Le point Orwell

 

 

Connaissez-vous le point Orwell ? La loi générale qui le définit s’énonce comme suit :

« Plus une discussion sur la langue dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant la novlangue ou George Orwell s’approche de 1 ».

 

 

 

Mais… d’où vient-il, ce point Orwell ?

 

Fabrication maison ! Un détournement hasardeux du point Godwin – quoique pas si inédit puisqu’existent déjà les points sarko, troll, rageux, playskool, hipster… ainsi que le note Marie-Anne Paveau dans son billet Le mot de trop 2. Hitler.1

La « vraie » loi, la loi de Godwin, est la suivante :

Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. (Traduction de l’anglais, prise dans l’article de Wikipédia)

Nous ne nous attarderons pas sur la loi de Godwin, nous contentant de renvoyer au billet cité plus haut, ainsi qu’à l’article de Wikipédia, qui tous deux soulignent la double acception du point associé à cette loi : le mot point, dans point Godwin, a à la fois un sens spatial (qu’on retrouve métaphoriquement dans la « ligne rouge » de Marie-Anne Paveau ou le « point de non-retour » de Wikipédia), et un sens évaluatif (celui que l’on retrouve dans « bon point » / « mauvais point »). En l’occurrence, un point Godwin, c’est toujours un mauvais point : donner un point Godwin à quelqu’un qui a atteint le point Godwin, c’est toujours le disqualifier comme interlocuteur valable.

Notre idée de « point Orwell » vient de l’observation selon laquelle Orwell est invoqué très souvent (à tort et à travers, aurait-on parfois envie de dire), dès lors qu’il est question de la moindre modification introduite sur la langue (on l’a déjà mentionné à propos de l’écriture inclusive – cf. Le corbeau et la corbelle).

Pourquoi George Orwell ? Parce que la (ou le) novlangue (langue officielle d’Océania, pays fictif dans l’univers dystopique du roman 1984, paru en langue anglaise en 1949)2. Et l’objectif de la novlangue, c’est de façonner la langue au service d’un projet totalitaire. Le principe fondamental est celui d’une suppression des nuances de la langue, qui passe en particulier par une simplification de la grammaire et la destruction de mots. Sur ce dernier point, les propos de Syme – personnage du roman officiant au Service des recherches au Ministère de la Vérité – sont souvent cités :

Nous détruisons chaque jour des mots, des vingtaines de mots, des centaines de mots. Nous taillons le langage jusqu’à l’os. (…) Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée, car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. (…) La révolution sera complète quand le langage sera parfait. (George Orwell, 1984, Éditions Gallimard)

La novlangue se caractérise également par le développement d’euphémismes, dont le plus connu est sans doute le joycamp (« camp-joie ») qui dans 1984 désigne un camp de travail forcé. On mentionnera encore cette réflexion plus générale de George Orwell sur l’euphémisme dans le langage politique :

Le langage politique doit […] principalement consister en euphémismes, pétitions de principe et imprécisions nébuleuses. Des villages sans défense subissent des bombardements aériens, leurs habitants sont chassés dans les campagnes, leur bétail est mitraillé, leurs huttes sont détruites par des bombes incendiaires : cela s’appelle la « pacification ». Des millions de paysans sont expulsés de leur ferme et jetés sur les routes sans autre viatique que ce qu’ils peuvent emporter : cela s’appelle un « transfert de population » ou une « rectification de frontière ». Des gens sont emprisonnés sans jugement pendant des années, ou abattus d’une balle dans la nuque, ou envoyés dans les camps de bucherons de l’Arctique pour y mourir du scorbut : cela s’appelle l' »élimination des éléments suspects ». Cette phraséologie est nécessaire si l’on veut nommer les choses sans évoquer les images mentales correspondantes. (Tels, tels étaient nos plaisirs et autres essais (1944-1949), Éditions Ivrea)

La notion de novlangue, et son application à diverses initiatives de modification de la langue, ont fait l’objet de nombreuses analyses politiques, économiques, sociologiques, historiques, philosophiques, littéraires…, dans lesquelles on n’entrera pas3. Le terme de novlangue, cependant, est largement sorti du cercle savant : chacun a une idée de ce qu’il recouvre, même sans avoir lu 1984. Dans l’actualité récente, l’usage en a encore été, à plusieurs belles occasions, redynamisé. Parmi ces occasions, on mentionnera notamment la présidence de Donald Trump aux États-Unis, voire, plus modestement, quelques aspects de la présidence macronienne.

      (vous pouvez ouvrir les fenêtres !)    

Moins légitimes selon nous sont les très fréquents appels à Orwell pour s’insurger contre, en vrac, l’écriture inclusive, la réforme de l’orthographe, le langage SMS, la suppression des mots mademoiselle (dans les formulaires administratifs) ou race (dans la Constitution)… « Selon nous », disons-nous, puisqu’évidemment chacun trouvera légitime, ou non, le recours à Orwell, en fonction de sa propre sensibilité, de sa propre vision idéologique : car la novlangue, c’est toujours l’autre. La linguiste Alice Krieg-Planque a finement analysé ce phénomène dans un article de 2012 (références en fin du billet), où elle met en évidence la façon dont le terme de « novlangue » est utilisé, dans le débat public français contemporain, pour critiquer le « discours autre ».  On se contentera ici de mentionner ce qu’elle considère comme « la caractéristique la plus remarquable » de la novlangue :

La caractéristique la plus remarquable de « novlangue » est que celle-ci renvoie à des pratiques langagières supposées particulariser un certain type de locuteur. Bien entendu, les clivages partisans ne manquent pas d’être reconduits (des locuteurs de droite accusant des locuteurs de gauche de parler la « novlangue », et réciproquement). (Krieg-Planque 2012, p. 79)4

Cette façon de disqualifier le discours de l’autre par référence à la novlangue – parler de novlangue, c’est sonner la fin de la discussion, aussi virtuelle soit-elle – a inspiré le lien que nous faisons avec le point Godwin. Notre point Orwell reste certes impressionniste : il ne s’appuie sur aucune loi scientifiquement, quantitativement étayée, et n’a évidemment pas le caractère de systématicité attaché au point Godwin. ¨Pour argumenter cependant en faveur de ce que la « loi » qui nous guide n’est pas non plus dépourvue de tout caractère systématique, nous proposons de l’illustrer par un petit jeu de damier « Ferme des animaux ».

La règle du jeu est simple : derrière chaque image (à cliquer) se cache un extrait de texte où la dénonciation de quelque modification/évolution langagière s’accompagne d’un appel à Orwell et/ou à la novlangue5. Chaque animal a sa thématique : écriture inclusive, suppression de mots, langage sms6 ou réforme de l’orthographe7.

Une précision encore avant de commencer : dans l’élaboration du damier, nous nous sommes imposé comme contrainte d’écarter les livres et médias traditionnels, pour ne considérer que les blogs, forums, commentaires sur des sites internet, éventuellement tribunes de journaux en ligne, où il s’agit explicitement de prises de position subjectives et souvent interactives8.


 

Chacun de son côté, chacun à son tour, croit redécouvrir Orwell…

 

 

Krieg-Planque, A. (2012), « La “novlangue”: une langue imaginaire au service de la critique du “discours autre” », in Sonia Branca-Rosoff et al. (éds), L’hétérogène à l’œuvre dans la langue et les discours. Hommage à Jacqueline Authier-Revuz, Limoges, Editions Lambert-Lucas, pp. 69-83. Disponible sur Academia.edu

Krieg-Planque, A. (2014), « Des discours pour condamner un usage dévoyé du langage : une analyse des discours autour du prix “Orwell Novlang” des Big Brother Awards », Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2014, SHS Web of Conferences 8.

 

  1. Nous empruntons également au billet de Marie-Anne Paveau la représentation du « Godwin point » – détournée ci-dessus en « Orwell point ». La représentation originale est l’œuvre de l’artiste SeBoun, qui en autorise gracieusement l’usage à tous, sur son site Deviant Art. Le portrait d’Orwell est disponible sur Wikimedia Commons. []
  2. De façon usuelle, on parle de la novlangue ; mais dans la version française du roman, l’anglais Newspeak est traduit par le novlangue – c’est cette forme au masculin qu’utilisent préférentiellement les puristes []
  3. On se contentera de mentionner deux émissions récentes de France Culture, consacrées respectivement, en janvier 2017, à La novlangue, de George Orwell à Donald Trump, et en juillet 2017, à La novlangue, instrument de destruction intellectuelle. []
  4. Dans un autre article de 2014, Alice Krieg-Planque mentionne l’existence, allant dans ce même sens de dénonciation de pratiques langagières jugées dévoyées, du prix « Orwell Novlang » – prix parodique attribué par un collectif militant, plus largement organisateur des « Big Brother Awards ». Pour une étude approfondie des discours tenus « autour » de ce prix, nous renvoyons à cet article (dont les références sont également données en fin du billet).(prix parodique attribué par un collectif militant, plus largement organisateur des « Big Brother Awards »). Pour une présentation de ce prix, et une étude approfondie des discours tenus « autour » de son attribution, nous renvoyons à l’article d’Alice Krieg Planque (dont les références sont également données en fin du billet). []
  5. Pour des modifications qui (selon nous…) méritent fort peu cet appel. []
  6. À propos du langage sms, on notera que les écarts introduits par rapport à la norme linguistique ne résultent d’aucune décision concertée, venant « d’en haut » (de quelque hauteur que ce soit) – ce qui pourtant, d’après un internaute, au lieu d’amoindrir le rapport à Orwell, le dramatise encore… []
  7. Les lecteurs/joueurs attentifs remarqueront que des recoupements peuvent s’opérer entre les thématiques : il y a parfois un cochon dans la poule ou un mouton dans le chat… []
  8. Cette contrainte vaut en partie pour (nous) donner l’illusion de suivre les pas de Godwin, dont le travail portait originellement sur les discussions en ligne dans les forums virtuels du réseau Usenet ; elle nous sert également à mettre en évidence que le recours systématique à Orwell excède de loin le cercle des écrivains, essayistes et journalistes. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

  1. 4 juillet 2018

    […] Le point Orwell Anne et Marie-Paule, Bling, 15 juin 2018 > https://bling.hypotheses.org/2311 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.