Une autrice qui irait bien ?

 

(Lu sur le site allocine.fr)

 

 

 

Un “film d’actrice” qui “ressemble à son auteur” ?! On pensait que l’actrice Sandrine Kiberlain était l’autrice du film, alors c’est qui cet auteur ?

 

On avoue qu’on n’a pas fait cette “fausse route” pour de vrai. Fausse route d’ailleurs impossible dans le contexte plus large de l’article, qu’on restitue ci-dessous :

On comprend bien que Sandrine Kiberlain est à la fois l’actrice (“film d’actrice”) et l’auteur (“son auteur”).

Précisons notre pensée : il nous semblait tenir là un bel exemple des ridicules auxquels peut mener la politique éditoriale anti-féminisation-moche du Figaro – politique appuyée sur les (anciennes) certitudes de l’Académie française (cf. “Auteure”,” écrivaine”, suite….).

Jusqu’où, quand même, peut aller la détestation du féminin autrice, qui empêche ici le journaliste de faire rimer actrice avec autrice ? Une détestation l’amenant à casser l’écho au féminin, pourtant presque nécessaire pour comprendre qu’il s’agit d’une seule et même personne.

L’attente du terme féminin autrice – C’est en tout cas un film qui ressemble à son autrice – est d’autant plus forte que film d’actrice, construit sur l’expression lexicalisée film d’auteur, exhibe une féminisation qui va au-delà de ce qui serait “normalement” requis : auteur étant un générique dans film d’auteur (aussi bien que acteur dans film d’acteur)1, il serait en effet possible de considérer qu’un film de Sandrine Kiberlain relève de la catégorie film d’auteur, et donc aussi bien2 de la catégorie film d’acteur.

Et pourtant… une fois acquise la certitude que autrice irait bien mieux… on se rend compte que remplacer auteur par autrice créerait un problème qui, dans notre premier mouvement d’agacement, nous avait échappé. Car comment faudrait-il alors continuer ? Il faudrait choisir entre :

C’est en tout cas un film qui ressemble à son autrice, léger et grave, solaire et douloureux, fragile et fort.

et

C’est en tout cas un film qui ressemble à son autrice, légère et grave, solaire et douloureuse, fragile et forte.

Et nous voilà bien embêtées, parce qu’après avoir voulu faire la leçon au (journaliste du) Figaro, nous prenons conscience que l’emploi de auteur devait être aussi motivé par une autre considération, ayant trait au jeu de ressemblance entre le film et son auteur : ce jeu de ressemblance, le journaliste le rend sensible à travers une succession d’adjectifs (trois paires d’adjectifs contrastés, dans une construction d’apposition) valant aussi bien pour l’un que pour l’autre. Or nous, comment on fait si on veut faire le même jeu avec le film et son autrice ? Car dans chacune des trois paires, un adjectif prend une forme différente selon qu’il est au masculin ou au féminin. Et donc… on est coincées ; on est obligées de caractériser le seul film, ou la seule autrice. Et c’est beaucoup moins joli… (tout ça pour ça !)



Citer ce billet
Anne et Marie-Paule (2022, 6 juillet). Une autrice qui irait bien ? Bling. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m26x

  1. Cf. La femme de l’écrivain []
  2. Quoiqu’un peu moins bien tout de même : la distinction entre acteur et actrice, qui fait qu’il est difficile de donner un nom d’actrice en réponse à la question “C’est qui ton acteur préféré ?”, est en effet très solidement et anciennement ancré, cf. C’est qui le plus grand écrivain ? []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search