« Se faire violer » ou « être violée » ?

Affiche dans un couloir de la Maison de la Recherche, à l’Université Toulouse – Jean Jaurès

 

 

 

« On ne se fait pas violer. On est violé. On est, on est, on est violé. On ne fait rien. On est. C’est l’autre qui fait. Le viol, c’est l’autre qui le fait. »

(Léonora Miano, repris par l’ex-ministre Christiane Taubira à l’occasion du Festival d’Avignon 2017)

 

 

 

 

 

[Nous sommes heureuses de publier ici le billet que nous propose Christel Le Bellec, collègue de l’Université Paul Valéry à Montpellier et du laboratoire Praxiling. D’autant plus heureuses que la question dont elle traite était précisément de celles que nous avions eu nous-mêmes envie d’aborder (merci Christel de le faire pour nous !). Nous lui laissons entièrement la main.]

 

Il n’est pas rare de lire sur la toile des avis d’internautes (parfois de personnes influentes) qui censurent la construction en se faire :

« Flavie Flament s’est fait violer » titrent bon nombre de magazines. Cette forme grammaticale active sous-entend une volonté du sujet. C’est Flavie Flament qui agit. Elle SE fait violer. Elle se fait faire un massage, elle se fait aider pour sa thèse, elle se fait récompenser, elle se fait refaire le nez, elle se fait violer. Comme si c’était son choix, comme si elle était à l’origine de l’acte. Sauf qu’en réalité, elle n’a pas désiré ce viol : elle est violée. Elle ne consent pas. Donc, elle n’est pas le sujet actif. […]  (Culture du viol : non, Flavie Flament ne s’est pas « fait violer » !, Marlène Schiappa, Huffington Post, 17/10/2016)

Les femmes ne SE FONT pas (harceler, violer, etc.), elles SONT (harcelées, violées, etc.). Les mots ont un sens.
On entend souvent l’expression « se faire » (cambrioler, licencier, violer…) plutôt que « être » (cambriolée, licenciée, violée…). Sans doute parce qu’il est plus facile d’utiliser un infinitif que d’accorder un participe passé, […] (Etre ou se faire (violer), Romy Têtue, 23 octobre 2017)


Il est délicat de se lancer dans des pseudo-analyses linguistiques comme on peut le lire ci-dessus. Au lieu de vouloir censurer la construction en se faire, ne vaut-il pas mieux s’interroger sur le sens de celle-ci et sur les raisons linguistiques qui justifient son usage ?

 

En croyant bien faire, les censeurs de la tournure en se faire dans de tels contextes se trompent sur le sens de celle-ci. Ils méconnaissent le double sens de se faire (+ infinitif).

Cette tournure permet en effet d’exprimer deux choses presque opposées : elle peut être de sens causatif (dans le sens où le référent du sujet est l’instigateur de la situation ou de l’action mise en œuvre) mais aussi de sens passif (dans le sens où le référent du sujet ne fait que subir la situation ou l’action et n’en est donc pas responsable). Ainsi, dans les exemples : Elle se fait faire un massage ou Elle se fait refaire le nez, le sens est clairement causatif, puisqu’en effet, le référent du sujet « elle » fait en sorte de créer les conditions pour qu’on lui fasse un massage ou pour qu’on lui refasse le nez, il y a donc une vraie « responsabilité » et le référent est tout autant acteur (pour la recherche de l’action à mettre en œuvre) que l’agent qui va agir sur elle (en l’occurrence le masseur ou le chirurgien).

Il en va tout autrement quand on utilise la tournure Elle s’est fait violer. Dans ce cas, on ne considère bien évidemment pas que la femme soit responsable du viol, au contraire, on déclare qu’elle a été victime d’un viol. Lorsqu’on dit : Il s’est fait écraser par un camion, ou encore : Il s’est fait agresser dans la rue, en aucun cas, on n’attribue une quelconque intentionnalité à la victime de l’accident de camion ou de l’agression, alors pourquoi en attribuer une au viol ?

Il y a peut-être là une confusion des genres : on attribue à la langue des propriétés qui relèvent d’une certaine idéologie et qui n’ont rien à voir avec le véritable fonctionnement de la langue et notamment son ambiguïté. Alors mettons les choses au clair.

La question qu’il convient de se poser est la suivante : pourquoi avons-nous tendance justement à utiliser la tournure en se faire pour parler d’événements violents à la place de la tournure en être ? (les exemples abondent : se faire avoir, se faire renvoyer, se faire prendre, se faire disputer, se faire insulter, se faire enlever, se faire massacrer, etc.) et pourquoi alors la tournure se faire violer (en parlant d’une femme) ferait-elle exception à cela ?

Les raisons liées à cet emploi sont purement linguistiques et non sexistes comme ont pu l’affirmer les auteures des écrits cités précédemment.

Tout d’abord, la tournure en se faire est construite à l’aide d’un infinitif tandis que celle en être est construite au moyen d’un participe passé. Ces deux éléments verbaux ont des propriétés linguistiques différentes : en effet, le participe passé permet notamment de présenter l’état résultant de l’action ou du procès, tandis que l’infinitif permet d’en présenter le déroulement, il permet de décrire l’action ou le procès en cours de réalisation. Cette particularité explique notamment le fait que certains contextes ou certains verbes sont difficilement compatibles avec le passif en être, comme : Attention, tu vas être grondé ! au lieu de : Attention, tu vas te faire gronder ! La tournure en se faire requiert très souvent de voir l’entrée dans le procès ainsi que son déroulement, tandis que la tournure en être n’en présente que l’état résultant.

Ensuite, cette tournure est le plus souvent utilisée à propos de sujets animés (des êtres humains, parfois des animaux) et a une propension à être employée pour faire référence à des procès « désagréables », ce qui contribue à amplifier l’affectation du référent du sujet, là où le passif en être est indifférent. Effectivement, si l’on compare certaines constructions en se faire et en être, on remarque qu’il y a toujours une plus grande affectation du référent du sujet avec se faire : Les fidèles qui se font brûler ne ressusciteront pas à côté de : Les fidèles qui sont brûlés ne ressusciteront pas. C’est ainsi que l’on trouve de nombreux exemples où l’intégrité (physique ou psychique) du référent du sujet est grandement en péril : Il s’est fait tabasser ; Il s’est fait virer par le portier ; Ils se faisaient chasser à coups de pierre, Mon pote s’est fait larguer, etc.

Enfin, la tournure en se faire est relativement moderne (elle apparaît de façon sporadique entre le 13e et le 16e siècle, mais c’est surtout à partir du milieu du 20e siècle qu’elle connaît une explosion du nombre de ses emplois). Ce succès s’explique par le besoin d’expressivité des locuteurs, à savoir le besoin d’attirer l’attention de l’interlocuteur et de dire les choses de façon plus marquante, donc de renouveler l’expression, à côté de la tournure classique en être, jugée peu apte à exprimer les choses de façon frappante et expressive. C’est pourquoi on dira plus naturellement : Il s’est fait rouler par son patron au lieu de : Il a été roulé par son patron ou encore : Ils se sont fait engueuler au lieu de : Ils ont été engueulés, etc.

Ainsi, lorsqu’on déclare : Elle a été violée, au moyen donc du passif en être, on prend une certaine distance avec l’événement énoncé. En effet, cette tournure, plus ancienne que celle en se faire, s’est en quelque sorte érodée au fil du temps, au point d’évoquer le processus exprimé par le verbe avec une plus grande neutralité, à l’inverse de la tournure en se faire, qui est plus expressive (parce que plus récente) et qui permet d’exprimer le processus avec plus d’empathie. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les paires d’exemples suivantes et l’on comprendra que le scripteur qui a utilisé se faire au détriment du passif en être, l’a fait certainement en pensant à la victime ainsi qu’à la violence des faits décrits :

Mon chat de 1 an ½ s’est fait écrasé vendredi. J’arrive pas à remonter la pente. Besoin d’aide (titre d’une discussion tiré d’un forum) (à côté de : Mon chat de 1 an ½ a été écrasé vendredi. […] )

Une femme se fait renverser par un taxi au Brésil (titre d’une vidéo) (à côté de : Une femme est renversée par un taxi au Brésil.)

En direct il se fait mordre par un requin ! (à côté de : En direct il est mordu par un requin !)

Ainsi, recommander l’utilisation de Elle a été violée au lieu de Elle s’est fait violer, comme on peut le lire ou l’entendre parfois, c’est refuser de voir cette « affectation » (ou la valeur détrimentaire) et surtout l’empathie avec laquelle le locuteur conçoit la victime du viol et, contrairement à l’effet voulu, c’est prendre une certaine distance vis-à-vis des faits décrits.

Conclusion : utilisez sans scrupules cette tournure pour parler de faits violents ou que vous voulez présenter comme survenant au détriment du sujet (quel que soit le sexe de la victime…), vous êtes dans votre bon droit !

 


Gaatone, D. (1983) : « Le désagréable en syntaxe », Revue Romane, 18, 161-174.

Le Bellec, C. (2015) : « La grammaticalisation de la construction passive en se faire », Cahiers de praxématique, Les périphrases verbales, 65.

Le Bellec, C. (2014) : « Quand la causative et la réflexive se rencontrent… Les différentes valeurs de la construction en se faire », Actes du 4e Congrès Mondial de Linguistique Française, 19-23 juillet 2014, Berlin : 3133-3147.

Le Bellec, C. (2014) : « La construction passive en se faire : une forme concurrente et complémentaire du passif canonique », Journal of French Language Studies, 24 : 203-222.

Raineri, S. (2010) : Analyse contrastive français-anglais du passif dans une perspective constructionnelle : Sens et fonction de BE Ven, ÊTRE Vé, GET Ven et SE FAIRE Ver, Thèse de doctorat, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Alf N. dit :

    Hola,
    Ma première langue est l’espagnol et c’est vrai qu’en cette langue, cette tournure de SE FAIRE, n’est pas employable. Effectivement, en espagnole, si on utilisait cette phrase, ou quand un hispanophone entend cette tournure, on pourrait croire que le sujet ait consciemment permis que la mavause action lui survienne. En espagnol, ce serait, DEJARSE, tournure aussi traduisible en Français, comme SE LAISSER FAIRE, quoique cette dernière on l’utilise autrement.
    Pour terminer mon commentaire, moi, au lieu de dire SE FAIRE VOLER, PIQUER, GRONDER, FRAPPER etc… moi je préfère utiliser le pronom ON, suivi de l’action et ensuite l’objet. Au lieu de dire « je me suis fait voler le vélo », je dirais, on m’a volé le vélo. Peut-être se peut-il que des confusion se présentent, mais le contexte peut expliquer à mon interlocutaire ce qui m’est survenu, en plus, cet ON, désigneun individu inconnu qui commis une faute envers moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.