Avant d’imprimer, pensez à l’environnement

 

 

« Avant d’imprimer, pensez à l’environnement » peut-on lire en fin d’e-mail de certains de nos correspondants soucieux d’écologie.

 

 

 

 

Ah mais alors c’est aussi simple que ça, l’écologie ?! Une petite pensée pour l’environnement, et hop on fait tourner l’imprimante ?! On fait comme dit l’humoriste Gad Elmaleh, dans son spectacle Papa est en haut ?

Je pose des gestes en tant que citoyen en faveur de l’environnement, comme tout le monde, par exemple, [euh,] quand je reçois un email et qu’il y a écrit, « avant d’imprimer, pensez à l’environnement », [euh je je je,] j’y pense [pause] et j’imprime.1

 

Gad Elmaleh n’est pas plus bête que nous, il a bien compris que ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Ce à quoi nous exhorte le slogan en question, c’est à prendre le temps de penser à l’environnement (à cette belle nature d’avant les forêts dévastées, les usines polluantes, les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique, la fonte de la banquise…) pour décider en connaissance de cause si cela vaut la peine ou non de gâcher toute une feuille de papier pour imprimer ce petit mail qu’on vient de recevoir qui dit que la réunion aura lieu en salle F315.

Mine de rien, Gad Elmaleh met pile le doigt sur ce vrai casse-tête qu’est le fonctionnement linguistique de avant de / avant que.  Avec la configuration

  • A1 AVANT QUE A22

ou aussi bien

  • AVANT QUE A2, A13

l’action (A1) décrite dans la proposition principale est donnée comme temporellement antérieure à l’action (A2) introduite par avant que. Du fait de ce décalage temporel dans les temps de réalisation des deux actions, la première (A1) peut influer sur la seconde (A2), en particulier en en suspendant, voire en en empêchant, la réalisation4.

En dehors de ces cas particuliers où A2 est suspendue ou empêchée par A1, il peut bien évidemment s’agir de simple succession temporelle entre A1 et et 12. Cette interprétation de simple succession temporelle (celle-là qui est choisie, en toute mauvaise foi, par Gad Elmaleh), vaudrait pour les exemples suivants, glanés sur le web (et choisis pour leur proximité formelle avec celui qui nous intéresse) :

Avant de voyager cet été, pensez à votre passeport et à votre carte d’identité

Avant de quitter les lieux, pensez à résilier tous vos abonnements

Avant de chercher un job, pensez à nettoyer votre e-reputation

Alors que, clairement, Avant d’imprimer, pensez à l’environnement se prête à l’interprétation alternative qu’on vient de voir, dont relèveraient également :

Avant de jeter, pensez à donner !

Pensez avant de vous tatouer !

Dans ces derniers exemples, le pensez de la principale (pensez à donner, pensez tout court) invite en fait à délibérer quant au bien-fondé de l’action de la subordonnée5 :  va-t-on, ou non, jeter (ce qui pourrait encore être utile à d’autres) ? se faire tatouer (quand on sait que les marques sont à peu près irréversibles) ? Que la délibération, ici, soit assez nettement orientée en un sens négatif repose sur des considérations pragmatiques, des connaissances du monde plus ou moins largement partagées : ce n’est pas bien de jeter (comme ce n’est pas bien de gâcher du papier) ; un tatouage, ce n’est pas quelque chose d’anodin.

En revanche, dans les exemples de succession temporelle proposés plus haut, le pensez de la principale n’enjoint à aucune délibération susceptible de contrecarrer le cours attendu des événements : on sait bien que le fait de penser à son passeport ne va pas (au contraire !) empêcher de  voyager.

Le cerveau est bien fait : ces petits calculs inférentiels se font en un clin d’oeil, sans même qu’on en ait conscience – il faut être humoriste ou linguiste pour en faire toute une affaire !

 

Pour aller plus loin…

On peut aller un peu plus loin encore dans l’exploration des diverses facettes de AVANT QUE . La grande affaire des linguistes, à l’origine, c’était la question de la distinction entre interprétations dites « factuelle » et « contrefactuelle » des subordonnées introduites par AVANT QUE. L’interprétation factuelle correspond à l’interprétation qu’on vient de voir de simple succession temporelle – le terme « factuel » renvoyant à la présupposition de réalisation du contenu de la subordonnée6. L’interprétation contrefactuelle correspond à une interprétation où la présupposition de réalisation est annulée par une inférence tirée de la principale. L’interprétation contrefactuelle est typiquement illustrée par :

Sue est morte avant de réussir à finir son autobiographie.7

où la mort de Sue apparaît comme un obstacle définitif à l’écriture de son autobiographie.8

On peut là encore admirer la dextérité avec laquelle tout un chacun manie généralement un AVANT QUE susceptible de dire une chose (réalisation d’une action) et son contraire. S’étonner également de l’adaptabilité des processus inférentiels sollicités, permettant que soit compris un énoncé tel que le suivant, où se succèdent interprétations factuelle et contrefactuelle des deux subordonnées introduites par avant de :

Son frère a été président des Etats-Unis, avant d’être assassiné. Lui [Bob Kennedy] a été assassiné avant d’être président. (Télérama, 28 mai 2008)

 

Le cas de Avant d’imprimer, pensez à l’environnement avait ceci de particulier qu’au lieu de véritable contrefactualité, il s’agissait de suspension liée à une délibération, sans aucune indication quant à la réalisation effective de l’action (imprimera ? imprimera pas ?). Cette interprétation « suspensive »9 peut prendre d’autres formes encore. Ainsi, dans les exemples suivants, il ne s’agit plus de délibérer, mais de faire en sorte que tel événement se produise, ou ne se produise pas. Avant que peut alors se laisser remplacer, sans changement de sens majeur,

  • soit par pour que :

Il a fallu insister avant qu’elle nous prépare notre chambre (commentaire d’hôtel sur Tripadvisor)

Il se rappela […] comme il avait fallu, avant qu’il se laissât fléchir, qu’elle lui répétât le délice que serait cette habitude de se voir tous les jours dont elle rêvait, […] (M. Proust, Du côté de chez Swann)

  • soit par pour que… ne pas :

Il faut sévir avant qu’un accident mortel se produise (commentaire sur le site du Huffington Post)

Comme les voitures et tout le trafic faisaient beaucoup de bruit autour de nous, j’en ai profité pour lui glisser un petit mot à Robinson à l’oreille quand même au sujet de la situation, pour essayer qu‟on se décolle d’elle maintenant et qu’on en finisse au plus vite, puisque c’était raté, qu’on s’esquive en douceur avant que tout tourne au vinaigre et qu’on se fâche à mort. C’était à craindre. (Céline, Voyage au bout de la nuit)

Une gamme variée de paramètres entre en jeu, qu’on ne va pas répertorier ici10. On notera ici simplement que, dans ces cas où l’action de la principale a une influence sur l’action de la subordonnée, cette influence est beaucoup plus communément négative (pour que ne pas) que positive (pour que). L’interprétation d’une influence positive est nettement contrainte par la présence, dans la principale, d’un verbe du type falloir, devoir, exprimant une forme d’insistance. Les choses étant toujours complexes, la présence de falloir ou devoir dans la principale n’interdit aucunement une interprétation d’influence négative (comme dans l’exemple ci-dessus Il faut sévir avant que…). Là encore, la plupart du temps, on se débrouille parfaitement. Pas toujours, certes. Il arrive qu’il y ait des ratés :

L’homme prenait toute la route et j’ai dû effectuer de nombreuses manœuvres avant de le frapper. (Site de perles de l’assurance)

L‟automobiliste qui s‟exprime de la sorte fait naître un effet de sens très certainement contraire à celui qu‟il souhaitait engendrer : au lieu de convaincre son interlocuteur qu‟il a tout fait pour éviter l‟homme qui « prenait toute la route » (en essayant, peut-on supposer, de le dépasser), mais qu‟il l’a finalement heurté, il laisse entendre que l’accident est le produit délibéré de ses efforts malveillants.

Ce qui est remarquable ici, c’est que le facteur « connaissances du monde » – on sait bien que l’automobiliste n’a pas voulu « frapper » son prochain (ou du moins, qu’il ne le dirait pas à son assurance !) – est supplanté par des facteurs proprement linguistiques : l’interprétation d’une influence positive – et volontaire – de l’action de la principale sur celle de la subordonnée est contrainte par la présence du verbe devoir (« j’ai dû effectuer »), associée au fait qu’effectuer de nombreuses manœuvres peut être regardé comme un moyen de parvenir à la réalisation de le frapper11 ; le choix étonnant du verbe frapper, par son caractère intentionnel, vient davantage encore appuyer l’interprétation d’une action délibérée.

L’interprétation, c’est bien connu, dépend du contexte. Mais dire cela ne suffit pas : dans le contexte sont mis en balance des éléments situationnels (par la prise en compte des connaissances du monde)  et linguistiques (par la prise en compte du texte environnant), que le processus de compréhension suppose de peser, soupeser, suivant des règles précises, ordonnées, en même temps qu’inconscientes. Sur ces fonctionnements complexes, AVANT QUE ouvre une petite fenêtre – qu’on refermera ici.

 

Le Draoulec, A. (2015). « Avant que : une conjonction à tout faire (ou presque) ». Revue Romane 50-1 : 114-151. alshs-01314880

Heinämäki, O. T. (1972) : Before. Papers from the eighth regional meeting of the Chicago Linguistic Society, University of Chicago Press, Chicago, pp. 139-151.

 

 

  1. La vidéo du spectacle n’étant plus en ligne, nous sommes désolées de devoir nous contenter d’une transcription, évidemment moins drôle… []
  2. Nous utilisons AVANT QUE en majuscules comme une convention pour désigner à la fois les formes avant que (suivie d’un verbe au subjonctif) et avant de (suivie d’un verbe à l’infinitif, et exigeant que le sujet – inexprimé – de la proposition subordonnée soit le même que celui de la proposition principale. []
  3. L’ordre des propositions principale et subordonnée peut avoir une incidence sur l’interprétation, que nous négligerons cependant ici. []
  4. Ce moindre degré de certitude quant à la réalisation de A2  est également lié à la dissymétrie des statuts de A1 (dans la principale) et A2, (dans la subordonnée) : ce qui explique qu’avec une inversion des statuts relatifs de A1 et A2, dans la construction A2 après que A1, la réalisation de A1 – pourtant antérieure à la réalisation de A2 – ne peut interférer sur celle-ci. De ces questions complexes de hiérarchisation entre propositions principale et subordonnée, nous sommes désolées de ne pouvoir donner ici qu’une idée très imparfaite et grossière. []
  5. Notons que l’impératif joue un rôle dans cette invitation. Notons également que l’effet délibératif peut être associé à d’autres verbes que penser : des verbes tels que réfléchir, vérifier…, comme le montrent les exemples suivants : « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. (Mention sur une carte de crédit) / « Réfléchis avant de dire n’importe quoi ! ». []
  6. Pour la notion de présupposition, nous renvoyons au billet « On l’a pas encore fait », où pas… encore apparaît comme un autre déclencheur de présupposition. []
  7. L’exemple, traduit par nos soins de l’anglais, est de la linguiste O. T. Heinämäki, qui s’est longuement  penchée sur l’analyse des subordonnées introduites par before. []
  8. On notera que l’empêchement de réalisation d’une action lié à une action antérieure n’est pas exclusivement réservé à AVANT QUE : un verbe comme prévenir – au sens de « aller au-devant pour faire obstacle », cf. prévenir une maladie – a les mêmes affinités avec l’idée d »empêcher par le fait de venir avant ». []
  9. Cf. Le Draoulec (2015) []
  10. Pour ceux qui, par aventure, seraient intéressés, nous renvoyons à Le Draoulec (2015). []
  11. Alors que pour l’exemple « Il faut sévir avant qu’un accident mortel se produise », sévir pouvait difficilement être interprété comme un moyen de faire qu’un accident mortel se produise. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Daniel Huber dit :

    Merci beaucoup pour le billet très amusant !
    En effet, vous me direz si c’est un effet de déformation « professionnelle » du linguiste (non-francophone !) que je suis, mais devant ces structures avec « avant que », je pense quasi systématiquement à l’interprétation pas voulue des locuteurs. Et je me marre bien. Mais j’ai aussi remarqué que dans une conversation les francophones ne comprennent pas tout de suite pourquoi je trouve ces cas amusants. D’où ma question : Est-ce que les locuteurs natifs peuvent NE PAS y penser et se rendre compte de l’ambiguïté « inhérente » de ces énoncés ?
    En plus je trouve que cette structure est beaucoup plus fréquent en français que j’en ai l’impression en hongrois (ma langue maternelle). Donc l’exemple du type Gad Elmaleh devient en effet plus en plus courant dans les slogans aujourd’hui mais l’énoncé déclaré à l’assurance dans le billet ne marchera pas en hongrois. L’exemple « Sue est morte avant de réussir à finir son autobiographie » serait quelque chose comme « Sue est morte avant qu’aurait réussi à finir son autobiographie » etc, et pour moi cet énoncé, loin d’être drôle à le base, me paraît amusant dans mon interprétation car le second degré me vient plus rapidement ici. (C’est pour cela que j’aime par ailleurs les vannes de ce type de Gad Elmaleh…)
    Merci encore, ça donne à réfléchir !

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Merci à toi de ton message ! Et pour répondre à ta question : les locuteurs natifs en général ne voient absolument pas l’ambiguïté de la construction ; nous avons soumis l’énoncé « Avant d’imprimer, pensez à l’environnement » à pas mal de gens – dont des linguistes – qui ne voyaient pas du tout ce qu’il pouvait y avoir de drôle là-dedans. D’après ce que tu nous dis, nous voyons qu’en hongrois il y aurait un temps verbal particulier dans la subordonnée qui indiquerait l’irréalité pour les cas de contrefactualité. Mais en français ce n’est pas le cas : c’est toujours soit l’infinitif, soit le subjonctif, et on se débrouille avec ça ! Quoi qu’il en soit ton regard de locuteur natif du hongrois est pour nous très intéressant, à la fois pour ton étonnement sur le fonctionnement du français (et sur le fait que les locuteurs natifs du français ne voient pas le problème que toi tu vois !), et pour la comparaison que tu esquisses avec le hongrois. Sur les questions que nous soulevons dans ce billet, c’est sûr que la recherche gagnerait beaucoup à être menée dans une perspective interlinguistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *