Catégorie : La linguistique sauvage

La femme de l’écrivain

  “Cela surprendra peut-être, mais j’approuve tout à fait la création récente des termes auteure et écrivaine. Il faut bien pouvoir nommer la femme de l’écrivain.” (Eric Chevillard, L’Autofictif, 15 janvier 2016)    

Migrants et réfugiés

Depuis quelques jours, les médias s’emparent de la question du choix des termes – migrant ou réfugié – pour en souligner l’importance pratique et symbolique. Ainsi ce matin (8 septembre 2015), dans sa Revue de Presse, Nicolas Martin commente comme suit l’annonce, par le président de la République, de l’accueil de 24000 réfugiés sur 2 ans en France :

“On l’a pas encore fait”

  Contexte : le roman Haute Fidélité de l’auteur anglais Nick Hornby. Le narrateur (Rob) vient d’être quitté par sa petite amie (Laura) ; il ne cesse de se (et la) tourmenter à propos de la relation qu’elle entretient avec leur ancien voisin (Ian).  

“Mademoiselle se meurt, mademoiselle est morte”

(entendu sur France Inter le 9 mars 2012, dans la chronique matinale de François Morel)     “Parce que Mademoiselle c’est la gaîté, c’est la jeunesse, c’est l’insouciance, crinoline et balançoire, promesses et roses du printemps, robes fleuries et airs du faubourg, serments d’amour, joues roses et regards intimidés.”            

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search