas qu’on n’ait pas le droit d’avoir faim ou froid, c’est qu’on (un autre on) n’a pas le droit de laisser des gens dans une situation où il aient froid ou faim.

On ne retrouve pas exactement la configuration qu’on avait vue dans l’épisode 1 avec le passif, dans la mesure où… il n’y a pas de passif. On pourrait penser cependant que, mutatis mutandis, et en présence d’une situation non évidemment souhaitable introduite par avoir le droit, les mécanismes en jeu sont comparables : avec un passif, il s’agissait d’aller chercher une voix active sous-jacente et ainsi récupérer comme sujet de avoir le droit un sujet alternatif pertinent (quoiqu’invisible) ; dans le cas présent, nous faisons l’hypothèse que la possibilité de retrouver un sujet pertinent passe par le recours à une autre construction sous-jacente, qui serait en l’occurrence une construction factitive (de type faire + infinitif ou laisser + infinitif). Ainsi, de la même façon que Les gens n’ont pas le droit d’être maltraités serait paraphrasable par On n’a pas le droit de maltraiter les gens, il serait possible de paraphraser Les gens n’ont plus le droit d’avoir faim par On n’a plus le droit de laisser les gens avoir faim 1.

Les deux situations ne sont pour autant pas totalement symétriques. En ce qui concerne l’interaction entre avoir le droit et le passif, on avait remarqué – sans le développer, dans la mesure où elle n’était pas obligatoire – que la présence d’une négation était très favorable à l’interversion des sujets. Dans le cas qui nous occupe maintenant, c’est une condition nécessaire : il nous semble impossible en effet, avec une forme affirmative, d’aller rechercher une construction factitive sous-jacente. Ainsi, un énoncé tel que Aujourd’hui, les gens ont le droit d’avoir faim ne peut absolument pas être compris comme Aujourd’hui, on a le droit de laisser les gens avoir faim2.

Un autre avatar de forme négative serait la question rhétorique avec orientation argumentative négative3. C’est ainsi qu’Eric Zemmour, lors d’une émission télévisée en décembre 2021, pouvait feindre de s’interroger :

Est-ce qu’on a le droit de supporter de telles angoisses ?

pour protester que non, bien sûr, “on n’a pas le droit de supporter de telles angoisses.

On retrouve donc, avec l’interrogative, le même mécanisme interprétatif qu’on avait avec une négation : mécanisme impliquant le rétablissement d’une construction factitive du type Est-ce qu’on a le droit de nous laisser / faire 4 supporter de telles angoisses ?5

Autre avatar encore de forme négative, où c’est une clivée (une construction en c’est… que) qui constitue le support de la négation :

« Ce n’est pas parce qu’on est sans-papiers, qu’on a le droit de crever dans le caniveau », lâche Lotfi, lors d’un rassemblement improvisé pour Arbi Ayari, devant le 217, rue de Paris, à Montreuil, ce vendredi. (le parisien.fr, 2 févr. 2018)

Là encore on retrouve, sous un habit différent, une forme négative du type on n’ a pas le droit de crever dans le caniveau. Et le rétablissement d’une forme factitive donnerait quelque chose comme Ce n’est pas parce qu’on est sans-papiers, qu’on6 a le droit de nous laisser crever dans le caniveau7.

Notre hypothèse sur la présence obligatoire d’une négation (quelle que soit la forme qu’elle prend) peut être formulée en deux temps :

1) si avec le passif, la contrepartie en voix active est immédiatement disponible, ce n’est pas le cas avec l’actif, pour lequel il n’y a pas de contrepartie factitive associée de façon évidente. Pour aller la “chercher”, il faut une bonne raison, un vrai besoin : ce vrai besoin que crée, pour un énoncé comme Les gens n’ont pas le droit d’avoir faim, la difficulté de construire un sens, au vu de nos connaissances du monde, avec le même sujet pour avoir le droit et pour avoir faim8. Or en l’absence de négation, ce besoin est comme “étouffé” : avec la version positive (donnée plus haut) les gens ont le droit d’avoir faim, on n’arrive pas (même en essayant !) à ressentir le besoin de faire intervenir un sujet supplémentaire (celui de la formulation factitive on a le droit de laisser les gens avoir faim).

2) reste donc à expliquer en quoi la négation facilite, favorise le recours au factitif sous-jacent. Dans nos exemples, cette négation correspond, dans une perspective pragmatique, à une intention de protestation, de dénonciation d’un scandale9. On n’a pas le droit traduit ainsi une forme d’indignation qui pourrait également s’exprimer par des formulations du type de c’est pas juste, c’est pas normal. Or, de ce scandale, quelqu’un est forcément responsable. La désignation du coupable (de celui ou ceux qui n’a ou n’ont pas le droit, ou du moins ne devrai(en)t pas avoir le droit de laisser cette situation s’installer) est cependant passée sous silence, le locuteur se plaçant plutôt, par empathie, du côté de la victime : c’est à la victime qu’on s’intéresse, c’est elle qui est prise comme sujet syntaxique (mais faux sujet sémantique) de avoir le droit et vrai sujet (à la fois syntaxique et sémantique) du verbe à l’infinitif qui suit. Et pourtant, même si sa désignation est passée sous silence, le “coupable” est indirectement dénoncé, ce qui donne lieu à un clivage entre deux énonciations “en filigrane” : quelqu’un subit quelque chose (de mauvais) / quelqu’un d’autre n’a pas le droit de faire ou laisser subir ce quelque chose. Le recours à la paraphrase avec un factitif (on n’a pas le droit de laisser les gens avoir faim) permet de restaurer cette double énonciation dont les tenants sont rassemblés sous la phrase initiale10.

En l’absence de négation, en revanche, pas de dénonciation de quelque chose de condamnable, pas de coupable dont on pourrait esquisser les contours, pas de clivage, pas de double énonciation. Et donc, pas de contexte favorable pour le déclenchement d’un processus cognitif aussi complexe que celui du recours (même inconscient) à une construction factitive.

Certes, on trouve (comme on l’avait d’ailleurs dit en fin de l’épisode du renard), des avoir le droit suivis de situations a priori guère souhaitables  :

Je remarque qu’il existe des “campagnes”. La campagne d’été (de mai à octobre), et la campagne d’hiver (de fin novembre à fin mars). J’en déduis donc qu’au mois de novembre et au mois d’avril, on a le droit de crever de faim. (georges-de-la-fuly.blogspot.com)

En gros vous avez le droit de fermer vos gueules ! (twitter.com)

Mais là, de façon évidente, le procédé est ironique. L’ironie… une autre forme de complexité, une autre forme de gymnastique, sur laquelle on va s’accorder (en suivant l’autorisation de notre dernière citation) le droit de se taire…

 

  1. Pour plus de clarté, nous transformons un peu l’exemple de départ : on n’a plus le droit d’avoir faim est en effet plus difficile à paraphraser à cause de la confusion des on (sachant, en plus, que on ne peut être utilisé en complément). Si on y tient, la paraphrase donnerait quelque chose comme : on n’a plus le droit de nous laisser avoir faim (explicitation imparfaite mais dicible de on2 n’a plus le droit de laisser on1 avoir faim). []
  2. De la même façon, si on transformait notre exemple (sous une forme affirmative) de  l’épisode 1 les pythons ont le droit d’être exportés en remplaçant la voix passive par une voix active – les pythons ont le droit de se produire dans des cirques –, on n’arriverait pas à le comprendre comme “on a le droit de laisser les pythons se produire dans des cirques. []
  3. cf. Jean-Claude Anscombre & Oswald Ducrot (1981), “Interrogation et argumentation”, Langue française 52, pp. 5-22 []
  4. La différence de sens (et d’acceptabilité) des paraphrases factitives avec laisser versus faire serait à explorer. On ne s’y risquera pas ici… []
  5. Comme dans le cas du refrain des Restos du coeur, le on pose problème pour la paraphrase (et le on sujet de la paraphrase n’est pas le on sujet de l’énoncé de départ). []
  6. Le on de on a le droit n’étant pas le même que celui de on est sans-papiers []
  7. Il est intéressant de remarquer que la déclaration citée dans l’article se trouve reformulée en titre à l’aide d’une simple modalité (pouvoir) :

    Montreuil : «Ce n’est pas parce qu’on est sans-papiers qu’on peut crever dans le caniveau».

    On (encore un !) peut se demander si l’usage de la modalité a été jugé préférable à celui de avoir le droit en seuls termes de concision, ou s’il a été ressenti comme moins complexe à interpréter. Quoi qu’il en soit, on observera que la version alternative avec un verbe modal semble ici beaucoup moins transparente qu’il nous paraissait être le cas avec un passif – cf. l’épisode 1, où nous laissions entendre que Les blanchons peuvent être chassés serait nettement plus facile à interpréter que Les blanchons ont le droit d’être chassés. La complexité supérieure du recours à une forme factitive (plutôt qu’à un actif, quand il s’agit du passif), telle que nous la verrons plus loin, serait sans doute à même d’expliquer cette différence en termes d’acceptabilité. []

  8. Difficulté similaire à celle qui, en présence d’un passif après avoir le droit, était à l’origine de notre premier billet. []
  9. Cet effet pragmatique serait à mettre en relation avec les propriétés générales de la négation : la négation, c’est bien connu, est plus complexe que l’affirmation, avec l’émergence possible de toutes sortes d’implicites. []
  10. Cette façon de dire deux choses en une nous fait penser – nous ne savons s’il en serait d’accord ! – au phénomène de “télescopage” évoqué par Marcel Vuillaume à propos de la possibilité “d’exprimer deux perspectives en un seul énoncé”, dans le billet Heureusement qu’il est pas tombé malade demain ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search