« Les Républicains », un hold-up sémantique

Alain DELON, Jean GABIN, Lino VENTURA

Illustration : Le Clan des Siciliens, film d’Henri Verneuil (1969). Photo prise sur le site http://www.avoir-alire.com

 

Titre d’un article de Libération du 14 avril 2015, à propos du changement de nom de l’UMP : Nicolas Sarkozy annonce que son parti s’appellerait désormais « Les Républicains ».

 

« Hold-up sémantique », l’expression ne peut manquer de faire réagir les sémanticiennes que nous sommes. Mais pour tout dire, nous sommes habituées. Des autres domaines de la linguistique (syntaxe, lexicologie, morphologie, phonologie, phonétique), on entend peu parler. De sémantique en revanche, il est souvent question dans les journaux, à la radio, dans les sites d’information en ligne et tout particulièrement dans leurs espaces interactifs. Et en général, ce n’est pas pour en dire du bien. Soyons juste, ce n’est pas le domaine linguistique qui est visé. Mais le mot sémantique est presque systématiquement associé, dans l’usage courant, à du « blabla » pour le mieux, à de l’escroquerie pour le pire1 .

 

  • Sémantique escroquerie

L’image du hold-up est frappante – et ici, selon nous, parfaitement légitime, au vu du bien commun qu’est la notion de République. Il y a beaucoup de variations sur le thème de la dénonciation de manipulations sémantiques mises au services de causes plus ou moins douteuses2Sémantique est ainsi associé à :

arnaque :

L’égalité au sein de l’entreprise est un vain mot, « la liberté de travailler » une belle arnaque sémantique puisque seul.es les patron.nes ont le loisir de décider de la naissance d’un contrat, de sa gestion, de sa fin, du volume horaire. (Site de la Confédération Nationale du Travail, 30/04/2011)

escroquerie :

Il est prodigieusement énervant de voir les tenants du néolibéralisme débridé opérer cette escroquerie sémantique [faire passer pour du « conservatisme » tout ce qui consiste à protéger le droit du travail] , avec l’assentiment hébété des médias. La modernité, ça serait de nous faire vivre comme des bêtes affamées et haineuses les unes envers les autres ? Le conservatisme, ça serait de continuer la progression de l’humanité vers plus de civilisation et d’émancipation ? Assez ! Bas les masques et bas les mots ! (Blog du site Alter Politique, 13/02/2007)

langue de bois :

Je participais le 19 décembre au « Téléphone sonne » de France Inter avec Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, qui tentait d’expliquer que Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos n’avaient pas « reculé » sur la réforme des lycées, mais simplement décidé d’ »avancer plus lentement ». Au-delà de ce beau mariage de la sémantique et de la langue de bois, il y a une véritable interrogation sur la « méthode Sarkozy » à l’issue de cette année douloureuse. (Site Rue 89, 20/12/2008)

ou, plus ironiquement, fine glissade :

Les big boss, eux, toujours mauvaises langues, ont fait une fine glissade sémantique : dans leurs programmes, bulletins ou projets, ils n’utilisent plus guère le mot « ouvriers » mais plutôt celui d’ « opérateurs » avec l’idée qu’en changeant la dénomination, ils pourront effacer un peu plus l’identité ouvrière. (Site d’actualités AgoraVox, 05/05/2008)

 

On remarque que certains événements de l’actualité, dans leur traitement médiatique, déclenchent des polémiques où la dénonciation d’une sémantique retorse fait florès. Le débat sur le mariage « homosexuel » ou « pour tous » est, à cet égard, un cas prototypique :

« Mariage homosexuel », « Mariage pour tous », deux belles inventions sémantiques pour faire prendre des vessies pour des lanternes à l’opinion publique mal informée ! (Site du journal Le Point, 29/06/2013)

 

J’aime bien la sémantique « le mariage pour tous » au lieu de dire le mariage homosexuel. A-t-on peur des mots ? (Site du journal Le Parisien, 08/11/2012)

 

Pourtant, dans les faits, ce prétendu « mariage pour tous », quelle rigolade, quel tour de passe-passe sémantique, pour tout dire quelle franche escroquerie ! (Site Fdesouche, 08/11/2012)

 

Quant à Marine Le Pen, elle se déclare résolument contre « le mariage pour tous », mais n’ira pas à la manifestation, qualifiant son apparente contradiction « d’acte politique courageux ». Qu’en termes galants ces choses-là sont dites, et ces intentions dissimulées… Ce faux-culisme sémantique ne trompe, hélas, plus grand monde. (Site Atlantico, 10/01/2013)

On pourrait ainsi répertorier les sujets d’actualité le plus aptes à déclencher une inflation des occurrences dépréciatives de sémantique (le mariage pour tous mais aussi les Roms, l’islamophobie, etc).

 

  • Sémantique blabla

En-deça de l’accusation de tromperie, il y a l’accusation de futilité. Dire que quelque chose relève de la sémantique, c’est souvent dire que ça ne porte que sur la forme, et pas sur le fond – que c’est du blabla. C’est ce que disent les exemples suivants :

A : c’est un problème presque sémantique
B : non pas du tout, c’est un problème très important (France Culture, 04/01/2015)

 

Il y a les débats sémantiques d’un côté et la réalité de l’autre. C’est la seconde qui intéresse Tarik Yildiz, auteur d’un ouvrage intitulé Le Racisme anti-blanc. (Site du journal La Croix, 25/10/2012)

 

Tels sont les faits, et la sémantique n’y peut rien : ceux qui, aujourd’hui, prétendent « refonder le capitalisme » se sont toujours inscrits dans la logique mécanique d’un système qui a failli. (Site Rue 89, 18/03/2009)

 

Quand à ceux qui se tortille sur la sémantique éxécutés / assassiné / massacré brèf il est mort! pour lui le détail est plus que secondaire, hélas! (Site du journal Le Figaro, 26/07/2010)

 

Car, au-delà des débats sémantiques, et pour tout dire dérisoires, sur la gauche dure, molle, solide ou liquide, on ne voyait pas très bien ce qui sépare vraiment les deux candidats. (Site du journal Sud Ouest, 13/10/2011)

 

Qu’importent les débats sémantiques et techniques qui sont certes importants pour une frange d’utilisateurs, mais qui s’apparentent à des pinailleries pour tous … (Site iGeneration, 31/08/2011)

EPSON scanner image

Dans tous ces exemples, il y a en fait confusion :  alors que la sémantique, en linguistique, c’est le domaine de l’étude du sens, et donc du lien entre forme et fond, le mot sémantique (nom ou adjectif) est ici utilisé  pour faire référence, de manière stigmatisante, à des questions de forme, à des « pinailleries » autour de choix lexicaux. Est ainsi traité de sémantique  ce qui n’aurait pas de rapport à la signification d’un mot, mais ne considérerait que son enveloppe. Ce qui donc serait coupé du réel, qui est lui présenté comme authentique et indiscutable : un réel auquel, dans une vision idéaliste, un accès immédiat – sans médiation linguistique – serait possible. Cette séparation d’avec le réel, le « fond », illustrée par nos exemples ci-dessus,  peut se résumer en un tweet :

secrétaire, chef c pareil. Visiblement la sémantique est très importante pour vous. Le fond pas du tout.

 

  • Au final,

sémantique, escroquerie ou blabla, a bien mauvaise presse… Mais aussi le don de stimuler une étonnante créativité lexicale ;  l’art de se voir sans cesse accoler de nouveaux – mauvais – voisins, assez imprévisibles. Ces mauvais voisins, ils apparaissaient déjà dans nos exemples (voir le faux-culisme sémantique). Mais on en a beaucoup d’autres en réserve : argutie, palinodie, jungle, baudruchegonflettes, savonnette… 

mots0

 

  1. Cf. Anne Le Draoulec, Marie-Paule Péry-Woodley, Josette Rebeyrolle, Glissements progressifs de « sémantique”. Le Discours et la Langue, 2014, 1 (6), pp.109-126. Nous remercions Josette Rebeyrolle de nous autoriser à puiser largement dans notre article commun pour nourrir le présent billet. []
  2. Bien sûr, le caractère plus ou moins « douteux » de la cause dépend du point de vue du locuteur – en dépend, et le révèle. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. novembre 30, 2016

    […] LR sur le terme républicain (sur ce « hold-up sémantique », cf. notre billet du 17 avril 2015).  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *