Perlée

 

À entendre parler de grève perlée, on se dit… c’est bien joli tout de même, une grève perlée… Difficile d’être a priori défavorable à une grève perlée, difficile de lui associer tant de conséquences néfastes, énumérées à longueur d’antenne et d’articles de presse….

 

Mais au fait, c’est quoi une grève perlée ?

 

 

Telle qu’utilisée dans l’actualité des grèves de la SNCF, l’expression grève perlée renvoie à une grève intermittente, en pointillés, égrenée au fil du temps. On pense immédiatement aux perles du collier – et c’est bien ce qui donne à la grève perlée un air aimable… Ce caractère « aimable », « joli », relève de ce qu’on appelle communément la connotation, laquelle se situe du côté de la subjectivité, des affects, par opposition à la dénotation qui est un élément plus stable et objectif de signification. Parmi les nombreux travaux linguistiques consacrés à la connotation, on mentionnera les études de M.-N. Gary-Prieur (1971) et C. Kerbrat-Orecchioni (1977) (voir références en fin de de billet). On citera également la définition synthétique (en lien avec le domaine de la pragmatique) qu’en donnait un peu plus récemment le linguiste K. Allan  :

Les connotations d’une expression langagière sont les effets pragmatiques qui naissent des connaissances encyclopédiques sur sa dénotation (ou référence) et aussi des expériences, croyances et préjugés concernant les contextes dans lesquels l’expression est typiquement utilisée1.

On ne va pas développer plus avant la notion de connotation. On s’appuiera simplement sur la citation ci-dessus pour tâcher de comprendre ce qui se passe avec cette affaire de grève perlée. Pour la dénotation du mot perle, nous nous tournons vers la définition (ou du moins, le premier point de définition) qu’en donne le Trésor de la Langue Française (TLF) :

Petite concrétion, généralement sphérique, d’un blanc argentin à reflets irisés, qui se forme par sécrétion de couches concentriques de nacre autour d’un corps parasite entré dans la coquille de certains mollusques marins (huîtres) ou d’eau douce, et qui est recherchée pour la fabrication des bijoux ou des parures.

Dans les « connaissances encyclopédiques » mobilisées ici, il y a déjà en germe les éléments (reflets irisés / recherchée / bijoux / parures) qui vont nourrir les représentations positives culturellement attachées au mot perle – lesquelles sont du domaine de la connotation. Et ce sont ces mêmes représentations dont va pouvoir hériter l’adjectif perlé (pour la définition duquel nous renvoyons encore au TLF). La connotation positive de l’adjectif perlé se transmet par ailleurs à tout ce qu’il touche (ou à peu près), comme on le voit en parcourant la liste des expressions (plus ou moins lexicalisées) et citations littéraires données tout au long de l’entrée perlée des dictionnaires. En trichant un peu, nous écarterons les médicales et peu plaisantes vésicules perlées (de la gale) ou autres crachats perlés (en fin de crise d’asthme), et retiendrons (dans le Petit Robert et le TLF) le petit florilège suivant :

soie perlée, robe perlée, broderie perlée, rire perlé, vin perlé, ouvrage perlé, jeu perlé, note perlée, accent perlé, « grâce minaudière de ce si bémol ainsi perlé »,  « jacinthes toutes perlées de leurs grains fleuris », « élan perlé du jet d’eau »…

On a également – provisoirement – écarté grève perlée et guerre perlée qui figurent dans le TLF, sous une acception de perlée correspondant à un contexte particulier : « [En parlant d’un mouvement social ou politique dirigé contre qqn] ». Malgré les noms de guerre et de grève, une connotation positive nous paraît subsister – ce qui nous ramène à notre réaction initiale, quant à la « joliesse » de la grève perlée.

Et on pourrait s’arrêter là, sauf que… ce n’est pas du tout ce qu’on a dit, une grève perlée ! À notre grande surprise, en recherchant dans les dictionnaires les associations privilégiées de perlé, on a découvert, non seulement que l’expression grève perlée, que nous pensions innovante, y était (comme nous venons de le voir) répertoriée, mais également (et il fallait pour cela aller consulter l’entrée grève plutôt que perlé du TLF) qu’elle y était définie d’une façon tout à fait différente de ce qui est entendu (et que nous-mêmes entendions) aujourd’hui :

Grève perlée. Ralentissement collectif, volontaire et concerté du rythme de travail.

Ce hiatus a d’ailleurs été relevé par plusieurs médias qui, depuis début avril, tentent en vain de « rétablir la vérité » sur ce qu’est une grève perlée, et donc de dire que la forme de grève actuellement adoptée par la SNCF – une grève deux jours sur cinq –n’est pas une grève perlée (laquelle serait « illicite »). On mentionnera en ce sens les articles parus entre le 1er et le 9 avril de Libération (qui propose un « lexique » de la grève, et en particulier une définition juridique de la grève perlée2 ), Le Parisien (qui fait – à peu près – la même chose le lendemain ), BFM Business (qui, rejetant la qualification de grève perlée, appelle ses lecteurs / auditeurs à « vote[r] pour lui donner un nom »3) ) ou Le Monde (qui, évoquant l’ ‘Idée reçue sur la grève n°1  : « Les cheminots effectuent une grève perlée » ‘, commence par esquisser un mea culpa, suivi d’une explication en termes justement de… collier de perles4 ).

Tentative sans doute saine, mais vaine… puisque l’expression grève perlée a pris, et bien pris, et persiste, malgré les dénégations. On peut le comprendre d’ailleurs, en premier lieu à cause de cette image du collier de perles, à laquelle on revient toujours, et qui sous-tend les diverses variantes dans l’expression de la temporalité de la grève (« grève perlée sur trois mois », « grève perlée de trois mois », « grève perlée deux jours sur cinq », « grève perlée de deux jours sur cinq d’avril à juin » …). On peut également, peut-être, y voir un « calque » de l’expression, bien établie dans le monde enseignant, d’absences perlées – où il s’agit bien en effet d’absences égrenées dans le temps. Ainsi, grève perlée s’avère beaucoup plus compréhensible dans son acception commune actuelle que dans son acception lexicographique et juridique (dont le lien avec perlé reste assez opaque). L’emploi qui a cours aujourd’hui, bien qu’erroné, est beaucoup plus parlant – et même productif, puisque d’autres usages continuent de « broder » sur les perles : on mentionnera ainsi la lumineuse image d’un commentateur du journal de TF1, le 16 mars dernier, affirmant que « les ponts du 8 mai, celui de l’Ascension, vont être perlés de grèves ».

On aurait été tentées de conclure en saluant l’ingéniosité linguistique des syndicats de cheminots qui, à l’innovation dans la forme de la mobilisation, ajoutent le ré-emploi innovant d’une expression qui ne manque pas de charme. Sauf que, là encore…dernier rebondissement dans l’enquête, on est bien incapables de savoir s’il faut effectivement attribuer aux cheminots la dénomination de leur mouvement comme grève perlée. On a eu beau faire défiler sur l’écran de notre ordinateur articles de presse et interviews diverses, on n’a pas réussi à démêler la question de l’origine de ces fameuses grèves perlées de la SNCF. Dans les interviews accessibles en ligne que nous avons pu écouter, pas un seul syndicaliste ne prononce l’expression (sans pour autant rejeter son usage par les journalistes interviewers5). Dans les articles et interviews retranscrites à l’écrit, où les grève perlée abondent, une nouvelle difficulté se pose, liée à l’ambiguïté de ce signe linguistique que constituent les guillemets6 : s’agit-il de véritable citation ? d’une simple mise en relief ? d’une prudente prise de distance ? On citera en vrac, comme extraits comportant des guillemets autour de perlée ou grève perlée :

On vous explique la grève « perlée » à la SNCF

Quels sont les jours concernés par cette grève dite « perlée » ?

CONFLIT – Les syndicats de la SNCF ont entamé mardi 3 avril un mouvement de grève dite « perlée » de deux jours sur cinq, et ce jusqu’au 28 juin.

Les syndicats ont choisi une « grève perlée », c’est à dire deux jours de grève suivis de trois jours d’activité normale

Le choix d’une grève « perlée » à la SNCF de deux jours sur cinq, d’avril à juin,est un vrai casse-tête.

On ne peut cependant s’appuyer sur ces guillemets comme marques de citation originale, puisqu’on trouve autant de configrations sans guillemets autour de perlée ni de grève perlée (dans des extraits pouvant en comporter ailleurs, pour signaler, semble-t-il, de véritables citations7) :

Le 15 mars, l’intersyndicale des cheminots a appelé à une grève perlée dès le 3 avril.

Les syndicats des cheminots (l’intersyndicale CGT-Unsa-Sud-CFDT) ont inauguré mardi 3 avril un type de grève d’un genre nouveau : la grève perlée

Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, invité de France Bleu, cette grève perlée est une réponse « avec imagination à la limitation du droit de grève imposée par les derniers gouvernements »

Le patron de la CGT est venu à Nice rencontrer les cheminots. Il défend les modalités inédites de la grève perlée annoncée à partir du mois d’avril pour 36 jours décalés sur trois mois. « C’est la conséquence de la limitation du droit de grève, on a de l’imagination » dit-il.

En menant l’enquête un peu plus loin, la mention initiale de grève perlée8, dans le cadre des grèves actuelles de la SNCF, devrait pouvoir se trouver. Quoi qu’il en soit, quelle que soit l’origine de ce nouvel usage de grève perlée… quel en sera le devenir ?

 

Allan, K. (2007). « The pragmatics of connotation ». Journal of Pragmatics 39/6 : 1047-1057

Gary-Prieur M.-N. (1971). « La notion de connotation(s) ». Littérature 4 : 96-107 (Consultable en ligne sur Persée)

Kerbrat-Orecchioni C. (1977). La Connotation. Presses Universitaires de Lyon

  1. Notre traduction de l’énoncé original : « The connotations of a language expression are pragmatic effects that arise from encyclopaedic knowledge about its denotation (or reference) and also from experiences, beliefs, and prejudices about the contexts in which the expression is typically used. » (K. Allan, The pragmatics of connotation, 2006) []
  2. Nous citons : ‘La grève par épisode, «deux jours sur cinq», annoncée à la SNCF par trois syndicats (CGT, Unsa, CFDT) jusqu’au 28 juin, n’est pas une «grève perlée». «La grève perlée n’est pas une grève, c’est un travail exercé au ralenti ou mal. Ce n’est pas un arrêt de travail, donc cela ne rentre pas dans la définition de la grève au sens du droit du travail», explique Me Toumieux [avocate spécialisée en droit social].’. []
  3. Les propositions, qui résultent d’un « vaste brainstorming intra-rédaction » (après un appel infructueux aux lumières de l’Académie Française…) sont les suivantes, classées par ordre de popularité : Grève intermittente / Grève Bingo / Grève en pointillé / Grève alternante / Grève aux 2/5e /Grève on/off / Grève en giboulée / Grève épisodique / Grève sporadique / Grève constellée / Grève carrée. []
  4. Nous citons : ‘Le terme de « grève perlée » a souvent été utilisé (y compris au Monde) pour qualifier le calendrier inédit des cheminots, sans doute parce que l’alternance de deux journées de grève et trois journées travaillées durant trois mois évoquait la régularité de perles enfilées dans un collier.’ []
  5. Ce qui revient dans la bouche des syndicalistes, c’est la caractérisation plus précise d’une grève « deux jours sur cinq à compter du 3 avril ». Sur les sites des divers syndicats impliqués, on n’arrive pas non plus à trouver de mention de grève perlée ;  y figure en revanche l’expression « bataille du rail » – avec des connotations certes un peu différentes de celles du « collier de perles »… []
  6. Ambiguïté que nous avions déjà relevée dans notre billet Mots interdits. []
  7. Plus c’est long, plus ça a de chance d’être une véritable citation… []
  8. Nos lecteurs auront remarqué notre usage ingénieux des italiques sur grève perlée, qui nous permet d’éviter les guillemets… Les italiques cependant sont tout aussi « piégeux » que les guillemets (cf. là encore notre billet Mots interdits), et utilisés dans notre billet d’une façon dont on doit bien reconnaître qu’elle n’est pas très cohérente avec l’usage qu’on fait par ailleurs des guillemets. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *