« On l’a pas encore fait »

EPSON scanner image

 

Contexte : le roman Haute Fidélité de l’auteur anglais Nick Hornby.

Le narrateur (Rob) vient d’être quitté par sa petite amie (Laura) ; il ne cesse de se (et la) tourmenter à propos de la relation qu’elle entretient avec leur ancien voisin (Ian).

 

Avec son idée fixe en tête – déterminer si Ian est l’amant de Laura – Rob se focalise sur un petit mot : encore (yet dans la version originale). Et adopte le comportement du linguiste interrogeant ses informateurs pour vérifier l’intuition qu’il a du fonctionnement de ce mot – à ceci près que l’enjeu est loin d’être, pour Rob, de simple connaissance linguistique.

On présente ci-dessous les deux extraits où se dessine, à deux chapitres d’intervalle, la lancinante problématique « encore« . Dans le premier (chapitre 9, pp. 92-93)1, Laura prononce le « On l’a pas encore fait » qui d’abord réjouit tant le narrateur :

 EPSON scanner imageEPSON scanner image

 EPSON scanner image

Quelques jours plus tard (second extrait : chapitre 12, pp. 116-118), Rob revient sur sa conversation avec Laura. Il y a un « truc » qui le chiffonne :

extrait 2-1

Très vite, l’anxiété de Rob se cristallise sur encore. Cette anxiété l’amène à formuler des intuitions qui rejoignent des hypothèses proprement linguistiques. La première pourrait être reformulée schématiquement comme : si on dit qu’on n’a pas encore fait quelque chose à un moment t0, c’est qu’il est au moins possible qu’on le fasse à un moment ti postérieur à t0. C’est exactement ce que décrit R. Martin2 comme présupposition de ne … pas encore.

Les phénomènes présuppositionnels ont fait l’objet en linguistique de très nombreuses études. Pour donner une idée de ce qu’est la présupposition, on dira simplement que c’est une forme d’implicite (quelque chose qui n’est pas directement dit). Mais c’est un implicite obligatoire, en ce sens qu’il n’est pas laissé à la libre interprétation de l’interlocuteur : il est nécessairement associé à ce qui est dit. Plus précisément, c’est un implicite qui doit être préalablement admis pour que ce qui est dit ait un sens. Soulignons que la présupposition n’a en soi rien d’un phénomène rare ou d’une figure stylistique complexe ; elle est partout dans l’usage de la langue, de la conversation la plus quotidienne aux textes les plus concertés. Car si on déroulait dans leur intégralité tous les pré-requis du discours, celui-ci deviendrait insupportablement laborieux et pesant. De même que Monsieur Jourdain fait de la prose sans le savoir, on fait sans arrêt de la présupposition sans le savoir – présupposition que nos interlocuteurs décryptent aussi bien sans le savoir. Il suffit ainsi de dire ma voiture pour faire acte de présupposition : la présupposition que j’ai une voiture. Et si j’ai besoin, par exemple, d’expliquer un retard, je pourrai dire (même à des gens qui ne savent rien de moi) :

« Ma voiture est tombée en panne »,

plutôt que :

« J’ai une voiture. Ma voiture est tombée en panne ».

La présupposition prend des formes très diverses, et peut être déclenchée par toutes sortes d’éléments ou constructions linguistiques, tels que (entre autres) :

  • des verbes :
    • Jeanne a réussi à s’enfuir présuppose qu’elle cherchait à s’enfuir
    • Jeanne a arrêté de fumer présuppose qu’elle fumait auparavant
    • Jeanne a accusé Mathilde de mentir présuppose que c’est mal de mentir
  • des adverbes :
    • Jeanne est encore présuppose que Jeanne était déjà là auparavant
    • Jeanne aussi est venue présuppose que quelqu’un d’autre que Jeanne est venu
    • Même Jeanne est venue présuppose que la venue de Jeanne est plus significative que la venue de quiconque
  • des questions partielles à l’aide de qui, quand, pourquoi, etc :
    • Qui Jeanne aime-t-elle ? présuppose que Jeanne aime quelqu’un

 

Dans notre extrait, le mot qui alerte Rob, c’est encore, mais le véritable  déclencheur de présupposition, ce serait plutôt pas encore3.  Et comme on l’a dit plus haut, l’intuition linguistique qu’a Rob de ce que (pas) encore présuppose en termes de possibilité de réalisation ultérieure est parfaite, et parfaitement exprimée : « Elle a pu coucher avec lui cinq fois, depuis » (c’est-à-dire depuis que le pas encore a été prononcé), ou si elle ne l’a pas fait « elle menace de le faire » (dans le futur).

Aussi banal soit-il, le phénomène de présupposition n’en recèle pas moins parfois, selon le contexte et les enjeux, des non-dits bien inquiétants. Tout à son inquiétude, le héros persévère opiniâtrement dans son travail d’enquête linguistique. Et c’est une joie pour le linguiste :

EPSON scanner image

La joie du linguiste, ici, est de voir en miroir ses propres difficultés à faire comprendre sa démarche. Si Rob en effet a le plus grand mal du monde à entraîner Barry à le suivre dans sa réflexion, c’est parce qu’il lui demande d’adopter un regard métalinguistique, c’est-à-dire d’observer à distance le fonctionnement de la langue plutôt que de simplement « l’utiliser ».  On ne peut parler de la langue autrement qu’en l’utilisant, et les linguistes sont en permanence dans ce basculement, ce jeu entre usage de la langue et analyse distanciée de cet usage. Si, par (dé)formation professionnelle, cette gymnastique mentale est pour eux une seconde nature, il n’en va pas de même pour tout le monde. Rob rencontre avec son copain Barry les mêmes difficultés que celles rencontrées par un « anthropologue en déroute » auprès d’informateurs d’une tribu montagnarde du Nord-Cameroun, les Dowayo. Les questions de l’anthropologue, visant à établir le vocabulaire de la parenté chez les Dowayo, se heurtent avec la même drôlerie à la même incompréhension, au même renvoi têtu à la réalité :

Il m’arrivait de poser la question :

« Si tu as une sœur et qu’elle épouse un homme, comment tu appelleras cet homme ?

– Je n’ai pas de sœur.

– Non, mais si tu en avais une.

– Mais je n’en ai pas. J’ai quatre frères. » (Nigel Barley, Un anthropologue en déroute, Petite Bibliothèque Payot, 2001, p. 1294)

 

 

  1. Dans l’édition 10/18 de la traduction française publiée par Plon en 1997. []
  2. Martin, R (1981) Pour une logique du sens. Presses Universitaires de France. []
  3. Pour compliquer les choses, pas encore est la négation de déjà plutôt que de encore on (ne) l’a pas encore fait vient nier on l’a déjà fait et non pas on l’a encore fait (de la même façon, en anglais, not yet n’est pas la négation de yet mais de already). []
  4. Publié initialement en anglais en 1983 sous le titre The Innocent Anthropologist. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *