Il plie mais ne rompt pas

 

Concernant François Fillon – qu’il s’agisse du candidat récent à la présidentielle, ou un peu moins récent aux primaires de la droite, ou encore, plus anciennement, du premier ministre du gouvernement Sarkozy –  les titres de journaux et magazines ont parfois manqué d’inspiration en s’inspirant, les uns après les autres, de la fable de La Fontaine :

« Fillon plie mais ne rompt pas (encore) » (L’avenir, 6 mars 2017)

« Convoqué le 15 mars, Fillon plie mais ne rompt pas » (Sud Ouest, 1er mars 2017)

« Fillon plie mais ne rompt pas » (Paris Match, 12 octobre 2016)

« François Fillon plie parfois, mais ne rompt pas » (Capital, 15 janvier 2009)

 

Pourquoi ce mais, que ne contient pas, originellement, la fable ? Dans Le chêne et le roseau en effet, l’articulation des deux mouvements – plier, ne pas rompre – se fait non pas par mais, mais par et. Ce que dit exactement le roseau, c’est :

« Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. »

 

Il est courant que des citations célèbres soient improprement reprises1. C’est encore plus le cas quand il s’agit, comme ici, d’adaptation plutôt que de citation : en dehors de la substitution du mais à et ((Substitution qui s’accompagne, ou non, d’une suppression de la virgule précédant le et original)), un encore entre parenthèses peut ainsi venir s’accoler à ne rompt pas2, un parfois à plie. Le canevas plier / ne pas rompre reste reconnaissable sous des versions plus librement adaptées encore :

Il plie, il plie, mais il résiste (à propos là encore du « candidat Fillon », sur le site internet de Radio Nova, le 12 février 2017)

La présence du mais, cependant, est constante dans chacune des reprises – plus encore, mais paraît naturel, peut-être même davantage que le et original. On le retrouve d’ailleurs, ce mais, quel que soit le contexte de réutilisation du vers de La Fontaine. C’est le cas dans les quelques titres de presse suivants :

Roumanie: Face à la foule, le gouvernement plie mais ne rompt pas … (Tribune de Genève, 8 février 2017)

Airbus Helicopters plie mais ne rompt pas (La Tribune, 27 janvier 2017)

Élections américaines: la Bourse plie, mais ne rompt pas (Les Échos, 9 novembre 2016)

Cette constance de mais ravive et renouvelle notre interrogation initiale : que fait mais que et ne ferait pas ? On avait vu à l’occasion de notre billet Ergotages que et est un mot de liaison neutre, « incolore », dont la valeur sémantique se précise en contexte. Ainsi, dans le vers de La Fontaine, il prend une valeur oppositive du fait de la contradiction entre les deux expressions verbales qu’il relie : plier oriente la lecture dans un sens opposé à ce que fait ne pas rompre. En revanche, avec mais, l’opposition est explicite, manifeste – elle ne dépend d’aucun travail interprétatif en contexte.

Voyons un autre exemple d’alternance entre et et mais :

Peut-être néanmoins que le respect qui m’a fait balancer si long-temps à vous faire une pareille déclaration, m’auroit encore retenu aujourd’hui, si la nécessité ne m’y contraignoit : je vous aime, et je pars. (La Provençale, roman posthume de J.F. Regnard, écrivain de la 2nde moitié du 17ème siècle)

 

Mes chers parents, je pars. Je vous aime, mais je pars. (Je vole, chanson de Michel Sardou)

Je vous aime et / mais je pars : là où Regnard choisit le et, Sardou semble préférer un mais3. De fait, quand deux éléments à articuler sont a priori en relation d’opposition, il est plus « normal », plus courant de l’expliciter (comme dans la version de Sardou). Avec un simple et (dans la version de Regnard), seule l’existence d’un lien entre les deux éléments est donnée : au lecteur / auditeur est laissé le soin d’inférer qu’il y a entre eux opposition. Ce travail interprétatif peut contribuer à renforcer, paradoxalement, la valeur d’opposition ainsi restituée.  Une certaine posture de neutralité, de la part du scripteur, est cependant préservée, avec un effet d’expressivité par la retenue peut-être plus particulièrement propre au style littéraire4. D’où une plus grande rareté d’usage, que semble confirmer un embryon d’enquête sur internet via Google : pour 1 je t’aime et je te quitte on trouve 4 ou 5 je t’aime mais je te quitte.5.

Quittons le mais de Sardou pour revenir à celui de Fillon – qui plie mais ne rompt pas. S’il s’agit de dire clairement qu’il y a une opposition, de guider le lecteur, mais s’impose : on comprend que ce soit là le choix privilégié (quoique sans doute inconscient) des journalistes.

On voudrait cependant aller un peu plus loin dans la compréhension du fonctionnement de mais. Pour ce faire, on va faire appel aux analyses lumineuses proposées par le linguiste Oswald Ducrot, dans des travaux consacrés à mettre en évidence la place centrale de l’argumentation dans la langue. Dans ces travaux, une attention particulière est donnée au rôle que jouent de petits mots comme mais (petits mots, grands effets). De mais, Ducrot propose la description générale suivante :

Lorsqu’on coordonne par « mais » deux propositions p et q, on ajoute à p et à q les deux idées suivantes. D’abord, qu’une certaine conclusion r, que l’on a précisément dans l’esprit, et que le destinataire peut retrouver, serait suggérée par p et infirmée par q : autrement dit, p et q ont, par rapport à r, des orientations argumentatives opposées. Ensuite, que q a plus de force contre r que p n’en a en sa faveur : de sorte que l’ensemble « p mais q » va dans le sens de non-r. (Ducrot 1980, pp. 11-12)

Appliquons brièvement cette analyse au cas de il plie mais ne rompt pas. La conclusion vers laquelle oriente la première proposition – il plie – est que il pourrait rompre. Cette conclusion est infirmée par la seconde proposition (il) ne rompt pas. Dans la mesure où cette seconde proposition a une force argumentative supérieure à la première (du fait, justement, du rôle de mais), l’ensemble il plie mais ne rompt pas va dans le sens de il ne rompt pas6. Cette idée d’une force argumentative plus grande associée à la proposition introduite par mais donne une justification supplémentaire au choix fait par les journalistes : au-delà de l’expression explicite de l’opposition, mais permet de mettre l’accent sur le second terme de cette opposition. Or c’est bien cela que les journalistes veulent souligner : tout atteint qu’il soit par la révélation des « affaires » (exemples de mars 2017), soumis aux attaques de son camp pendant la campagne des primaires de la droite (exemple d’octobre 2016), ou bien en prise avec les difficultés de son ministère auprès de Nicolas Sarkozy (exemple de janvier 2009), ce qui importe, c’est que Fillon tient (tenait) toujours bon.

Au moment où nous rédigeons ces lignes, la une du quotidien Libération des 6-7 mai vient magnifiquement – et comiquement – confirmer la plus forte valeur argumentative associée à l’élément introduit par mais : dans « Faites ce que vous voulez mais votez Macron », la liberté totale de choix accordée d’une main se voit confisquer de l’autre (la seconde) par une injonction à sens unique.

Avec mais, donc, pas de symétrie. Ducrot insiste beaucoup sur cette absence de symétrie sans laquelle, selon lui, le rôle de mais – au-delà de son rôle oppositif – serait impossible à décrire. Une simple relation d’opposition (au sens mathématique) est, en effet, symétrique : « p ne peut pas s’opposer plus à q que q ne s’oppose à p. » (Ducrot 1980, p. 17).

La dissymétrie associée à mais explique également pourquoi l’ordre des éléments qu’il relie ne peut être inversé. Ce principe de non-inversion, Oswald Ducrot l’applique avec bonheur sur de très jolis exemples issus de la littérature. On peut le vérifier rapidement sur nos exemples : « Fillon ne rompt pas mais plie », « Votez Macron mais faites ce que vous voulez », « Je pars mais je vous aime » ou « Je te quitte mais je t’aime » raconteraient l’histoire sous un tout autre angle que ne le font les versions originales7.

On donnera pour finir une paire attestée d’exemples, qui montre à quel point c’est le second terme qui emporte la mise. Au mois de juin 2016, à propos de la mobilisation contre la loi travail, on pouvait lire en titre de Libération :

Loi travail: la mobilisation faiblit mais se poursuit (Libération, 28 juin 2016)

alors qu’un mois plus tôt, Le Monde titrait :

Loi travail: la mobilisation se poursuit mais ne redécolle pas (Le Monde, 27 mai 2016).

Focalisation sur la poursuite de la mobilisation d’un côté (Libération), sur le fait qu’elle ne redécolle pas de l’autre (Le Monde) : dans chacun des cas, à partir des mêmes faits, la position privilégiée donnée à la présentation de l’un d’eux correspond à une option éditoriale différente8. Cette alternance met en évidence combien il est facile d’inverser la visée argumentative, par une simple inversion des termes. C’est tellement facile que cela prête à toutes les manipulations. En ce sens, l’analyse linguistique de mais a au moins le mérite, comme le souligne Ducrot de

rend[re] plus sensible l’arbitraire du texte, son caractère de diktat, l’espèce de coup de force par lequel il impose une orientation argumentative qui ne repose sur rien d’autre que sur l’ordre des mots. (Ducrot 1999, pp. 119)

Comme le dit encore Ducrot, le « coup de force » est non seulement d’imposer une conclusion mais de créer l’illusion que celle-ci est factuellement fondée :

la conclusion paraît telle puisqu’elle s’appuie sur un discours accumulant les faits, avant et après « mais » ; cette objectivité est illusoire, et la conclusion est totalement indépendante des faits allégués – puisque leur seule interversion l’annulerait. (Ducrot 1999, pp. 119)

D’où, conclut Ducrot, une « sorte de morale » que suggérerait l’analyse linguistique, invitant à « vérifier si l’on a des raisons de croire l’argument donné après mais plus sérieux que celui donné avant » (p. 119). Une morale aussi inspirante qu’exigeante…

(Quant aux roseaux, il en est qui finissent par rompre – mais cela ne change rien à l’affaire.)

 

 

Anscombre, J-C. & Ducrot, O. (1997). L’argumentation dans la langue, Mardaga

Ducrot, O. (1980). Analyses pragmatiques, Communications 32, pp.11-60. En ligne

Ducrot, O. (1999). Sémantique linguistique et analyse de textes, Littérature 115, pp. 104-125. En ligne

  1. C’est l’exemple des vers de Verlaine, où bercent vient souvent remplacer blessent dans « Les sanglots longs Des violons De l’automne Blessent mon cœur D’une langueur Monotone ». []
  2. Avec un effet « présuppositionnel » du même type que celui dont nous avions traité dans le billet « On l’a pas encore fait ». []
  3. Faute de recherches bibliographiques approfondies (!), nous ne pouvons certifier que le texte original de la chanson de Sardou comporte effectivement un mais. Les divers sites internet de paroles de chansons proposent la version avec mais. Un article universitaire récent cependant cite une version avec et. L’écoute de la chanson ne permet pas de trancher : du fait du mmm final de aime, on peut aussi bien découper en je vous aime mais je pars ou je vous aimmm et je pars. Une écoute intensive de l’interprétation par Sardou irait dans le sens du premier découpage ; une écoute tout aussi intensive de la ré-interprétation par la jeune chanteuse Louane fait renaître le doute. Laissons de côté ce doute, lequel a simplement le mérite de mettre en lumière la possibilité d’alternance qui nous occupe. Pour notre billet, nous considérerons la version avec mais. []
  4. Il nous semble également, mais ce serait à vérifier, que le procédé relève d’un style plutôt ancien. []
  5. On comprendrait par ailleurs qu’il soit plus énervant, plus frustrant de se faire quitter sur un et je te quitte distingué et distant que sur un mais je te quitte moins subtil mais plus franc ! Finalement, et fait aussi beaucoup de choses que mais ne fait pas… []
  6. Ici, q est équivalent à non-r, ce qui correspond selon Ducrot à un mais d’opposition « directe ». Dans d’autres cas, la conclusion r n’est pas l’exacte négation de q : il faut alors décrypter ce qu’est cette conclusion r. Pour illustrer ces cas (où l’opposition est cette fois qualifiée d’ « indirecte »), Ducrot propose l’exemple « D’accord, il fait beau (p), mais je suis fatigué (q) », qui ne peut être compris qu’à condition de faire intervenir une conclusion r, laquelle sera associée par exemple à une idée de promenade : « q est un argument contre la conclusion r (la promenade) suggérée par p. » (Ducrot 1999, p. 109). []
  7. On doit ici reconnaître que, même en l’absence de mais, l’interversion des propositions ne serait pas sans effet, dans la mesure où un poids supérieur a toujours tendance à être accordé au dernier élément. Avec mais, cependant, la force argumentative du dernier élément est largement majorée. []
  8. D’autres journaux, à la même époque, choisissaient de passer carrément sous silence, soit l’essoufflement du mouvement, soit sa poursuite, cf. : « Loi Travail. La contestation se poursuit » (Le Télégramme, 22 juin 2016) versus « Loi travail : la contestation s’essouffle » (Le Figaro, 27 juin 2016). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laure V dit :

    merci les amies !!

    vos analyses raffinées me conduisent à observer qu’on pourrait encore complexifier la chose en ajoutant une dimension temporelle.
    en effet, si on regarde la chose en simultané, il y a redondance entre plier et ne pas rompre, puisque tant que ca plie ca ne rompt pas. du coup, en simultané, « et » est plus approprié que « mais ».
    « mais » n’a de sens que si il y a progression temporelle, la rupture pouvant être la conséquence d’un pli trop important, et donc, comme vous l’expliquez, si ça plie, on pourrait s’attendre à ce que ça rompe (ensuite).
    la succession temporelle est donc une raison supplémentaire à la non-symétrie du mais, dans ce cas, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *