Tôt ou tard

Photo Benoît Habert (licence CC BY-SA)

 

“Longtemps, je me suis couché de bonne heure”, annonçait le narrateur au seuil d’ À la recherche du temps perdu. Quand notre voisine, sur le pas de la porte, nous confie : “Je me suis couchée tard assez tôt”…

 

 

 


 

“Tard assez tôt”… Tard, ou tôt ? Ou tard et tôt à la fois ?

 


Tard évidemment, on connaît bien notre voisine ! Plus sérieusement, en vrai, le “télescopage” de deux informations temporelles contradictoires1tard et tôt – ne nous a posé en contexte aucun problème d’interprétation. On comprend bien que c’est de “se coucher tard” qu’il s’agit, et que cette habitude de se coucher tard a, elle, commencé assez tôt.

Dans une analyse plus proprement linguistique, on dira que l’adverbe tard porte ici sur le verbe se coucher. Le syntagme adverbial assez tôt2 porte en revanche sur la proposition je me suis couchée tard. Ce qu’on représentera simplement de la façon suivante3 :

Ce qui est joli et frappant dans cet exemple, c’est que les adverbes contradictoires tard et tôt se retrouvent l’un à côté de l’autre dans la linéarité de la phrase – quoique pas tout à fait accolés, puisque assez qui modifie tôt vient séparer opportunément les deux adverbes. Opportunément, dans la mesure où assez permet d’éviter “tard tôt”. En effet, dans “Je me suis couchée tard tôt”, la contradiction paraît trop frontale pour ne pas paralyser la compréhension, sollicitée simultanément par les deux collocations (au sens d’association privilégiée de mots4 ) se coucher tard / se coucher tôt. Par ailleurs, la présence de assez devant tôt contribue à casser la collocation potentielle se coucher tôt. 

On précisera que l’interprétation d’une portée plus large de assez tôt par rapport à tard repose sur son éloignement par rapport au verbe se coucher, à la fois du fait de sa position finale dans la phrase, et, comme on vient de le souligner, par la présence du assez. Le travail du linguiste consistant souvent à faire varier les paramètres qu’il étudie, il faudrait ici s’appliquer à analyser les différences (plus ou moins importantes) générées par des séquences telles que :

Je me suis couchée assez tôt tard ◊ Tôt, je me suis couchée tard ◊ Je me suis couchée tôt tard ◊ Assez tôt, je me suis couchée tard ◊ Assez tard, je me suis couchée tôt ◊ Tôt, je me suis couchée assez tard ◊ Tard, je me suis couchée tôt ◊ Tard, je me suis couchée assez tôt

Nous vous (et nous) épargnons cette analyse exhaustive. Nous nous contenterons de reprendre l’une de ces séquences, “Assez tôt, je me suis couchée tard” (avec une antéposition du syntagme adverbial assez tôt), qui est à la fois la plus compréhensible et la plus proche, du point de vue interprétatif, de notre énoncé de départ. Du fait que assez tôt, dans l’énoncé de départ, a une portée large (sur je me suis couchée tard), il est possible de le déplacer en position initiale sans modification majeure de la structuration syntaxique – ni du sens qui en découle :

On insistera cependant qu’avec l’antéposition du syntagme adverbial, la façon de présenter les choses n’est plus la même. Le changement correspond à ce qui est désigné en linguistique comme phénomène de thématisation, au sens qu’en donne Berthonneau (1989 : 62) :

Non thématisé, le complément temporel localise le procès ou en spécifie l’extension. Thématisé, il est le repère constitutif de la prédication.

Un complément thématisé est un constituant détaché – dont le détachement est le plus souvent, mais ce n’est pas nécessairement le cas, marqué par une position antéposée et/ou la présence à l’écrit de virgule(s). 

La thématisation est un phénomène phrastique qui n’est pas facile à expliquer dans les limites d’un billet de blog : la citation ci-dessus ne peut se comprendre qu’à la lumière des nombreux exemples et manipulations qui l’accompagnent. On peut cependant mettre en évidence ce phénomène par ses implications inter-phrastiques, ou discursives.  

Marcel Proust, via Wikimedia Commons

 

Dans l’autre exemple, plus célèbre, qu’on citait en début de billet – “Longtemps, je me suis couché de bonne heure” – longtemps était également thématisé. Ce qui lui donne un rôle discursif qu’il n’aurait pas dans “Je me suis couché de bonne heure longtemps”.

Antéposé, longtemps ouvre un “cadre de discours” (au sens de Charolles (1997)) dans lequel vient s’inscrire, non seulement la proposition “je me suis couché de bonne heure”, mais également, au-delà de la frontière phrastique, les propositions qui suivent – lesquelles décrivent des situations qui sont encore sous la portée5 – de l’adverbe temporel longtemps. Le cadre discursif ouvert (cadre temporel) reste ici flou, dans la mesure où longtemps ne réfère pas à une période bien spécifiée. On tentera pour en décrire l’effet une autre image, musicale plutôt que visuelle : à travers ce longtemps antéposé, à l’incipit de la Recherche du temps perdu, une note temporelle est donnée, qui continuera de résonner… longtemps.

 

 

 

Berthonneau, A.-M. (1989), Composantes linguistiques de la référence temporelle. Les compléments de temps, du lexique à l’énoncé, Thèse de Doctorat d’État, Univ. Paris VII.

Charolles, M. (1997), “L’encadrement du discours. Univers, champs, domaines et espaces”, Cahier de Recherche Linguistique, LANDISCO, URA-CNRS 1035 Université Nancy 2, n° 6, 1-73. Fichier PDF

  1. Télescopage temporel qui nous en rappelle un autre, quoique d’une autre nature : celui du “Heureusement qu’il est pas tombé malade demain !”, objet il y a un peu plus d’un an d’un billet de notre collègue Marcel Vuillaume. []
  2. Syntagme composé de l’adverbe tôt lui même modifié par l’adverbe assez. []
  3. La représentation en boîtes permet de visualiser ce qu’on veut mettre en évidence, sans recourir aux “arbres syntaxiques” – plus communément utilisés dans le domaine de la syntaxe, mais qui reposent sur des présupposés théoriques que nous ne voulons pas développer ici. []
  4. Sur cette notion de collocation, nous renvoyons au billet de notre collègue Christophe Benzitoun : Le projet de rupture qui occasionne la victoire. []
  5. Il s’agit cette fois de portée discursive plutôt que syntaxique. []

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Jean-Paul Meyer dit :

    Merci pour ce bel exemple, qui fait très “vécu”. Un peu dans le même genre, on entend “Il est bien mal habillé”.
    Je suis pourtant un peu étonné par votre schéma. Si “assez tôt” porte sur toute la phrase (ce que tend à confirmer la thématisation), ne faudrait-il pas inclure “Je” dans le cadre?
    Amitiés,
    Jean-Paul

    • Fabio dit :

      Merci pour ce joli bling, et pour le commentaire de Jean-Paul. Je pense : l’exemple « Il est bien mal habillé » présente, en plus par rapport à l’exemple « Je me suis couchée tard assez tôt », une ambiguité de construction syntaxique (entraînant une ambiguité sémantique), n’est-ce pas ?

      (i) Il est [[bien mal] habillé] (“bien” modifie le degré de “mal”)
      (ii) bien[il est [mal habillé]] (“bien” a porté sur toute la phrase)

      Quand “bien” a porté sur toute la phrase, qu’est qu’il devient ? Un modificateur de force assertive ? (je pense à une séquence comme A: “il est mal habillé”, B: “oui c’est bien ça”)

      • Anne et Marie-Paule dit :

        Théoriquement, c’est vrai qu’il pourrait y avoir ambiguïté, mais l’interprétation où « bien » porterait sur toute la phrase (et marquerait l’assentiment du locuteur) nous paraît quand même un peu difficile… Quoi qu’il en soit, merci !

        • fabio dit :

          Oui, je comprends. C’est un peu comme si l’occurrence du prédicat gradable “mal” à côté de “bien” forceait une interprétation de ce dernier comme modificateur du degré du premier. Si on enlève “mal”, l’interprétation où “bien” porte sur toute la phrase, j’imagine, devient naturel (“Il est bien habillé”).

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Tu as tout fait raison, merci de nous signaler le problème ! On a corrigé nos schémas dans le billet…

  2. Fabio dit :

    Est-ce que le cas suivant est différent ?

    (i) Elle est partie maintenant.
    (ii) Maintenant, elle est partie.

    Ici il me semble que, au delà de la thématisation de “maintenant” dans l’exemple (ii), il y a aussi une différence d’interprétation temporelle…

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Il nous semble que même l’exemple (i) serait difficile à interpréter sans thématisation (qui supposerait un détachement) du « maintenant » (du fait de la difficulté à localiser temporellement un événement passé avec « maintenant »). La différence d’interprétation que tu pointes, en lien avec la thématisation ou non de l’adverbe temporel, ne concernerait-elle pas plutôt des couples d’énoncé du type (i) “Elle était partie mardi” versus (ii) “Mardi, elle était partie” ?

      • Fabio dit :

        Je vois la difficulté à laquelle vous pointez par rapport à ma phrase (i) (“Elle est partie maintenant”).
        (En passant, je note que, en Italien, il y a une forme redoublée de l’adverbe “ora”, correspondant à “maintenant”, qui permet de localiser un événement qui vient de passer : “Lei è partita or ora” est parfait pour signifier qu’elle vient de partir.)
        Je pourrais reformuler ma question en utilisant cette variante de la paire (i)-(ii) de mon commentaire précédent :

        (a) Elle est malade maintenant.
        (b) Maintenant, elle est malade.

        Donc la question, à nouveau, est : y-a-t-il une différence d’interprétation entre (a) et (b) ? Peut-on interpréter (a) comme signifiant qu’elle est malade en ce moment, et y-a-t-il dans (b) un sens de resultativité qui serait absent dans (a) (“maintenant que x et y se sont produits, il en résulte qu’elle est malade”) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.