Malaise voyageur

 

 

 

Dans le métro, un message descend des haut-parleurs :

« La ligne 1 est interrompue suite à un malaise voyageur »


 

Où va-t-il donc ce malaise qu’un de nos amis « informateurs »1 imagine allant « d’une station à l’autre avec son petit sac à dos, un peu comme un écrivain voyageur » ?


 

En fait, la réponse est (presque) dans la question : un malaise ce n’est pas exactement comme un écrivain2,  et si l’écrivain voyageur se conçoit aisément, ce n’est pas tout à fait le cas du malaise voyageur3. Dit autrement : la question n’est pas une question « pour de vrai », et ne peut se poser qu’avec une certaine dose d’imagination.

Une imagination que déployait déjà – on s’en rend compte au moment d’amorcer la rédaction de ce billet – le chanteur Arbon sur son blog mais qui est arbon, dans un billet intitulé Malaise voyageur :

Le malaise passager, qui m’avait inspiré un court billet la semaine dernière, est devenu hier, dans la bouche d’un autre agent de la RATP, un malaise voyageur. C’est intéressant aussi, un malaise voyageur. Ça se trouve toujours confiné dans l’enceinte du métro, mais au lieu de se dissiper dans le temps, ça erre – c’est du moins ainsi que je l’imagine -, hésitant, flottant d’une station à l’autre, comme une espèce de fantôme, vaguement maléfique, comme une petite brume toxique qui surgit au détour d’un tunnel, s’engouffre dans les couloirs, monte et descend les escaliers en suivant les courants d’air, stagne au bout d’un quai, saute dans un wagon, et voyage ainsi imprévisiblement, menaçant l’usager ordinaire de sa vénéneuse vapeur.

On le voit, ce billet s’appuyait sur un premier billet intitulé Malaise passager qu’on vous copie également :

« Suite à un malaise passager, nous allons devoir patienter quelques minutes… »

J’aime la manière poétique dont s’expriment les agents de la RATP. Il va de soi qu’il est question du malaise d’un passager, mais la contraction technique de l’expression (comme steak frites ou dette fournisseurs), marquée par la suppression de la préposition indiquant le complément de nom, se met soudain à suggérer autre chose : une gêne temporaire, un embarras supposé provisoire, un mauvais vague à l’âme dont on devra attendre qu’il se dissipe…

On a commencé par s’insurger que le chanteur nous coupe ainsi l’herbe sous les pieds. Mais très vite, on lui a pardonné en se réjouissant de voir aussi limpidement expliqué, aussi poétiquement déroulé, le mécanisme linguistique à l’oeuvre ici dans le jeu de double interprétation. Et puis aussi, bien sûr, on se réjouit de voir partagé le plaisir à aller chercher, au-delà de celles qui tombent « sous le sens », des interprétations inédites qui, lorsqu’on s’y arrête, mettent en évidence qu’il y a « du jeu » dans la langue (au sens où il y a une marge de manoeuvre dans la construction du sens4). On remarquera simplement que l’imagination du chanteur prend un chemin un peu différent de celle de notre ami : au lieu qu’elle convoque un malaise humanisé, genre routard, elle construit un ça qui erre, fantômatique et vaguement inquiétant.

Laissons-là un moment la concurrence des imaginaires, et tâchons – pour contribuer un peu  ! – d’apporter un bref complément d’analyse. Pour les expressions malaise voyageur aussi bien que malaise passager, une double analyse grammaticale (à l’origine de la double interprétation) est possible : les mots voyageur et passager relevant à la fois des catégories « nom » et « adjectif », les séquences en question peuvent être analysées soit comme « nom + adjectif », soit comme « nom + nom ». Si le premier type de séquence (avec un adjectif) est, en langue, beaucoup plus commun, d’autres paramètres interviennent dans le choix de considérer le second élément comme un adjectif ou un nom :

  • En ce qui concerne malaise voyageur,

dans le contexte de la RATP (et plus largement des transports en commun), on pensera immédiatement au voyageur comme personne (ce qui correspond à l’analyse de voyageur comme nom). C’est d’autant plus le cas que, par ailleurs, l’adjectif voyageur s’applique ordinairement à un nombre assez restreint de noms, parmi lesquels pigeon, commis et écrivain dans les collocations pigeon voyageur, commis(-)voyageur et écrivain voyageur 5. Le nom malaise, en revanche, n’a que peu d’affinité avec l’adjectif voyageur − ce qui explique que l’interprétation la plus « normale » de malaise voyageur soit celle qui correspond à la séquence « nom+nom ». Cette séquence, peu commune en langue, s’explique ici comme le dit Arbon par une forme de « contraction » (avec l’ellipse de la préposition6). Contraction « technique », précise Arbon − et en effet il y a là un côté « langage spécialisé », propre à une activité ou un univers professionnel. Ainsi, à côté de malaise voyageur, on pensera, dans le monde des transports, à incident voyageur, programme voyageur, information voyageurs, trafic voyageur(s) ou train voyageur(s) (alternant librement pour ces derniers avec information aux voyageurstrafictrain de voyageurs)7.

  • Avec malaise passager,

les choses sont un peu différentes. En effet, contrairement à ce qui se passe pour voyageur, les deux possibilités de catégorisation – adjectif ou nom – sont également disponibles pour passager, avec par ailleurs, cette fois, un sens adjectival (à rapprocher de « transitoire ») très éloigné du sens nominal (à rapprocher de… « voyageur »). De plus, passager comme adjectif s’accorde particulièrement bien avec le nom malaise, produisant un sens qu’Arbon paraphrase joliment comme « gêne temporaire », « embarras supposé provisoire », « mauvais vague à l’âme dont on devra attendre qu’il se dissipe ». Dans le cas du malaise passager de la RATP, c’est donc le seul contexte situationnel de la RATP qui amène à choisir l’interprétation correspondant à la séquence « nom+nom » (avec la même contraction qu’évoquée ci-dessus).

Il y  du jeu dans la langue, disions-nous. Et s’il y a du jeu dans la langue, c’est bien pour en jouer. Le quotidien Libération (évidemment…) ne s’en prive pas avec ce titre dont nous vous laissons apprécier l’habileté à jouer sur les deux tableaux :   Blablacar, un malaise passager ?

  1. Merci Jérôme ! []
  2. Merci encore Jérôme de faire en plus le travail pour nous – c’est en effet le rapprochement qui pointe la différence []
  3. Et il faut tout l’art de notre illustratrice pour en proposer tout de même un dessin. []
  4. Ainsi qu’on y insistait dans notre À propos. []
  5. Ces trois collocations (au sens d’associations privilégiées de mots – cf. le billet Le projet de rupture qui occasionne la victoire) apparaissent comme les coocurrences les plus fréquentes entre un nom et l’adjectif voyageur dans la base lexicale distributionnelle du français Les voisins de Le Monde, ressource développée dans notre équipe de recherche (CLLE-ERSS). On notera, pour compliquer les choses, que la catégorisation grammaticale de voyageur accolé à commis ou écrivain n’est pas évidente : sans entrer dans les détails, on dira qu’on peut y voir un adjectif aussi bien qu’un nom à valeur adjectivale. Quoi qu’il en soit, on ne retiendra pour notre analyse que la fonction clairement adjectivale. []
  6. Malaise voyageur sera développé, en prenant en compte le déterminant, comme « un malaise de voyageur » ou « le malaise d’un voyageur ». []
  7. Pour corser le tout, on notera, pour le cas des bateaux, que bateau voyageur semble employé aussi bien pour désigner un bateau prenant des voyageurs qu’un bateau qui voyage… []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fabio M dit :

    Les allers-retours (pour rester dans le domaine du voyage…) entre noms et adjectifs sont systématiques, dans la langue, pour les noms d’humains notamment. Les morphologues ont beaucoup écrit dessus. Michel Roché, par exemple, a consacré quelques articles aux adjectifs comme piéton (dans « rue piétonne ») ou étudiant (dans « manifestation étudiante »). Il existe un cas spéculaire, ce que les morphologues appell(ai)ent des « paradoxes de parenthésage », par exemple « guitariste électrique », « triple sauteur » ou même « faux monnayeur ». Un article qui traite du sujet (et qui, accessoirement, a un des plus beaux titres pour un article de linguistique) est celui de Françoise Kerleroux, « Pêcheurs sous la glace » (dans E. Delais Roussarie, L. Labrune (eds), Des sons et des sens : données et modèles en phonologie et en morphologie, Paris: Hermès, 2007: https://www.lavoisier.fr/livre/informatique/des-sons-et-des-sens-donnees-et-modeles-en-phonologie-et-en-morphologie/delais-roussarie/descriptif-9782746216945).

  2. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.