Macron et la novlangue

En ce qui concerne Emmanuel Macron, la référence à la novlangue n’a pas attendu l’élection présidentielle. Le Macron candidat était déjà épinglé pour son jargon managérial, comme il apparaît dans l’article ci-dessous du Canard enchaîné du 22 mars 20171  :

Ce même jargon managérial continue d’être reproché au président Macron tout juste élu, comme en témoigne un article de Marianne du 12 mai 2017, intitulé  Emmanuel Macron élu, il va falloir s’habituer à sa novlangue.

Plus précisément novlanguesque, selon nous, la volonté présidentielle de supprimer le mot pénibilité du compte pénibilité, pour en faire un compte de prévention. La suppression de ce “mot de trop” (cf. l’article de Libération du 11 juillet 2017 : «Pénibilité», le mot de trop pour l’Elysée…) a également suscité – dans une mesure moindre, cependant, qu’on aurait pu s’y attendre –  une nouvelle vague d’appels à Orwell (en particulier dans deux articles de l’Humanité des 19 décembre et 20 décembre 2017, ou dans un tweet épinglé du Groupe J.-P. Vernant).

 

  1. Merci Benjamin pour la photo de l’article ! []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search