« Encore », encore

 

 

Dans un article du 6 février 2018 du blog LibéRation de Philole chercheur Jean-Claude Monod écrit, à propos d’une tribune du Figaro publiée par Éric Zemmour (qui s’indigne de l’abandon de la commémoration des 150 ans de la naissance de Charles Maurras) :

Prétendant donner des leçons face à «l’inculture» ambiante, Zemmour écrit dans Le Figaro du 2 février : «En censurant ainsi le nom de Maurras, certains voudraient accréditer l’idée que les fameux «États confédérés» (Juifs, protestants, francs-maçons, métèques) gouvernent encore la République qu’ils ne s’y prendraient pas autrement!» Comme nombre de lecteurs l’ont relevé, l’expression est remarquable : «Encore» implique que Maurras avait raison de dire qu’ils la gouvernaient.

 

Et pourquoi ? Pourquoi encore implique-il que « Maurras avait raison de dire qu’ils la gouvernaient » ?

 

Pour nous, ce n’est pas si évident – à cause des poupées russes… Pour comprendre avec nous cette image de poupées russes, il faut imaginer que le encore en question s’inscrit dans la première des poupées russes, la toute petite, celle qui est au plus profond de toutes les autres. Cette image des poupées russes, c’est donc pour essayer de figurer la complexité de la phrase d’Éric Zemmour. Une phrase particulièrement complexe, si on y regarde de près :

Encore entre dans la phrase simple :

les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République

laquelle est « enchâssée » (au sens linguistique d’ « incluse »)1 dans la phrase qui précède, pour former une phrase plus complexe :

certains voudraient accréditer l’idée que les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République

laquelle, encore, constitue le premier membre d’une structure hypothétique dite « corrélative »2 dont le second membre est donné par qu’ils ne s’y prendraient pas autrement :

certains voudraient accréditer l’idée que les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République qu’ils ne s’y prendraient pas autrement!

La structure hypothétique dans son ensemble est elle-même sous la portée du gérondif causal en censurant ainsi le nom de Maurras :

En censurant ainsi le nom de Maurras, certains voudraient accréditer l’idée que les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République qu’ils ne s’y prendraient pas autrement!

Cette complexité, on peut la représenter autrement que par des poupées russes : par des « arbres syntaxiques » le plus souvent en linguistique, par des parenthèses ou des crochets, ou encore par des boîtes, comme on va le tenter ci-dessous (sans respecter quelque orthodoxie syntaxique que ce soit).

Notre représentation, non seulement n’est pas orthodoxe, mais ne donne à percevoir qu’une hiérarchisation globale de l’énoncé complet (et complexe), sans distinguer finement les relations en jeu entre les différents membres de cet énoncé. La distinction qui nous intéresse principalement ici est celle qui existe entre :

  • l’enchâssement (emboîtement) de

les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République

dans 

certains voudraient accréditer l’idée,

  • et la corrélation (rendue par la simple juxtaposition des boîtes) entre le résultat de l’enchâssement et

ils ne s’y prendraient pas autrement.

Tout ça pour dire : le petit encore est profondément enfoui à l’intérieur des boîtes syntaxiques ! Ce encore qui, selon Jean-Claude Monod (s’associant à d’autres lecteurs), « implique que Maurras avait raison de dire qu’ils la gouvernaient ». On en revient ici à notre interrogation initiale : pourquoi une telle implication ? Il s’agit là en fait, une nouvelle fois, de la question de la présupposition qu’on avait déjà abordée – déjà à propos de encore3 – dans le billet On l’a pas encore fait. On évoquait, dans ce billet, l’abondance des études linguistiques consacrées à cette notion de présupposition. On reprend ci-dessous la caractérisation basique qu’on en donnait alors :

Pour donner une idée de ce qu’est la présupposition, on dira simplement que c’est une forme d’implicite (quelque chose qui n’est pas directement dit). Mais c’est un implicite obligatoire, en ce sens qu’il n’est pas laissé à la libre interprétation de l’interlocuteur : il est nécessairement associé à ce qui est dit. Plus précisément, c’est un implicite qui doit être préalablement admis pour que ce qui est dit ait un sens.

On mentionnait également l’existence de toute une variété de « déclencheurs de présupposition », dont justement encore, avec l’exemple suivant :

Jeanne est encore là (qui présuppose que Jeanne était déjà là auparavant)

On ajoutera que la notion même de présupposition a d’abord été un objet de débat philosophique (philosophie analytique), avec en particulier le fameux débat entre Bertrand Russell et Peter F. Strawson autour d’exemples tels que :

Le roi de France est chauve / sage4

où la description définie (le roi de France) est analysée comme déclenchant (selon Strawson) ou non (selon Russell) une présupposition d’existence (« il existe un roi de France »).

Parler comme ci-dessus de la présupposition comme d’un « implicite obligatoire » revient à dire, dans d’autres définitions davantage centrées sur le locuteur (celui qui est en charge de l’énoncé) : le locuteur ne peut pas prononcer (ou écrire) un énoncé présupposant sans prendre la responsabilité de la présupposition. Ainsi, on ne peut pas dire « Jeanne est encore là » sans s’attribuer de fait la croyance selon laquelle elle était déjà là auparavant. Et impossible de s’en défausser, de dire par la suite « Mais non, je n’ait jamais dit qu’elle était là auparavant  ! »5 Ce qui distingue justement la présupposition d’autres formes d’implicite qu’il est légitimement possible, pour le locuteur, de ne pas assumer. Ainsi,

Tu étais tellement gentille quand tu étais petite !

suggère implicitement6 que la personne dont il est question ne le serait plus. Mais cette inférence-là est défaisable : « Et tu l’es toujours, bien sûr ! ».

Revenons au morceau d’énoncé de Zemmour,

les fameux «États confédérés» […] gouvernent encore la République

auquel est associé la présupposition selon laquelle « les fameux ‘États confédérés’ […] gouvernaient auparavant la République » – présupposition correspondant aux convictions affichées de Maurras, ce qui autorise Monod à écrire :

«Encore» implique que Maurras avait raison de dire qu’ils la gouvernaient.

Or… c’est encore plus compliqué que ça.

La responsabilité de cette implication / présupposition (non défaisable) est naturellement attribuée à l’auteur de l’énoncé, i.e. Zemmour. Mais c’est là que les poupées russes reviennent. Car le morceau d’énoncé avec encore n’est justement qu’une partie, prise dans le tout complexe qu’on a vu. On est là en plein dans le grave problème de la « projection des présuppositions », qui a commencé tout particulièrement d’accaparer l’attention des linguistes dans les années 19707). On vous passe les détails. En version brève : le problème, tel qu’il était posé à l’origine, consistait à se demander comment les présuppositions d’une phrase complexe sont déterminées par les présuppositions et assertions de chacune des parties qu’elle contient. Toutes sortes d’hypothèses ont été proposées, allant de l’hypothèse « cumulative » (c’est l’hypothèse la plus simple, selon laquelle les phrases composées héritent de toutes les présuppositions de leurs parties constituantes) à l’hypothèse « anaphorique » en passant par les hypothèses « combinatoire », « par annulation », ou encore « procédurale« . Le type de complexité en jeu correspond principalement à des structures négative (non A),  hypothétiques (si A, alors B), conditionnelles (ou bien A, ou bien B) ou comprenant un verbe de discours ou de croyance (X dit/croit que A).

La question était par exemple de savoir si les présuppositions associées aux segments les enfants de Jack ou le lapin de John8 ou encore c’est Bill qui avait mis sous écoute le téléphone de Mary9 sont toujours valides pour les énoncés plus complexes où ils peuvent entrer :

Si la calvitie est héréditaire, alors les enfants de Jack sont chauves

Si Jack a des enfants, alors ses enfants sont chauves

Ou bien la calvitie n’est pas héréditaire, ou bien les enfants de Jack sont chauves

Ou bien Jack n’a pas d’enfants, ou bien ses enfants sont chauves10

John a dit à Sue que ce n’était pas Bill qui avait mis sous écoute le téléphone de Mary11

Si Harry pense que le lapin de John est mort, c’est qu’il ne sait pas que John n’avait pas de lapin12

Les problèmes en jeu sont très abstraits, et les modèles proposant de les traiter pas toujours en accord. La plus grande source de désaccord, cependant, concerne les contextes de croyances ou discours rapportés (cf. le dernier exemple ci-dessus) : est-ce qu’en rapportant les propos ou les croyances de quelqu’un d’autre, le locuteur prend nécessairement à son compte les présuppositions portées par l’expression de ses propos ou croyances ?  La plupart des modèles vont dans le sens que oui, par défaut (i.e. à moins d’expliciter le contraire), le locuteur en est responsable. Mais la question reste quand même ouverte.

Et donc : dans le cas d’un énoncé aussi complexe que celui de Zemmour, où l’énoncé présupposant avec encore apparaît sous la dépendance de la proposition certains voudraient accréditer l’idée, laquelle véhicule l’expression d’une croyance (attribuée à d’autres non identifiés !), et qui elle-même participe à l’élaboration d’une structure hypothétique…  comment fait-on ?! La responsabilité de la présupposition peut-elle être attribuée à Zemmour ? C’est très difficile (voire impossible) d’affirmer quoi que ce soit de définitif en ce sens13. Par défaut, la responsabilité est sienne en effet14. Mais il pourra toujours (s’il le souhaite) la contester. L’analyse linguistique ici fournit un indice, pas une preuve…

 

Karttunen, L. (1973). « Presuppositions of Compound Sentences ». Linguistic Inquiry 2 : 169-193.

Karttunen, L. & S. Peters (1979). « Conventional Implicature ». Syntax and Semantics 11 : 1-57.

Le Draoulec, A. (1997). « Etude présuppositionnelle des subordonnées temporelles ». Thèse de Sciences du Langage, Université de Toulouse – Le Mirail.

Russell, B. (1905). « On Denoting ». Mind 14 : 479-493.

Strawson, P.F. (1950). « On Referring ». Mind, 59. Traduction française de 1977 (sous le titre « De l’acte de référence »), Études de logique et de linguistique, Paris, Seuil : 9-38.

Van der Sandt, R. (1988). Context and Presupposition. London : Croom Helm.

 

 

  1. Via la conjonction que. []
  2. Cette structure hypothétique de forme ici peu familière, voire opaque, est déclenchée par le balancement entre les deux conditionnels voudraient / prendraient, le second associé à la conjonction que. []
  3. Ou plus précisément de ne… pas encore. []
  4. Traduction des exemples originaux de Russell (1905) –The king of France is bald –  et Strawson (1950) – The king of France is bald. []
  5. Pas plus qu’il ne serait possible de dire « Ma voiture est en panne » (qui présuppose qu’il existe une voiture qui est à moi – ou plus simplement, que j’ai une voiture) tout en protestant par la suite que « Mais non, je n’ai jamais dit que j’avais une voiture ! ». []
  6. Il s’agit-là, au sens de Grice (1975), d’une « implicature conversationnelle ». []
  7. Et dont les échos se font encore entendre, entre autres, dans la thèse de Le Draoulec (1997 []
  8. Présuppositions d’existence : « Jack a des enfants », « John a un lapin ». []
  9. Présupposition liée à une phrase clivée : « quelqu’un a mis sous écoute le téléphone de Mary ». []
  10. Ces quatre premiers exemples sont adaptés d’exemples – en anglais – de Karttunen (1973). []
  11. Traduit d’un exemple – en anglais encore – de Karttunen & Peters (1979). []
  12. Traduit d’un exemple – en anglais toujours – de van der Sandt (1988). On remarquera que le problème de la projection des présuppositions a donné naissance à beaucoup d’exemples rigolos autant que tirés par les cheveux (d’où, peut-être, un intérêt patent pour les questions de calvitie…). Tout tirés par les cheveux qu’ils soient, ils ne sont pas cependant plus complexes que les spécimens qu’on peut trouver « dans la nature » (comme c’est le cas avec l’énoncé de Zemmour). []
  13. Et nous voilà, par l’analyse linguistique, à mettre un (tout petit) bémol sur une réflexion – celle de Monod – à laquelle nous adhérons par ailleurs sans réserve… []
  14. Surtout qu’il existe des procédés pour marquer une distance par rapport aux mots qu’on utilise, comme l’usage des guillemets dont Zemmour entoure soigneusement les «États confédérés» (à propos de l’usage des guillemetscf. notre billet Mots interdits). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour et merci
    Cela ne change rien à l’analyse des présuppositions, mais on a encore la polysémie de « encore » : = « toujours » ou = « de nouveau »..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *